Le lac Atitlan, c’est un passage obligé des routards en visite au Guatemala. Destination phare des hippies dans les années 60 (certains sont restés…), les choses ont bien changé aujourd’hui. Si la plupart des villages ont su garder leurs charmes et leurs traditions, certains coins sont dénaturés par le tourisme, entre les multiples hostels pour backpackers et les restaurants « branchouille roots ». Heureusement il suffit de creuser un peu, de faire un pas de côté pour trouver une population attachante dans un cadre sublime.

Lors de notre séjour autour du Lac Atitlan, nous avons pu visiter quelques villages autour de ses rives. La plupart portent le nom d’un saint : San pedro, San Marcos, San pablo, Santa Clara, San Juan…

Pour vous y retrouver, voici les impressions de nos différentes visites.

Panajachel : la station balnéaire à fuir

Est le village le plus important du lac et le centre névralgique pour arriver et repartir en bus. Pana de son petit nom (il a échappé à l’homogenéité des patronymes) ressemble à une station balnéaire qui a grandi trop vite. Les rives du lac ont vu s’installer les restaurants et bar dans une frénésie désordonnées et cette implantation à la sauvage manque malheureusement de charme. En revanche, la vue y est magnifique, une des plus belles car on peut y admirer les trois différents volcans.

Vue sur le lac

 

La brume qui voile les reliefs des abords du lac

Le village possède également une rue centrale bordée de restaurants, de bars et de magasins pour flâner et dépenser des sous. Ambiance station balnéaire je vous l’avais dit !

Bref, pas trop pour nous, pas besoin d’aller si loin si c’est pour retrouver ce type d’ambiance…

San Pedro : le lieu idéal pour apprendre l’Espagnol !

C’est le village où nous avons posé nos sacs à dos pendant une semaine pour prendre des cours d’Espagnol. Je peux vous dire que ma première impression n’a pas été très positive, idem que pour Panajachel, des constructions un peu anarchiques, un quartier uniquement pour les touristes, aux abords du lac, appelé par les locaux, « gringo land » où des multitudes de bars font la promotion de leur happy hour et du laisser aller.

Pour apprécier San Pedro, il a fallu prendre de la hauteur et aller à la découverte du vrai centre de San pedro, son église, son marché… La vraie vie quoi.

Pour manger pas cher, faites le tour du parc central et de l’église pour choisir le stand qui saura ravir vos papilles (poulet frites, tacos, tostadas…).

Observez aussi les nombreuses peintures murales qui racontent l’histoire du village ou diffusent des messages de prévention.

Si vous voulez profiter du lac et vous baigner, il y a deux coins sympas :

  • La punta de oro, demandez votre chemin à partir de l’embarcadère des lanchas (bateaux) en direction de Santiago
  • La playa dorada, accessible en kayak, à pied ou à cheval. la balade à cheval ou à pied vous permet d’avoir des points de vues sympatiques.

 

Les rives du lac Atitlan

San Juan de la laguna : le plus beau village autour du lac Atitlan

Mon coup de cœur ! A seulement 10 min de San Pedro, la vie y paraît plus paisible, le centre a beaucoup plus de charme avec ses petites maisons colorées, ses boutiques d’artisanat et ses nombreux « murales » d’une très grande qualité.

« Murale » sur la prévention VIH

J’ai beaucoup apprécié la visite chez les artisans tisserands qui prennent le temps d’expliquer leur travail et sont fiers de vous dire que tout est naturel. J’ai été bluffé par le nombre de couleurs que l’on peut obtenir à partir de différentes plantes et leur savoir faire pour les fixer à la cendre.

Fixage naturel des couleurs avec de la cendre

Petite curiosité de San Juan, la construction d’une nouvelle église juste derrière l’ancienne dont la façade a été conservée.

Ancienne et nouvelle église

Santa Clara : le village idéal pour observer la vie locale

C’est un des villages qui n’est pas accessible en lancha (bateau) car il est en hauteur. Le trajet en bus à partir de San Juan est sportif (les pentes sont raides et les virages serrés), on a eu quelques suées quand le bus a dû faire marche arrière en plein virage pour laisser passer un camion et qu’on s’est retrouvé très près du précipice. Nous avons visité le village en pleine fête, ce qui lui a donné un attrait particulier.

Église de Santa Clara

Si vous n’avez pas cette chance, sa visite n’en demeure pas moins intéressante, ne serait ce que pour redescendre à pied jusqu’à San Juan et profiter de la vue sur le lac.

San Marcos : le village des perchés…

Vous vous demandez encore si les hippies existent ? Ne cherchez plus, ils sont à San Marcos. C’est LA destination pour le tourisme esotérico-naturel. Médecine holistique, danses transcendentales, Yoga et cuisine végétarienne sont au programme. Les petites rues au bord du lac Atitlan sont certes très sympas, car les hôtels et les restaurants sont incrustés dans la végétation, mais l’ambiance « j’ai testé un truc et je suis jamais redescendu » ne m’a pas transcendé.

En revanche, le parc municipal qui permet de conjuguer baignade, balade aux bords du lac et vues magnifiques depuis plusieurs miradors doit absolument faire partie de votre programme si vous allez à San Marcos.

En lancha, en bus, à pied ou à cheval, les occasions ne manquent pas de faire le tour du Lac Atitlan.

Infos pratiques :

Epingle moi sur Pinterest !

Transports autour du lac Atitlan

Lancha Panajachel-San Pedro, 25 quetzals

Lancha San Pedro – San Marcos, 15 quetzals

Logement à San Pedro

Hôtel Tepepul Khan à San Pedro

Entre Gringo land et le centre du Village, un emplacement idéal pour éviter les bruits des bars et être près de tout à la fois, les propriétaires sont charmants et participent à des programmes de développement communautaires. Il y a plusieurs terrasses avec vue sur le lac et une petite cuisine.

100 Quetzals pour une chambre double avec salle de bain privée.

Après négociation !

Cours d’Espagnol à San Pedro

Nous avons passé une semaine à San Pedro dans un école d’Espagnole très sympathique dans les hauteurs du village. Notre choix s’est porté sur cette école pour son mode de fonctionnement équitable pour les enseignants. Ce n’est pas le cas partout… Son nom, escuela cooperativa.

Histoire et géographie du lac Atitlan

Si vous êtes curieux d’en connaître plus sur le lac Atitlan, la culture des environs, sa formation… Hop, un petit tour sur wikipedia !

Après le lac Atitlan, nous allons vers la côte caraïbes, via le rio dulce, au fil de l’eau vers Livingston !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !