A San Gil, on s’envoie en l’air 16


Après la chaleur de la côte atlantique de Colombie incitant à la paresse, changement radical : direction l’intérieur des terres, dans les montagnes du département de Santander. Une énergie folle, un charme dingue, des sports extrêmes, des soirées festives, bienvenue à San Gil !

Après 4 mois quasi non stop de grosse chaleur, la première impression en arrivant à San Gil, c’est : cool, un peu de fraîcheur ! La deuxième : elle est pas très belle cette petite ville ! La troisième : et pourtant, je sais pas pourquoi, mais j’adore déjà cet endroit !

San gil colombie voyage

San Gil entouré de ses montagnes et de ses eaux tumutueuses

Et pour cause, il se dégage ici une atmosphère très spéciale, indescriptible. Ça respire la joie, c’est plein d’énergie, on est bien.

Pour commencer, une feria, une cascade et de la bière

Après une première journée « fête de village surprise » à Paramo, où nous aurons découvert des trucs de forains et où Laura aura eu le privilège de participer à une cabalgata de plus de 300 chevaux sur un superbe étalon, de nombreux choix s’offrent à nous. C’est que le coin est assez touristique, essentiellement des colombiens venus se payer une tranche de sensations fortes ou admirer les villages coloniaux des environs.

C’est d’ailleurs assez agréable de se retrouver dans cette ambiance de Colombiens en vacances, venus découvrir leur pays. Ce n’était pas le cas dans les autres pays traversés jusque maintenant, où la plupart des touristes étaient étrangers.

Nous continuerons tranquillement par une visite de la cascade Juan Curi. De loin, elle est assez impressionnante avec ses 180 m de hauteur. Mais il ne fait pas beau et une fois arrivé au pied de la cataracte, on n’en voit qu’un morceau. Un peu décevant. Les moins frileux pourront s’y baigner et les plus aventureux descendre une partie en rappel.

Cascade Juan Curi près de San gil colombie

Cascade Juan Curi

A notre retour, en attendant le bus, trois filles engagent la conversation avec nous, deux sont orthophonistes et travaillent à Bogotá, la troisième habite San Gil. Les discussions vont bon train durant tout le trajet et nous décidons de poursuivre les échanges autour d’une (ou deux…) bières. Nous finirons la soirée bien tard, la tête un peu embrumée par ces longues heures de concentration pour parler et comprendre en Espagnol (à moins que ce soit la bière ?), mais heureux de cette belle rencontre. Après échanges de coordonnées, nous espérons bien nous recroiser à Bogota !

amis san gil colombie

différence taille colombie

Y’a comme une différence mais laquelle ?

Puis visite de Barichara et Guane, superbes villages coloniaux

Un passage dans la région du Santander serait incomplète sans la visite du superbe village colonial de Barichara. L’activité idéale après cette soirée sympathique. Ce village fait partie des 10 classés patrimoine national et on comprend pourquoi. Les rues pavées escarpées sont bordées de petites maisons aux façades blanches et vertes, protégées par des toits en tuiles. C’est tout mignon ! Les deux églises sont également charmantes L’endroit est très préservé, peu d’hôtels, de restaurants ou de boutiques et pas un seul bâtiment moderne. Il se dégage du coup une atmosphère de village figé dans le temps, à l’atmosphère, très, très calme.

Maison à Barichara

Maison à Barichara

Mais le truc en plus qui fait de Barichara un endroit exceptionnel, c’est sa situation. Perché sur une falaise, la vue sur la vallée est incroyable. Une balade d’une heure trente sur un petit chemin pavé, mène vers le village de Guane. Une belle descente à travers la campagne qui n’est pas sans rappeler les paysages de Provence ou de certains coins du Lot.

Barichara Guane chemi randonnée

Sur le chemin entre Barichara et Guane

 

Le village de Guane en tant que tel est également à voir, plus petit que Barichara, il n’est pas non plus sans charme, dans le même style architectural. Le repas sur place est plus économique et meilleur nous avouera un marchand de Barichara. Nous avons suivi son conseil…

De Guane, vous pouvez remonter à pied, mais c’est raide, ou alors revenir en bus jusque San Gil (ou Barichara).

Pour finir en beauté, un peu d’adrénaline

Tout ça c’est bien beau, mais San Gil, c’est quand même la capitale colombienne des sports extrêmes et d’aventure. Alors il a bien fallu qu’on en profite ! Beaucoup de choix s’offraient à nous : rafting, rappel, cannyoning, escalade, descente en VTT, saut à l’élastique, spéléologie… Après quelques hésitations, nous avons opté pour… le parapente !

parapente san gil sports extrêmes

T’as le look Coco !

Ça faisait déjà un bout de temps que l’envie de voler nous titillait et l’endroit est parfait pour ça. Deux options, le vol simple et pas cher (60000 cop = 24 € par personne) mais assez court, ou le vol dans le canyon de Chicamocha, plus impressionnant en terme de paysage, un peu plus long, mais beaucoup plus cher (170000 cop = 66 € par personne).

N’ayant jamais pratiqué ce sport, nous avons opté pour l’option plus économique, histoire de se tester. Mais après coup, nous conseillerions plutôt d’aller direct dans le canyon, c’est cher, mais ça vaut très certainement la peine. Parce que le parapente, c’est tout simplement génial ! Pour moi qui ai le vertige, c’était même pas flippant ! On est assis tranquille, glissant dans les airs sans bruit, il n’y a pas plus paisible. Et pour les sensations fortes, le pilote peut vous faire faire quelques pirouettes bien impressionnantes, tout ça dans un décor de montagne grandiose, avec quelques rapaces volant autour de vous.

Ce jour là, nous sommes partis faire du parapente avec une Américaine, deux Français et un Belge (ça ressemble un peu à un début de blague cette phrase, non ?). Nous avons bien sympathisé et nous sommes retrouvés le soir pour une soirée bien arrosée. Quentin, un sacré personnage, nous aura bien fait rire, notamment avec son style particulier et sa vision du voyage. Figurez vous qu’il voyage très léger avec juste les vêtements qu’il a sur lui, de quoi camper et… une friteuse ! Oui oui, une vrai friteuse comme vous avez dans votre cuisine et qui ne sert presque jamais. L’essentiel pour un bon Belge quoi ! Il a hésité mais n’a pas pris le gaufrier…

C’est tout ça San Gil, y mucho mas !

Prochaine étape, direction Sogamoso, avec le sublime paramo d’oceta et la lagune de Tota

Enregistrer


A propos de Seb

Jeune homme bien sous tous rapports aimant manifestement voyager. Accessoirement, entre deux voyages, je tente de sauver le monde en bossant comme animateur d'un réseau d'éducation à l'environnement. Heureusement, je suis pas tout seul, parce qu'il y a du boulot !


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

16 commentaires sur “A San Gil, on s’envoie en l’air

  • Valérie & Thibaut (Santa Fe)

    Salut vous deux
    A vous lire vous avez l’air d’apprécier à sa juste valeur la Colombie, tant mieux et ce n’est pas fini, ce pays cache encore pas mal de bonnes surprises…….profitez bien. En tout cas ces quelques lignes nous rappellent de très bons souvenirs.
    Buen viaje et que le vaya bien

    • Seb

      Salut, c’est effectivement un superbe pays sur beaucoup d’aspects. Merci pour vos tuyaux qui nous servent bien, notamment Sogamoso et plus exactement le paramo d’oceta, un endroit incroyable qui gagnerai a être d’avantage connu !

      Et vous ? Votre voyage en Amérique centrale se déroule bien ? Vous êtes où ?

      • Valérie & Thibaut (Santa Fe)

        Nous sommes au Nicaragua depuis hier, à San Carlos et nous prenons un bateau cet aprèm pour les Iles Solentiname. On a passé de bons moments au Costa-Rica vu de belles choses (mais pas le Poas malheureusement trop de purée de pois !!!). Tout se passe bien, la route continue ……..

  • Valérie & Thibaut (Santa Fe)

    Salut vous deux
    A vous lire vous avez l’air d’apprécier à sa juste valeur la Colombie, tant mieux et ce n’est pas fini, ce pays cache encore pas mal de bonnes surprises…….profitez bien. En tout cas ces quelques lignes nous rappellent de très bons souvenirs.
    Buen viaje et que le vaya bien

    • Seb

      Salut, c’est effectivement un superbe pays sur beaucoup d’aspects. Merci pour vos tuyaux qui nous servent bien, notamment Sogamoso et plus exactement le paramo d’oceta, un endroit incroyable qui gagnerai a être d’avantage connu !

      Et vous ? Votre voyage en Amérique centrale se déroule bien ? Vous êtes où ?

      • Valérie & Thibaut (Santa Fe)

        Nous sommes au Nicaragua depuis hier, à San Carlos et nous prenons un bateau cet aprèm pour les Iles Solentiname. On a passé de bons moments au Costa-Rica vu de belles choses (mais pas le Poas malheureusement trop de purée de pois !!!). Tout se passe bien, la route continue ……..

  • Romain

    4 mois de grosse chaleur? La chance! Nous c’est plutot 2 mois tres frisquets. Je vois que vous etes en Colombie, nous au Chili, on va se croiser bientot? Peut etr au Perou?

  • Romain

    4 mois de grosse chaleur? La chance! Nous c’est plutot 2 mois tres frisquets. Je vois que vous etes en Colombie, nous au Chili, on va se croiser bientot? Peut etr au Perou?

  • Stil

    Ce qui va pas sur la photo avec seb et vos copines … c’est que vous avez coupé les mollets et les pieds sur la photo. Je sais très bien que seb est monté sur un tabouret !

  • Stil

    Ce qui va pas sur la photo avec seb et vos copines … c’est que vous avez coupé les mollets et les pieds sur la photo. Je sais très bien que seb est monté sur un tabouret !

  • Anne de Nantes

    coucou Sèb, bravo d’avoir tenté l’aventure en dépit de ta peur d’avoir le vertige. Cela dit, il n’y avait pas de risques puisque le vertige se manifeste quand on est en contact avec le sol. C’est éventuellement le mal de l’air qui prend le relais… (autrement dit, on peut très bien avoir le vertige et pas le mal de l’air ou inversement). 😉

  • Anne de Nantes

    coucou Sèb, bravo d’avoir tenté l’aventure en dépit de ta peur d’avoir le vertige. Cela dit, il n’y avait pas de risques puisque le vertige se manifeste quand on est en contact avec le sol. C’est éventuellement le mal de l’air qui prend le relais… (autrement dit, on peut très bien avoir le vertige et pas le mal de l’air ou inversement). 😉