Balade street art à Rennes : entre subversion et sagesse 7


L’avantage de découvrir une ville que l’on connaît déjà c’est la possibilité de la regarder différemment, d’atteindre ses autres facettes.
J’ai travaillé à Rennes durant plusieurs années sans pour autant y habiter. C’est une manière très curieuse d’appréhender une ville. J’y ai arpenté les quartiers populaires et enchaîné les rendez vous institutionnels. La Rennes populaire, dynamique et créative, j’ai pu la vivre à travers de nombreuses rencontres.

Mais me glisser dans la peau d’une voyageuse citadine cela ne m’était pas vraiment arrivé. Alors lorsque le groupe Accor nous a invité pour un week-end 100% loisir, nous n’avons pas pu décliner l’invitation !

Nous connaissions déjà les incontournables de Rennes, en particulier les ruelles pleines de charme et les maisons à colombage du centre ville entre République et Sainte Anne. Nous avons donc décidé de la visiter sous un autre angle, proche de nos thèmes favoris.

maison colombage

La face historique de Rennes

Ce sont les œuvres de street art (et plus spécifiquement les fresques murales) qui ont finalement guidé nos pas. Rennes ne manque pas de fresques gigantesques ou d’œuvres plus modestes. N’imaginez pas pouvoir en découvrir l’intégralité en un week-end, mais vous pourrez déjà en avoir un bel aperçu.

Comme nous avions prévu de rejoindre le parc de Thabor le dimanche à midi pour une déambulation originale, nous avons choisi un itinéraire en boucle permettant de relier notre hôtel (Ibis centre gare sud) jusqu’à ce parc.

Et le hasard a bien fait les choses puisque nous avons eu la chance de tomber sur des fresques très… animales (et vous connaissez notre passion pour les petites et grosses bêtes).

Licite ou illicite, telle est la question ?

J’ai une petite histoire personnelle avec le street art à Rennes. Pendant plus de 3 ans chaque matin, je prenais le train depuis Nantes. A quelques minutes de la gare de Rennes, une immense phrase trônait sur un immeuble, comme un clin d’œil aux passagers : Le train train quotidien. Cette phrase courte, simple, espiègle me faisait sourire autant qu’elle m’agaçait gentiment (car elle venait percuter une certaine réalité). Je me suis toujours dit « ah quel salaud celui là à venir me titiller tous les matins ! ». Et bien ce salaud c’était War et je ne l’ai su que ce week-end. Aujourd’hui cette phrase a été recouverte par une immense fresque d’autruches. Mais même si j’aime ce drôle d’animal, ma nostalgie m’a fait chercher cette phrase en haut de l’immeuble. En vain.

War, artiste rennais de street art pur jus
War, artiste issu de la culture graffiti, parsème les murs de la ville de ses œuvres monumentales où les animaux sont à l’honneur. Il peint sur des murs non autorisés et y tient. Pour lui c’est essentiel dans sa démarche. Il explique dans une interview rare sa volonté d’embellir la ville et de redonner aux habitants leurs espaces publics. Il aime la liberté de l’illégal, de l’approximation de la technique au service du message, de l’intention.
Oeuvre animale de War

Œuvre animale de War

J’aime ses œuvres car elles replacent l’animal au cœur de la ville, dans des endroits insolites. La beauté est là où on ne l’attend pas. Les murs déglingués, les toits rafistolés sont autant de précieuses toiles pour accueillir ce bestiaire.

Nous avons effectué une boucle partant de la gare sud, passant par le quartier Saint Hélier et rejoignant le parc du Thabor. Idéale si vous ne voulez pas trop vous éloigner du centre. Voici l’itinéraire que nous avons choisi.

  • Départ de la gare sud
  • Fresque du collège des Ormeaux – rue des ormeaux – Collectif La crémerie
  • Le renard et la pie – rue de riaval – Mathias Breze
  • Portrait de femme – rue saint Hélier
  • Fresque École primaire – rue saint hélier – Mathias Breze
  • Différents graffs et fresques à l’Elaboratoire – Boulevard Villebois Mareuil – Artistes divers selon les œuvres
  • Le héron – Avenue François Château – War
  • Homme – Femme – Avenue général leclerc / Boulevard de Strasbourg – Mathias Breze
  • Le Martin pêcheur – Boulevard Laennec – War
  • Le robot sans cœur – Rue Jean Marie Duhamel – Blu
  • Les autruches – Boulevard du colombier – Aryz
  • Fresque Teenage Kicks – Boulevard du colombier – Artistes d’un collectif

Voici un aperçu non exhaustif de ce parcours. Les photos de l’Elaboratoire sont dans le paragraphe qui lui est consacré.

Nous avons également remarqué qu’il y a beaucoup de fresques dans le quartier de Cleunay si vous disposez d’un peu plus de temps.

Institutionnalisation et street art, un paradoxe ?

L’office de tourisme de Rennes propose également des visites guidées sur le street art. Les parcours changent au gré des nouvelles œuvres, bien souvent éphémères. Un bon moyen de s’initier aux différentes techniques (graffiti, pochoirs, collage, peinture…).

Tous les 3 ans, la ville propose le festival Teenage Kicks qui met à l’honneur ces formes d’expression. Des espaces sont ainsi réservés aux artistes, des commandes sont passées. L’institutionnalisation du street art ne plaît pas nécessairement à tous les artistes mais elle a au moins le mérite de mettre en lumière des talents et de s’initier à la diversité de ses formes d’expression.

Le mur boulevard du colombier, qui longe le chemin de fer est recouvert d’œuvres d’une des éditions.

teenage kicks

Une des œuvres du mur mis à disposition pour Teenage kicks

Spontanéité VS participation
Les lieux mis à disposition pour peindre ou graffer sont choisis avec précaution. La spontanéité de la démarche n’est donc pas la même et le sens non plus. Cependant, je pense qu’un travail collaboratif entre des artistes et des municipalités peut réellement servir la population si il est pensé comme une démarche citoyenne et politique et non pas seulement comme un moyen d’embellissement.

Dans de nombreux quartiers populaires, des associations d’artistes réalisent des fresques participatives où chaque habitant est invité à donner son avis, mettre la main à la pâte, rêver du dessin et des couleurs qui viendront s’immiscer dans son quotidien. C’est d’après moi un bon moyen de redonner du pouvoir d’agir aux habitants, de valoriser des quartiers oubliés et de retrouver aussi une certaine forme de dignité. Une fresque collective de la sorte est visible près de la passerelle Odorico dans le quartier de Saint Hélier.

 

L’élaboratoire de Rennes, un espace qui ne manque pas de liberté !

Si vous aimez l’art libre, fou, créatif et militant, l’élaboratoire est fait pour vous ! Il s’agit d’une association qui réunit des artistes et des compagnies artistiques autour de lieux de vie et de création communs. L’idée de l’association et de pouvoir permettre à chaque artiste de pouvoir disposer de lieux et d’espaces pour créer en toute liberté, loin des contraintes des lieux de création plus traditionnels. Leur démarche d’éducation populaire revendique la culture pour tous et par tous. Cet espace est donc ouvert au public. De nombreuses créations ou évènements sont proposés. Ses artistes ou plutôt ses artisans comme ils aiment à s’appeler peuvent aussi résider sur place, cet espace permettant de valoriser des modes de vie alternatifs. Le projet de l’élaboratoire est en constante évolution depuis sa création en 1996, mais l’autogestion, la tolérance et la non violence restent des principes inchangés.

L’Elaboratoire entend également sensibiliser sur le recyclage et la récupération des déchets. En visitant le site, vous verrez de nombreuses œuvres faites à partir de matériaux de récupération. Leur but : partager ce savoir faire auprès d’un maximum de personnes.

élaboratoire

Bienvenue à l’élaboratoire

Au delà du concept de l’Elaboratoire, il est difficile de décrire le lieu et le mieux est sûrement que vous y alliez tout simplement, le lieu est ouvert à tous. Tous les 3ème dimanche du mois, l’élaboratoire organise une scène ouverte à tous les artistes qui souhaitent montrer un travail abouti ou en cours de réalisation. Il s’agit de la répét public.

street art elaboratoire

L'art de la récup !

L’art de la récup !

Cette balade colorée vous a plu ? Sachez que la ville regorge tellement d’œuvres de street art que les possibilités de balades et d’itinéraires sont infinies alors à vous de jouer !

Épingle moi sur Pinterest !

Épingle moi sur Pinterest !

Informations pratiques – visiter le Rennes du street art

Découvrir le street art à Rennes

Il y a différentes manières de découvrir le street art à Rennes, de la plus spontanée à la plus organisée :

Où se loger à Rennes

A l’occasion de ce séjour à Rennes, nous avons été invité par le groupe Accor pour visiter la ville en résidant dans l’hôtel Ibis Sud gare. Comme son nom l’indique, l’hôtel est attenant à la gare, ce qui est bien pratique pour se délaisser rapidement de ses affaires pour aller visiter la ville dès votre arrivée. Et pour les sidérodromatophobes (ceux qui ont la phobie de rater leur train), autant vous dire que c’est l’idéal !

Voyageant désormais avec un enfant, le côté pratique des hébergements est devenu pour nous essentiel. L’ibis Rennes Centre Gare Sud est un hôtel agréable, économique et fonctionnel. La chambre familiale mise à notre disposition était spacieuse ce qui nous a permis de ranger facilement la poussette et de permettre à notre lémurien de gambader à loisir lors de nos temps off. Le plus certain de la chambre, un salon qui se transforme en lit. Hélio a pu quasiment avoir sa chambre pour lui dans un lit d’adulte et il a apprécié. On a juste regretté qu’il n’y ait pas un rideau pour séparer les deux espaces.

Notre chambre avec l'espace parent et le coin enfant à l'ibis gare sud

Notre chambre avec l’espace parent et le coin enfant à l’ibis Renne Centre Gare Sud

Autre point essentiel, le petit déjeuner. Notre Hélio est un vorace et autant lui donner de quoi se rassasier le matin. Ce fût le cas avec un petit déjeuner qui proposait à la fois des choses gourmandes (viennoiseries, pain) mais aussi saines (fruits,  yaourts). Une mention spéciale pour les jus de fruits frais et les petites graines mises à disposition pour ajouter à son fromage blanc.

Pour connaître la suite de notre balade, vous pouvez lire notre article sur la nature à Rennes

InforEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

7 commentaires sur “Balade street art à Rennes : entre subversion et sagesse