Blegny Mine : dans les entrailles de l’histoire du charbonnage 4


De la révolution industrielle à l’ère du pétrole, le charbon a dopé l’essor de la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Une société addict à l’énergie. Une énergie sous forme de houille arrachée des entrailles de la terre durant des siècles dans le bassin minier de Wallonie. Témoin de ce passé, Blegny mine, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, révèle aux visiteurs cette histoire qui a façonné les paysages et les hommes.

Dans le cadre du salon des blogueurs voyage 2016, nous étions invités à visiter certaines parties de Belgique, parmi plusieurs parcours au choix. Alors que Laura décidait de découvrir l’art nouveau à Bruxelles, j’ai choisi d’aller vers Liège et la visite du site minier de Blegny.

C’est cette partie du « blog trip », accompagné d’autres blogueurs (Ursula d’avenue reine Mathilde, Anne de grouille pour pas qu’ça rouille, Nicolas de guide du voyage , Céline du joyeux bazar et Mel de Mel loves travels) qui m’avait le plus attiré.

Je garde en effet un souvenir à la fois vague et émotionnellement intense d’une visite de mine en Lorraine d’où vient une partie de ma famille. Vague car j’étais très jeune et intense car un de mes grands oncles travaillait dans une mine de charbon.

Le puits n°1 de Blegny Mine avec sa tour de lavage

Blegny-Mine (ou charbonnage d’Argenteau – Trembleur), un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

A notre arrivée sur le site de charbonnage de Blegny Mine, je dois avouer que j’ai eu peur. Je ne m’attendais pas du tout aux nombreuses activités familiales proposées sur place. Entre le mini golf, les aires de pique-nique, les restaurants, les logements, la boutique de souvenirs, j’avais la crainte que le site soit transformé en parc d’attraction.

Mais cette appréhension s’est évanouie dès notre entrée sur le site. Après un petit film narrant l’histoire du charbonnage et de la mine (un peu vieillot, mais pédagogique), nous étions invités à nous préparer pour descendre dans la mine : veste et casque obligatoires.

Puis direction l’entrée du puits de descente, accompagnés par notre guide Maryline. Dès les premiers instants, elle a su nous transmettre avec intensité ce que lui a enseigné son parrain-mineur, dont elle parlait avec un grand respect et beaucoup d’affection.

Seule une poignée d’anciens mineurs accompagnent encore les visiteurs dans les mines, la plupart étant décédés ou trop malades. La mine était encore en activité jusqu’en 1980, mais les mineurs ne font pas de vieux os… Le ton est donné.

Entrée de la cage de descente du puits n°1 de Blegny Mine

Entrée de la cage de descente du puits n°1 de Blegny Mine

L'histoire de Blegny-mine ou Société anonyme des Charbonnages d'Argenteau
La première fosse ouverte sur le site situé près de trembleur au nord-est de Liège date de 1779. Mais les premières traces d’exploitation de la houille date du 16e siècle, par les moines de l’abbaye de Val dieu.

Les premières machines à vapeur sont installées en 1850, juste après que le puits Marie soit creusé. La cage de descente était si étroite qu’il fallait descendre les chevaux à la verticale avec des harnais spéciaux.

Le puits le plus large, nommé puits numéro 1 fut creusé en 1920, augmentant considérablement la production. L’extraction prospère alors jusqu’aux chocs pétroliers des années 1970.
En 1980, le site ferme définitivement ses portes et est reconverti en site touristique.
Il sera classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 avec 3 autres sites miniers majeurs de Wallonie.

 

Dans les entrailles d’une mine de charbon

La descente se fait dans la cage d’origine, quelques mètres carrés en métal s’enfonçant dans le noir à une vitesse vertigineuse.

La vitesse est aujourd’hui fortement ralentie et nous n’irons qu’a 60 mètres de profondeur. Les galeries les plus profondes s’enfonçaient pourtant à plus de 500 mètres sous la surface. Une profondeur à laquelle la température dépasse les 40 degrés…
Mais ces quelques secondes de descente permettent tout de même de commencer en douceur à s’identifier aux mineurs qui ont arpenté ces lieux durant des décennies.

Une fois au fond, la pénombre, l’exiguïté et l’humidité aidant, le ton se fait plus sérieux, les regards plus intenses. Les sens sont d’avantage aiguisés et nous buvons les paroles de notre guide.

Plus nous avançons, plus nous en apprenons sur ce que pouvait être le travail dans une mine, nous comprenons alors à quel point nous devons un respect immense à ces forçats de la terre.
Pas besoin d’aller dans une mine de charbon pour se dire que ce doit être un travail très difficile et dangereux, mais voir la largeur des boyaux dans lesquels ils devaient travailler durant de longue heures, entendre le vacarme assourdissant des outils à air compressé, soupeser les impressionnants outils, ça change tout. On a peine a imaginer comment il est possible de « travailler » dans ces conditions.

Gallerie de la mine de Blegny

Quand on pense qu’il y a toujours des mines de ce type un peu partout dans le monde, avec des conditions de sécurité souvent désastreuses, ça me fait franchement réfléchir sur notre boulimie d’énergie, notre aveuglement volontaire pour tirer les prix vers le bas. Sans même parler des conséquences sur le climat de l’utilisation du charbon…

Bref, je suis ressorti de là avec la boule au ventre.

En 2012, le charbon représentait la seconde source d’énergie dans le monde : 29 %, contre 31 % pour le pétrole.

Charbon, tourbe, lignite, houille, anthracite : quelle différence ?
Le charbon est une roche sédimentaire composée de matière organique. Au fil du temps, le charbon se transforme pour devenir de plus en plus « pur » et un meilleur combustible. Ainsi il passe de tourbe à lignite puis houille, son stade ultime. L’anthracite quant à lui est une forme de qualité supérieure de la houille.

 

Les mineurs, ces héros anonymes de la révolution industrielle

En parlant de camaraderie, c’est un point marquant de l’histoire de cette mine et de beaucoup d’autres en Europe. Depuis le début du 20e siècle et même un peu avant, de nombreux étrangers sont venus travailler dans les mines de charbon. Le manque de main d’œuvre, les salaires extrêmement bas et les conditions de travail épouvantables incitant les gouvernements à faire venir des migrants économiques.

Lorsqu’on travaille dans des milieux si extrêmes, que l’on risque quotidiennement sa santé, sa vie, un esprit de camaraderie très fort naît entre les mineurs. La solidarité est une nécessité. Et quand on extrait la houille, toutes les gueules sont noires. Alors pas de question de racisme au fond, tout le monde est mineur, point.

Avec tous ces récits entendus, ces conditions de vie entraperçues, je comprends mieux la fierté que peuvent ressentir ces anciens mineurs à expliquer leur travail. Je l’ai ressenti comme un sacrifice de leur part. Tous ces hommes largement exploités pour faire avancer à marche forcée nos sociétés vers ce que nous appelons aujourd’hui la modernité et nous donner le confort dont nous jouissons aujourd’hui méritent le plus grand respect. La sauvegarde de ce patrimoine, de ce témoin qu’est Blegny mine est une nécessité pour se rappeler de ce qu’ils ont accompli pour nous, de gré ou de force.

Dans la tour de triage et de lavage de Blegny-Mine

Dans la tour de triage et de lavage de Blegny-Mine

Informations pratiques

Transports jusqu’à Blegny-Mine

Le site est accessible en transports en commun, depuis l’arrêt Route de Mortier à Trembleur, desservi quotidiennement par le bus 67 Liège – Visé.

Pour ceux que souhaitent se rendre à Blegny-Mine en voiture, l’adresse exacte  : 23 rue Lambert Marlet 4670 BLEGNY

Visite guidée de la mine

La visite dure environ 2h.

Tarif

9,9 € par adulte et 7 € par enfant (6-12 ans).

Les horaires d’ouverture

Blegny-Mine est ouvert tous les week-ends et jours fériés du 01/03 au 30/11/2016.
Et tous les jours du 29/03 au 09/09/2016.

Tous les détails sur le site de la mine

Autres activités sur le site

  • Un Musée de la mine situé sur le puits Marie retrace l’histoire du site et montre aux visiteurs les outils utilisés,  les techniques d’extraction du charbon etc.
  • Mini golf
  • Un tortillard traverse le site pour une balade de 50 minutes
  • Visite du terril, de son biotope et circuit des arbres pour mieux appréhender ce milieu très particulier

D’autres blogueurs parlent de notre visite à Liège et du charbonnage d’Argenteau – Trembleur

 

Cette visite a été élaborée dans le cadre de We Are Travel 2016, le salon des blogueurs voyage francophones, avec l’Office du Tourisme de Wallonie-Bruxelles et la Province de Liège.  Je reste cependant libre de l’ensemble des choix éditoriaux des articles publiés à ce sujet.

 

 Découvrez l’art nouveau avec Laura, ou la nature cachée à Bruxelles


A propos Seb

Jeune homme bien sous tous rapports aimant manifestement voyager. Accessoirement, entre deux voyages, je tente de sauver le monde en bossant comme animateur d'un réseau d'éducation à l'environnement. Heureusement, je suis pas tout seul, parce qu'il y a du boulot !


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

4 commentaires sur “Blegny Mine : dans les entrailles de l’histoire du charbonnage