La nature cachée à Bruxelles : les origines de l’Art nouveau 6


A l’occasion du troisième salon des blogueurs voyage qui se tenait à Bruxelles en ce début de mois d’Avril, nous avons pu réparer notre inculture et découvrir cette belle ville. Seb et moi avons participé chacun de notre côté à une journée organisée par les offices de tourisme locaux. Bruxelles pour moi et Liège pour Seb (qui vous raconte sa poignante visite de la mine de Blegny).

Quand la nature inspire l’architecture à Bruxelles

Amoureux de la nature, il est parfois difficile de la trouver en plein cœur de la ville. A moins qu’on y regarde de plus près… La nature sait être subtile et surtout inspiratrice. Alors pour ma visite nature de Bruxelles je n’ai pas choisi les parcs et jardins comme à Porto mais une balade architecturale atypique.

Quel rapport entre la nature et l’architecture me direz vous ?

De tout temps, les arabesques des vrilles végétales, les nuances de couleurs des fleurs ou bien encore les textures des feuilles et écorces ont inspiré les créateurs. Les architectes font partie de ceux qui ont puisé dans le monde végétal et animal, leur inspiration.

Détail maison paul Ankar

Motifs floraux d’inspiration japonaise sur la façade de la maison de Paul Ankar

Il est un type architectural en particulier qui a emprunté beaucoup de codes à la nature, il s’agit de l’Art nouveau.

Né en 1893, ce mouvement architectural a disparu vers 1914 à cause de la guerre. Il sera remplacé après guerre par l’art déco, beaucoup plus massif et géométrique.

J’ai toujours aimé l’art nouveau dont j’ai pu découvrir de beaux exemples à Barcelone ou bien Prague. Je suis aussi une grande fan de l’iconographie de Mucha.

Cependant, on ne le sait pas suffisamment mais c’est la Belgique qui fût un pays précurseur en la matière. Paul Ankar et Victor Horta en sont les architectes star.

La nature pour rébellion

Ce n’est pas anodin si les architectes, pour s’affranchir des codes passés, ont choisi la nature. Elle symbolise en effet à bien des égards la rébellion. Son foisonnement, sa diversité, son imprévisibilité sont en totale contradiction avec l’ordre établi. Et c’est bien cela qui a plu aux architectes.

Pour être exubérant et joyeux, l’Art nouveau a tout d’abord arrondi les formes pour lutter contre la rigidité. Exit les lignes droites minérales, place aux vrilles et ondulations végétales.  Gravées, sculptées ou dessinées, les tiges s’entrelacent pour apporter poésie et élégance. C’est ainsi que les édifices ou les objets semblent être en mouvement. L’art nouveau est un art vivant.

Les objets du quotidien également se font plus « végétal ». Les vases forment des corolles, les bijoux se transforment en scarabée irisé ou libellule mystérieuse. L’Art nouveau est un art total en ce sens qu’il se retrouve dans le mobilier, la joaillerie, la peinture et les arts graphiques.

Vous l’aurez compris, la nature est toujours présente dans l’art nouveau que ce soit par la présence de fleurs, de végétaux, d’insectes ou d’animaux. Elle est plus ou moins stylisée et parfois représentée de manière plus géométrique.

Art nouveau géométrique

Un exemple d’art nouveau de style plus géométrique

L’humain qui sublime la nature

La nature humaine a aussi beaucoup inspiré les artistes et architectes. Et plus particulièrement les formes féminines. Nombreuses sont les représentations de femmes lascives, quelques peu dénudées, ce qui fit scandale à l’époque.

Sgraffite de l'hôtel Ciamberlani

Sgraffite de l’hôtel Ciamberlani

Mais au-delà des formes généreuses des femmes, c’est dans le processus de fabrication que l’humain a été pensé. Pour contrecarrer l’industrialisation à outrance, l’Art nouveau remet au centre du processus de création les artisans. Tout en utilisant les innovations industrielles (notamment autour du fer), ils intègrent les artisans pour le façonner de manière originale.

 

Colonne Art nouveau

Les colonnes en fer typique de l’art nouveau qui permettent de faire entrer plus de lumière. Elles se prolongent telles des racines

Balade architecturale Art nouveau, de Saint Gilles au centre ville

Assez de description, pour se faire une idée, les photos parlent davantage. Voici de manière chronologique, les différents édifices que j’ai pu découvrir lors de cette balade architecturale.

Tout démarre dans les quartiers de Louise, Ixelles et Saint Gilles

Hôtel Tassel

Façade de l'hôtel Tassel

Façade de l’hôtel Tassel, 6 rue Paul-Emile Janson

La particularité de l’hôtel Tassel est l’extraordinaire travail qui a été mené pour faire entrer un maximum de lumière. Les colonnes en fer de la façade sont l’illustration de la prouesse technologique qui a permis ses larges ouvertures. A l’intérieur également, des puits de lumière avec de larges verrières créent une atmosphère magique dans le bâtiment.

Maison Beukman

La maison Beukman tout près de l’hôtel Tassel est un très bel exemple de maison d’Art nouveau. Elle est malheureusement actuellement à l’abandon. Vous pouvez cependant admirer les différents détails des fenêtres, le magnifique décrottoir ainsi que son balcon en fer forgé particulièrement original par sa forme évasée.

La pièce maîtresse de cette œuvre est sans nulle doute son sgraffite qui culmine au dernier étage. Le sgraffite est une décoration murale obtenue en grattant un mortier humide ce qui permet de faire ressortir sa couleur originale et ré-hausser ainsi le dessin. Celui-ci met à l’honneur un champ de pavot, plante qui symbolise le sommeil. Une belle manière de symboliser la tranquillité de cette maison.

Sgraffites de la maison Beukman

Sgraffites de la maison Beukman

Hôtel Ciamberlani

Hôtel Ciamberlani et ses sgraffites si bien conservées à bruxelles

Hôtel Ciamberlani et ses sgraffites si bien conservées à Bruxelles

On retrouve un très bel exemple de sgraffites un peu plus loin sur l’imposante façade de l’hôtel Ciamberlani. Les médaillons illustrent des combats d’animaux. Cette bestialité est atténuée par d’éclatantes fleurs dorées. Admirez les baies vitrées, qui grâce à l’encadrement arrondie en bois, donne l’illusion qu’elles sont parfaitement rondes.

Hôtel Otlet

Hôtel Otlet

Hôtel Otlet

Vu de loin l’hôtel Otlet ne paraît pas si surprenant mais en s’approchant de plus près, vous remarquerez de nombreux détails intéressants, comme des vitraux, le bow window d’angle et plus surprenant, des fenêtres en verre bombé.

verre bombé

Verre bombé de l’hôtel Otlet. Je ne peux m’empêcher de penser aux yeux d’une mouche !

La maison est actuellement occupée par un avocat. Avec un peu de chance vous pourrez jeter un coup d’œil à l’intérieur en semaine.

Maison Ankar

Je le disais plus haut, Paul Ankar a été un des chefs de file de l’Art nouveau. Dans sa maison personnelle, il n’est pas étonnant d’y retrouver de l’asymétrie, des éléments décoratifs tels que les sgraffites et le travail du fer forgé (dans un style plus géométrique). L’influence japonaise est palpable.

Façade japonisante de la maison de Paul Ankar

Façade japonisante de la maison de Paul Ankar

Dans le même quartier, il y a de nombreux autres édifices à découvrir. J’aurais notamment aimé voir l’atelier du maître verrier Sterner ainsi que l’hôtel Solvay (inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco). Je vous en ai sélectionné de belles photos dans l’album Pinterest (en fin d’article) sur l’art nouveau à Bruxelles pour que vous puissiez y jeter un coup d’œil.

Musée Horta

Le musée Horta est sans conteste le lieu idoine pour en savoir plus sur ce mouvement architectural. Malheureusement, notre visite ayant eu lieu le dimanche nous n’avons pas pu le visiter. Je me suis donc rabattue sur la façade et ses nombreux détails.

Musée horta

Façade du musée horta. Voyez vous la libellule ?

Si Daniel, notre guide passionné, n’avait pas attiré mon attention, je serais sûrement passée à côté de cet étonnant détail de taille. Les balcons et l’armature en fer centrale forment une libellule très stylisée.

Balcon du musée Horta

Balcon du musée Horta qui semble flotter dans les airs. Une prouesse architecturale.

Musée des instruments de musique

Nous nous rapprochons maintenant du centre ville qui recèle encore de nombreux exemples. Parmi eux, le musée des instruments de musique dont le travail de fer forgé est particulièrement remarquable.

 

 

Musée des instruments de musique

Musée des instruments de musique

La terrasse du restaurant est accessible gratuitement et permet de profiter d’une belle vue sur la ville.

Galerie de la reine

Galerie de la reine

Galerie de la reine

Bon, ce n’est pas de l’art nouveau mais cette galerie m’a tellement scotchée que je ne pouvais que partager ces photos avec vous. Le guide a fait un parallèle avec le passage Pommeraye de Nantes, mais bien que très attachée à ma ville, je concède que ces galeries belges gagnent par KO en comparaison.

Palais du vin

L’après midi, après une dégustation de bière à Moeder Lambic qui me sonnera quelque peu, nous continuons vers le quartier des Marolles. Aujourd’hui lieu de vie du quartier, le palais du vin abrite un marché bio et des activités sociales. Les français de passage, légèrement chauvins ne manqueront pas de chercher leur ville sur les sgraffites de la façade qui mettent à l’honneur les régions viticoles.

Kinder garden Catteau Aurore

Autre lieu du quotidien, un jardin d’enfant en style Art nouveau. Quelle chance pour ces bambins de rentrer tous les jours dans un lieu empreint de poésie. Ça change des maternelles ou écoles primaires rectangulaires et tristounettes. Un lieu qui doit stimuler l’imagination.

Cité Hellemans

Cite Hellemans à Bruxelles

Cite Hellemans à Bruxelles

Décidément, l’Art nouveau dans le quartier de Marolles a sublimé les lieux de vie. La cite Hellemans est le dernier exemple de notre balade. Au premier coup d’œil les caractéristiques de l’Art nouveau ne sont pas flagrantes. Mais cette cité d’habitat social en reprend cependant des détails dans les balcons en fer forgé et l’utilisation de la brique. Une forme plus populaire de cet art qui a longtemps été réservé à des élites malgré sa volonté d’être accessible à tous.

Pour prolonger votre balade dans le quartier des Marolles, je vous conseille de lire l’excellent article de Madame Bougeotte qui en plus d’être sympa, écrit de jolis récits !

Pour compléter ce parcours sur l’Art Nouveau,  je vous conseille aussi d’aller jeter un coup d’œil à la brasserie Falstaff et la chemiserie Niguet dans le centre ville, l’Hôtel van Eetvelde et la maison Cauchie dans le quartier des squares et des cinquantenaires, ainsi que la Maison Nelissen et l’Immeuble De beck dans le quartier Saint gilles. Autant d’édifices que vous retrouverez dans notre galerie Pinterest et notre carte.

 

Informations pratiques – l’Art nouveau à Bruxelles

Itinéraire architectural et édifices d’intérêt

Voici l’itinéraire que j’ai parcouru en compagnie des autres blogueurs. Après le Musée Horta, nous avons pris le tram pour rejoindre le centre et réaliser la deuxième partie de l’itinéraire.

J’ai ajouté en dehors de l’itinéraire d’autres points d’intérêt qui mérite selon moi une petite visite.

Voir en plein écran

  • Hôtel Tassel, 6 rue Paul Emile Janson. Il n’est pas possible de le visiter. Cependant vous pourrez découvrir son intérieur dans notre galerie Pinterest.
  • Maison Beukman, 85 rue Faider. Actuellement à l’abandon, elle ne se visite pas.
  • Hôtel Ciamberlani, 13-15 rue Paul Emile Janson. Ne se visite pas.
  • Hôtel Otlet, 48 rue de Livourne. Si vous avez de la chance en semaine, une porte s’ouvrira peut être.
  • Maison Paul Hankar, 71 rue Defacqz
  • Musée Horta 25, rue Américaine. Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 17h30.
  • Musée des instruments de musique, Montagne de la cour 2 – Ouvert du mardi au vendredi : 9h30 – 17h00 – Samedi, dimanche, jours fériés : 10h – 17h00

Petite astuce, il est possible d’accéder gratuitement à la terrasse du restaurant du musée qui offre une vue imprenable sur Bruxelles.

  • Galerie de la reine
  • Palais du vin, 58/62 rue des tanneurs
  • Jardin d’enfant Catteau Aurore, 40 rue Saint Ghislain
  • Cité hellemans, aux alentours de la rue Blaes (rue des ramoneurs ; rue des charpentiers ; rue des tonneliers ; rue des chaisiers ; rue des brodeurs ; rue des orfèvres)

Hébergement à Bruxelles

Dans le cadre du salon des blogueurs voyage, nous avons gentiment été invités à l’hôtel Ibis midi (près de la gare). Le personnel a été aux petits soins, la chambre était agréable et le petit déjeuner amplement roboratif ! L’emplacement de l’hôtel était plus que stratégique par rapport à nos plans. Seb a même pu repasser sa chemise grâce au fer et à la table mis à disposition dans le couloir. Un rapport qualité prix excellent !

Cette balade a été réalisé grâce au soutien de l’office de tourisme de Bruxelles et le groupe Accor dans le cadre du salon des blogueurs voyage. Je reste cependant libre de l’ensemble des choix éditoriaux des articles publiés à ce sujet.

balade atypique à  bruxelles

Épingle moi sur Pinterest !

Poursuivez la découverte de notre parcours belge par le récit de la visite de la mine de Blegny, un site historique majeur classé au patrimoine mondial de l’UNESCO


A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

6 commentaires sur “La nature cachée à Bruxelles : les origines de l’Art nouveau

  • malicyel

    Je vais souvent à Bruxelles, pourtant je ne l’avais jamais visitée avec ce regard « art nouveau ».
    Un chouette focus très intéressant, j’y ferai plus attention en y retournant 🙂

    • Laura Auteur du billet

      Oui je ne pensais pas que Bruxelles possédait un patrimoine aussi riche sur l’art nouveau et j’ai été littéralement sous le charme. C’est un des styles d’architectures que je préfère. Merci de nous suivre sur Pinterest, c’est notre réseau social chouchou du moment.