Que choisir comme randonnée au Pérou quand on a le vertige comme moi ? Le canyon de Colca, le plus profond du monde bien sûr ! Enfin presque, il est dépassé de quelques mètres par son voisin, le canyon Cotahuasi. C’est un peu couillon peut être… Sauf que c’est tellement beau que ça vaut bien quelques moments (très) difficiles. Départ pour 3 jours de trek dans un cadre grandiose, à côtoyer les condors.

Canyon del colca chemin de randonnée
C’est parti pour 3 jours de trek dans le canyon del colca

Avec la bagatelle de 3400 m de profondeur, une rivière bleutée avec geysers, des condors et perroquets, de charmants petits villages, une fête populaire, nous avons eu de quoi pavoiser durant ces trois jours de marche.
Afin de profiter au maximum en suivant notre propre rythme, nous sommes partis seuls, sans guide. Rien de plus simple avec une bonne carte. Bon, il faut la trouver la bonne carte, nous avons eu 4 versions différentes pour une seule correcte… Ne vous fiez pas à celle imprimée sur les billets d’entrée, elles sont fausses (sic). Malgré tout, c’est très simple, beaucoup de gens le font et il y a très peu de morts.

Randonnée seuls, et la fête est plus folle !

D’Arequipa, la grande ville la plus proche, nous nous sommes rendus en bus local (inutile de prendre un bus touristique, c’est le même chemin et c’est plus cher, sauf si vous voulez faire deux-trois arrêts shopping) jusqu’à Cabanaconde, village perché sur le flanc du canyon del Colca.

Pour accéder au canyon, un taxe décriée...
En chemin, il faudra vous acquitter du billet d’entrée de 70 soles (18 €) par personne, valable une semaine. C’est assez cher, d’ailleurs pas mal de touristes resquillent vu le prix, se donnant bonne conscience en disant que l’argent est mal distribué de toute façon. Je ne suis pas d’accord avec cette façon de faire, ce n’est pas à nous en tant que visiteur de dire si cette taxe est justifiée ou non. Ou alors on ne va pas dans le canyon. Il y a apparemment une gestion locale assez flou de cette manne et les locaux manifestent régulièrement pour faire valoir leurs droits (la route était bloquée la veille de notre arrivée), mais ce n’est pas en leur retirant toute rentrée d’argent, si mal gérée quelle soit, que cela aidera à la préservation du canyon et au développement des infrastructures…

Bref, je disais donc, le point de départ de la visite du canyon de Colca : Cabanaconde. A la descente du bus, un charmant accent du sud nous demande « vous êtes Français ? ». Ni une ni deux, nous voilà embarqués vers un petit hostel rustique mais sympathique géré momentanément par un couple de Français finançant ainsi une partie de leur voyage. Le propriétaire est Péruvien, nous ne dérogeons ainsi pas à notre règle d’aller vers le commerce local (ouf!). Il est berger, elle est animatrice et ils cuisinent super bien l’alpaga ! Dans ce charmant petit coin, nous aurons également rencontré un autre français vivant lui dans une yourte en communauté près de Bourges. Notre carnet d’adresse pour un petit tour de France à venir se remplit.

Les itinéraires de randonnée
Renseignements pris, il y a plusieurs possibilités de rando dans le canyon. Trois villages principalement où résider : Llahuar à l’ouest, « l’oasis » (village touristique – Sangalle de son vrai nom) au centre et San Juan de Chuccho à l’est. Le grand classique, c’est descendre vers San Juan, puis aller vers l’oasis pour enfin fermer la boucle remontant directement à Cabanaconde. L’alternative, descendre vers Llahuar, puis aller vers l’oasis et remonter vers Cabanaconde. Notre choix, descendre vers Llahuar, aller jusqu’à San Juan et remonter vers Cabanaconde (vous suivez ?). C’est un peu plus long, mais pas beaucoup (1h en plus sur trois jours) et cela permet de voir les deux côtés du canyon. En plus, on évite l’oasis qui n’a rien d’un village apparemment, c’est un ensemble d’hôtels et restaurants.

Nos vivres sont prêtes (c’est assez cher en bas du canyon), nous avons des vêtements chauds pour la nuit, c’est parti !

3 jours de marche dans le (second) canyon le plus profond du monde

Premier jour, descente, descente et encore descente jusqu’au fond du canyon. Il y a environ 1100 mètres de dénivelé entre Cabanaconde et le fond de la vallée où coule la rivière Colca. C’est très sec, la vue est impressionnante, il y a de beaux précipices mais je fais encore a peu prêt bonne figure devant ma belle.

Une fois en bas, nous apercevons un geyser non loin du pont. Nous nous arrêtons déjeuner ici et en profitons pour faire trempette (oui il fait beau et chaud !). Je me crame un peu les pieds à vouloir trop m’approcher du geyser pied nus, mais c’était un peu con de ma part…

 

Après cette grosse pause, encore un peu de marche en montée (une petite heure tranquille). Nous nous arrêtons juste avant Llahuar chez les Mendoza qui nous offrent des tunas bienvenus avec cette chaleur (fruit du cactus).

village avec vue
Village avec vue !
On ne se fait pas prier et on engloutit les tunas que ces charmantes péruviennes nous offrent

Arrivés à Llahuar, nous nous apercevons qu’il ne s’agit pas d’un village contrairement à ce qu’on pensait, mais simplement deux auberges, dont une possède des piscines thermales en bord de rivière. Parfait pour se détendre en cette fin d’après midi ! On a le coin pour nous seuls (apparemment c’est la foule en saison haute), des condors volent au dessus de nous, c’est parfait.

Le deuxième jour, nous débutons par une ascension tranquille mais certaine d’une bonne heure et demi. Nous passons par un premier village qui se remet difficilement d’une fiesta, les cotillons dans la rue en sont la preuve, quelques personnes chantant la voie enrouée également.

La majeure partie du trajet se fait sur une route en terre, mais avec très peu de voitures. La vue sur le canyon de Colca est toujours aussi impressionnante. Nous allons ainsi jusqu’à deux petits villages où nous nous arrêterons pour manger.

Ceux allant vers l’oasis (Sangalle) auront bifurqué pour redescendre au fond de la vallée juste avant. Nous continuons plus à l’est pendant une heure trente jusqu’à San Juan de Chuccho.

Nous comprenons alors pourquoi les guides passent par ici, le chemin est très beau, très différent du reste. C’est vert, il y a de petits canaux qui courent le long du chemin, très bucolique.

Dans l’auberge où nous nous installons, nous rencontrons deux infirmières françaises que nous recroiserons à Tupiza en Bolivie quelques semaines plus tard. Mais c’est une autre histoire…

Une fin de rando éprouvante dans le canyon de Colca

Le dernier jour, c’est la remontée vers Cabanaconde, 1100 mètres de dénivelé positif en 4h. Laura et moi, on en aura chié, mais pas pour les mêmes raisons. Physiquement pour Laura, c’est quand même assez rude et à cause du vertige pour moi. Je peux dire que je me suis retrouvé dans un état que j’avais jamais atteint, une peur proche de la panique. Mais avec d’énormes coups de pieds au cul et un gros soutien de Laura, je me suis remis en route et finalement, je suis super, mais alors super content de m’être dépassé à ce point et d’avoir vécu ça. Car le chemin de ce côté est magnifique, bien plus beau que par Llahuar. On passe au milieu de falaise rocheuse, avec des vues impressionnantes sur les gorges et encore une fois, des condors au dessus de la tête.

Sur la fin, le chemin grimpe moins et devient plus facile. Je vous conseille de le faire dans ce sens si vous allez dans le canyon, car vous éviterez tous les groupes guidés venant d’Arequipa qui descendent par ce côté. Si vous partez le matin, vous les croiserez sur la fin, quasiment en haut de la côte. Un bon moyen de profiter du canyon sans presque personne pour gâcher votre plaisir (ou voir votre état de décomposition avancé…).

Une fois remontés en haut du canyon de Colca, il faut faire un dernier effort pour rejoindre Cabanaconde. Franchement, ce dernier bout de chemin nous semblait de trop. Trop d’émotions, trop de fatigue, nous avions juste envie de rentrer prendre une bonne douche.

Arrivés à la cabane on pense être arrivés mais le village de Cabanaconde est encore à quelques km
Arrivés à la cabane on pense être arrivés mais le village de Cabanaconde est encore à quelques km

Mais… Parce qu’il y a souvent un mais en voyage, nous entendons de la musique au loin, un groupe de gens en bord de route… Le début d’une autre histoire !

 

Infos pratiques – randonnée dans le canyon de Colca

Toutes les infos sont détaillées dans l’article, mais pour résumer :

Transport vers Cabanaconde :

D’Arequipa à Cabanaconde, rendez-vous à la gare routière, plusieurs compagnies font le trajet qui dure 6h environ (17 soles – 4 €). Un conseil, réservez à l’avance si vous êtes en saison haute (mai-septembre).

Tarif d’entrée au canyon de Colca :

Il vous en coutera 70 soles (18 €) par personne pour visiter le canyon, le ticket est valable une semaine. Un peu cher pour de la randonnée, mais vous vous rattraperez sur le prix des logements très économiques.

Caractéristiques du canyon del colca :

L’altitude maximum du canyon de colca est de 4350 m et le point le plus bas au fond de la vallée à environ 1100 m (mais c’est très variable en fonction d’où vous êtes dans la vallée, celle ci étant en pente…).

Cabanaconde est à 3300 m d’altitude. Entre Cabanaconde et Sangalle (l’oasis), il y a 1100 mètres de dénivelé. Il est comparable entre Cabanaconde et San Juan ou Llahuar. Vous n’aurez donc pas à descendre ou monter les 3400 mètres de profondeur maximum entre le point le plus haut et le plus bas du canyon !

Mais malgré tout, c’est une randonnée qui demande des efforts physiques. Le plus important étant de vous acclimater un ou deux jours à l’altitude avant de vous lancer.

Randonnée en 3 jours dans le canyon de colca :

Plusieurs boucles possibles depuis Cabanaconde. Notre conseil, premier jour jusque Llahuar (4-5h), dodo dans l’auberge qui a les piscines thermales pour 40 soles la chambre double (10 € – accès aux bains inclu). Deuxième jour jusque San Juan (5-6h), dodo dans une des auberges sur place pour 20 soles la chambre double (5€). Troisième jour retour à Cabanaconde (4h-5h). Les temps de marche sont comptés assez large…

Randonnée en 2 jours dans le canyon de colca :

Il est possible de profiter du canyon d’une journée à une semaine, mais classiquement, les voyageurs viennent passer deux jours le long du Colca.

Les agences proposent le trajet suivant : descente le premier jour depuis Cabanaconde vers San Juan, puis direction l’oasis pour y dormir. Puis remontée directe depuis Sangalle (l’oasis) vers Cabanaconde le second jour. Il est possible de faire ce trajet en une journée, mais il faut avoir une très grosse forme !

Si vous choisissez ce trek, je vous conseillerai plutôt de dormir à San Juan, c’est plus calme, moins cher et moins « youhou » (comprenez ce que vous voulez…).

Descendre par Llahuar pour remonter par l’oasis ou San Juan en deux jours, certains nous ont affirmé l’avoir fait, mais ça me parait très sportif !

Hébergement à Cabanaconde :

L’hostel où nous sommes allés n’avait pas de nom et les personnes qui nous y ont invité n’y sont plus… Mais si vous voulez tout de même vous y rendre, c’est le dernier bâtiment sur la droite sur le chemin qui descend vers l’oasis. 30 soles (7,5 €) la chambre double avec sdb (et même un peu d’eau chaude s’il a fait beau dans la journée).

L’alternative à la randonnée : le colectivo

Pour ceux qui auraient des difficultés à marcher, ou qui seraient avec des enfants en bas age, il est possible de descendre dans le canyon à moindre coût. Pas besoin de se saigner pour se payer les services d’un 4×4, un colectivo descend à proximité de Llahuar depuis Cabanaconde (1h30) ! Il faudra vous renseigner sur place pour les horaires et ne pas être trop regardant sur le confort, mais c’est une option très économique si vous voulez profiter du canyon sans pouvoir vous y rendre à pied. Il vous faudra tout de même marcher un peu jusque Llahuar, mais le chemin n’est pas très compliqué. Merci chers lecteurs, pour avoir partagé cette astuce avec nous !

Pour aller plus loin
Dans la vallée sacrée, il y a bien d’autres beaux chemins à découvrir à pied, notamment une superbe randonnée entre les terrasses de Moray et les salines de Maras. Le meilleur moyen pour visiter ces sites historiques.

Parmi les autres randonnées que nous avons adoré au Pérou, nous vous conseillons vivement celle vers la laguna 69 dans la cordillère blanche, près de Huaraz. Une montée jusqu’à 5000 mètres vers une lagune turquoise au pied des neiges éternelles !

Nous ne sommes pas allés au Machu Picchu, pas la bonne saison, pas le bon moment, routes alternatives au train fermées… Mais si nous y étions allé, nous aurions sans doute suivi le même chemin que Piotr (1001 pas) qui nous raconte son périple vers le Machu Picchu de belle manière.

Si cet article vous a donné le vertige autant que moi, vous pouvez lire l’article que je consacre au sujet, où je partage mes conseils pour combattre la peur du vide.

Vous avez aimé cet article et vous ne voulez pas le perdre ? Conservez le sur Pinterest en épinglant l’image suivante !

Guide pratique pour visiter le canyon del colca

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !