Dans chaque voyage, nous aimons dénicher ces petits détails du quotidien qui nous semblent curieux voir étranges (selon nos propres références culturelles). Lors de notre voyage à Malte, nous nous sommes amusés à les collectionner et ce ne fût pas difficile d’amasser suffisamment de pépites pour constituer un vrai trésor. Voici la première partie de notre butin !

1- Une livraison à domicile originale

Ce qui nous a très vite frappé à Malte, c’est la quasi inexistence de supermarchés (surtout sur l’île de Gozo). Ici, les épiceries sont familiales et leur taille est donc modeste voir minuscule. Blindée de haut en bas, pour le voyageur de passage il n’est pas facile de s’y retrouver. Mais ce qui nous a le plus surpris, ce sont les camions ambulants qui se déplacent de ruelles en ruelles pour vendre leurs produits. Il subsiste encore quelques vendeurs ambulants du genre en milieu rural en France, mais en ville, jamais vu ! C’est ce qu’on appelle de la proximité.

Et si vous n’avez pas envie de descendre les quelques marches qui vous séparent du camion, pas de soucis, les Maltais ont mis au point un système ingénieux pour être livré à domicile. Une image vaut mieux qu’une longue explication.

2- Un ticket de bus photosensible

Bien sûr tout le monde connaît la différence qu’il peut y avoir entre des tarifs basses et hautes saisons dans les hôtels. Cependant, nous n’avions jamais eu l’occasion de voir des tarifs de bus qui variaient en fonction de la saison. C’est désormais chose faite. A Malte, en été le tarif d’un ticket de bus est de 2 € contre 1,50 € en hiver. Ce doit être la contribution à la climatisation.

3- Une relation aux oiseaux singulière

Les Maltais ont une relation bien particulière avec nos amis volatiles. D’un côté, ils sont braconnés et chassés sur toute l’île, au point que le gouvernement a du légiférer sur ce point et n’autoriser la chasse qu’une semaine par an. De l’autre, les Maltais adorent tellement les bêtes à plumes qu’ils vont jusqu’au café ou se baladent en ville avec leur animal de compagnie. C’est ainsi que nous avons vu un monsieur avec une chouette discuter tranquillement à la terrasse d’un café avec ses potes et un autre conduire sa voiture avec une cage sur ses genoux. Étrange ! Une Maltaise nous a confirmé que ce n’était pas anecdotique. Après les bars à chats, les bars à oiseaux !

4 – Des bouteilles anti-chats

Toujours du côté animal, les Maltais sont surprenants. Tandis que des adorateurs des félins parsèment la ville de gamelles et de niches pour leur venir en aide, les opposants ont trouvé la parade pour éviter qu’ils viennent empiéter sur leur territoire : la bouteille d’eau.

chat bouteille superstition malte
Des bouteilles d’eau censées faire fuir les chats ? Comment ? c’est un mystère…

Comment cela marche ? L’eau sert elle à arroser les chats qui comme chacun sait en ont horreur ? Pas du tout, vous verrez des bouteilles d’eau au seuil des pas de porte. Le plastique chauffant au soleil produirait une odeur qui incommoderait les matous ! Nous sommes perplexes sur l’efficacité mais il paraîtrait qu’en France cela se pratique également. Affaire à suivre …

5- Des saints de gauche comme de droite

Une des curiosités qui nous a le plus étonné. Quand la religion se mêle à la politique. Malte et Gozo font partie des territoires catholiques les plus pratiquants au monde. On recense pas moins d’une église par jour (quand on regarde la superficie de ces îles, on comprend vite la ferveur !). Les messes s’enchaînent dès 5h du matin et sont bondées. Tous les ans, dans chaque ville ou village on célèbre son saint, ce sont les festas. Problème, il arrive que pour un même village, plusieurs saints s’affrontent. Ainsi à Victoria sur Gozo, il y a les fervents de Sainte Marie et ceux de Saint George.

Et il est réellement question d’affrontement, même si aujourd’hui il s’agit de taquinerie, il y 300 ans cela se réglait à coup de bombes devant les églises. Et comment les personnes choisissent leurs saints ? Et bien figurez vous qu’ils sont reliés en quelque sorte à un parti politique. Sur les devantures des maisons, on affiche son appartenance à un saint donc à un parti sauf Antoinette, tisseuse de dentelle à Victoria, qui a choisit Sainte Marie, car lors de la festa son feu d’artifice est plus joli !

Enregistrer

Enregistrer