La France ne manque pas de petites cités de caractère, c’est un fait. Beaucoup de villes et villages possèdent un cachet particulier, une histoire passionnante, des monuments impressionnants. Dinan fait partie de ces cités médiévales où cheminer revient à remonter le temps, à l’affût d’une myriade de détails excitants.

Mais ce qui rend Dinan quasiment unique, c’est sa situation géographique, la topographie des lieux, avec la Rance coulant tranquillement en contrebas de la ville. La nature s’allie merveilleusement avec l’histoire à Dinan, un cocktail savoureux et enivrant !

L’histoire inscrite dans les murs de Dinan

Il y a quelques années, nous étions passés à Dinan avec Laura et une amie. Une visite éclair sous la brume qui nous avait laissé une impression de trop peu, un appel à revenir.

Alors lorsque l’occasion s’est présentée de revenir, invité dans le cadre du salon des blogueurs voyage, j’ai sauté sur l’occasion !

Accompagné de collègues blogueurs, nous avons arpenté la ville tels de fins limiers, cherchant à résoudre des énigmes historiques. L’office du tourisme nous avait concocté un sympathique jeu de piste à travers Dinan intra muros (entendez entre les remparts de la ville). Bon, les questions étaient parfois assez pointues et nous nous sommes un peu fait aider par google. Mais chuuut, ça reste entre nous…

Cette manière « active » de découvrir la ville m’aura appris pas mal d’anecdotes historiques sur la ville. L’histoire d’Auguste Pavie notamment, un explorateur dinanais du 19e siècle aux aventures incroyables en cochinchine.

Du feu et du souffle naît le verre

Cité d’art et d’histoire depuis 1985, Dinan possède un nombre impressionnant de petits ateliers d’artisanat dans l’enceinte de la vieille ville. Découvrir le savoir faire local fait partie intégrante du charme de la ville. Il faut dire que travailler dans un tel cadre doit stimuler la créativité !

adrian colin verrier art à Dinan
Adrian Colin nous fait une démonstration de son art

Nous avons pu rencontrer Adrian Colin, un verrier d’art à l’enthousiasme et la passion communicatifs. Meilleur ouvrier de France, Adrian m’a impressionné par la qualité de son travail bien sûr, mais aussi sa pédagogie et son sens du partage. J’ai ainsi pu m’initier au soufflage en fabriquant ma propre boule de noël en verre ! Bon, en réalité je n’avais qu’a souffler dans un tube et Adrian s’occupait du reste… Mais quand même, j’étais ravi de participer au processus et surtout comprendre les bases de son métier.

Arnaché de mon sac à dos et mon reflex, me balader au milieu de toutes ces sublimes œuvres m’a provoqué quelques sueurs froides. L’expression « un éléphant dans un magasin de porcelaine » a pris tout son sens en cet instant. Par miracle, il n’y a pas eu de casse.

Au pied de Dinan, une balade fluviale dans la vallée de la Rance

Impossible de l’occulter, la Rance magnifie le paysage. Mais au delà de cette beauté naturelle, le cours d’eau a toujours constitué une artère vitale pour les dinanais.
Voie de transport et d’accès vers la mer, la Rance est la clé même du succès de Dinan depuis ses origines. Cité bourgeoise dès le 12e siècle, c’est grâce au commerce que la ville a connu son essor, via ce trait d’union que constitue la Rance.

Vue panoramique sur la vallée de la Rance depuis les remparts de Dinan
Vue sur le port de Dinan et la vallée de la Rance depuis les remparts

Autrefois, elle était une voie de navigation de commerce incontournable, aujourd’hui c’est un lien à la nature essentiel.

Avant la construction de l’impressionnant viaduc qui traverse la vallée, l’artère principale de Dinan était la rue Jezual, serpentant jusqu’au port. Une belle descente en route pavée que des sportifs s’amusent aujourd’hui à remonter en courant (sic !).

Une fois au port, le décor change radicalement. En à peine quelques centaines de mètres par bateau, nous laissons derrière nous les maisons à pans de bois et les remparts pour céder la place à la forêt et aux roselières.

Le port de Dinan, lieu de départ de la croisière
Le port de Dinan, lieu de départ de la croisière

Accompagnés par un sympathique guide de la maison de la Rance, nous glissons paisiblement sur la rivière pour un instant de détente parfait. Naviguer en milieu fluvial, c’est une invitation à la contemplation douce. Un colvert par ici, un grand cormoran par là, un grèbe huppé, une roselière abritant probablement quelques grenouilles… Tout est plus lent, plus doux, calme. On inspire, on baille, on se détend et se laisse aller à un bonheur simple.

Une des impressionnantes falaises calcaire croisées pendant la croisière sur la rance
Une des impressionnantes falaises calcaire croisées pendant la croisière

Notre guide nous en apprend plus sur l’histoire de cette portion de la Rance et l’influence passée des marées faisant varier le niveau d’eau jusqu’à l’installation de l’écluse du Chatelier et son barrage. Ce dernier marque la limite entre la Rance maritime et la Rance fluviale et permet une meilleure régulation du niveau d’eau pour une navigation plus aisée. Mais pas sûr que les poissons soient du même avis ! Heureusement, des passes pour les poissons migrateurs ont été installées afin de les aider à surmonter les obstacles artificiels.

Balade sur la rance
Balade sur la rance
La fête à neuneu
Quelques très rares saumons remontent aujourd’hui la rivière. Un pêcheur a surpris un de ces poissons il y a quelques années. Appâté par ce trophée potentiel mais n’ayant pas de matériel pour l’attraper, il a eu la bonne idée de le tirer au fusil…
Se vantant de son « exploit » et s’étant photographié avec sa prise, il a réussi a écoper d’une double amende : une pour avoir pêché une espèce protégée et une pour avoir utilisé un fusil…

Cette belle journée en compagnie de Benoît et Amandine (love trotteurs), Nico (guide du voyage), Vio (Vio’ vadrouille), Constance (la planneuse supertramp) et Karl (Hobography) avait un air de colonie de vacances bien sympathique. Ce fut un concentré d’histoire, de culture, de nature dans la même journée. Pour autant, je n’ai pas eu le sentiment de courir d’une activité à l’autre, enchaînant les centres d’intérêt. Non, nous avons le pris le temps tout en profitant d’une belle diversité de points de vues sur Dinan.
Peu d’endroits peuvent s’enorgueillir d’offrir un tel éventail sans avoir l’impression de se précipiter, alors courrez-y !

Dinan
Au revoir Dinan !

Informations pratiques – Visiter Dinan et la vallée de la Rance

 

Épingle moi sur Pinterest !

Jeu de piste à la découverte de Dinan

Pour découvrir Dinan intra muros de manière ludique, passez par l’office du tourisme. Vous pourrez en profiter pour recueillir tous les renseignements nécessaires à votre séjour sur place. Nous avons été accueillis comme des rois, alors n’hésitez pas à leur faire un coucou !

J’en profite pour les remercier pour cette belle journée qu’ils nous ont organisé.

Atelier de verrerie d’art – Adrian Colin

Pour découvrir la verrerie d’art, admirer le travail d’Adrian et pourquoi pas lui acheter quelques pièces, rendez vous au 1 rue Jerzual. Vous ne pourrez pas la louper, c’est celle qui descend brutalement vers la Rance.

Plus d’infos sur son site : https://www.adriancolin.com/

Balade nautique sur la Rance

Rendez-vous à la maison de la Rance pour une balade nature accompagnée d’un guide (bateau – vélo – rando…). Les accompagnateurs sont des médiateurs passionnés par leur patrimoine, alors profitez-en !
Pour vous y rendre, descendez jusqu’au port et remontez pendant 5 minutes la Rance sur la berge opposée à Dinan.

Tarifs pour la croisièreDemi journée12 €/adulte – 10 €/enfant (jusqu’à 11 ans) – Journée : 22 €/adulte – 20 €/enfant (jusqu’à 11 ans)

Il est également possible de faire du stand up paddle, du kayak ou de louer un bateau électrique en  autonomie, mais je vous conseille vivement de profiter du savoir faire de la maison de la Rance pour mieux connaître la vallée de la Rance.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer