Le Guatemala est sans doute le pays d’Amérique central qui a su le mieux garder vivant son folklore et ses traditions indiennes. Lors de notre séjour autour du lac Atitlan, nous avons eu la chance d’être présents à la période des ferias, des fêtes de villages où s’enchainent les danses traditionnelles, où les confiseries sont légion et la bière coule à flot. Une immersion au cœur de la culture guatemaltèque que nous ne sommes pas prêts d’oublier

Autour du lac Atitlan, on danse le convite (prononcer combite)

Première immersion à Santa Clara

Le cœur de la fête a lieu au parc central où de nombreuses personnes se pressent pour assister aux festivités comme les concerts et les différentes danses en costumes (ici, le baile del convite).

Le baile del convite n’a pas de signification particulière, selon les personnes interrogées. C’est une danse qui se veut joyeuse et divertissante. Comme pour le baile de los venados dont je vous avait parlé, les danseurs (mais aussi les danseuses cette fois ci) portent un masque ainsi qu’un costume riche en décoration.

Cette fois ci cependant, les masques représentent des êtres humains avec des expressions différentes. En fonction des villages, les costumes sont plus ou moins effrayant.

A la feria de Solola, on danse également le convite

 

Observer ces personnages si expressifs est un peu déroutant, on en oublierai presque qu’il y a des humains cachés en dessous. Les pas de danse très joyeux contrastent beaucoup avec cette sensation étrange.

Participer en temps que Guatémaltèques à cette danse est un vrai engagement, tout d’abord, il faut faire partie d’un groupe qui s’entraînera pendant plusieurs mois pour le jour J et ensuite il faut être prêt à économiser entre 500 et 1000 quetzals pour pouvoir louer son costume pour la semaine. Cela représente entre 50 et 100 euros, ce qui est une somme importante ici.

Andréa, ma prof d’espagnol m’explique que les masques sont souvent présents dans les danses guatémaltèques car ils permettent de jouer un personnage et se lâcher plus facilement.

Hormis les personnes costumées et les hommes bourrés, nous n’avons vu aucune personne danser ou se dandiner ne serait-ce qu’un peu. Pas sûr que cela se fasse de danser en public !

Il n’y a pas que de la danse aux ferias du lac Atitlan, vives les friandises : les roscas

Une fête n’en serait pas une sans les nombreux stand de gourmandise qui ne sont pas s’en rappeler celles de nos fêtes foraines. La douceur la plus prisée est un gâteau sec appelé Roscas, c’est un présent à ramener à la famille pour leur faire partager la fête. Une vendeuse me voyant prendre en photo un stand quelconque me regardait en faisant mine de se repomponner afin que je la prenne en photo. J’aime ses moments de complicité fugace qui restent accrochés à la pellicule.

De gros blocs colorés martyrisés par des marteaux pour en découper quelques morceaux m’interpellent, je ne résiste pas à les goûter. Nous n’arriverons pas à trouver le nom en espagnol, en français, ça donnerait « gros morceaux de sucre aromatisés ». Attention à vos dents, c’est très dur ! Mais c’est très bon. Nougats, fruits au chocolat, chips maisons complètent le tableau des tentations à surmonter… ou pas.

Côté jeux, nous retrouvons la fameuse roue (en modèle plus réduit) et d’autres manèges pour enfants dont la fabrication nous semble plus artisanale.

La fête sert aussi de braderie et l’on peut acheter à petits prix toutes sortes de choses dans d’étroites ruelles bondées.

Une feria ne serait pas une feria sans fête foraine

Les sempiternels jeux de fête foraine (chamboule tout, tir à la carabine, cerceaux que l’on doit lancer…) sont aussi de la partie. Certains lots sont en revanche plus insolite, pour nous, comme les bouteilles de boissons gazeuses de 3L par exemple.

 J’ai aimé l’ambiance chaleureuse et bon enfant de ces fêtes qui ont mis tout mes sens en éveil. Je ne savais où regarder, quoi goûter, quelles musiques fredonner… Bref chamboulée comme j’aime l’être en voyage.

Infos pratiques – conseils aux voyageurs

Transports autour du lac Atitlan

Les villages de Santa Clara et Solola sont facilement accessibles en bus depuis San Pedro. C’est rapide et pas cher !

Par contre si vous êtes du côté de Panajachel, il vous faudra traverser le lac (le plus rapide étant le bateau)

Saison des ferias

Les ferias ont lieu aux alentours des mois de juillet et aout. Chaque village propose sa fête, alors il y a de fortes chances que vous puissiez assister a une feria si vous allez au lac Atitlan dans cette période.

Envie de conserver cet article haut en couleurs ? Épinglez le sur Pinterest avec la couverture suivante !

Fêtes traditionnelles au Guatemala

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !