Chevauchée fantastique et bidouilles de forain à Paramo


Pour avoir de belles surprises, il faut les provoquer. Le meilleur en voyage selon nous, c’est en allant vers l’inconnu et en sautant sur les occasions de découverte. Notre virée à Paramo en est une belle illustration. En arrivant à San Gil, nous entendons parler d’une feria dans un petit village à quelques km de bus… Vamos !

Nos valises à peine posées à San Gil (voir notre article consacré à notre séjour là bas), nous repartons donc voir ce qu’il se passe dans ce coin dont nous ne connaissions pas l’existence 10 minutes plus tôt. A notre arrivée, la place centrale où semblent se dérouler les festivités semble un peu déserte… Il y a bien les stands de picole, de bouffe, une estrade, quelques jeux style kermesse, mais pas grand monde. Soit, il est encore tôt dans l’après midi, nous allons nous restaurer d’un excellent barbecue de viandes, saucisses et pommes de terres.

église paramo colombie

Eglise de paramo

De l’art de l’entourloupe…

La place n’est pas démesurément grande, donc nous nous posons au centre, histoire de voir ce qui se passe… Il n’aura pas fallu attendre longtemps, un des forains nous invite à essayer son tir à la carabine gratuitement. On sent bien qu’on va se faire embobiner pour lui acheter quelque chose au final, mais bon, pourquoi pas !

carabine tir colombie

Obvi nous montre l’exemple au tir à la carabine

Mais non, en fait il a juste envie de voir ce que ces gringos font là, taper un peu la discut’ et profiter de notre présence pour attirer les gens vers son stand. Et ça marche ! A chaque personne qui passe, il glisse un petit mot du genre « ce sont des français ». Nous passerons deux trois heures avec lui, à essayer ses différentes attractions, pour la plupart des jeux de hasard, voir carrément des jeux bidonnés.

stand jeux forain paramo

Stand de jeux

Il nous dévoilera même discrètement un de ses « trucs », après avoir allègrement arnaqué un pauvre gamin, mais avec classe !

fil magie kermesse village colombie

Seb, très concentré, essaye de comprendre le truc tout seul

Portrait colombien forain

Le charme de l’arnacoeur

Ici, un autre jeu, le bento, on ne misera rien car on connait le truc

Ici, un autre jeu, le bento, on ne misera rien car on connait le truc

 

… à l’art équestre

L’après midi touchant à sa fin, la place se remplie, ça s’active, les pétards explosent, la cabalgata arrive !

chevaux cavalgata colombie défilé

Les chevaux arrivent en famille

 

Plus de 300 chevaux débarquent dans le petit village de Paramo et se dirigent vers la place centrale. Assis sur le bord de la route, nous remarquons un cheval sublime, bien plus beau et grand que les autres, ultra nerveux, majestueux. Son propriétaire remarque bien notre admiration et se dirige vers nous. Après quelques fanfaronnades pour nous montrer ce qu’il sait faire avec son cheval (différents types de pas et danse sur du reggaeton…), il propose tout simplement à Laura de monter sur l’étalon ! Laura accepte de suite, sans réfléchir et c’est parti pour une participation à la cabalgata de Paramo !

 

cabalgata paramo chevaux défilé colombie

Il y a comme un problème de taille, plusieurs essais ont été nécessaires pour le monter

propriétaire cheval cabalgata colombie

Le gentil propriétaire et son cheval, il a insisté pour poser avec son chapeau !

 

Après cet épisode riche en émotions, nous retournons sur la place centrale de Paramo pour voir ce qu’il se passe devant l’estrade. Un parterre a été aménagé devant la scène pour pouvoir admirer les chevaux faisant des démonstrations de leurs plus beaux pas. Mais les discours des officiels traînent en longueur, les remerciements interminables nous font craindre pour les transports retour à San Gil. Nous allons demander vite fait, il y a des bus jusque 19h, ce qui nous laisse encore un peu de temps. Les discours terminés, des chevaux s’avancent vers la piste, plus repartent, reviennent, c’est le bordel…

Finalement, pas de chevaux, un orchestre s’installe et le concert commence. Tant pis ! Après deux trois chansons, il est temps de rentrer avec le dernier bus. Mais une fois arrivés à l’arrêt, plus de bus… ARGH Des gens du coin nous confirment que le dernier bus n’était pas à 7h aujourd’hui, mais un peu avant… Le seul moyen pour rentrer, appeler un taxi qui évidemment coûtera cher vu la distance. Un peu dégoûtés, on se dit qu’on doit pas être les seuls en galère, qu’il y aura au moins des gens à bien vouloir partager un taxi. En tournant un peu, on repère une camionnette, on se rue dessus pour demander s’ils vont à San Gil. OUI ! Et ils veulent bien nous emmener. En rentrant dedans, on se rend compte que c’est rempli de français. On ne saura pas ce qu’ils faisaient là vu qu’ils n’étaient pas à la feria, mais après tout, on s’en fout un peu…

Gros coup de bol pour finir une journée bien remplie !

Pour conserver cet article, épinglez le sur Pinterest !

Férias dans un village colombien


A propos Seb

Jeune homme bien sous tous rapports aimant manifestement voyager. Accessoirement, entre deux voyages, je tente de sauver le monde en bossant comme animateur d'un réseau d'éducation à l'environnement. Heureusement, je suis pas tout seul, parce qu'il y a du boulot !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement