Le passage d’une frontière terrestre peu s’avérer un vrai casse tête entre certaines pays. En particulier quand ces deux pays ne sont pas franchement les plus grands amis qui soient

Petite parenthèse historico contextuelle
Entre le Guatemala et le Bélize, même si des signes récents sont encourageants, il existe un sérieux contentieux. Le Guatemala revendique tout simplement la moitié sud du pays. A tel point qu’une invasion avait été planifiée dans les années 80, évitée de justesse grâce à l’intervention du Royaume Uni, le Belize faisant partie du commonwealth. Un référendum aura lieu en octobre prochain dans les deux pays pour décider de laisser ou non la cour de justice internationale trancher la question définitivement.

 

Ce tableau étant dressé, on aurait pu s’attendre à quelques complications administratives, et bien pas du tout !

Les formalités du passage de frontière côté Bélize par Benque

Nous sommes passés par le poste frontière de Benque (côté Bélizéen), le plus fréquenté et simple à passer d’après ce qu’on nous a dit.

Comme souvent, le plus galère, c’est les transports si on ne veut pas payer le prix fort.

  • Depuis San Ignacio, nous avons pris le bus jusqu’à Benque (1 Bz par personne).
  • A Benque, en faisant plouf plouf pour choisir parmi la dizaine de chauffeurs jouant des coudes à la sortie du bus pour trouver des clients, nous avons pris un taxi collectif jusqu’au poste frontière (je sais pu le prix, mais on s’est assurés d’avoir payé pareil que les autres passagers locaux, de toute façon, il y a pas d’autre type de transport à part des taxis privés).
  • A la frontière, un petit formulaire facultatif pour dire à quel point on a kiffé le Bélize, une taxe de sortie de 18,5 Bz par personne, un coup de tampon et c’est tout pour le côté Bélizéen.
frontière bélize guatemala
Willem Van Berger – licence creative commons

Les formalités du passage de frontière côté Guatemala par Melchor

  • Pour entrer au Guatémala, c’est pas compliqué, soit vous continuez tout droit et voilà, soit vous vous dites « tiens, je devrais quand même faire tamponner mon passeport en souvenir ».

    C’est assez étonnant, mais en fait le poste frontière du côté Guatemala est fait de telle manière que personne ne vous demandera votre passeport si vous tracez votre route… J’ai d’ailleurs lu sur d’autres blogs que certaines personnes l’avaient fait et avaient évidemment eu quelques surprises lors de la sortie du pays (pas très futés les gars quand même…).

    Pas de taxe d’entrée ou de sortie ! Le visa est valable 90 jours pour les 4 pays suivants : Guatemala, Honduras, El Salvador et le Nicaragua. C’est pas beau ça ?
frontière belize guatemala
bunchofpants – licence creative commons

Si vous avez des dollars bélizéens ou même des pesos mexicains à changer, un tas d’agents de change ambulants pourront vous « aider ». Le taux est un peu meilleur du côté Guatemala. Ils ne sont pas top, mais ils sont meilleurs que dans la plupart des banques ou agences de voyages.

Une fois en règle avec nos passeports, restait l’épineuse question du transport jusqu’à Florès.

A vrai dire, c’était un peu le bordel, et difficile de savoir quelles étaient les possibilités. Alors on a pris notre temps, on a essayé de démêler le vrai du faux, selon les préceptes de notre guide survie en bus.

  • 1er possibilité : vous passez très tôt la frontière, vous avez une chance de pouvoir prendre un bus directement jusque Florès.
  • 2e possibilité : par facilité, vous pouvez prendre le bus qui part à peu prêt toutes les heures de la frontière et va à Florès. C’est vers ça qu’on a voulu nous rabattre direct, on a vu qu’il n’y avait beaucoup de gringos rabattus et surtout on nous a proposé des prix en dollars américains… Ça c’est un signe qui ne trompe pas !
  • 3e possibilité : en marchant un peu plus loin pour se débarrasser des rabatteurs qui nous vouaient à une mort certaine si on essayait de se débrouiller autrement (argument très utilisé par les tours opérateurs pour tenter de justifier des prix gonflés…), d’autres gars sont venus nous proposer de nous emmener jusqu’aux microbus qui partent régulièrement jusque Florès. Nous avons pris cette option qui s’est avérée un peu moins confortable certainement, mais moins onéreuse !
  • Je ne sais plus le prix du taxi jusqu’à la station de microbus (mais il faut négocier, ça c’est clair), mais le bus jusque Florès était ensuite à 50 Qz par personne (environ 5 €).

Au final, ce passage de frontière, transports compris de Benque à Melchor (ville la plus proche du côté Guatémaltèque) n’aura pas pris plus d’une heure. Pas de fouille de bagage, pas de demande de billet retour (ce que nous devrions avoir en théorie selon les lois en vigueur dans la plupart des pays d’Amérique).

Bref, à part la question récurrente des transports frontaliers et des arguments anxiogènes pour faire taxer les gringos (qui marchent bien à lire d’autres blogs et à voir la propension des occidentaux à utiliser des transports privés entre occidentaux), plutôt simple, cette frontière !

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !