Huaraz, une nature indomptable et inspirante 3


Après quelques jours sur la côte péruvienne, l’appel des Andes a été plus fort que nous. Malgré la saison des pluies qui bat son plein nous décidons de nous risquer dans la cordillère blanche avec comme point de chute la ville de Huaraz. Nous croisons fort les doigts pour ne pas trop avoir de pluie.

Notre arrivée à Huaraz en pleine nuit ne nous laissera pas l’opportunité de faire la tournée des hôtels pour trouver la perle rare, on se laisse embarquer par un rabatteur. L’endroit est plutôt sympa et calme… jusqu’à ce que nous nous rendions compte que nous sommes juste au pied du marché. Dès 6h c’est le concert de klaxon (je déclare Huaraz la ville la plus folle en terme de klaxon) et le capharnaüm du va et vient des vendeurs. Après une nuit, nous trouverons donc refuge dans un hôtel moins « backpacker » dans un coin tranquille.

 

Dès le premier jour, la chance nous sourit car le soleil est au beau fixe et les nuages ne semblent pas bien menaçants.

La région de Huaraz est connue pour ses nombreuses randonnées d’un à 12 jours donnant sur la cordillère blanche et noire. Mais avant d’aller nous dégourdir les jambes à la laguna 69 nous souhaitons aussi découvrir d’autres trésors du coin.

Yungay où comment craindre la nature

Sylvie rencontrée précédemment à Huanchaco (où nous nous sommes initiés au surf) nous avait parlé d’un lieu particulièrement chargé en émotion, le sanctuaire de Yungay. Il s’agit de l’emplacement de l’ancien village éponyme qui fut complètement détruit à la suite d’un tremblement de terre (7,8 sur l’échelle de Richter) qui entraîna une énorme avalanche provenant du mont Huascaran, en 1970. Pour commémorer cette tragédie qui fit 22 000 morts à Yungay (30 000 dans les environs), des fleurs ont été planté pour accompagner les quelques restes de la ville et les dépouilles des victimes qui gisent encore sous terre.

Le sanctuaire fleuri de Yungay

Le sanctuaire fleuri de Yungay

Un bus complètement écrabouillé, un pan de mur de l’église… il reste peu de traces visibles.

Le lieu dégage une atmosphère paisible mais la présence de l’immense Huascaran (montagne de 6768 m d’où est partie l’avalanche) ne doit pas faire oublier l’imprévisibilité de la nature.

yungay huascaran

Les gens se baladent tranquillement mais le Huascaran surveille

Ironie du sort, les personnes ayant été épargné se trouvaient au cimetière, celui ci étant situé en hauteur sur une colline. Sa construction est d’ailleurs très impressionnante, des murs circulaires abritent des niches pour les cercueils, plusieurs étages se succèdent pour former un ensemble majestueux.

 

Le glacier Pastoruri où comment admirer la nature

En nous baladant à Huaraz et en cherchant des infos sur les randos, nous tombons sur la possibilité de découvrir un glacier à 5000m facilement accessible puisqu’il n’y a qu’une marche de 45 min pour s’y rendre… et 3h de voiture aller. Nous n’avons pas encore eu cette chance là alors nous sautons sur l’occasion. La route est longue mais belle, le nombre de hauts sommets ici est incroyable. Nous passons par des villages qui ont pour coutume d’apposer sur leur toit des croix stylisées en signe de protection.

Les yeux rivés sur les alentours, nous ne tardons pas à arriver au glacier de Pastoruri. En sortant de la voiture, l’air est frais et se fait rare, très rare. J’aurai toute la peine du monde à finir ces 45 min de marche. Mon souffle est court, je ne sens plus mes forces. Seb s’en sort mieux. Cependant, lorsque je commence à apercevoir le glacier, quelques ressources refont surface immédiatement. La suite ne sera que contemplation, je vous laisse donc aussi à l’émerveillement avec quelques photos.

Le glacier de Pastoruri froid lac

Le glacier de Pastoruri

Ce petit bijou naturel m’aura quelques heures plus tard coûté un sacré soroche (mal d’altitude) avec un mal de tête carabiné à retardement. Mais franchement le jeu en valait la chandelle.

Les environs de Huaraz ou comment faire des rencontres grâce à la nature

La nature c’est bien beau et si maintenant on bouffait un peu de culture ? C’est parti pour les ruines de Wilkahuain, vestige de la civilisation Chavin. A quelques minutes de la ville en combis, c’est parti… Pris dans notre enthousiasme, nous n’avons cependant pas pris la précaution de vérifier le jour. Pas de pot, nous sommes lundis et c’est fermé ! Mais la chance nous sourit puisqu’un couple nous propose à l’entrée d’aller se balader dans les environs. Lui est péruvien, elle est autrichienne, ils se sont rencontrés il y a un an, ils voyagent ensemble au Pérou et au Chili. Nous passerons toute la journée avec eux à découvrir les environs, à philosopher sur le pouvoir de la nature.

Alex est fascinée par la forêt et s’est fait tatoué les animaux qui la hante (aras, serpent, singe, jaguar…). La fin de la balade se termine par le village de Monterrey où nous attendent des bains thermaux. Décidément péruviens dans l’âme nous ne résistons pas à la tentation.

eau thermale huaraz

Ceci n’est pas de la boue, ceci est de l’eau thermale, nuance !

On finira la journée à l’hostal de nos nouveaux amis, véritable refuge planqué pour hippies. Alex nous offre de l’eau chaude (littéralement) en s’excusant de ne pas avoir davantage. Il nous demande d’avoir un peu d’imagination et nous en auront suffisamment pou nous délecter de ce merveilleux breuvage tout en se marrant de l’incongruité de la scène.

 

Chavin de Huantar ou comment duper avec la nature

Voulant compléter notre cursus de civilisation péruvienne, nous décidons d’aller sur le célèbre site de Chavin pour découvrir la civilisation du même nom. On est en montagne alors 3h de voiture sont nécessaires pour y accéder mais on commence à être habitués.

Cette civilisation remonte à 1000 ans avant Jésus Christ et s’est éteinte en 200 avant JC. Elle était présente sur le littoral pacifique péruvien. Son centre névralgique était le temple de Chavin. Constitué de tunnels, plateformes, bâtiments,  terrasses, entièrement en granit.

Vue du temple de Chavin

Vue du temple de Chavin

Il fait preuve de beaucoup de style pour l’époque. Ce raffinement est incarné par les têtes clous, sculptures de têtes alignées et incrustées dans le temple. On en trouve une impressionnante collection dans le musée consacré au site.

Exemple de tête cloutée qui ornait le temple

Exemple de tête cloutée qui ornait le temple

Mais ce qui m’a le plus surpris dans cette civilisation c’est la capacité de ses élites à duper le peuple. Les élites religieuses choisissaient en effet quelques représentants du peuple triés sur le volet pour avoir le privilège de venir découvrir le temple. Cette visite avait pour but qu’ils soient ensuite de fidèles messagers de la puissance des dieux Chavins. Pour cela, les élus participaient à de nombreuses cérémonies religieuses… non s’en avoir auparavant bu un breuvage à base de cactus San Pedro, réputé pour son pouvoir hallucinogène puissant.

Les élites religieuses utilisaient donc les propriétés de cette plante pour exacerber les sens et les perceptions de leurs invités qui repartaient convaincus de la puissance des dieux. Autre duperie, dans le temple un réseau souterrain astucieux permettait grâce à l’entrée ou la sortie d’eau d’émettre un son puissant telle une flûte géante. Ce système était également utilisé pendant les cérémonies, laissant le visiteur complètement pantois.

Ainsi, la légitimité des Chavin s’est bâtie et consolidée pendant des centaines d’années sans avoir recours à la force… mais grâce à une bonne dose d’ingéniosité malhonnête. Ça devrait nous faire réfléchir sur d’autres processus d’endoctrinement religieux…

Des treks de rêve autour de Huaraz : laguna 69, laguna churup, Santa Cruz…

La plupart des voyageurs viennent à Huaraz pour randonner dans la cordillère blanche et son parc national de Huascaran. Huaraz, c’est un peu le El Chalten du Pérou. Une base de départ idéale pour les amateurs de trek en haute altitude dans un des massifs montagneux les plus beaux de la planète.

Randonnée de Wilkahuain

Cette petite randonnée facile de 4h vous emmène autour de Huaraz à la découverte des sites archéologiques de Wilkahuain et . Une balade sympathique qui ne nécessite pas de guide.

Trek laguna 69

En dehors de la petite, mais impressionnante, randonnée au glacier Pastoruri, c’est le seul réel trek qu nous avons fait autour de Huaraz. Et nous ne le regrettons pas ! C’est une randonnée d’acclimatation idéale avant de faire le trek de Santa Cruz, puisqu’elle peut être faite dans une journée.

Malgré tout, ce n’est pas une promenade de santé ! Avec ses 1200 mètres de dénivelé en haute altitude, mieux vaut avoir bien dormi la veille…

laguna 69

La belle laguna 69 – la récompense après 1000 mètres de dénivelé

Le trek vers la laguna 69 et ses eaux turquoises reste un des plus beaux de notre voyage.

Trek laguna Churup

Tout comme le trek de la laguna 69, la randonnée vers la laguna Churup peut se faire en une journée depuis Huaraz. Le dénivelé est moins important que pour la laguna 69 : 650 mètres. Mais certains passages sont plus compliqués, heureusement des cordes sont installées pour vous aider. Attention tout de même en cas de pluie.

Le profil précis et itinéraire de la randonnée vers la laguna churup sur wikiloc

Trek de Santa Cruz

Il s’agit la du trek le plus populaire à Huaraz, mais pas de panique, ce n’est pas non plus l’inca trail vers le Macchu pichu ! Vous n’aurez pas à vous frayer un chemin à travers la foule, même en haute saison.

  • Distance: 54,4km de trek sur 4 jours
  • Dénivelé positif total: 2460m

Le guide est obligatoire pour pouvoir camper dans le parc, mais certains arrivent tout de même à obtenir des billets d’entrée sans guide, le chemin étant bien balisé. Le tarif est de 80 € par personne tout compris. Vous en aurez à peu près pour 60 € en solo.

Attention à l’acclimatation à l’altitude ! Le mal des montagnes est à prendre très au sérieux, les accidents sont très fréquents et parfois graves à cette altitude.

Trek de Huayhuash

Pour les randonneurs avec une bonne conditions physiques, ce trek de 10-12 jours fait partie des treks les plus réputés au monde. Mais vu l’altitude, il est exigeant et ne peut se réaliser qu’à la belle saison.

Vous l’aurez compris, Huaraz n’est pas qu’une destination de randonnée. Elle nous aura offert de jolies surprises et sûrement le plus beau et énigmatique coucher de soleil de notre vie.

coucher de soleil pérou

Mais qu’est ce qui peut expliquer ce si joli faisceau de lumière, le guide nous aurait-il donné du San Pedro ?

Infos pratiques – conseils pour visiter Huaraz

Hébergement à Huaraz

Hostal Inti Wasi, de belles chambres doubles avec salle de bain privée et wifi pour 45 soles. Très calme, le hic, pas de parties communes.

Se rendre à Yungay

Vous pouvez facilement y aller par vous même, prenez un premier colectivo jusqu’à Carhuaz, puis un second bus jusque Yungay. Le trajet prend environ une heure. Demandez au chauffeur de vous arrêter au mémorial. L’accès vous coûtera quelques soles.

Se rendre à Chavin de Huantar

Si vous souhaitez effectuer la visite dans la journée, le mieux est de passer par une agence. Cela vous permettra d’avoir accès au transport ainsi qu’à un guide (très utile car pas d’infos sur le site). 40 soles par personnes. Ne rater pas le musée du site (qui n’est pas exactement au même endroit que le temple) car la collection de sculptures est vraiment impressionnante et permet d’avoir une idée de l’ornementation du temple.

Se rendre à Pastoruri

Il faut également passer par une agence, 35 soles / pers + 10 soles pour l’accès au parc. Vous ferez quelques pauses sur les 3 heures de route, notamment pour observer les étonnants puya raimondi, des végétaux uniques qui ne fleurissent que tous les 100 ans !

Se rendre à la laguna 69

Si vous ne possédez pas de véhicule, le plus simple sera de passer par une agence à Huaraz. Vous n’aurez pas besoin de guide, le chemin est bien balisé.

Lire le récit de notre randonnée vers la laguna 69 agrémenté de photos et les informations pratiques.

 

Enregistrer


A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

3 commentaires sur “Huaraz, une nature indomptable et inspirante

  • Mochila

    lol Je dors donc actuellement au refuge hippie! Sache que la douche est la meilleure que j’ai eue jusqu’ici en Amérique Latine.
    J’avais vu ce reste d’église et je m’étais étonnée de l’architecture. Comme quoi l’explication ne vient pas de l’originalité de l’architecte.

  • David A.

    Salut Laura,
    Bravo pour le site et merci pour les infos.
    Aurais tu une agence à conseiller pour les treks d’une journée?
    Churup, 69 et Pastoruri…
    Amicalement,
    David