Le lac Titicaca loin de la foule : la péninsule de Capachica 16


Son nom fait marrer les enfants et rêver les parents (à moins que ce soit l’inverse). Le lac Titicaca, à cheval sur le Pérou et la Bolivie est une invitation au voyage. Tout est là : le lac bien sûr, les hautes altitudes (3812m), une culture bien ancrée et bien sûr le plus important, les lamas 😉

Le Titicaca, plus haut lac d’altitude navigable au monde, est le centre de la culture andine.

Tout pour attirer les voyageurs, beaucoup de voyageurs, et nombreux sont ceux, croisés sur la route qui se sont dits déçus de cet afflux, en particulier côté péruvien.

Certes, les îles du lac sont très fréquentées, qu’à cela ne tienne ! Si vous ne voulez pas de la foule, le lac est immense… Et nombreux sont les lieux où vous pourrez admirer le lac, papoter avec les habitants sans croiser un touriste.

lac titicaca, pérou

Vue sur le lac titicaca et ses îles depuis la péninsule de Capachica

Nous avons jeté notre dévolu sur la péninsule de Capachica, un petit bout de terre aux allures insulaires, assez facilement accessible par la route.

La tranquillité sur le lac Titicaca (altitude 3812 m), ça se mérite !

Je dis assez facilement, parce qu’en dehors de la saison touristique, les taxis collectifs ne sont pas légion pour se rendre sur la péninsule, dans le village de Llachon, et nous avons bien failli rester coincé à ses portes. Heureusement, le miracle de la télépathie aidant, quand il y a quelques passagers, il finit toujours par y avoir un véhicule qui arrive… Ça fonctionne un peu comme ça en milieu rural, s’il y a du monde un véhicule vient en général, mais personne ne semble prévenir personne, étrange…

Bref, Llachon, c’est un peu le village de carte postale. Une petite place avec son église, des petites maisons à flanc de colline, tournées vers le lac.

L'église de llachon et son terrain de volley improvisé

L’église de llachon et son terrain de volley improvisé

lac titicaca, pérou

Habitations traditionnelles et leurs gardiens effrayants !

Juste au dessus, des champs en terrasse où poussent maïs, manioc, haricots, pommes de terres (un système de rotation de cultures sur 12 ans!)…

C’est dans cette ambiance de fin de soirée que nous arrivons sur place, comme d’hab sans rien avoir prévu pour le logement. Mais d’après ce qu’on sait, il y a de quoi faire.

A notre arrivée, une dame nous dit que les pensions sont à une heure de marche. Sic, la nuit tombe, pas bon ça…

Il y a bien une petite hospedaje sur la place du village, mais c’est franchement pas terrible et loin du bord du lac. Nous décidons donc d’avancer le long de la côte pour tenter notre chance ailleurs. D’autres personnes en route nous confirment que c’est loin, mais on se dit qu’avec un peu de chance, il y d’autres endroits avant. Souvent, on a remarqué qu’on nous indiquait le ou les hostels les plus fréquentés par les étrangers en omettant tout un tas d’endroits tout aussi, voir plus sympathiques, mais moins « international ».

Et nous avons bien fait d’insister, sur le bord de la route, un monsieur nous interpelle depuis sa maison « vous cherchez un logement ? Nous avons une chambre pour vous ». Parfait ! La petite famille possède deux petites chambres pour accueillir les voyageurs, rustiques mais agréables, pour quelques sous.

La maison en terre battue est construite autour d’une jolie cours intérieure fleurie et fait face au lac.

Quelques jours tranquilles chez l’habitant à Llachon, dans la péninsule de Capachica

Nous sommes dans une famille d’agriculteurs / pêcheurs, dans un petit village, au bord du lac titicaca. Exactement ce que nous souhaitions ! Les habitants de la péninsule de Capachica ont leur propres habits traditionnels et surtout des chapeaux très originaux qui ont beaucoup plût à Laura.

Nous passerons trois jours dans ce superbe cadre, alternant balades et discussions avec la famille.

Nous sommes accueillis avec un peu de timidité au début, puis la confiance s’installe et les échanges peuvent se faire en toute simplicité.

famille, péruvienne, lac titicaca, folklore

Au bout de quelques jours Dionisio et Rosa se lâchent un peu, surtout quand on leur parle d’amour

Ici, la plupart vivent de l’agriculture, de la pêche et d’un peu d’élevage de truites. C’est une agriculture vivrière, les surplus sont vendus pour les petits achats nécessaires, pour l’école, la télé etc. Une vie simple qu’ils ne souhaitent pas changer.

lac titicaca, pérou, berger, mouton

Berger avec option vue de rêve

La ville et son bordel ambiant, non merci ! Ces dernières années, plusieurs coopératives d’habitants se sont créées pour accueillir des touristes dans les maisons. La plupart viennent par l’intermédiaire d’agences et quelques uns spontanément, comme nous.

Par les agences, ils sont souvent très mal payés (voir pas du tout) apparemment, alors que les gens payent beaucoup plus chers que s’ils viennent directement. Bref, un peu d’abus, comme souvent. Mais il y a tout de même des agences honnêtes…

Au final, on ne peut pas dire qu’on aura fait grand chose à Llachon, mais être à cet endroit suffit. Partager le quotidien de la famille quelques jours, aller nourrir les truites sur le lac Titicaca, jouer avec le gamin, bavarder, se balader dans la campagne, regarder le match de volley sur la place du village…

lac titicaca, pérou

La randonnée sur la péninsule offre de nombreux points de vues magnifiques

Un séjour loin de tout qui nous a fait un bien fou !

En revanche, depuis une question nous hante : Mais que signifie ce panneau ?

Que veut dire ce panneau ? Attention au gang des ponchos ?

Que veut dire ce panneau ? Attention au gang des ponchos ?

Étape suivante, le lac Titicaca côté bolivien, avec la mythique isla del sol (épicentre de la culture inca).

Infos pratiques – conseils pour la visite du lac titicaca à Llachon

Carte du lac Titicaca – péninsule de Capacahica

lac titicaca carte

Transports vers la péninsule de Capachica et Llachon

Se rendre à Llachon : A partir de Cuzco, prendre le bus direction Puno mais demandez à vous arrêtez à Juliaca (30 soles 5-6h).

A Juliaca, demandez le terminal d’où partent les combis pour Capachica (3 soles – 1h). De Capachica, il y a des combis (2,5 soles 1h) ou taxis collectifs vers llachon. Hors saison, il n’ y en a pas beaucoup, donc prévoyez d’arriver tôt (le dernier était à 17h). Il y a également des taxis privés (qui essaieront de vous faire croire qu’il n’y a plus de transport collectif…), mais c’est beaucoup, beaucoup plus cher.

Le trajet de Cuzco à Llachon peut se faire dans la journée mais partez tôt pour ne pas rester coincé à Juliaca.

Depuis ou vers Puno, il y a quelques minibus directs vers Llachon.

Logement à Llachon

Beaucoup de possibilités chez l’habitant, mais aussi quelques hostels plus loin vers Santa Maria si vous avez besoin de plus de confort.

Nous avons payé 30 soles (8 €) la chambre double. La maison était située en bordure du chemin principal, sur la droite, environ 200 m après le terrain de basket. Mais pas facile à trouver car il n’y a aucun panneau… Demandez Dioniso et Rosa Capacmamani.

Repas

Là c’est un peu plus compliqué, il y a une petite épicerie sur la place du village, mais vraiment pas grand chose à se mettre sous la dent, et pas de restaurant. Le mieux est donc de manger avec la famille qui vous héberge. C’est un peu plus cher que les restos économiques ailleurs au Pérou (entre 10 et 12 soles, 3 €), mais c’est du sur mesure, bio et local !

Que faire, que voir sur la péninsule de Capachica ?

Sur la péninsule, il y a principalement à faire une balade jusqu’au « mirador » qui donne une belle vue sur toute la péninsule de Capachica, le lac et les îles côté Pérou.

Il est possible d’organiser des excursions en bateau vers les îles connues comme Amantani, Taquile ou Uros. Mais en pleine saison, c’est blindé de touristes et hors saison, ça vous coûtera cher, car difficile de trouver des gens pour partager les frais.

Par contre, un petit tour sur le lac avec les pêcheurs pour nourrir les truites ne vous coûtera quasiment rien (1 €).

Le lac titicaca loin de la foule

Sauvegarde cet article sur Pinterest en m’épinglant !

Pour en savoir plus sur le lac Titicaca et sa légende, vous pouvez jeter un oeil à wikipedia (mais revenez après hein !)

Vous voulez visiter le lac Titicaca côté bolivien ? Nous vous emmenons sur la mythique isla del sol (épicentre de la culture inca).

Enregistrer

Enregistrer


A propos Seb

Jeune homme bien sous tous rapports aimant manifestement voyager. Accessoirement, entre deux voyages, je tente de sauver le monde en bossant comme animateur d'un réseau d'éducation à l'environnement. Heureusement, je suis pas tout seul, parce qu'il y a du boulot !


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

16 commentaires sur “Le lac Titicaca loin de la foule : la péninsule de Capachica

    • seb Auteur du billet

      Ah cette notion de « trop touristique »… Très subjectif ! Comparé aux iles, c’est le désert, comparé à la rive est du lac, c’est la foule en été. Pour notre part, on a pas croisé un blanc bec… Vive le hors saison !

    • seb Auteur du billet

      Hé bien ce panneau reste assez mystérieux ! Vu que le chemin menait vers un village notamment, je pense que ce doit être un truc du genre village tradi… Mais ça reste une théorie… Peut être qu’un lecteur nous donnera la réponse un jour ?

      • Marie la pirate

        Bonjour bonjour ! Je suis actuellement à Puno et pars demain pour la péninsule… j’ai justement croisé ce panneau aujourd’hui avec sa phrase explicative écrite en gros « turismo rural y vivencial »… vous étiez donc à l’entrée d’une zone « touristique » ! Quoi qu’il en soit, merci pour ce site qui va bien m’aider.

  • Romain

    Nous avons passé quelques jours à Paramis dans la famille de Benancio et Vilma, sur la péninsule de Capachica. C’était fantastique.
    La vue sur le lac depuis le village était à couper le souffle.
    Aucun autre touriste dans le village (moins de 10 visiteurs en 2 ans … )
    ça n’a duré que 3 jours, mais nous avons vraiment eu l’impression d’être en totale immersion, en dehors du temps.
    Ils proposent une super formule, avec participation aux activités (notamment pêche au filet) et, le dernier jour, visite de Taquile et/ou Uros avec Benancio comme guide.
    c’est similaire à Llachon (de l’autre côté de la péninsule) mais plus reculé et moins visité.
    Vu l’affluence grandissante à Llachon et sur Amantani, je recommande chaudement de découvrir ce petit coin de paradis encore préservé.

    contact (privilégier le téléphone) :
    http://titicaca-paramis.jimdo.com/
    Benancio : 950 81 28 57
    Vilma : 983 37 47 22 / 975 11 42 00

    • seb Auteur du billet

      Merci Romain pour ce contact, c’est sûr qu’il y a beaucoup d’endroits autour du lac où il est possible d’admirer le lac et apprécier l’hospitalité des habitants sans besoin de partager avec d’autres visiteurs. C’est toujours étonnant de voir la tendance des voyageurs à s’agglutiner alors que les espaces sont immenses. Surement la facilité et peut être le besoin de se rassurer pour certains. Mais je ne juge pas, nous faisons souvent de même…

  • celine

    Nous sommes en Amérique latine depuis 4 mois et j’ai plaisir à lire vos articles. Je vois que nous nous intéressons aux mêmes choses : nature & culture, duo de choc ! Grâce à vos articles, je sais ce qu’est le paramo.
    Bonne continuation

    • Seb Auteur du billet

      Ahhhh, le paramo… J’espère que vous aurez l’occasion de visiter cet écosystème exceptionnel, c’est vraiment unique dans le monde ! Pour les amateurs de beaux paysages de flore étrange, c’est génial.
      Bonne route Céline !

  • Arnaud et Sarah

    Salut les Globeblogueurs! On tient à vous remercier spécialement pour cet article. Au moins d’octobre dernier, à la recherche d’un peu de calme au bord du lac Titicaca, et tenant à éviter les lieux les plus touristiques, on est tombés sur votre blog et on a décidé de suivre vos indications et de voir où elles nous mèneraient…. et elles nous ont mené droit chez Dinision et Rosa :)! On en garde certains de nos plus beaux souvenirs du Pérou, alors merci à vous!

    • Seb Auteur du billet

      Oh, génial !
      Quel plaisir de lire votre message. Je suis sincèrement ravi que nous ayons pu partager cette belle rencontre à distance. C’est grâce à ce genre de retours que notre blog prend tout son sens.
      Merci Arnaud et Sarah.

    • Seb Auteur du billet

      Bonjour Jocelyne,
      A priori il y aurait deux hypothèses selon l’origine éthymologique :
      Titi Khar’ka – qui signifie « rocher du puma » en aymara, tiré du nom d’une roche présente sur l’isla del sol
      Titijaya – qui signifie « puma de pierre » ou « homme de cendre ». Pour ce dernier nom, celui vient d’une ancienne coutume qui consistait à bruler des hommes en pffrande au dieu de la mort…
      Bref, il n’y a pas d’origine sûre et certaine au nom de titicaca à ce que j’ai pu comprendre !

  • SOPHIE

    merci merci pour cette mine d’infos et le partage de votre voyage.
    Vos photos sont superbes, je pars avec mes deux soeurs en février 2017à l’occasion du mariage de mon neveu. On en profite pour visiter pendant 15 jours avant les festivités.

    • Laura

      Bonjour sophie,
      Bien contente que cela vous plaise mais aussi de vous savoir très bientôt dans ce si beau pays qu’est le pérou. Je vous souhaite de faire un très beau voyage. N’hésitez pas si vous avez des questions. Et aussi, très bon mariage pour votre neveu, vous allez assister à une cérémonie de mariage à la péruvienne ?