Assez logiquement, on connait de Lisbonne son visage urbain et moderne, ses ruelles et places de charme de l’Alfalma et ses miradors avec vue sur la mer. Ce que l’on sait moins c’est qu’il est possible (et même fortement conseillé) de la découvrir en mode nature. C’est ce que nous avons fait, irrésistiblement attirés par les promesses de nature des alentours de la capitale.

A quelques encablures de Lisbonne, la simple traversée du pont de Vasco de Gama vous conduira à la très belle réserve de l’estuaire du Tage.

La réserve naturelle de l’Estuaire du Tage, la nature aux portes de Lisbonne

Je dis simple traversée, mais ne vous attendez pas à un pont classique. L’estuaire du Tage est si immense qu’on pourrait le confondre avec la mer. En regardant de part et d’autre du pont, il est très difficile de se repérer. La traversée du pont Vasco de Gama, qui fût jusque récemment le plus long du monde, est une expérience en elle même.

L’estuaire du Tage est une zone humide classée réserve naturelle. Elle fait partie des 10 plus importantes d’Europe. Autant vous dire qu’à cette simple évocation, nos yeux d’ornithologues amateurs frétillent d’impatience.

Les zones humides sont des lieux propices à l’observation des oiseaux car elles sont généreuses en poissons et autres aliments convoités par ces volatiles qui s’y pressent par milliers.

Cette réserve naturelle se découpe en plusieurs parties. Humains et oiseaux s’y côtoient dans une belle harmonie, l’activité humaine y étant toujours autorisée, mais encadrée. On retrouve dans l’estuaire du Tage des métiers traditionnels, comme l’élevage de taureau ou de chevaux pour la corrida, ou bien encore quelques marais salants. Auparavant, des moulins à eau étaient en activité, aujourd’hui ils sont utilisés comme écomusée ou abandonnés.

Observer les oiseaux dans les différents habitats de l’Estuaire du Tage

Voyageant avec notre lémurien, nous avons opté pour une demie journée d’observation. Je dois dire qu’aller observer des oiseaux avec un enfant de 2 ans est une idée un peu saugrenue, mais c’est faisable !

Nous sommes accompagnés par Joao, un guide naturaliste francophone (de l’agence birds & nature) qui connaît très bien la réserve, les différents spots d’observation et les comportements des oiseaux. Durant cette demi journée nous avons pu avoir un bel aperçu des différents habitats qui composent la réserve à savoir des marais salants, des roselières, les zones de pâturages et les forêts de chênes lièges.

Sitios das Hortas, les pattes dans l’eau !

 

Nous commençons cette observation au niveau de Sitios das Hortas. Sur les rives du Tage, de petits bateaux sont piégés dans la vase qui prend ses aises quand la marée est basse. A mi-chemin entre marée haute et basse, c’est le moment idéal pour voir de nombreux limicoles, ces petits oiseaux (chevaliers, avocettes, courlis, bécasseaux…) qui, avec leurs becs pointus, courts, longs ou même recourbés s’affairent à fouiller la vase pour trouver leurs différents déjeuners. C’est la diversité de leurs becs qui maintien une cohabitation pacifique entre ces espèces. En effet, la taille des becs étant différente, les proies attrapées dans la vase ne sont pas les mêmes. Pas de compétition, pas de problème !

Les roselières, de petits havres de paix

Autre habitat intéressant, les roselières. Constituées principalement de roseaux et autres plantes aquatiques émergentes (joncs, iris, plantain, prêles…) ce sont les premières zones végétales qui séparent la terre ferme de l’eau.

 

Cet habitat est le royaume des oiseaux dépendant des zones humides. Ils y trouvent un garde manger et un lieu où se cacher des prédateurs éventuels. On peut y observer des passereaux comme des espèces de fauvette, des phragmites, des rousserolles… Le superbe grèbe huppé peut s’y prélasser également à condition qu’un plan d’eau soit attenant.

Justement, au sein d’une quinta possédant un joli étang, nous avons eu la chance de voir une très forte concentration de foulques et de flamands roses. Les canards aussi profitent allégrement de ce petit coin de paradis.

Le spectacle des roseaux qui se plient sous la force du vent me fait oublier la brise fraiche et humide de cette journée pluvieuse.

La forêt de chêne liège

Cultivés par les hommes, les chênes liège forment des forêts ordonnées et clairsemées qui me font penser à des vergers. Si leur installation n’est pas naturelle, ces espaces jouent pourtant un rôle essentiel dans la préservation de l’environnement. Ce milieu favorise en effet la biodiversité, la régulation du cycle de l’eau et protège les sols. Enfin, le caractère isolant du liège confère au chêne une résistance aux incendies particulièrement nombreux en été dans le bassin méditerranéen. La présence de chêne liège permet donc de limiter les conséquences de ces catastrophes naturelles (ou pas…).

Si vous voyez passer à toute allure un oiseau aux tonalités marron et bleu, c’est un geai qui s’amuse à vous narguer. Prenez le temps de l’observer, c’est un oiseau sublime (comme tous ceux de sa grande famille dont nous avons vu des spécimens en Argentine et au Nicaragua).

La culture du chêne liège est une affaire de patience. Il faut tout d’abord attendre 25 ans avant d’espérer une première récolte fructueuse. Ensuite, il faut de nouveau poireauter 9 à 10 ans pour la seconde et ainsi de suite. Les troncs portent des numéros qui correspondent à l’année de la dernière récolte. La trace gravée reste lisible malgré le développement des nouvelles couches de liège.

J’ai trouvé cette petite forêt particulièrement photogénique et apaisante. La dureté de l’ocre du tronc dénudé contraste avec le vert subtil du feuillage.

Les zones de pâturage

La réserve étant également occupée par les Hommes, elle comporte des zones de pâturage. Ces prairies sont le royaume des hérons et des aigrettes (que l’on retrouve aussi dans d’autres habitats).

L’élanion blanc, ce rapace emblématique et star de la région guette quant à lui ses futures proies, perché sur les poteaux électriques. Il est superbe avec son regard charbonneux d’un rouge intense.

C’est au moment de la fauche et du labourage de ces espaces que les oiseaux sont le plus nombreux. Ils profitent des vers et autres insectes remontés à la surface, une sorte de buffet offert gracieusement !

Bocage, le royaume de la huppe fasciée

Huppe fasciée – Photo libre de droit Agustin Povedano

Autres espaces organisés par les Hommes : les champs. Ici, ils ont la particularité d’être enclos par des haies et taillis, c’est ce qu’on appelle du bocage. Ils sont squattés par un oiseau particulièrement beau : la huppe fasciée. Cette coquine nous fera l’honneur de sa présence plusieurs fois dans la matinée mais toujours de manière très furtive.

Il est aussi possible de voir dans les haies des spécimens plus exotiques comme le gros bec, facilement identifiable par la couleur rose intense de ses plumes.

La liste des oiseaux que nous avons pu voir est trèèèès longue, alors nous vous laissons la surprise des autres espèces que vous pourrez débusquer.

 

 

Vous aimez l’observation des oiseaux ? Vous connaissez des spots intéressants ? Dites-nous tout en commentaires !

N.B : Exceptionnellement nous avons utilisés quelques photos libres de droits. En effet, les conditions climatiques ainsi que notre matériel photo ne nous ont pas permis de produire des photos satisfaisantes. L’idée étant de vous faire aimer les oiseaux (si si !), il aurait été dommage de ne pas vous en montrer certains.

Informations pratiques – observer les oiseaux dans l’estuaire du Tage :

Se rendre à l’Estuaire du Tage

L’Estuaire du Tage n’est pas accessible en transports en commun à partir de Lisbonne. Il vous faudra une voiture (ou y aller en vélo pour les plus courageux). Ensuite, il est possible de le parcourir à pied ou en vélo. Cependant sachez que certains lieux ne sont accessibles que si vous êtes accompagnés d’un guide (notamment les quintas).

Excursion et guide ornithologique

Si vous aimez l’ornithologie, nous ne pouvons que vous conseiller de faire appel à un guide naturaliste pour organiser cette sortie. D’une part l’estuaire du Tage est très grand, les habitats différents donc il n’est pas facile de savoir où regarder ! De plus, en fonction des saisons mais aussi des habitudes des oiseaux, les spots d’observation à privilégier ne sont pas les mêmes, il faut donc une grande connaissance des oiseaux pour optimiser vos chances d’en voir un maximum.

De plus, vous pourrez peaufiner vos connaissances sur le comportement des oiseaux ainsi que sur les écosystèmes présents dans l’estuaire.

Si vous êtes complètement férus ou si vous voyagez avec des enfants, nous vous conseillons de privilégier un tour privé. De cette manière le guide peut vraiment s’adapter à vos exigences d’ordre scientifique ou pratique (pour le côté bambin).

Nous avons été invités par Birds & Nature pour tester leur activité et nous avons été enchantés de leur prestation. Nous vous recommandons vivement de faire appel à leurs services. Gentillesse, professionnalisme et haute compétence en matière d’ornithologie sont au rendez-vous. Faits notables, ils ont du bon matériel d’observation et Joao est francophone !

Quand aller dans l’estuaire du Tage ?

Les deux périodes les plus favorables sont Avril/Mai et Septembre/Octobre

Nous y étions lors d’une des périodes les moins favorables (janvier). Cela ne nous a pas empêché de voir une forte concentration d’oiseaux et de nombreuses espèces différentes (environ 50).

Ressources supplémentaires pour les ornithologues !!!

Si vous aimez comme nous observer les bêtes à plumes et retrouver leurs petits noms… d’oiseaux, alors le site oiseau.net va vous être utile. Il possède un outil d’identification très sympa. En indiquant le pays d’observation, la forme globale de l’oiseau et éventuellement l’ordre et la famille (pour les plus balèzes), le site vous propose différentes photos afin de retrouver de qui il s’agit.

 

Envie de nature près de Lisbonne ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !