Par un heureux hasard, notre chemin s’est arrêté quelques jours dans les ruelles sinueuses de Porto. A la belle et célèbre Lisbonne, nous avons préféré découvrir Porto, la travailleuse comme le dit l’adage populaire « Quand Lisbonne se fait belle, Porto travaille ».

Très vite, la ville de Porto nous a séduit. Comment a opéré cette magie, quels en ont été les ingrédients ? Je vous les dévoile ici…

Le Douro, ce serpent qui se jette dans l’atlantique

Un fleuve lové dans le creux d’une vallée, cela fait toujours son petit effet et Porto n’échappe pas à la règle. La présence de l’eau embellit toujours une ville d’après moi. Mais quand cette touche aquatique se conjugue à de petites collines, le panorama est à couper le souffle.

douro fleuve rivière porto
Le superbe Douro

Ce qui est très beau, c’est aussi que le fleuve n’est pas rectiligne, il n’est pas dompté, il ondule tel un serpent de l’atlantique jusqu’à la vallée qui porte son nom : le Douro. Sur les rives défilent les habitations historiques de Porto sur les cais (quais) recouvertes d’azulejos aux teintes vives, plus loin elles laisseront place aux étendues de vignes à perte de vue.

Les azulejos, symbole de Porto : la faïence sublimée

Porto est très connu pour la profusion de ses azulejos. Ces carreaux de faïence colorés s’exposent autant en intérieur que sur les façades des immeubles et des églises. Des motifs géométriques maures aux représentations figuratives d’influence italiennes et flamandes, les différents styles retracent la frise chronologique de la ville. Ce sont les hollandais qui séduirent les Portugais avec leur faïence d’un bleu profond, largement représentée à Porto.

C’est d’ailleurs cette couleur qui est à l’origine d’une confusion étymologique du mot azulejos qui ne signifie pas azul (bleu en espagnol) mais provient d’un mot maure à la même sonorité signifiant « Petite pierre polie ». Même si aujourd’hui les usines d’azulejos n’existent quasi plus dans la région, la ville possède encore de nombreuses façades ornées. Les rénovations à l’œuvre dans le centre ville tentent de préserver cette tradition qui fait le charme de la ville.

porto-atypique-fenetre-azulejos

D’ailleurs, il existe un lieu, la banco de materiais qui recense les carreaux des façades afin d’aider les propriétaires dans leur démarche de restauration.

Les cafés, lieux de vie et de lien social à Porto

Si vous aimez les petits bistros et cafés, vous ne serez pas déçu tant ils foisonnent à Porto. Qu’ils soient populaires ou un peu guindés, ils vous renseigneront sur l’art de vivre de la ville. Que ce soit pour boire un cimbalinho (nom que donne les portuans à l’expresso) sur le pouce accompagné d’un pasteis de nata ou un thé délicat dans une ambiance art déco au Café Guarany, vous laisserez le temps filer pour observer les habitudes locales.

café porto bistro art déco
Café Guarany pour une ambiance rétro à souhait

De plus, le café est très bon marché. Il n’est pas rare de pouvoir prendre un café plus une pâtisserie ou viennoiserie pour moins de 1,50 €.

A toute heure de la journée, vous trouverez du monde prêt à commenter un match de foot, parler de la pluie et du beau temps ou s’extasier devant le sourire de votre enfant. N’hésitez pas à entrer en contact avec les Portuans, même sans parler un mot de portugais, vous aurez un très bel accueil.

Des gourmandises à tous les coins de rues

Les pastelarias et panadarias (comprenez pâtisseries et boulangeries) fleurissent à tous les coins de rues. Vous n’aurez donc aucun mal à régler leurs comptes aux fringales passagères en dégustant un croissant, un bolo de rei (brioche garnie de fruits confits et fruits secs) ou une génoise garnie de crème.

On a testé pour vous (et pour nous aussi 😉 deux spécialités incontournables de la ville à la Confeitaria do Bolhao (juste en face du Marché du Bolhao).

La première : la francesinha. Il s’agit d’un sandwich bourratif qu’il ne vaut mieux pas montrer en photo (sous peine de ne pas vouloir le gouter). C’est une version carnassière de notre timide croque Monsieur. Dedans vous y trouverez un bifana (filet de porc genre steak), de la linguiça (saucisse épaisse de porc fumé au paprika), de la saucisse, des tranches de jambon et de mortadelle… Le tout surmonté d’un œuf (si vous prenez la version spéciale), de fromage fondu et d’une sauce à la bière (ou vin blanc) et au laurier légèrement pimentée. Cette description est aussi lourde que le plat… J’ai quasiment tout fini et à voir l’air étonné du serveur, ça ne doit pas arriver tous les jours !

La deuxième : La pasteis de nata (originaire de Lisbonne représenté à Porto) est une pâtisserie qui se compose d’une pâte feuilletée en forme de coupelle qui accueille généreusement un flan. Dégustez-les frais pour que la pâte garde son croustillant. Avec un café c’est un must.

Des vins gorgés de soleil

Bien sûr on ne peut parler de Porto sans parler de porto (le vin). Que l’on soit amateur ou non de ce nectar, nous vous conseillons tout de même d’aller visiter une cave ne serait-ce que pour apprécier le côté solennel de ces lieux. D’immenses fûts, quasi dans la pénombre, font vieillir ce vin.

Les plus vieilles bouteilles peuvent atteindre des prix astronomiques. On parle de 5000 € la bouteille. A ce prix là, la dégustation devient un art réservé à quelques privilégiés triés sur le volet.

La plupart des caves se situent sur la rive sud du Douro, côté Villa de Nova de Gaia. Le choix est immense. Nous sommes allés à celle de Sandeman un peu au hasard et car nous n’avions pas le temps de chercher plus loin, l’heure de fermeture approchant. Le lieu est impressionnant et chargé d’histoire car c’est une vieille maison de Porto.

Cependant, si vous avez l’occasion, nous vous conseillons d’aller plus au cœur de Villa Nova de Gaia pour une visite plus authentique. Vous n’aurez pas de mal à trouver les différentes caves et les ruelles autour sont très agréables pour se balader.

Des icônes architecturales étonnantes

Porto est sans conteste un musée à ciel ouvert pour les apprentis architectes. Chaque style se trouve ici représenté par de beaux exemples. Art déco pour le cinéma batalha, soupçon d’art nouveau au Café Majestic, muraille et ruelles médiévales du centre historique, baroque à l’église Sao Francisco, néo-classicisme au Palacio Do Bolsa et pour finir quelque chose de plus contemporain pour le musée d’art moderne ou la Casa de Musica.

palais porto verrière
L’impressionnante verrière du Palacio da Bolsa

Le quartier des Cais de Ribeira est bien sûr un must. Ses maisons hautes et étroites agrémentées d’azulejos de motifs et teintes différentes, ses rambardes en fer forgé, vous offriront en prime une superbe vue sur le Douro et ses ponts.

ribeira quais
Quais de la ribeira

Ce ne sont que de brefs exemples de ce qui vous attend. Pour prolonger la visite virtuellement, vous pouvez aller admirer les sublimes clichés de Samuel sur Porto, ou découvrir le Porto alternatif vu par Aurélie d’Ailleurs du Terre.

Alors, également sous le charme ?

Infos pratiques – conseils pour la visite de Porto

Nous remercions l’office de tourisme qui nous a chaleureusement accueilli et nous a offert la Porto Card. Il s’agit d’une carte qui permet de visiter gratuitement ou à tarifs réduits des musées et activités. Cette carte permet aussi d’avoir des réductions dans des magasins et restaurants. A l’office de tourisme vous pourrez également vous procurer de nombreuses documentations pour vous permettre de visiter la ville autrement.

On continue la visite ?
Même en ville, nous adorons dénicher les petits coins de nature et Porto en regorge !

Une balade atypique dans les quartiers méconnus de Porto, ça vous tente ?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !