Road trip nature sur la côte maltaise, de l’est au sud 2


L’île de Malte, bien que d’une taille modeste, possède des visages bien distincts : la côte nord avec ses stations balnéaires bétonnées et surpeuplées en été (Sliema, Saint Julians et Bugibba notamment), la partie centrale plus urbanisée avec des villes et villages riches d’une histoire multi séculaire, et la partie est et sud plus sauvage, possédant de très beaux atouts naturels.

Vous l’aurez compris, nous n’avons même pas posé les pieds sur la partie nord, d’ailleurs tous les locaux que nous avons rencontré nous l’ont fortement déconseillé : selon leurs dires, c’est moche, c’est cher, c’est surpeuplé en été. Alors pourquoi la plupart des touristes y vont ? Le reste de l’île est quasiment exempte de voyageurs et beaucoup, beaucoup plus charmante. Mystère…

Enfin non, pas tout à fait : les seules (grandes) plages de sable de l’île se trouvent là. J’en déduis donc (de manière bien trop rapide probablement) qu’une écrasante majorité des voyageurs viennent à Malte pour le soleil et la baignade, mais passent à côté des principaux atouts du pays : sa côte sauvage, son histoire et ses traditions. Bref, si vous n’êtes pas grégaire, évitez la côte nord pendant la haute saison.

 

L’est et le sud de Malte, un visage bien différent du reste de l’île

Fidèles à nos habitudes, nous avons cherché la nature pour cette destination. Nous l’avons trouvée à l’est et au sud de Malte, ainsi que sur l’île de Gozo (mais c’est l’objet d’un autre article, tellement cette île regorge de trésors cachés).

Malte est une île minérale, la végétation y est rase et les arbres sont rares. Il existe bien quelques bosquets verdoyants épars, mais ce qui retient l’attention c’est son côté brut, presque aride en été. Une terre ocre clair, chaude, entourée d’eaux cristallines, parsemée d’oliveraies, de villages et de collines. Son côté méditerranéen est indéniable, il rappelle plus l’Afrique du nord que l’Europe du sud.

Pour explorer l’île de l’est au sud, nous avons été guidés par Alexandra, résidant sur l’île depuis deux ans et avide de partager ses connaissance sur cette terre d’adoption.

Nous avons passé deux jours en mode « road trip » sur cette partie de l’île.

malte été roche

Terre aride et rocheuse, mer bleue, Malte l’été

La conduite à Malte...
A Malte, on conduit à gauche, héritage de la présence britannique. Mais ce n’est pas le plus périlleux pour s’intégrer dans les us et coutumes de la conduite locale. Autant les Maltais sont charmants et accueillants, autant leur conduite nous a laissé… perplexes. Si on ajoute à cela une signalisation aléatoire, des routes dans un état moyen et souvent très étroites, on peut dire que ce n’était pas franchement une partie de plaisir.
Mais bonne nouvelle, la location de voiture est assez abordable.
Un dernier petit conseil, ne mégotez pas comme nous sur le GPS, il peut être très utile !

 

A l’est, des pêcheurs, du sel et des piscines naturelles

A moins d’avoir beaucoup de temps devant vous, il vous sera difficile de voir tous les centres d’intérêt de la côte Maltaise sans véhicule. Le réseau de bus est assez étendu, mais la fréquence n’est pas très élevée. De plus, tous les coins inhabités et peu touristiques ne sont pas bien desservis.

baie marsascala bateau malte

Baie de Marsascala

Pour débuter, Marsascala petite ville sur la côte est s’étend des deux côtés de la baie du même nom. Une promenade sympathique y est aménagée et vous emmène jusqu’à la méditerrannée. Mais la curiosité qui pour nous fait l’attrait de cet endroit, ce sont les « salt pans », de petites terrasses creusées dans la pierre servant à récolter le sel. Celles-ci ne sont plus utilisées, mais les plus anciennes datent de l’époque romaine ! Vous pourrez en voir encore en activité à Gozo sur la côte nord.

plage sel mer bleu malte

Ancien lieu de collecte du sel qui sert aujourd’hui de plage atypique

Ensuite, direction San Thomas Bay, qui a l’avantage de posséder une baignade accessible, ce qui est plutôt rare dans ce coin. Rien d’extraordinaire, mais Hélio a bien apprécié rafraichir ses pieds par une journée si chaude (et nous aussi…).

Viens ensuite le village de pêcheurs de Marsaxlokk, connu pour son marché aux poissons. Si le village est charmant, venir au moment du marché en haute saison n’est pas forcément une superbe idée, à moins d’apprécier la foule.

A proximité immédiate, outre la peu gracieuse centrale électrique se trouve saint Peter’s pool, une piscine naturelle idéale pour épater la galerie de ses gracieux plongeons. L’endroit est superbe, avec une crique rocheuse en demi cercle, mais assez fréquenté. Nous vous conseillons de pousser un peu plus sur le même chemin pour aller vers une deuxième piscine naturelle (une petite crique en fait) tout aussi charmante mais moins fréquentée (je ne connais malheureusement pas le nom, nous sommes tombés dessus pas hasard).

crique baie piscine naturelle malte

Crique un peu après Saint Peter »s pool (un peu moins fréquentée que cette dernière)

 

Au sud, un port, des falaises et des grottes

En poursuivant notre chemin, nous arrivons sur la partie sud de la côte, avec la ville de Birzebbuga. Elle possède un très gros port en eau profonde (freeport), accueillant d’impressionnants portes containers et pétroliers. Une vue peu esthétique (quoi que), mais très impressionnante.

port plage malte

Freeport non loin de la plage

 

Pas si pretty que ça la bay...
Une petite baie juste en face de l’actuel freeport était autrefois une station balnéaire réputée. Ironie du sort, elle a gardé son nom d’origine : pretty bay. Je vous laisse apprécier le côté « pretty » (mignon) d’aujourd’hui étant donné la vue…

pretty bay malte

Autre aspect plus sombre à proximité du port, la zone dédiée aujourd’hui à l’accueil des réfugiés. Une réalité à laquelle est confronté le pays depuis quelques années déjà, l’arrivée de plus en plus massive de réfugiés politiques et économiques qui cherchent à atteindre l’Europe. L’alignement des préfabriqués est impressionnant et cette cohabitation sans intégration n’est pas sans poser de soucis.

Zone des réfugiés

Zone des réfugiés, préfabriqués rudimentaires

association réfugiés

Association dans la zone des réfugiés qui accueille des familles

Après ce point, la rive devient plus sauvage et possède un charme bien particulier. Le trait de côte s’élève et surplombe la mer pour offrir de superbes panoramas.

Bientôt vous pourrez observer une des merveilles de Malte, la grotte bleue. Un mirador aménagé en surplomb offre une vue impressionnante sur l’édifice naturel, creusé par la houle.
Pour l’observer de plus près, il est possible de faire une petite excursion en bateau d’une quinzaine de minutes. Elle n’est pas accessible à pied.

blue grotto malte grotte bleue

La fameuse grotte bleue

panorama méditerranée

Vue sur la méditerranée

La route continue de suivre la côte, parsemée de quelques forts rappelant le passé très mouvementé de l’île.

Après un bon repas de poissons dans un restaurant typique à Ghar Lapsi, nous avons fini par atteindre le point de la côte le plus élevé de l’île, les falaises de Dingli, offrant une vue spectaculaire sur les environs. Le meilleur moment de la journée pour en profiter pleinement est sans conteste le coucher du soleil. Shane, avec qui nous avons fait un atelier photo très instructif nous a indiqué le meilleur spot pour prendre de beaux clichés, juste à côté d’une minuscule et charmante chapelle, après l’observatoire météorologique.

Dingli falaises

Panorama depuis les falaises de Dingli

Découvrir Malte et perfectionner ses talents de photographe
Nous avons eu la chance de rencontrer Shane, installé depuis 10 ans à Malte. Son metier, photographe, sa passion, la photo de paysages. Lors d’un workshop privé de 2h, Laura a pu découvrir les meilleurs coins pour prendre de beaux clichés et bénéficier de toute l’expérience de Shane. Nous avons réellement été bluffés par sa maitrise technique, sa passion et sa pédagogie. Un excellent moyen de conjuguer découverte de l’île et perfectionnement photo. Je conseillerai cet atelier à des personnes qui ont déjà un niveau intermédiaire ou avancé pour profiter à fond de ce moment.

 

Trouver des arbres à Malte relève quasiment de l’exploit. Heureusement, Shane grace à sa connaissance intime de l’île nous a déniché un petit coin de paradis : le jardin de buskett. Situé au fond d’une vallée non loin de Dingli, c’est le lieu rêvé pour trouver un peu de fraicheur et de verdure pendant l’été.

Nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion de poursuivre davantage vers l’ouest où certains coins valent probablement le détour. Mais il faut toujours en garder sous le pied pour une prochaine visite !

Infos pratiques – road trip à Malte

Location de voiture à Malte

Pour faire un road trip, mieux vaut avoir une voiture ;). Les locations sont relativement bon marché à Malte : à partir de 15 € par jour, et même moins si vous louez pendant plusieurs jours. Mais réserver à l’avance peut être une bonne idée (surtout en haute saison).

Le site BSP-auto compare les offres de location de voiture à Malte et ailleurs, avec des tarifs très intéressants.

 

Visite privée de Malte

La plupart de ces découvertes « hors radar » n’auraient probablement pas été possibles sans Alexandra Pihet. Mais au delà de nous avoir déniché des coins moins connus des voyageurs, elle a su donner un véritable relief à notre visite, en apportant un contenu clair, riche et adapté à nos envies, sans vouloir absolument ne montrer que le beau.

Nous vous recommandons vivement de faire appel à elle si vous projetter un séjour à Malte !

Pour en savoir plus, vous pouvez la suivre sur sa page facebook.

 

Atelier photo

Si un atelier photo mené de main de maitre par un professionnel passionné vous tente, contactez Shane Watts ! Fin connaisseur de l’île et des meilleurs coins pour prendre de beaux clichés, il n’hésitera à vous prêter son matériel pro.

Tout est joliment détaillé sur son site internet (anglais)

Enregistrer


A propos Seb

Jeune homme bien sous tous rapports aimant manifestement voyager. Accessoirement, entre deux voyages, je tente de sauver le monde en bossant comme animateur d'un réseau d'éducation à l'environnement. Heureusement, je suis pas tout seul, parce qu'il y a du boulot !


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

2 commentaires sur “Road trip nature sur la côte maltaise, de l’est au sud