Salento, cocora : Du plus petit au plus grand 7


Ayant un grand besoin de petit village charmant et chaleureux, nous quittons vite Bogotá pour Salento à quelques heures de bus (toujours un peu plus que ce qui est indiqué). Comme à l’accoutumé, une fois arrivés on fait la tournée des hostals pour trouver notre bonheur. J’ai un coup de cœur pour une chambre avec vue à la Posada del Angel, le sourire de la réceptionniste achève de nous convaincre même si c’est un peu plus cher que notre budget normal.

Un grand besoin d’être dans un lieu agréable

Pendant trois jours nous serons enveloppés de l’incroyable gentillesse de Omaira et Albeiro, employés de la posada. Elle porte bien son nom car ce sont réellement des anges. Toujours une attention pour nous, un sourire aux lèvres, une douceur rassurante. Nous faisons aussi rapidement la connaissance de Friedrich, un autrichien en voyage en Colombie pendant quelques mois et qui a posé ses bagages ici depuis quasi une semaine. Un personnage entraînant, cultivé et avec une bonne dose d’humour. Il n’arrête pas de faire rire Omaira qui ne cesse de répéter « Qué chistoso ! » (quel blagueur !).

Albeiro, Friedrich, Omaira et moi

Albeiro, Friedrich, Omaira et moi

La vague Fréderich passe, nous surferons dessus pendant ces trois jours. Ce fût doux de se laisser porter entre petite balade autour de Salento, découverte de la vallée de Cocora et flânerie à Filandia.

Récit.

Salento, lumineux et coloré

La fête de la lumière bat encore son plein lorsque nous arrivons, nous avons le temps de profiter des nombreuses bougies posées devant les maisons et des lampions fabriqués pour l’occasion.

salento

Une ambiance assez magique et un prélude de découverte du village des plus agréable. Cette fête a lieu dans toute la Colombie et fait partie des nombreuses festivités qui ont lieu durant le mois de décembre pour la célébration de Noël.

Le lendemain, en lumière naturelle, c’est tout aussi joli. Des petites ruelles aux maisons colorés, pur style colonial de la région d’Antiquioa. Les maisons sont en général peintes avec deux ou trois couleurs. Un soin particulier est accordé aux portes et fenêtres dont les reliefs sont mis en valeur par l’alternance des deux couleurs. Une petite poésie géométrique et acidulé s’en dégage.

Lumière de fin d'après midi sur Salento

Lumière de fin d’après midi sur Salento

Certes, le village est touristique, il y a plein de petites boutiques d’artisanat, et de nombreux cafés mais franchement cela ne gâche en rien l’atmosphère de ce village. Jetez un coup d’œil aux différents cafés et aux vendeurs de confiserie en tout genre.

salento colombie

Laissez vous tenter par una soltera (une célibataire), une pâtisserie typique d’ici composée d’un gâteau orange croustillant en forme de rosace garnie par la suite d’une crème sucrée et surmontée d’un zeste de lait concentré (au cas où vous ne trouveriez ça pas assez sucré).

Vendeur ambulant de soltera

Vendeur ambulant de soltera

Si vous en prenez deux, la soltera (célibataire) devient una casada (mariée). Un petit clin d’œil amusant.

Vous pouvez aussi vous régaler de très bon pan de queso (pain au fromage), on en trouve de différentes sortes en Colombie mais ceux que l’on a trouvé à la panaderia non loin de l’église sont tous simplement exquis, spécialement lorsqu’ils sortent du fourneau. Le rituel de Friedrich et Omaira le matin : attendre la sortie de ces petits pains pour les acheter chauds et les déguster avec un bon café ou un chocolat chaud.

Cocora, la tête dans les nuages

Salento est aussi connu pour être le point d’entrée de la célèbre vallée de Cocora.
La particularité de cette vallée ? Ses palmiers de cire du Quindio (Ceroxylon quindiuense), les plus haut du monde.

vallée cocora

Ils peuvent atteindre 80 mètres et vivre 100 ans. C’est une espèce endémique de Colombie. Au cours de la balade de quelques heures dans la vallée, vous pourrez les apprécier tour à tour au soleil puis dans la brume. Ici, le temps est capricieux mais cela ne dénature en rien la beauté du lieu.

Cette vallée compte également des pâturages, ne soyez donc pas surpris si au pied d’un palmier vous ne croisez pas un singe, mais une vache.

vallée de cocora en colombie
Des palmiers à la montagne, il faut le voir pour y croire.

Si vous marchez jusqu’à Acaime, vous pourrez découvrir d’autres beautés de la nature : différentes espèces de colibris. Contrairement aux palmiers qui sont des géants du monde végétal, ces oiseaux font partis des espèces les plus petites au monde.

Hermiange tourmaline

Hermiange tourmaline

En buvant un chocolat chaud accompagné d’une tranche de fromage (si c’est très bon), vous verrez un véritable ballet d’au moins 5 à 6 espèces de colibris différents.

chocolat chaud et fromage vallée du cocora colombie

Pour aller plus loin
Si vous aimez marcher sur plusieurs jours, la région est une occasion rêvée pour un superbe trek dans le parc los Nevados dont fait partie la vallée de Cocora. Samuel du blog les vents nous porte en fait un beau récit, avec toutes les infos pratiques.

Filandia, la douceur de vivre

Le lendemain de notre rando dans la vallée del Cocora, nous n’avions qu’une envie ! Flâner, lézarder, traîner, bref y aller polé polé (en swahili = doucement doucement). Ça tombe bien, Friedrich nous glisse à l’oreille que ce serait pas mal d’aller à Filandia, un petit village colonial sympathique. On se laisse une nouvelle fois porter.

Cathédrale de Filandia coilombie

Cathédrale de Filandia

A peine arrivés, on se pose pour aller manger (j’ai dis doucement) et sans le vouloir on inaugure un resto puisque celui-ci est ouvert depuis à peine 2 jours. Des personnes ayant vécus dans les lieux auparavant découvrent la transformation du lieu et en sont tout émus. Cette bâtisse est chargée de souvenirs, leurs larmes aux coins des yeux ne mentent pas.

Après avoir dégusté une énième soupe à base d’abat (cette fois-ci l’intérieur de la panse de vache, miam-miam), nous partons nous balader dans les ruelles de la ville avant de nous poser dans un café (trop tentant car de nombreux villageois y sont attablés et semblent littéralement scotchés ici pour la journée). On ne déroge pas à la règle et on se met au rythme local. On finira l’aprèm à cette terrasse autour de la place centrale, à discuter et à observer la vie du village. Tout simplement.

Si ça vous a plu, prenez une jeep direction Salento

Si ça vous a plu, prenez une jeep direction Salento

vallée de la cocora

Épingle moi sur Pinterest !

Infos pratiques :

Salento est facilement accessible à partir de la ville d’Armenia.

Hébergement

Posada del Angel, chambre double à 50 000 pesos (20€) après grosse négociation et en basse saison. Omaira et albeiro n’y travaillent plus, c’était leur derniers jours mais leurs remplaçants sont peut être charmants. Sinon l’hostal la floresta est sympa aussi (plus fréquenté par les voyageurs sac à dos).

Excursion vallée de cocora

Pour se rendre dans la vallée, il suffit de prendre une jeep sur la place centrale, elles partent à 6h30, 7h30 et 9h30 (5000 pesos – 2 € aller). Il n’y a pas de droits d’entrée. Vous pouvez choisir de commencer par le chemin en terre ou la route. Si vous allez jusqu’à Acaime (environ 1h-1h30 du début), il y aura 4000 pesos à payer (colibris inclus). Pour 1000 pesos en plus vous pourrez déguster un chocolat chaud et une tranche de fromage local.

Filandia

Pour vous y rendre demandez aux chauffeurs de bus de la place centrale. Il y a un premier bus à prendre qui vous amène à une intersection pour rattraper un deuxième bus direction Filandia. Chaque bus coûte 2500 pesos. Soit 10 000 (4 €) pesos aller retour par personne.

Pour celles et ceux qui n’ont pas beaucoup de temps ou que la logistique rebute, vous pouvez vous adresser à l’agence de voyage locale Colombie Autrement. Leurs circuits sur mesure personnalisables et individuels peuvent bien sûr passer par Salento, et pour ne rien gâcher, ils sont membres de ATR « Agir pour un Tourisme Responsable ».

Après Salento, changement radical de paysage et de climat, nous partons pour le sublime désert de la Tatacoa.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

7 commentaires sur “Salento, cocora : Du plus petit au plus grand