Trujillo bat au rythme de la Marinera 3


Toujours au Nord du Pérou, nous mettons le cap sur la côte pacifique afin de réchauffer nos corps malmenés par l’humidité des Andes en cette saison. Notre direction : Trujillo, réputée pour sa beauté, sa culture, ses vestiges historiques et la douceur de sa station balnéaire de Huanchaco.

Trujillo, entre douceur et caractère

Dès les premiers pas dans cette ville, nous ne pouvons que constater que sa réputation de ville au climat agréable est amplement méritée. Le soleil nous sourit et rend plus éclatantes les chaudes couleurs des façades.

plaza de armas trujillo pérou

plaza de armas trujillo pérou

Par ce temps, il fait bon flâner sans but et se laisser surprendre. Les nombreuses coccinelles qu’elles soient reluisantes ou en piteux état ajoutent un charme suranné à l’atmosphère ambiante.

Sur l’impressionnante plaza de armas, un jeune homme, employé de la municipalité nous propose de visiter cette dernière et ce gratuitement.

La plaza des Armas de Trujillo au Pérou

La plaza de Armas de Trujillo

Au départ, un peu méfiants, on se laisse vite prendre au jeu sans se douter que Trujillo avait une histoire politique si forte. En effet, cette ville a joué un rôle considérable dans le processus d’indépendance et elle fût le théâtre de la révolution de 1932 entre le pouvoir en place et l’APRA (alliance populaire révolutionnaire américaine).

A l'intérieur de la mairie de Trujillo

A l’intérieur de la mairie

L’enthousiasme de ce jeune homme nous mènera même à réaliser de jolies photos de touristes, kitch à souhait, sous l’œil amusé de ses collègues.

En mode amoureux avec une vue imprenable sur la plaza des armas de trujillo

En mode amoureux avec une vue imprenable sur la plaza de armas

En mode politicien convaincu mais qui reste relaxe (Cf.les tongs)

En mode politicien convaincu mais qui reste relax (Cf.les tongs)

En mode danseurs de Marinera, vous remarquerez à quel point nos trombines collent avec les costumes

En mode danseurs de Marinera, vous remarquerez à quel point nos trombines collent avec les costumes

Un peu chamboulés par ce moment inattendu, nous continuons notre balade et nous tombons au hasard sur une exposition photo abritée dans la cour d’une ancienne demeure coloniale.

Rien d’incroyable me diriez vous. En principe, non ! à moins que deux jours plus tard vous ne rencontriez l’auteur de ces clichés dans votre hostal atypique. Ignacio Lehman est un jeune argentin. Un jour, lors d’un voyage, il a l’idée, pour s’amuser, de capturer des baisers dans différents endroits du monde. Plus exactement 100 bisous dans le monde. Son idée plaît et petit à petit ce projet prend une ampleur inimaginable. C’est désormais son travail et il a déjà accumulé plus de 1000 photos de bisous dans le monde. En discutant avec lui, on sent bien qu’il ne s’attendait pas à un tel engouement.

Pour connaître son travail : http://100worldkisses.com

Trujillo est décidément un ville culturelle quelque soit les époques. En effet, ses environs regorgent de vestiges des civilisations Moché et Chimu (Huaca de la luna et del sol, Chan Chan …) et la ville accueille en son sein deux événements majeurs ; le festival de la Primavera (entre fin septembre et début octobre) et le concours international de la Marinera (dernière semaine de janvier).

Nous avons eu la chance d’assister à ce dernier.

La Marinera, entre élégance et frivolité

La marinera est une danse péruvienne originaire de la côte nord. Elle a su très vite conquérir tout le pays et est désormais considérée comme la danse nationale du Pérou. C’est une danse pleine de sensualité qui symbolise à merveille la séduction entre un homme et une femme. En couple, les danseurs tiennent chacun un mouchoir dans leur main, ils l’agitent avec une élégance qui se traduit en langage. Le jeu de regard, audacieux, coquin en dit long. Tout le corps transpire le jeu de l’amour... de l’attraction à la répulsion. Le couple danse en se tournant autour, se rapprochant et s’éloignant tour à tour. Les pas sont précis et vifs et rappellent ceux des chevaux de paso.

danseurs marinera trujillo pérou

La beauté de la danse n’a d’égale que celle des femmes et de leur tenues. Vêtues de longues robes à volant brodées et de boléro ou veste ajustées. Leurs cheveux sont relevés en de complexes chignons surmontés de fleurs et décorations qui ajoutent une touche supplémentaire à leur classe.

Danseuse de marinera concentrée dans l'attente de son passage

Danseuse concentrée dans l’attente de son passage

Les femmes dansent pied nus. Les hommes eux portent un costume cintré, un chapeau à large bord avec lequel ils effectuent aussi de délicats mouvements. Ils portent des chaussures.

Voici un aperçu grâce à une vidéo de TVPeru

Plusieurs courants de la marinera existent et même l’œil amateur peut reconnaître la marinera del campo (c’est à dire de la campagne). Les pas y sont plus sautillants, les attitudes moins guindées. Les danseurs sont parfois pied nus également et portent de long ponchos légers qui virevoltent autant que les robes de ces dames.

Le concours se déroule sur plusieurs jours et accueille différentes catégories allant des enfants aux seniors. Il se déroule comme une vrai compétition sportive dans le coliséum du gran chimu. Nous avons pu assister à la demi finale.

Avant le concours, il est possible d’assister aux répétitions. Celui-ci se clôture par un défilé de danseurs dans les rues de Trujillo, l’occasion d’associer la beauté de leur art avec celle de la ville. Un concours de cheval de paso a également lieu. D’ailleurs, il est possible d’admirer une forme atypique de la marinera, celle où l’homme danse à cheval autour de sa partenaire.

Ce spectacle nous aura enchanté pendant plusieurs heures, et si vous programmiez votre voyage au Pérou pour y assister vous aussi ?

Informations pratiques :

Hébergement à Trujillo

La Casa de Clara (Cahuide 495, quartier Santa Maria). A quelques cuadras de la plaza de armas, en face d’un parc, chambre double, salle de bain partagée, Wifi, pour 40 soles. Comme son nom l’indique les chambres sont dans la maison de Clara qui sélectionne scrupuleusement ces hôtes afin de garantir la tranquillité et bonne ambiance de sa guesthouse. Clara est aussi une guide passionnée par Chan Chan.

Se rendre à Trujillo

A partir de Cajamarca, Bus durant 8h pour 18 soles.

Festival de la Marinera

Fin janvier. Demander le programme à l’office du Tourisme ou à la Municipalité. Les répétitions étaient gratuites. Pour le concours, nous avons payé 20 soles par personne (place économique). Les tarifs varient selon votre emplacement et le degré de qualification du concours.

Défilé gratuit dans la rue.

Il est conseillé de réserver son logement à l’avance.

Pour les informations pratiques sur les sites archéologiques (Moche et Chimu) autour de Trujillo, voir l’article qui y est consacré.


A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

3 commentaires sur “Trujillo bat au rythme de la Marinera

  • Stil

    Ah bhen enfin de vrai photo de touriste … ça manquait tout de même !
    Mais ce qui me dérange … où est celle où vous vous embrasser et qui fera parti de la collection de Ignacio Lehman ?

    Seb tu as tenté un petit pas de dance ?

    • Seb

      On a tente de se faire prendre en photo, mais il etait trop occupe a draguer une des locataires… Fichtre ! Pour le pas de danse, il va me falloir un sacre entrainement… Mais j ai une video du carnaval d oruro ou j esquisse quelques pas dans le defile 😉