Tulum offre aux voyageurs des sensations très différentes, entre la splendeur des cénotes, ces formations géologiques uniques au monde et les sites archéologiques exceptionnels de Tulum et Coba, sans oublier un peu de farniente sur des plages de rêve bien sûr !

Tulum est une des stations balnéaires de la côte caraïbe mexicaine (riviera maya dans la région du Quintana roo) mais elle sait se faire plus discrète que ses sœurs Playa del carmen et Cancun. En effet, ici, les hôtels au bord de la plage sont des cabanas et non de grands complexes hoteliers. Le centre ville voit défiler de jeunes backpackers du monde entier, car les hôtels pas chers sont ici. Pour les plus fortunés c’est le réveil sur la plage.

Il existe une foultitude d’excursions à faire dans les environs. Mais la plupart des sorties organisées sont assez onéreuses pour des voyageurs au long cours. Heureusement, il est très facile de faire son propre chemin avec un réseau de transports en commun bien organisé. Voici le programme bien chargé que nous avons vécu au cours de ces 5 jours à Tulum.

Les tortues d’Akumal

En surfant sur le net, nous avions entendu parler d’une très belle occasion : la plage d’Akumal où il est possible de se baigner avec des tortues géantes. Ni une, ni deux, au son de ce verbiage animalier, nous sautons dans un colectivo pour voir ce qu’il en retourne. Cette plage est en effet publique donc gratuite et avec un équipement de base de snorkeling, à 100 m du bord, on peut observer sans problème des tortues toute l’année. Nous louons masques et tubas, puis nous filons vite à l’eau. En quelques minutes, nous avons vu 4 tortues différentes. La plus grande était, à elle seule, un vrai buffet sous marin, pas loin de 3 gros poissons voraces la suivait à la trace pour lui bouffer la couenne !

Après avoir réchauffé notre corps au soleil après cette première virée, nous n’avons pas résisté à une deuxième observation. Au passage nous avons également vu une raie, elle aussi accompagnée de squatteurs.

Voici une vidéo glanée sur youtube pour vous donner un petit aperçu.

Dans les profondeurs d’el Gran cenote et de los dos ojos

Dans cette région, il y a pas moins de 6000 cénotes, des formations géologiques étonnantes. Grosso modo, il s’agit de trous d’eau douce, des sortes de grottes à ciel ouvert dans lesquelles on peut se baigner. Alors vous pensez bien qu’il aurait été difficile de ne pas en visiter quelques-uns. C’est donc parti pour El gran cenote  et los dos ojos !

Bien nous a pris d’emmener nos masques et tubas puisqu’il est possible de faire du snorkeling et même de la plongée dans ces deux cénotes. Cette fois-ci ce ne sont pas les poissons qui nous intéressent mais le relief sub-aquatique.

eau du cénote
L’eau limpide du cénote

En ouvrant grand les mirettes, nous observons un monde constitué de stalactites, de passages et de cavernes remplies d’eau. Les dimensions sont impressionnantes et la transparence de l’eau nous permet d’apprivoiser la profondeur de ces grottes. Des plongeurs peuvent s’aventurer dans cet antre. Nous avons pu assister à leur descente et profiter ainsi de la lumière de leurs torches pour distinguer d’autres reliefs. Seb serait bien parti avec eux, quant à moi, j’avoue que la plongée en mode spéléo c’est peut être un peu trop pour moi… Pour l’instant ! Quand j’aurai mon padi, on en recausera. [edit : ça y est je l’ai, passé à Utila, une superbe île au Honduras parfaite pour s’initier à la plongée !].

cénote
Petite nage au coeur du cénote, ambiance garantie
Cénote Los dos ojos
Cénote Los dos Ojos à Tulum

En faisant le tour d’ El Gran cenote et de los Dos Ojos, côté extérieur, nous avons une fois de plus rencontré de nombreux oiseaux colorés que nous avions déjà croisé à Ik kil. En passionnés d’oiseaux que nous sommes, nous avons fait des recherches sur le net pour trouver son petit nom. Nous vous présentons donc le Motmot que l’on retrouve à proximité des cénotes et qui pour les mayas étaient un signe de présence d’eau. Nous avons, avec encore plus de chance, croisé un oiseau qui ressemble à un toucan : le collared Aracari.

Ça valait bien le coup de se faire mitrailler par les moustiques voraces du coin.

Les deux cénotes sont à découvrir, ce serait difficile de vous en conseiller un plutôt qu’un autre, El gran cenote contrairement à son nom est plus petit mais il a davantage de charme. Los dos Ojos est plus impressionnant.

Pour les amateurs d’oiseaux, allez jeter un coup d’œil sur cette page consacrée aux oiseaux du Yucatan.

L’ancienne cité maya de Tulum

Nous avons visité ce qui fait le charme de la côte ici, à savoir des ruines de l’ancienne cité antique de Tulum dont la fondation remonterait à 564. Dominant la mer caraïbes, cette cité eu une position stratégique de la plus haute importance pour le commerce. Ce fût également un site religieux voué au Dieu plongeur.

Les vestiges actuels remonte à la période classique (vers 1200), la cité continuera d’être habitée bien après l’arrivée des conquistadors et sera peu à peu abandonnée au XVIe siècle.

Ruines de Tulum
Ruines de Tulum

Ces ruines sont certes moins impressionnantes que celles de Chichen Itza, mais l’atmosphère du lieu nous permet davantage d’appréhender ce que pouvait être la vie ici. La vue des ruines et de l’eau turquoise où vient se mêler le sable blanc est tout simplement paradisiaque. Les nombreux iguanes ne s’y sont pas trompés en élisant leurs domiciles sur les rocailles du site.

el castillo
Ruines du Site, El castillo

Il est possible d’aller se baigner sur différentes plages attenantes, ce que nous n’avons pas manqué de faire étant donné la fournaise que constitue cette merveille.

Une des plages est d’ailleurs réservée à des hôtes de prestige : les tortues viennent y déposer leurs œufs, pour le moment venu, voir leurs petits se frayer un chemin jusqu’à la mer.

La plage de los pescadores rassemble tout ce qu’il faut pour un bout de paradis : la mer et ses eaux d’un camaieu de bleu, le sable blanc et fin, des frégates (l’oiseau pas le bateau) quelques bars servant des rafraîchissements et même un concert de salsa (le petit bonus de la journée).

Sur les hauteurs des pyramides Maya de Coba

La région est également l’occasion de la découverte des ruines mayas de Coba à environ une quarantaine de kilomètres de Tulum. Après les profondeurs des cénotes, place aux hauteurs des pyramides. Une fois n’est pas coutume, nous prenons un bus classe primera ! La différence avec l’intermedio ? C’est plus cher, le bus est vide et il ne s’arrête pas. Il y a aussi des toilettes et la télé.

Bref, Coba au delà des ruines constitue une balade bien sympa dans la forêt si on prend la peine de marcher, car il est aussi possible de louer des vélos ou de se faire conduire sur les différents sites en vélo taxi. Il y a deux sites principaux correspondant à deux périodes distinctes, chacun à 1 km de l’entrée, ce qui fait en comptant les allers retours, une marche d’environ 6 km.

mur pelote
Mur de pelote des ruines de Coban

La cité de Coba est avec celle de Chichen Itza la plus importante, elle s’étendait sur plus de 70 km2. La plupart des monuments datent de la période classique de la civilisation maya à savoir de 500 à 900 après JC. Cette cité malgré la concurrence avec Chichen Itza et les cités Puuc, a su garder une importance même durant la période post classique et ce grâce à son emplacement avec un accès facilité à la mer.

L’expérience à ne pas louper est sans conteste la montée du temple de Nohoch Mul (Pyramide de 42 m) qui offre une fois arrivé au sommet une vue impressionnante sur la forêt environnante et une sensation agréable pour certain, effrayante pour d’autre. La descente casse un peu les pattes, mais bon tout se mérite dans la vie.

ruines coban
Vue du temple n°4 de Coba

Dans la forêt nous croiserons un petit aigle, quelques lézards aux couleurs verdoyantes, des geais bleus et même un serpent (seb l’a vu, je n’ai pas eu l’œil du tigre cette fois-ci).

Les fans d’archéologie pourront en apprendre plus en visitant la page wikipedia consacrée aux temples de Coba.

Pour retourner à Tulum, il ne nous restait plus qu’à attendre qu’un bus passe mais c’était sans compter sur la chance qui a mis sur notre chemin Jésus (que ma mère se rassure, je n’ai pas trouvé la foi, mais un jeune homme qui porte le même prénom que mon grand père), un jeune employé d’une compagnie de transport de matériel de chantier qui a proposé de nous ramener dans son camion. Nous avons tapé la discut’ avec lui, ce qui a permis de débrider un peu mon espagnol.

Nous avons discuté des résultats des élections (c’est le parti révolutionnaire qui a triomphé, révolutionnaire mais libéral…), des différences franco-mexicaines sur le mariage (un thème récurrent quand on voyage en couple non déclaré)… Il nous a déposé à l’entrée de la ville, ce qui nous permis de faire quelques ravitaillements pour nos pique nique improvisés (merci les tupperwares pliables !!!).

Informations pratiques – visite de Tulum

Épingle moi sur Pinterest !

Transports vers / depuis Tulum

Depuis Cancun, il existe de nombreux bus qui vous mèneront à Tulum, idem depuis playa del carmen, valladolid et toutes les stations balnéaires du coin.

Pour vous rendre à Akumal pour aller nager avec les tortues, il existe de nombreux colectivos. C’est pas cher et relativement rapide, ces mini bus font la liaison entre Tulum et Playa del Carmen toutes les 10 minutes environ.

Visiter El gran Cenote près de Tulum

Prendre un taxi (les prix sont fixes), environ 60 pesos. l‘entrée au cénote est de 120 pesos/personne. Prévoir le vestiaire à 30 pesos.

Visiter le cénote los dos ojos près de Tulum

Prendre un colectivo qui part vers Playa del Carmen, environ 40 pesos/personne. L’entrée au cénote est de 150 pesos/personne. Il faut marcher 3km avant d’atteindre le cénote en lui même. Il y a des motos taxi pour les pressés.

Visiter Akumal et nager avec les tortues

Rien de plus simple ! De nombreux colectivo rejoignent Tulum et Akumal. Une fois sur place, depuis la plage vous pouvez vous avancer d’une centaine de mètres, mettre la tête sous l’eau et admirer les tortues !

Sur la plage, vous pourrez louer un équipement de snorkeling pour quelques pesos. Mais si vous avez un masque et un tuba, pensez à les emmener !

Visiter les ruines de Coba

Pour Coba, prendre un bus au terminal ADO (prix en première classe, 52 pesos / personne mais il y a moins cher !).  Se renseigner sur les horaires du retour, sinon vous attendez à la sortie du site qu’un bus passe en direction de tulum pour le retour. Tarif d’entrée à Coba, 57 pesos / personne.

Visiter les ruines de Tulum

Depuis le centre ville vous pouvez prendre un colectivo. C’est simple, il n’y a qu’une route et c’est indiqué sur les pare brise de ces derniers. L’option taxi est également possible si vous ne souhaitez pas attendre.

Le tarif d’entrée est de 50 pesos / personne.

Outre Tulum, le Yucatan et le Quintana Roo nous a offert de superbes moments aux alentours de Valladolid, avec les cénotes et Chichen Itza

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !