Valparaiso, le charme du désordre 7


Valparaiso sonne comme une destination mythique pour les voyageurs et les rêveurs. A l’autre bout du monde, face au grand océan pacifique, elle peut être le symbole de la fin du chemin comme le début d’une grande aventure.

Valparaiso c’est la ville des poètes, des pêcheurs, c’est une ambiance chilienne bohème drapée de cosmopolitisme.

De Valparaiso, je ne connaissais que la prédominance des graffitis joyeusement colorés et les cerros (petites collines) donnant une topographie bien singulière à la ville.

Valparaiso - graff

Exemple de graff monumental à Valparaiso

Valparaiso - escaliers

Et oui, ça grimpe à Valpo, quand il n’y a pas de funiculaire, restent les escaliers

Port bateau valparaiso

En la découvrant pour de vrai, je me suis vite rendue compte qu’elle fait partie, pour moi, de la catégorie des villes qui se respirent, où il fait bon déambuler sans but, errer, flâner… bref se laisser porter (et même si le temps est brumeux et mélancolique). Ce qui est intéressant à Valparaiso ce n’est pas de cumuler la visite de tous les centres d’intérêts, des musées ni même des tags les plus connus mais de laisser tous ses sens en éveil pour le meilleur et pour le pire !

Je ne résiste tout de même pas à l’envie de partager avec vous quelques graffitis !

Cette ville m’a vraiment intrigué par son ambiance qui m’a paru particulière. Après quelques semaines en Argentine, nous pensions bien avoir retrouvé un peu de nos repères européens, regagné un peu de familiarité. Nous pensions qu’au Chili ce serait un peu pareil et bien figurez-vous que non.

Bien sûr, tout ceci est subjectif mais à Valparaiso et au Chili en général, j’ai bien ressenti un climat spécifique par ces mélanges improbables ou curieux. Entre « vie à l’européenne » et culture sud américaine, entre omniprésence de la mer et étendues désertiques, ce pays à la fois sur le continent américain et « mis à part » par sa nature indomptable (le pacifique d’un côté, la cordillère des Andes de l’autre) révèle de nombreuses curiosités.

C’est un peu la rencontre entre l’empanada au boeuf et le strudel aux pommes, l’amour impossible entre un pêcheur bourru et une poétesse écolo.

Ce qui m’a le plus frappé à Valparaiso en terme d’ambiance c’est ce joyeux bazar entre des atmosphères qui au premier coup d’œil ne vont pas ensemble. D’un côté, le port, la brume (qui ne nous a pas lâché d’une semelle), les maisons en tôle résistant aux assauts salés de la mer,  les pêcheurs et la rudesse de leur activité… De l’autre, les façades colorées par des artistes de rues qui prennent la ville pour une toile géante, des places squattées par des musiciens, danseurs qui réinventent le spectacle vivant, des installations insolites pour dénoncer, interpeller…

Au hasard des rues, nous avons ainsi été très surpris de trouver des toilettes en guise de sculpture dénonçant l’hypocrisie du label patrimoine mondial de l’humanité (qui ne profite pas toujours aux habitants) mais aussi une bibliothèque musée, non conventionnelle, à l’honneur de Salvador Allende et des révolutions sud américaines faite de bric et de brac, d’objets en tout genre… Une brocante un brin kitsch en somme.

Exemple de revendication sur les murs de Valparaiso

Exemple de revendication sur les murs de Valparaiso

Mais aussi dans le centre historique, quelques places, cafés, musées, galeries et restaurants chics qui côtoient la déglingue du street art.

Valparaiso café damier

Le café chic mais relax

Le tout sur une succession de collines (cerros) où les habitations, immeubles, constructions s’imbriquent dans un entremêlement inextricable. Ce qui en fait le charme mais aussi la fragilité (plusieurs semaines après notre passage, la ville a du faire face à un des incendies les plus important de son histoire, la topographie rend l’intervention des pompiers bien difficile).

Valparaiso -cerro

Imbriquement de constructions typique de Valparaiso

Enfin, Valparaiso est animale, mon odorat de femme enceinte a imprégné cette dimension puissamment dans ma mémoire. Valparaiso c’est des crottes de chiens sur les trottoirs, des cabots aux métissages improbables, des matous fiers qui s’étirent sur le capot des voitures avec un dédain non dissimulé. N’allez pas croire que cette dernière phrase est une critique, croyez le ou non, ça rajoute au charme déglingué de la ville. Les habitants ont l’air de mon avis car ils sont nombreux à nourrir ces animaux errants et la SPA locale fait un lobbying très important pour qu’on ne leur fasse pas de mal. La municipalité a tout de même entrepris une campagne de stérilisation, ceux qui sont passés par le dispositif arborent désormais un collier spécifique (même les clébards sont fichés, quelle vie de chien !). Mes photos témoignent de cette présence bestiale dans la ville. C’est devenu une obsession.

chat voiture graffiti

Le chat est roi et ta voiture est son domaine

berceau girafe boutique

Les chiens font même office de nounou !

Valparaiso chien empanaderia empanada

Touche pas à mon empanada !

Une fois tout cela dit je ne pourrais vous donner que deux conseils pour visiter cette ville :

  • Perdez vous !
  • Regardez partout !
graff miroir autoportrait

La beauté de Valparaiso réside dans ses petits détails, regardez donc partout !

Et sinon, nous avons participé à une visite guidée que différents organismes proposent et dont le tarif est libre (ne soyez pas trop radins), elle nous a permis de découvrir le centre et d’y repérer les lieux où revenir plus tard (ainsi qu’où trouver de bons empanadas).

Les lieux qui nous ont notamment plu :

–  la maison de Pablo Neruda, la Sébastiana dont l’architecture originale, les objets vintages de l’auteur (une mention spéciale pour le bar et sa déco !) et la vue sur Valparaiso nous a charmé

– le musée des beaux arts (palacio baburizza) qui a une très belle collection et dont le palais en lui même ne manque pas d’attrait

– Les cimetières du Cerro Panteon (et mince j’ai pas pensé à faire des photos pour notre article sur le tour du monde des cimetières !)

Pour le reste des bons plans, adresses, je vous laisse lire l’excellent mini guide ultra pratique, du blog d’Un sac sur le dos : Que voir à Valparaiso ?

Et ce qui ne gâche rien, les chiliens ont de l’humour !

Valparaiso café merci

Traduction : « Café avec un merci ! Venez nous rendre visite ». C’est pas de refus en effet

Vous utilisez Pinterest ? Mémorisez cet article dans vos tableaux favoris en épinglant cette image !

Guide de Valparaiso au Chili

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

7 commentaires sur “Valparaiso, le charme du désordre