Villa de Leyva : dinosaures, eau turquoise et muisca


Villa de Leyva, c’est du concentré de tourisme culturel, sans trop de touristes… En tout cas au moment où nous y sommes allés.
Dans ce charmant village colonial, vous pouvez en quelques kilomètres voir un fossile de dinosaure, admirer des piscines d’eau turquoise, apprendre de l’histoire locale, découvrir la mythologie indienne muisca et bien d’autres attractions plus ou moins typiques (parc d’attraction thématique, ferme d’autruches…).

A notre arrivée dans le village, le nombre d’hôtels et de boutiques en tout genres annonçaient un flot de touristes soutenu. Mais à notre grande surprise, pas vraiment. Vive la basse saison !

Une rue tranquille de Villa de Leyva

Une rue tranquille de Villa de Leyva

Autant vous dire que tout est prêt pour occuper le visiteur, particulièrement le chaland. Alors un peu de tri est nécessaire, entre ce que vous ne pouvez trouver qu’ici et les attrapes touristes présents aux 4 coins du monde. Notre sélection personnelle :

Pozos azules :

Elles ont beau être artificielles, le pozos azules ou piscines bleus sont de toute beauté ! 5 petits lacs aux eaux à la fois transparentes et turquoises, dans un décor de far west. Une couleur provoquée par la présence de souffre en grande quantité dans l’eau. Donc ne vous attendez pas à une eau poissonneuse, ni à une fraiche baignade…

villa de leyva colombie

dsc8674modifvillaleyva.jpg

Les fossiles de Villa de Leyva : des molusques aux dinosaures

La région autour de Villa de Leyva est réputée pour son sous sol regorgeant de fossiles. De nombreux bâtiments de la ville arborent d’ailleurs des amanites et plantes fossilisées sur les pierres des façades.

Mais le plus impressionnant, ce sont les fossiles de dinosaures. Certains sont biens conservés et exposés dans un musée à quelques kilomètres de la ville.

Pourquoi cet emplacement ? Car il a été construit autour d’un impressionnant dinosaure d’une vingtaine de mètres très bien conservé. On frissonne à l’idée de se retrouver en face de ce monstre marin carnivore…

_DSC8613villaleyva

_DSC8630villaleyva

L’observatoire astronomique muisca

Lieu sacré pour les indiens muisca, ces ruines présentent des alignements de pierres utilisés pour se repérer dans les saisons, et faire les cérémonies rituelles ainsi que des monolithes phalliques célébrant la fertilité. Intéressant, mais sans plus. Avec un guide, ce doit être plus intéressant, mais il n’y en avait pas lors de notre visite.

observatoire muisca Villa de Leyva

La casa de barro

Une maison de terre rappelant le style architectural de Gaudi. Nous ne l’avons vue que de l’extérieur, mais il est possible de la visiter.

_DSC8663villaleyva

Le musée Narino

Situé dans une maison coloniale, ce petit musée raconte l’histoire de Narino, un précurseur de l’indépendance colombienne. Son plus haut fait fut de traduire la déclaration des droits de l’homme en Espagnol (ce qui lui a valu quelques problèmes).

Musée narino villa de leyva

jolie cour du Musée Narino

Le musée Acuna

Situé dans sa dernière demeure, le musée du peintre sculpteur Acuna expose ses œuvres qui ont largement influencé les artistes colombiens actuels. Il est notamment connu pour avoir réhabilité l’art indigène. Une expo temporaire sur la religion falung dafa était présentée lors de notre visite. Des artistes chinois montraient en peinture les persécutions vécues par les adeptes par le régime en place.

Cour du musée Acuna villa de leyva

Cour du musée Acuna

Le ping pong entre amis

Un peu hors cadre, mais tout aussi sympathique que le reste, nous avons profité de nos retrouvailles avec des amis colombiens rencontrés à Mongui lors de notre visite du Paramo d’Oceta, pour nous essayer au ping pong version tournoi international.

Une rencontre sommet qui s’est soldée par une sévère déculotée… Mais nous nous sommes vengés par un triomphe au jeu de la grenouille !

Divers

Il y a bien d’autres attractions qui valent le détour à Villa de Leyva, comme la place centrale (une des plus grandes de Colombie), le couvent, l’église, le moulin à eau, la campagne environnante…

L'immense place centrale, on se demande pourquoi elle est si grande

L’immense place centrale, on se demande pourquoi elle est si grande

Non testé car non recommandé : le santuario de fauna y flora Iguaque

Santuario de fauna y flora Iguaque. L’entrée a 35000 pesos par personne (14 €) nous paraissant assez chère, nous avons demandé à des personnes s’étant rendues à la réserve si ça valait la peine. Résultat, les gens étaient assez déçus, un paysage assez classique de forêt de nuage, un chemin très difficile et pas d’animaux observés.

Infos pratiques

Se déplacer autour de Villa de Leyva

Le fossile, pozzo azul, l’observatoire Muisca et la maison d’architecte se situent en dehors de la ville. Les hôtels, agences de voyage et autres personnes croisées dans la rue vous diront qu’il est nécessaire de louer les services d’un taxi pour vous y rendre, ou qu’un vélo est nécessaire.

Queneni, il est très facile de s’y rendre à pied, il vous suffit de vous procurer une carte des alentours (disponible gratuitement dans beaucoup d’endroits). Compter deux heures de marche au total pour toutes ces attractions, sauf l’observatoire. Pour ce dernier, il faut rajouter une bonne heure, voire deux. Il est possible de faire une boucle pour vous y rendre et le chemin est plutôt sympa, bien qu’en bonne partie sur la route. Si vous avez de la chance comme nous, une voiture s’arrêtera pour vous avancer jusqu’à la prochaine attraction !

Comptez entre 3000 et 6000 pesos  (1 à 2 €) par personne, par site visité.

Hébergement à Villa de Leyva

à la posada villa de Alcala, vous en aurez pour votre argent ! A seulement 30000 pesos la chambre double (en basse saison après négociation), vous aurez le loisirs d’apprécier un très bel endroit proche du centre ville, avec wifi, eau presque chaude, petit déjeuner.

La posada se situe sur la route principale, à moins de 3 quadras du terminal d’autobus en direction de la sortie de la ville.


A propos Seb

Jeune homme bien sous tous rapports aimant manifestement voyager. Accessoirement, entre deux voyages, je tente de sauver le monde en bossant comme animateur d'un réseau d'éducation à l'environnement. Heureusement, je suis pas tout seul, parce qu'il y a du boulot !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement