Voyageur loser – Episode 5 – Trouvez l’intrus ! 3


Des petites galères, des anecdotes douteuses, des plans foireux, des aveux inavouables… Voyageur loser c’est un peu tout ça à la fois. Une série qui ne se prend pas au sérieux et vous dévoile (non sans un trait d’humour) les situations cocasses que nous avons vécu au cours de nos voyages.

Avant de commencer cette truculente anecdote sachez chers lecteurs, que ce 5e épisode de voyageur loser a été choisi par les internautes à la suite d’un vote mouvementé sur facebook, preuve que la démocratie n’est pas morte ! (non je n’ai aucune tendance à l’exagération).

Ce 5e épisode nous amène une fois de plus au Sénégal, comme le numéro 1 et 3 ? Vous allez finir par croire que nous n’avons vécu que des galères lors de ce voyage, mais ce n’est pas le cas. Cela vient peut être juste du fait que ce fut un de nos premiers voyages et que notre mémoire en a donc été plus imprégné.

Trêve de digression (un peu d’auto discipline !), plantons le décor.

Mais qu’est ce qu’on fout là ?

Une des rues principales de ce point d'étape

Nous sommes au Sénégal, dans une zone isolée dont les routes défoncées pourraient décourager quelques voyageurs. Après un long voyage en bus, nous nous retrouvons dans une ville guère attrayante. Il s’agit pour nous d’une simple halte avant de reprendre la route. Une petite hutte en dur nous servira d’hébergement pour la nuit.

Pour nous dégourdir, dé-ankyloser, dé-fourmiller les jambes (les transports sénégalais malmènent particulièrement le corps), nous allons nous balader dans les environs. On ne peut pas dire que cette ville respire la joie de vivre. Malgré des enfants qui jouent au foot, il y a dans l’air comme un parfum de nostalgie, d’une gloire passée. Les rails de chemins de fer n’apportent plus aucune nouvelle, ni la promesse de la visite d’un être cher et encore moins l’espoir d’un futur meilleur.

chemin de fer sénégal

Ancienne voie de chemin de fer

On ne va pas mentir c’était le genre d’endroit où on se demande intérieurement « mais qu’est ce que je fous là ? ». Pas sympa pour ceux qui y vivent, mais il faut bien reconnaître que c’était notre pensée intime du moment.

Une fin tragique ?

chèvre campagne sénégal

Une des nombreuses chèvres de la ville

Un peu décontenancés par ce climat pesant, nous reprenons le chemin. En cours de route, l’image d’une chèvre tranquillement affairée à brouter de l’herbe nous offre un spectacle apaisant. Spectacle qui se transformera vite en moment d’effroi, puisque deux minutes plus tard nous voyons débarquer à toute allure un gigantesque poids lourd, qui, trop occupé à foncer, ne verra pas la petite chèvre traverser insouciamment.

Un énorme ploc retentit et nous observons impuissant la petite chèvre, sauvagement catapultée, quelques mètres plus loin, les tripes à l’air. Des années après,  cette scène me fait encore froid dans le dos. Pour couronner le tout, des chiens sauvages viendront rapidement nettoyer les dernières preuves de l’existence de cette petite chèvre. Ôooo monde cruel !

Ou un dénouement humide et insolite ?

C’est donc hébétés que nous retrouvons notre cocon d’un soir, l’affreux ploc encore résonnant dans nos oreilles. Une douche bien fraîche pourrait-elle venir à ma rescousse pour laver toutes ces mauvaises ondes ? Je tente ma chance mais avant cela j’ouvre mon sac à la recherche d’un vêtement passablement propre. C’est alors que j’entraperçois du mouvement entre une culotte et ma collec de débardeurs usés jusqu’à la corde. Euh ces derniers événements auraient-ils eu raison de ma lucidité ? Ces heures de bus m’auraient-elles fait perdre la boule ? Je délire complètement ?

Je ferme les yeux, je respire un bon coup, je ré-ouvre mes yeux, et là, ce n’est plus un léger frémissement que je vois mais un saut horrifiant d’une chose encore inconnue qui vient s’écraser sur le carrelage glauque de la case. Je cherche Seb du regard (car il a toujours des réponses aux questions les plus tordues), il me regarde genre « oh putain elle est paumée », je me rends compte qu’il pige que dalle à ce qu’il se passe alors je décide de mener l’enquête seule.

Bon je vais arrêter de manière brutale le suspens, tenez vous prêts. Moi qui avait échafaudé tout un tas de spéculations foireuses dans mon cerveau embrumé, je découvre qu’il s’agissait d’un gros crapeau ! Il m’a fallu quelques minutes de plus pour comprendre que la pauvre bête (un peu squatteuse sur les bords) s’était retrouvée coincée dans mon sac et avait donc aussi subit ces nombreuses heures en bus. Un peu asséché par l’expérience il se dirigea illico presto vers la douche, me piquant au passage mon tour.

Au final ce n’est pas la douche qui me lavera de ma mauvaise journée, mais la vue d’un batracien clandestin sacrément gonflé qui pris mon sac pour un aller sans retour.

Et vous, avez vous déjà retrouvé des choses bizarres dans votre sac à dos ?



A propos Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

3 commentaires sur “Voyageur loser – Episode 5 – Trouvez l’intrus !

  • Voyage Nord du Perou

    Ceci a dû être une journée horrible ! La chèvre bousculée et après le crapaud – bon, il faut dire qu’heureusement il y avait le crapaud. Mais je peux imaginer votre sentiment après l’incident de la chèvre. A notre dernier déplacement au Pérou, nous avons failli attraper des chèvres à plusieurs reprises – mais ici elles ne sont pas tranquillement en train de broûter, ils traversent la route, mais en dernier minute, en venant de nulle part. Une fois il y avait une qui s’est arrêtée au milieu de la route, il y avait un camion en face – la chèvre est restée au milieu des deux voitures et a tranquillement terminé son chemin après, incroyable !

    • Laura Auteur du billet

      Oui en écrivant l’article, on s’est dit « bah mince, encore le sénégal ! », ce voyage nous a particulièrement marqué. Ce fût un des premiers donc forcément un des plus importants dans notre vie de voyageurs.