L’Autriche nous appelait depuis un moment. A la fois voisine et dépaysante, les mordus de montagne que nous sommes jetaient un regard avide dans sa direction. C’est l’été que nous avons voulu parcourir ces montagnes alpines recouvertes de fleurs goulument grignotées par d’imposantes vaches.
Pour cette première rencontre avec l’Autriche, nous allons découvrir deux régions : l’Alpbachtal dans le tyrol, ainsi que le Bregenzerwald dans le Vorarlberg. Même si leur nom nous a été difficile à prononcer en premier lieu, nous nous y sommes en revanche plu au premier coup d’œil.

Une courte introduction vidéo pour se mettre dans l’ambiance

Abonnez vous à notre chaîne youtube pour ne pas manquer nos prochaines vidéos !

C’est depuis le village de Reith im Alpbachtal que nous allons rayonner dans la vallée, à la recherche de sublimes coins nature, mais aussi de quelques curiosités culturelles. Avec ses chalets au bois travaillé, sa petite église au toit pointu et son lac émeraude, Reith im Alpbachtal a tout de la mignonne carte postale que nous nous faisions de l’Autriche. Dans notre hôtel cosy, nous ne tardons pas à nous coucher après un long trajet en train depuis Nantes. D’autant plus que la nuit va être courte pour moi, car je pars à l’aube grimper le Wiedersberger horn.

Lever de soleil et randonnée magistrale sur le Wiedersberger horn

Le réveil m’arrache à mes doux rêves à 3h30. Je suis accompagnée jusqu’à la télécabine qui monte au Wiedersberger horn. Toutes les deux semaines, l’été, elle est ouverte exceptionnellement à 4h15 pour que les lève tôt (enfin les courageux) puissent aller admirer le lever du soleil.

L’air frais réveille mes dernières cellules endormies, la nuit est encore bien noire. Dans la télécabine, le silence règne et seule une petite lueur au loin me donne un repère. Arrivée à la station de télécabine, il me reste environ 1h de marche pour atteindre le sommet à 2127 mètres d’altitude.

Une grande croix indique le point culminant. Je suis les randonneurs matinaux avec un pas déterminé. Ma crainte est d’arriver trop tard au sommet, mais finalement le spectacle est partout sur le sentier. Le soleil perce les montagnes et irradie bientôt les crêtes. La lumière diffuse est une caresse. Ses couleurs, une palette infinie. Malgré le vent glacial et la fatigue, je succombe à cet instant. Ce genre d’instant où on prend conscience de la chance que l’on a.

Lever de soleil depuis le Wiedersberger horn
Lever de soleil depuis le Wiedersberger horn

Avant que Sébastien et Hélio me retrouvent à une heure « normale », j’ai quelques heures devant moi. Je reste longtemps comme hypnotisée au sommet près de cette grande croix. Je scrute le ballet de la lumière, ses ondulations sur les pics ou son absence dans le fond de vallée. Le paysage change à chaque seconde. Le photographier tient de l’épreuve de rapidité. Ces moments fugaces et insaisissables sont définitivement les plus beaux.

Montagnes alpbachtal dans le tyrol autrichien
Clair obscur en Alpbachtal

Transie de froid, je me raisonne et me décide à aller prendre un petit déjeuner au chaud en contrebas. Le café brulant avec vue sur ce panorama est une récompense ô combien précieuse. L’heure tourne et je reprend la randonnée pour rejoindre Sébastien et Hélio. Là les sentiers flamboient grâce aux omniprésentes roses des Alpes. Elles teintent de rose fuchsia les abords du chemin. D’autres fleurs viennent ajouter leurs touches colorées dans ce tableau naturel.

Quand je retrouve mes deux amours, l’un d’eux ne manque pas de remarquer l’impressionnante luge d’été dont l’entrée est à la sortie des télécabines. Nous avions déjà eu l’occasion de tester cette activité en Suisse et en république tchèque. Comme elle fait de nous des parents trop cools, impossible de ne pas réitérer l’expérience. C’est donc parti pour quelques minutes de sensations fortes à toute vitesse ! La ceinture accrochée, le frein relevé, nous voilà à dévaler comme des dératés la piste. Tandis que Seb n’hésite pas à accélérer, je suis du genre plus timorée et j’abuse parfois du frein. Quelques soient nos techniques de pilotage, nous ressortons tous les trois décoiffés et hilares.

A côté de la luge d’été, un paradis pour les enfants (Lauserland) s’étend sur les flancs de la montagne. Trampolines géants, parcours dans les arbres, toboggans et de nombreux jeux jalonnent l’espace. Il y a même une vache en bois avec des pis en caoutchouc pour s’entraîner à la traite ! Hélio ne sait pas où donner de la tête et cours dans tous les sens, ne voulant rater aucune animation.

Alpbach et Reith im Alpbachtal, le charme des villages du Tyrol

Étant tout près d’Alpbach, réputé pour être un très beau village, nous décidons de reprendre le bus pour nous y rendre pour le déjeuner. Les chalets en bois sombre patiné par le soleil sont joliment rehaussés par l’exubérance rougeoyante des géraniums.

Depuis 1953, il est interdit de construire des édifices dans un autre style que celui traditionnel. Cela a permis de conserver la belle harmonie architecturale du village.

En face du restaurant, l’église titille notre curiosité. J’aime particulièrement sa taille modeste et sa tour au toit très pointu et coloré. Un cimetière très joli l’entoure, chaque sépulture est rehaussée d’une croix en fer forgé stylisée et de parterres de fleurs. Il s’en dégage beaucoup de poésie et de légèreté.

Nous prenons le temps d’apprécier le travail des boiseries qui est remarquable et toute l’attention des habitants pour mettre en valeur leurs maisons. Chacune est décorée et fleurie avec soin.

A Reith im Alpbachtal, nous faisons le même constat dans les ruelles du village autour de notre hôtel. Même si ce village n’offre pas la même homogénéité architecturale qu’Alpbach, le charme du village ne fait aucun doute quand on prend le temps de l’admirer depuis les rives de son lac. Une vraie vue de carte postale !

Vue sur le village de Reith im Alpbachtal tyrol autriche
Vue sur le village de Reith im Alpbachtal

Le musée des fermes du Tyrol à Kramsach

En nous promenant, on observe une autre curiosité. Les granges semblent totalement accolées aux maisons. Cela donne de très grandes bâtisses où la partie consacrée à la ferme et celle à l’habitation se confondraient presque. D’ailleurs, en parlant de fermes, nous avons eu l’occasion de découvrir un musée assez insolite, celui des fermes du Tyrol à Kramsach. 14 fermes tyroliennes de différentes époques (certaines dates mêmes du 16e siècle) ont été démontées puis réinstallées à l’endroit du musée. On peut s’y balader et s’imprégner de la vie locale. Dans plusieurs d’entre elles, des personnages apparaissent sous forme de projections sur les murs. Ils donnent vie au récit des traditions d’antan.

Le mobilier et les outils d’époque disposés dans les fermes sont autant de curiosités pour nous et surtout pour Hélio. Lui faire prendre conscience que nos modes de vie actuels n’ont pas toujours été ainsi n’est pas toujours simple à son âge. Quant à nous, nous sommes étonnés de la robustesse de ces fermes qui ont plusieurs siècles.

A la découverte du Reither Kogel en famille

Le lendemain, après cette parenthèse culturelle, nous remontons dans les sommets pour une autre randonnée. Nous allons tester un chemin qui allie panorama pour les grands et jeux pour les enfants. Pour cela, depuis notre hôtel, nous prenons un bus qui nous dépose au pied de la télécabine du Reither Kogel . Une fois arrivés, nous allons suivre la Juppi Zauberwald, une boucle de 2 km parsemée de jeux pour enfants. Nous avons bien aimé ce concept de randonnée qui permet d’avoir accès à de très beaux points de vues tout en permettant aux enfants de s’amuser.

Panorama Reith Kogel alpbachtal
Panorama Reith Kogel

Malgré le temps brumeux, nous pouvons apprécier toute la beauté des vallées de l’Alpbach, du Ziller et de l’Inn. En arrivant dans la première partie des jeux en bois, Hélio est immédiatement sous le charme. Au delà des jeux, c’est tout un univers féerique qui a été pensé ici. Les moindres éléments de la nature, du bout de bois à la pomme de pin deviennent des prétextes pour stimuler son imagination et s’inventer milles histoires. Avant tout, j’ai craqué pour le mini village où on incite les enfants à poursuivre sa construction à partir de ce qu’ils peuvent récolter sur place. Les balancelles avec vues sur les montagnes n’étaient pas mal non plus. Hélio a beaucoup aimé ce parcours, même s’il s’est demandé pourquoi il fallait marcher pour aller d’un jeu à un autre !

Les activités proposées sont aussi pédagogiques, comme ce parcours de rigoles en bois où l’on peut faire circuler l’eau à sa guise en actionnant des barrages. Un petit bijou pour initier son enfant à l’hydraulique et lui faire comprendre concrètement le fonctionnement des barrages, des moulins à eau etc. Ce type d’installation, nous l’avons rencontré trois fois lors de notre voyage en Autriche et à chaque fois Hélio est resté complètement scotché devant.

Rattenberg, la plus petite ville d’Autriche !

Avant de repartir de cette jolie région, nous voulions faire un tour du côté de Rattenberg. On dit à son sujet qu’elle est la plus petite ville d’Autriche. Au delà de cette curiosité à l’intérêt limité, elle est surtout une magnifique cité médiévale très bien conservée.

La rue principale est entourée de part et d’autres par des bâtisses colorées aux fenêtres et portes aux formes géométriques. Le travail du verre a aussi fait la renommée de Rattenberg. D’ateliers en boutiques, ce savoir faire d’excellence s’expose aux yeux des curieux.

Pour en profiter à notre tour, nous avons participé à un atelier de souffleur de verre dans l’atelier réputé de Kisslinger. Le four brulant et les outils du maitre verrier sont placés au fond de la boutique. On peut alors assister à la magie de la transformation de la matière brulante en verre. La boule rouge et visqueuse est soufflée, étirée, tassée pour créer de magnifiques objets en verre.

Aujourd’hui, l’atelier permet au public de participer en soufflant à son tour dans ce drôle de tube. Nous suivons scrupuleusement les instructions du maitre verrier en choisissant tout d’abord les paillettes de couleur qui viendront teinter notre création puis en soufflant puissamment dans son instrument.

Une fois nos créations terminées, nous nous plongeons dans un univers magique entièrement créé en verre, peuplé d’animaux transparents et de plantes lumineuses.

Une belle manière de clôturer cette escapade dans l’Alpbachtal, où la lumière a joué avec nous (et de nous) modelant les paysages et les villages. Cachant ou dévoilant les pépites de cette belle région.

Prochaine étape, le Bregenzerwald, une autre région d’Autriche qui nous a réservé de belles surprises !


Guide pratique : voyage dans l’Alpbachtal en Autriche

Comment se rendre dans l’Alpbachtal en Autriche ?

L’accès à l’Autriche depuis la France étant possible et réaliste en train, nous avons opté pour cette solution. D’une part, nous adorons prendre le train qui offre un sas, comme une douce introduction à un voyage. De plus, c’est une solution beaucoup plus écologique.

Voyager en train suisse et autriche
Traverser la Suisse et l’Autriche en train

Pour atteindre l’Alpbachtal nous avons fait le trajet suivant :

  • Train : Paris – Zurich (4h), à partir de 29 € pour la seconde classe, 49€ pour le 1ère avec TGV Lyria.
    Pour ce trajet, nous étions les invités de TGV Lyria. Le train était très confortable, surtout en 1ère classe. Et pour les fainéants, il y a même un monsieur qui se déplace dans les wagons pour proposer des boissons et des snacks ! Le service à la place pour l’accro du café que je suis, c’est difficile d’y résister.
    TGV Lyria propose des trajets entre la France (depuis Paris, Dijon, Lyon, Aix et Marseille) et la Suisse (Genève,Lausanne, Neufchâtel, Bâle, Zurich et Bern)
    Plus d’information et réservation TGV Lyria
  • Train : Zurich – Jenbach (4h09 avec un changement très simple à Innsbruck), environ 50€ pour la classe économique. Supplément à prévoir si vous voulez être en première classe, business ou réserver un siège en particulier.
    Plus d’information et réservation auprès de l’OBB
  • Taxi ou bus : Jenbach – Reith Im Alpbachtal (15min).

Voyager sans voiture en Autriche

Pour cette semaine en Autriche, nous n’avons pas eu besoin de louer une voiture. Le réseau de train est très bon et dessert de nombreuses régions en Autriche. Ensuite, nous avons utilisé le réseau de bus.

Dans les deux régions où nous sommes allés, ils étaient gratuits grâce aux cartes que l’on vous donne lors de la réservation de plusieurs nuits d’hôtels. Cette carte donne également accès gratuitement aux remontées mécaniques et à d’autres activités (voir le paragraphe dédié ci-dessous).

Dans l’Alpbachtal, les bus qui desservent la vallée et les différents lieux touristiques ont une fréquence de 1 par heure environ. La seule contrainte est donc de prévoir son timing à l’avance et de privilégier un ou deux lieux par jour en fonction des correspondances possibles. Les informations au sujet des bus sont très claires.

Pour les petites distances et avoir plus de flexibilité, on peut aussi opter pour la location d’un vélo électrique.

Plans et horaires de bus dans l’Alpbachtal

Où se loger dans l’Alpbachtal en Autriche ?

Nous étions logés à l’hôtel Stockerwirt à Reith im Alpbachtal. Cet établissement est très bien situé dans le village, à proximité de la station de bus, des commerces et du lac. Nous avions une belle chambre familiale avec deux espaces distincts pour dormir, un pour les parents et l’autre pour Hélio.

C’est le genre de chambre idéale pour les familles car chacun dispose de son intimité. Le petit déjeuner sous forme de buffet était varié et de bonne qualité. Nous avons également diné tous les soirs à l’hôtel. Les repas sont complets, les menus agréables. Seul bémol, l’excès de sel dans certains plats.

Selon la météo, il est possible de prendre ses repas en intérieur dans une salle chaleureuse ou en terrasse. Dehors, une aire de jeu est à disposition pour les enfants.

Informations et réservations pour l’Hôtel Stockerwirt

Bon plan : l’Alpbachtal Seenland card

Quand vous réservez des nuits d’hôtels dans l’Alpbachtal on pourra vous remettre gratuitement l’Alpbachtal Seenland card. Cette carte permet d’utiliser les bus et les télécabines de manière illimités et gratuites. Elles offrent aussi la gratuité ou des réductions dans de nombreux sites touristiques (piscines, musées, visites guidées, parapente, location de vélos…). Vous l’obtiendrez directement à votre hôtel ou auprès de l’office de tourisme.

Plus d’information sur l’Alpbachtal seenland card

Que voir, que faire dans l’Alpbachtal en Autriche (Tyrol) ?

  • Randonner est l’activité par excellence dans l’Alpbachtal. Le moteur de recherche de l’office de tourisme est très bien fait et permet de trouver le sentier qui correspond le mieux à votre niveau (nombre de kilomètres, dénivelé…) ou le type de chemin (axé plutôt sur la botanique, la culture etc…)
  • Se baigner dans un des 3 lacs de la vallée
  • Découvrir les gorges sublimes de l’Alpbachtal (Kaiser, Tiefenbach, Kundler)
  • Sillonner la région en vélo électrique ou en VTT
  • S’adonner aux sports d’eaux vives (rafting, bouée, kayak…)
  • Approfondir vos connaissances culturelles sur la région dans un des nombreux musées
  • Se balader dans les villages et s’initier à l’artisanat local (travail du verre à Rattenberg notamment)

L’Alpbachtal en Autriche avec des enfants, une bonne idée ?

La réponse est un grand oui ! Les différentes infrastructures dans l’Alpbachtal sont adaptées aux familles. Côté hébergement, on trouve des chambres familiales et des établissements qui accueillent volontiers les enfants.

Le réseau de bus et de télécabines permettent d’accéder facilement à des endroits superbes sans avoir à randonner longtemps, ce qui est très pratique avec des enfants en bas âge. Pour les petits marcheurs, il y a des possibilités de randonnées courtes et faciles. D’autres activités sont prévues pour les familles (piscines, musées, ateliers ) et les aires de jeux sont aussi nombreuses que surprenantes. C’est bien simple, notre fils est revenu de ce voyage en concluant la chose suivante : « l’Autriche est le pays des jeux et des jouets ! ».

Ce voyage est le fruit d’une collaboration avec l’Office national du tourisme Autrichien et l’office du tourisme de l’Alpbachtal avec qui nous avons co-construit notre itinéraire. N’hésitez pas à vous rapprocher d’eux pour préparer votre propre voyage !

Vous partez en Autriche ? Lisez tous nos articles sur la destination !