Depuis l’eau, l’espace s’ouvre, le temps s’étire, la perspective change. Passer de la rive à la rivière, c’est comme franchir une frontière pour découvrir un territoire à la fois familier et différent. Sur la Sarthe, nous avons vogué entre amis le temps d’un long week-end à bord d’un bateau de location sans permis.
Un séjour de navigation fluviale en déconnexion totale à deux pas de chez nous.
Une croisière en totale liberté, au rythme de la Sarthe, d’écluses en villages de caractère.

croisière fluviale vallée de la Sarthe en bateau de location sans permis

Cap vers Sablé-sur-Sarthe : prise en main du bateau de location sans permis

Cela faisait plusieurs années qu’avec Laura nous avions envie d’aller naviguer en milieu fluvial, de découvrir un territoire au rythme de l’eau. Cette envie, elle ne sort pas de nulle part. Dans une ancienne vie, j’ai eu l’occasion de travailler pour une association d’éducation populaire dont le projet tourne autour de la thématique de l’eau et plus particulièrement de la navigation fluviale. J’avais ainsi pu découvrir un rythme, une douceur et des valeurs auxquels je reste très attaché.

L’occasion s’est enfin offerte à nous de naviguer quelques jours avec des amis blogueurs : Perrine, Cédric et leur fils Malo (Demain je fais mes valises) sur la Sarthe, en totale autonomie. Point besoin pour cette croisière d’un capitaine ou d’un pote possédant un bateau. Non, il existe des bateaux de location habitables sans permis !

croisière fluviale vallée de la Sarthe en bateau de location sans permis

Arrivés de bon matin au port de Sablé sur Sarthe, nous découvrons un superbe bateau. Je ne m’attendais pas à un tel niveau de confort : une cuisine toute équipée, quatre cabines avec deux salles de bains, de vastes espaces pour se poser derrière, devant ou au dessus du bateau… Les gamins (et les adultes) sont surexcités, le séjour s’annonce bien ! Seule petite pointe d’inquiétude : il va falloir le manœuvrer l’engin, il mesure pas loin de 14 mètres.

Après un petit briefing sur le bateau, son fonctionnement, les règles de navigation, le passage des écluses, les endroits à visiter, c’est Cédric qui prend les commandes pour les premières manœuvres. Les doutes sur notre capacité à piloter l’engin sont très vites levés, en quelques instants on comprend le fonctionnement, la manière d’anticiper les manœuvres, l’inertie du bateau. Et puis la vitesse est bridée à 10 km/h… Alors ça laisse le temps de rattraper d’éventuelles maladresses !
Bref, fingers in the nose, comme dit Laura (oui je dénonce).

Une croisière fluviale dans la vallée de la Sarthe, un mode de voyage parfait pour du slow tourisme (very très slow)

Pour ce long week end de navigation sur la Sarthe, nous sommes allés de Sablé-sur-Sarthe à Malicorne, aller retour. Si vous prenez une carte, cela fait moins de 30 km. Nous avons donc parcouru en moyenne 20 km par jour. Je crois que nous pouvons raisonnablement parler de slow tourisme !

Nous aurions pu aller plus loin bien sûr, mais notre philosophie commune était de prendre le temps, de se conformer au rythme paisible de l’eau, de faire des escales à chaque occasion. Bref, découvrir peu, mais bien.

croisière fluviale vallée de la Sarthe en bateau de location sans permis

Si l’envie vous prenait de louer un bateau pour tracer sur la Sarthe et faire un max de distance, vous seriez bien déçus. La vitesse est limitée à 10 km/h dans la plupart des cas et même 4 km/h dans certains endroits.

Et pour couronner le tout, la rivière est régulièrement barrée par des écluses, qui sont pour la plupart manuelles. Alors si la lenteur, la contemplation ne sont pas vos marottes, oubliez la navigation sur rivière… Les écluses et leur barrage attenant, ces ouvrages qui permettent de réguler le niveau de l’eau pour faciliter la navigation, ont une place centrale lors d’une croisière. Passage obligé, ce sont elles qui conditionnent le rythme de la navigation.

Ce sont aussi de belles occasions de rencontre avec les éclusier-e-s. Chargés de l’entretien des ouvrages et des berges, mais aussi prêts à vous donner un coup de main pour passer les écluses, ils nous ont toujours bien accueilli et conseillé. L’automatisation des écluses sur les cours d’eau plus importants ouverts au commerce, menace malheureusement ce métier. C’est bien dommage, car ces petites écluses ont un charme fou ! Et les éclusiers ont un rôle de lien social qu’il serait dommage de perdre.

De Sablé sur Sarthe à Avoise, un début de croisière sportif et vintage

Si le rythme fut lent lors de ce séjour, les distances parcourues faibles, cela ne nous a pas empêché d’être actifs ! De profiter de cette rare occasion de vivre sur l’eau pour contempler ce milieu sous un nouvel angle, mais aussi de nous arrêter régulièrement sur les berges pour découvrir des villages et un patrimoine insoupçonnés.

Après à peine une heure de navigation, nous avons fait une première escale à Juigné. La météo n’était pas bonne ce jour là, mais nous étions motivés par cette nouvelle et éphémère vie de marinier. Aussi nous sommes allés au centre de loisirs terre activ’ qui propose des moyens sympathiques de découvrir les alentours.

Balade en vélo à juigné - terre activ

Juigné sous l’eau et sur l’eau

Nous avons donc bravé la grisaille et même la pluie pour faire une course d’orientation en vélo. Équipés d’une carte, nous avons pris un plaisir enfantin à rechercher les différentes balises parsemant le chemin longeant ruisseau et village. Autant de prétextes pour découvrir Juigné et son patrimoine, comme son lavoir, son église, ses ruelles. D’ailleurs nous avons repéré une superbe vue sur la vallée de la Loire qu’il nous tardait de découvrir sous un temps plus clément.

vélo vallée de la Sarthe

Coup de chance, lors du chemin retour deux jours plus tard, le soleil étant resplendissant et nous avons pu explorer d’autres facettes de Juigné, depuis un beau point de vue donnant sur la vallée de la Sarthe et l’abbaye de Solesmes.

village de Juigné, vue sur la vallée de la Sarthe

Et sur l’eau en canoë kayak. Le coup de pagaie de notre lémurien est encore approximatif, mais son plaisir ne l’était pas !

Le manoir et la 2CV

Après cet interlude, nous avons repris la navigation pour une demi-heure jusqu’à Avoise, où nous nous sommes posés à l’entrée d’un camping très spécial. Il a la particularité d’accueillir des caravanes vintage. Si je ne suis pas fan de caravanes, je dois dire que ce côté retro a un certain charme, faisant largement remonter mon estime du camping en mode caravaning.

abbaye de solesmes, visible depuis la sarthe en bateau
Abbaye de Solesmes, vue depuis le bateau

Mais nous n’étions pas arrêtés là pour cette raison puisque nous dormions dans le bateau. En bateau on peut s’arrêter a peu près partout où on veut, et ça c’est chouette ! Cela m’a fait penser à notre expérience en van, un mode de voyage qui offre pas mal de liberté également.

Nous avions l’intention de visiter le manoir de la cour, non loin d’Avoise, à Asnières sur Vègre. Non loin, mais tout de même un peu trop pour y aller à pieds avec de jeunes enfants et par temps (très) pluvieux. Mais c’était sans compter sur le propriétaire du camping l’œil dans le rétro qui nous a prêté sa magnifique 2 CV verte !

camping l'oeil dans le retro avoise

Une expérience à part entière… A tel point que nous avons tous voulu la conduire sur un bout de chemin. Si jamais vous avez l’occasion de conduire une 2CV, un seul conseil : anticipez le freinage ! Ces petites bêtes ont un charme fou, mais des freins totalement pourris.

Bref, nous avons pu atteindre le manoir de la cour, qui héberge un musée très bien fait, interactif sur le patrimoine et l’histoire de la région. Avec plusieurs niveaux de lecture, les enfants étaient à fond : déguisés en chevaliers, occupés à tirer les manettes et autres ustensiles mis à disposition. Les parents également, libérés de marmots trainant des pieds, nous avons pu apprécier une muséographie très bien pensée.

Après cette dernière escapade, nous avons pu apprécier une première nuit à bord, très légèrement bercés par la Sarthe, dans un calme absolu (il n’y a pas foule sur l’eau et la navigation est de toute façon interdite de nuit).

Mal de mer et navigation fluviale
Pendant notre séjour, pas mal de personnes ont réagi sur notre compte instagram en nous disant qu’ils n’avaient pas trop le pied marin. Que le bateau, ça leur faisait un peu peur à cause du mal de mer.
Laura, et moi dans une moindre mesure, sommes sensibles à la cinetose (je sors ma science). Je vous rassure tout de suite, il est quasiment impossible d’avoir le mal des transports sur une rivière ou un fleuve (les lacs c’est un peu différent).
Il faudrait vraiment des conditions extrêmes avec beaucoup de courant, de vent et une rivière très large pour qu’il y ait des vagues provoquant assez de remous pour causer des nausées.

De Parcé-sur-Sarthe à Malicorne, des moulins à la faïence

Le lendemain matin, après un petit déjeuner à bord, nous sommes repartis naviguer sur la Sarthe. Notre programme, rejoindre Malicorne à environ 2 h de navigation. Nous aurions pu aller plus loin, naviguer plus longtemps, mais ce qui nous donnait envie, c’était de découvrir cette petite ville réputée pour ses artisans d’art, ainsi que Parcé sur Sarthe, petite cité de caractère située à mi chemin.

En chemin, nous avons croisé le moulin d'Ignières ayant appartenu à Marcel Pagnol
En chemin, nous avons croisé le moulin d’Ignières ayant appartenu à Marcel Pagnol

Quoi de mieux pour découvrir une ville, un village, que de se faire raconter son histoire par un de ses habitants ? Nous avions déjà eu l’occasion de découvrir Alençon par l’intermédiaire d’un greeter. Cette fois-ci, ce fut via Pierre, un membre de l’association Parcé découverte et patrimoine. A travers une balade commentée, nous avons pu déambuler dans les ruelles de ce village plein de charme.

Sans lui, nous aurions tout de même apprécié cette visite car le village de Parcé sur Sarthe est très beau. Situé sur une motte calcaire, il surplombe la vallée de la Sarthe, offrant un superbe panorama. Mais avec sa connaissance du village, de son histoire, la visite a pris une toute autre dimension. Forcément, quand un passionné vous explique son lieu de vie, c’est communicatif !

Nous avons ainsi pu découvrir une foule de détails et anecdotes historiques que nous n’aurions pas soupçonné autrement. Comme par exemple l’ancienne station balnéaire dont on peut encore observer les cabines de plage aujourd’hui, ou les superbes vitraux de l’église représentant fidèlement le village.

Notre visite s’est achevée par la visite du moulin de Parcé, aujourd’hui privé, mais accueillant régulièrement du public, les propriétaires souhaitant faire vivre ce patrimoine et le rendre accessible.

La faïence de Malicorne, barbotine et sensations pédestres

Après avoir repris la navigation, nous avons jeté l’ancre à Malicorne sur Sarthe (façon de parler hein, attacher le bateau, c’est plus simple !). Malicorne est connue pour ses artisans d’art, et plus particulièrement sa faïence. Si vous y faites un tour, vous n’aurez pas de mal à le comprendre. Il suffit de se balader dans la ville pour constater les multiples échoppes.

La première question que nous nous sommes posé, c’est : pourquoi ? Pourquoi cet artisanat s’est développé ici, pourquoi les faïenceries ont prospéré ? Tout simplement grâce aux argiles de qualité déposés par la Sarthe au fil des siècles dans les environs, donnant une excellente qualité à cette matière première.

faience malicorne sarthe

Pour en connaitre plus sur cet artisanat, nous nous sommes rendus au musée de la faïence. Outre sa très belle collection, le musée à la particularité de proposer des ateliers. Voyageant avec des enfants, nous aurions pu être inquiets à l’idée de visiter un musée sur ce thème. Mais il est très bien pensé pour les familles, rendant acteurs les bambins. Espace jeux en lien avec la poterie, sentier pieds nus pour découvrir par le toucher de nouvelles matières, tout est fait pour retenir l’attention des enfants et permettre aux adultes de profiter du lieu.

Par un atelier « barbotine » petits et grands ont pu s’initier de manière ludique à la manipulation de la terre. Je vous laisse juge de nos créations artistiques de haut vol… Mention spéciale à l’ornithochien de Cédric, un hybride entre ornithorynque et chien selon ses dires.

Le soir, nous avons été gratifié d’un superbe coucher de soleil, parfait pour visiter la ville sous des couleurs dorées.

Un petit détour par l’île de Moulinsart

Je l’avoue, nous avons un peu triché pour cette ultime visite dans la vallée de la Sarthe. Pour aller de Sablé sur Sarthe jusqu’au Mans en bateau (aller-retour), 3 jours ne sont pas suffisants. Je pense qu’il faut au moins une semaine de navigation si on veut prendre son temps et profiter des points d’intérêt. Alors pour ne pas manquer la visite de l’île Moulinsart, située à Fillé-sur-Sarthe aux portes du Mans, nous avons pris un taxi.

Cette entorse à la navigation douce, au voyage slow, nous l’avons faite car l’île Moulinsart est un site vraiment intéressant, un bout de Sarthe à ne pas manquer. Si son nom est un peu usurpé (ce n’est pas réellement une île, mais peut être qu’elle le fût), le site n’en est pas moins magnifique.

île moulinsart Sarthe

Situé à la confluence entre la Sarthe et un canal de navigation, ce site est un savant mélange entre nature, patrimoine et culture. Avec un parc, un centre d’art contemporain, une guinguette, des activités nautiques, chacun peut y trouver un intérêt. Mais c’est surtout le moulin cyprien qui a retenu notre attention.

Le moulin cyprien, datant du XVe siècle, est toujours actif aujourd’hui ! Et c’est là tout son intérêt, le voir en fonctionnement et admirer ses rouages en action. Ce moulin à roue à aube est utilisé aujourd’hui principalement pour moudre le blé, et dans une moindre mesure fournir de l’électricité.

Nous avons eu la chance de discuter avec la meunière, qui nous a expliqué le fonctionnement du moulin. Voir cette impressionnante machinerie dépourvue d’électronique opérer comme elle le fait probablement depuis des siècles avait quelque chose d’émouvant et de rassurant. Arriver à saisir (dans les grandes lignes) comment fonctionne une machine, observer un savoir faire séculaire qui ne nécessite pas une armée de microprocesseurs indéchiffrables m’a fait du bien. Allez savoir pourquoi !

Mais ce n’est pas tout, nous avons également pu suivre le processus de bout en bout en fabriquant notre propre pain ! Une fois la farine de blé sortie du moulin, nous avons enfilé une charlotte trop sexy pour mettre la main dans le pétrin. Redécouvrir de A à Z le processus de fabrication d’un aliment de base tel que le pain, presque du champ à l’assiette est une vraie bonne idée. Cela permet de remettre en perspective le travail nécessaire, les différentes étapes, les personnes et savoirs faire qui se cachent derrière une simple baguette. Bref, un atelier ludique qui a du sens.

Le sens, ce fut peut être le fil conducteur de ce voyage à fleur d’eau, outre la Sarthe en elle-même. Prendre le temps, découvrir un territoire dans ses différentes composantes sans sauter d’une attraction à une autre, essayer de comprendre un lieu tout en prenant du plaisir, voilà ce que nous avons trouvé dans la vallée de la Sarthe. Car la Sarthe est le lien qui explique ce territoire, des moulins qui se servent de sa force, des villages qui l’ont utilisé comme moyen de transport, des artisans qui ont sublimé la terre de ses flancs, des seigneurs qui ont fait ériger des châteaux pour la protéger (ou plutôt se protéger). Chaque élément de patrimoine se rapporte au cours d’eau et fait son identité. Alors quelle plus belle manière de découvrir la Sarthe que de naviguer paisiblement sur ses flots ?


Guide pratique – en bateau dans la vallée de la Sarthe

Location d’un bateau sans permis à Sablé sur Sarthe

Soyez rassuré, si vous souhaitez naviguer dans la vallée de Sarthe, nul besoin d’avoir son propre bateau ou même d’avoir le permis fluvial. Il existe des bateaux de location sans permis de toutes tailles et confort. Même sans aucune expérience, en quelques minutes il est facile de piloter un bateau allant jusqu’à 15m !

Dans la vallée de la Sarthe, la vitesse de navigation est limitée à 10 km/h, voir 4km/h dans certaines zones. Aussi il y a peu de trafic et uniquement du loisirs, alors no stress !

Anjou navigation, le loueur de bateaux sans permis incontournable à Sablé sur Sarthe

L’acteur incontournable pour louer un bateau sans permis dans la vallée de la Sarthe, c’est Anjou navigation. Ils disposent d’une flotte importante et bien entretenue convenant à la plupart des besoins. De la location à la journée de petits bateaux électriques aux bateaux habitables de 12 places, il y a de quoi faire son choix !

Nous avons été gâtés avec l’un des plus grands bateaux et l’un des plus récents. Quasiment tous leurs bateaux sont des nicols, une référence en la matière.

Entièrement équipé pour être en autonomie totale pendant plusieurs jours, nous n’avons pas eu à nous soucier de l’eau, du gaz, du carburant, des eaux usées durant ces trois jours. Pour une location d’une semaine, vous aurez surement à remplir le réservoir d’eau une fois, c’est tout !

Renseignements et réservation

croisière fluviale dans la vallée de la Sarthe au départ de Sablé sur Sarthe avec Anjou navigation

Comment se déroule la location du bateau sans permis ?

C’est très simple, après avoir réservé le bateau sur le site d’Anjou navigation, il suffit de se rendre au port de Sablé sur Sarthe (si vous naviguez sur la Sarthe, ils ont deux autres bases sur la Mayenne). Là vous serez accueilli puis directement mené jusqu’au bateau. Une fois une caution laissée (emmenez votre chéquier), vous aurez un briefing d’environ une heure.

Durant ce briefing vous pourrez découvrir le bateau, son fonctionnement, les règles de sécurité, de navigation, le pilotage, le passage des écluses, les itinéraires et étapes possibles durant votre séjour, les endroits conseillés pour dormir etc.

Ensuite, vous serez prêts pour partir avec un employé d’Anjou navigation pour les premières manœuvres à la sortie du port, 5-10 minutes suffisent, le temps de vous sentir à l’aise avec le bateau, comprendre comment anticiper son inertie, appréhender son gabarit. Ça va très vite !

location bateau sarthe

Que voir, que faire dans la vallée de la Sarthe ? Suggestion d’itinéraire pour un week-end ou une semaine

Établir son itinéraire de croisière fluviale dans la Sarthe, c’est à la fois très simple et complexe. Simple car vous n’aurez que deux directions possibles… Vers l’amont ou vers l’aval. Complexe car il y a beaucoup de possibilités de visites ! Que vous naviguiez pour un week-end ou une semaine, il y aura donc des choix à faire.

Voici l’itinéraire que nous avons choisi et vous conseillons, sur 3 jours dans la vallée de la Sarthe :

  • jour 1 : départ de Sablé sur Sarthe le plus tôt possible, direction Juigné pour un arrêt à Terre activ’ vous pourrez au choix faire du kayak, du vélo dans les environs, une course d’orientation…
    Ensuite direction Avoise, arrêt pour la nuit au pied du sympathique camping l’oeil dans le retro. Direction le manoir de la cour en vélo, ou en empruntant la 2cv du propriétaire
  • jour 2 : départ vers Malicorne, visite de la ville et du musée de la faïence et de la céramique, participer à un atelier et nuit sur place
  • jour 3 : départ vers Parcé sur Sarthe, visite de la ville (petite cité de caractère) en autonomie ou avec l’association Parcé découverte et patrimoine, puis retour vers Sablé sur Sarthe

Si vous avez plus de temps, une semaine par exemple, nous vous conseillons de pousser jusqu’à l’île Moulinsart pour visiter le site, notamment son moulin et pourquoi pas participer à un atelier de fabrication du pain !

Pour un séjour plus nature dans la vallée de la Sarthe, ne partez pas vers l’amont (Le Mans) comme nous l’avons fait, mais plutôt vers l’aval (Angers) et la confluence avec la Mayenne. Une autre expérience qui doit être tout aussi intéressante.

croisière fluviale vallée de la Sarthe en bateau de location sans permis

Tourisme fluvial avec des enfants : comment naviguer sur la Sarthe sereinement ?

Nous étions deux couples avec un enfant de 3 ans et un de 4 ans. A cet age là, ils ne savent pas nager et ont tendance à courir partout. Sur un bateau, cela peut faire un peu peur niveau sécurité. Le bateau que nous avions était sécurisé avec des gardes corps tout autour du bateau, et sur les ponts. Pour autant la vigilance reste de mise, selon le caractère de votre bambin et il va de soit qu’on ne laisse pas un jeune enfant seul à l’extérieur.

Pour autant nous n’étions pas en permanence en train des les tenir, mais il faut rester attentif. Nous n’avons pas ressenti le besoin de leur enfiler un gilet de sauvetage, mais selon le type de bateau, cela peut être nécessaire (ils vous serons de toute façon fournis par le loueur).

La deuxième source d’inquiétude éventuelle, c’est l’occupation des enfants durant la navigation. A moins de faire de très longues séquences de navigation, il n’y a pas trop de soucis à se faire. La croisière est entrecoupée de pauses découverte et entre deux pauses, il y a les écluses à passer qui sont autant de moment intéressants pour eux. Bref, si vous avez peur que vous ou vos enfants s’ennuient, détrompez vous ! Les moments de pur navigation ne sont pas très longs et entrecoupés d’événements !

Pour poursuivre l’expérience, découvrez notre carnet de voyage de tourisme vert en Sarthe !

Ce voyage a été réalisé en partenariat avec Sarthe tourisme qui nous a permis de découvrir ce territoire d’une si belle manière. N’hésitez pas à les consulter pour planifier un séjour dans le département !