Morcelées et finement ciselées, les côtes bretonnes tournent les regards en direction de la mer. Pourtant la Bretagne se découvre aussi en son cœur, dans ses terres. Pleines de charmes et de légendes, elles révèlent une autre facette de la région. Que ce soit dans les hivers humides ou les étés caniculaires, ses forêts et ses rivières enchantent et sont un terrain de jeu pour de nombreuses activités. Pour vous en convaincre, nous sommes allés visiter Belle Isle en Terre, petite pépite des Côtes d’Armor.

Visite nature de Belle-Isle-en-Terre

Les rivières de Bretagne et leurs secrets bien cachés

J’aurai pu arriver à Belle-Isle-en-Terre les yeux fermés et en les ouvrant, réaliser à l’instant même que j’étais en Bretagne. Les bâtisses en pierres gris souris et les hortensias gigantesques ne trompent pas. J’ai instantanément aimé l’ambiance qui s’en dégageait, même si le temps n’était pas à la fête. En déambulant dans les ruelles, au bord de l’eau puis entre les maisons, un édifice m’interpelle plus qu’un autre, le CRIR (centre régional d’initiation à la rivière).

Seb connaît déjà ce lieu, il y est allé quelques mois auparavant pour un projet qui lui tenait à cœur sur les traces de la loutre. D’un point de vue naturel, ce qui fait la richesse et la singularité d’une visite de Belle Isle en Terre et de ses environs, ce sont ses forêts et ses rivières. L’une d’elle, le Léguer, est labellisée rivière sauvage de France. Autrefois, les activités humaines s’y développaient, mais désormais la nature a repris ses droits et les loutres sont de retour.

Le CRIR est un lieu ressource pour comprendre l’importance des écosystèmes des rivières. Sur place, un aquarium, des expositions pédagogiques et photographiques permettent de connaître la faune et la flore qui s’épanouit dans les rivières environnantes. Ainsi, on comprend mieux les équilibres écologiques précaires et les menaces qui pèsent sur ces milieux.

L’aquarium présente uniquement des espèces locales de poisson. L’idée étant de connaître spécifiquement les habitants des rivières avoisinantes. Vous ne trouverez donc pas d’espèces exotiques ou même de mammifères qui y seraient beaucoup trop à l’étroit. Hélio a été fasciné par ce lieu. Il lui a permis de mieux voir et distinguer les différentes espèces de poissons et de faire ensuite le lien lors de nos observations en milieu naturel.

Nous avons pris le temps également de regarder les différentes vidéos, dont l’une sur les libellules. Idem Hélio a été captivé du début à la fin. Quant à moi, j’ai également trouvé cela intéressant malgré mes connaissances préalables sur le sujet. A cause du Covid-19 certains outils ludiques n’étaient pas disponibles, mais sachez qu’en temps normal il y a aussi quelques animations à manipuler.

Sur les traces de la Loutre, en mode chasse au trésor

Nous avons complété cette immersion sur l’univers des rivières par une animation sur le terrain. Le CRIR fait partie des maisons nature du territoire de Guingamp – baie de Paimpol. A ce titre, il propose des animations tout au long de l’été. Le programme de 2020 était particulièrement alléchant. Pas facile de faire un choix. Tous les sujets proposés que ce soit celui sur les libellules, les mares, les insectes ou la loutre nous intéressaient.

Animation loutre visite de Belle-Isle-en-Terre

C’est finalement l’animation sur les traces de la loutre que nous avons choisi. Il s’agissait aussi d’un clin d’oeil au projet de Seb dont je vous invite à aller voir la vidéo. Il est parti à la rencontre des acteurs qui protègent l’environnement et connaissent bien ce fabuleux animal. Cette animation est le moyen pour nous de sensibiliser Hélio du haut de ses 5 ans, car elle s’adresse principalement aux enfants. Durant 3 heures, nous avons été plongés dans le quotidien de la loutre en nous baladant autour de l’étang de Plounérin (non loin de Belle Isle en Terre).

L’idée de l’animation est de connaître les particularités de cet animal, ses petites habitudes. L’animateur nous prévient, nous ne verrons pas de loutre. Elles sont farouches, d’autant plus en pleine journée et auprès d’un groupe d’enfants surexcités. En revanche, nous allons approcher son habitat, chercher ses traces et en apprendre plus sur ses secrets. Dès le départ, l’animateur tient en haleine son auditoire. Il faut dire qu’il a tout un arsenal de jeux, d’astuces ludiques et de parades pédagogiques pour les captiver sur la longueur. Dans un premier temps, les enfants doivent trouver le chemin que nous devons emprunter en suivant des empreintes dissimulées ça et là. A certains emplacements, ils doivent retrouver des indices ou des jeux qui distilleront de nouvelles connaissances sur la biologie et le comportement de la loutre. Puzzle, énigme, chasse au trésor émaillent ces 3 heures de manière ludique. Et bien que résolument tournée vers le public enfant, je mentirais si je disais que je n’ai rien appris !

Découvrez tout le programme des sorties nature du CRIR

Conjuguer sport et nature à Belle Isle en Terre

Randonnées à Belle-Isle-en-Terre, entre forêts et patrimoine

Après le confinement, je rêvais de me plonger dans une atmosphère forestière, de randonner au cœur d’une belle forêt. Et ce fût chose faite dans la forêt domaniale de Coat an Noz. Traversée par les rivières du Guic et du Léguer, l’humidité ambiante exhale les odeurs d’humus que j’affectionne. Ces rubans aquatiques bordés d’arbres tortueux apportent de la féérie à la forêt. Coat an Noz signifie en breton bois de nuit et la forêt porte bien son nom car en certains endroits, la végétation est telle que la lumière peine à percer.

Nous nous amusons aussi de cette obscurité dans les chemins creux qui semblent tous droits sortis de l’imagination de Tim Burton (disons plutôt qu’il a du s’en inspirer…). Ces chemins sont nombreux dans les environs de Belle-Isle-en-Terre, ils relient des parcelles agricoles et sont délimités par des haies qui reposent sur des talus. En les empruntant, on a l’impression que c’est le passage successif des Hommes qui a creusé le sentier.

chemin creux visite de Belle-Isle-en-Terre

De l’autre côté du Léguer, la forêt change de nom et devient Coat an Hay (bois de jour). Qu’il soit de jour ou de nuit, nous foulons le sol du bois jonché de trésors enfantins. Glands, noisettes, mousses chatouillantes, chaque détail est un prétexte pour s’émerveiller de la beauté de la nature. Malgré nos suppliques, Hélio en profite pour compléter sa collection de bâtons et étoffer son musée personnel d’histoire naturelle.

Lors de nos randonnées autour de Belle-Isle-en-Terre, nous n’avons pas nécessairement suivi d’itinéraires de balade particuliers, mais il en existe de nombreux. En fonction des boucles empruntées vous pourrez également tomber sur les symboles du patrimoine local que sont le château de Coat An Noz ou l’église de Loc Envel (j’en reparle dans la prochaine partie).

Dénichez de belles randonnées autour de Belle Isle en Terre

Explorer les environs de Belle Isle en Terre en VTT

Cette forêt bordant Belle Isle en Terre est aussi un excellent terrain de jeux pour s’adonner au VTT. Le CRIR (Centre régional d’initiation à la rivière) propose justement des locations de vélos et de VTT (électriques ou non). Tandis ce que Seb teste le VTT électrique, je m’empare d’un vélo tout chemin et d’une carriole pour sillonner les environs. Équipés de cette manière, nous pouvons conjuguer balade familiale et dérapages contrôlés pour Seb sur les chemins plus difficiles. Nous sommes accompagnés de Jordan, animateur au CRIR, ce qui facilite grandement notre orientation et nous permet de découvrir plus facilement les plus beaux endroits.

Mes mollets remarquent assez rapidement que le terrain grimpe à certains endroits. Sans assistance électrique et avec une carriole, une des côtes aura d’ailleurs raison de moi. Je mets mon ego de côté et termine à pied. Bizarrement j’ai préféré la descente, allez savoir pourquoi… Cette montée aura eu l’avantage de nous offrir de beaux points de vues sur la campagne environnante. Ces reliefs ainsi que les nombreux chemins creux et les sentiers forestiers sont propices à la pratique du VTT. Je laisse Seb et Jordan s’engouffrer dans ce dédale cabossé tandis ce que je profite du cadre, en jouant avec Hélio.

Point de vue randonnée Belle-Isle-en-Terre

Retrouvez ici les 200 km de circuits balisés VTT autour de Belle Isle en Terre

S’initier au tir à l’arc version 2D et 3D

Jordan nous a également initié à une autre pratique sportive : le tir à l’arc. Juste derrière le CRIR, un champ accueille quelques cibles en 2D et 3D. Depuis qu’il a un déguisement d’archer, Hélio se prend pour robin des bois alors la perspective d’en faire pour de vrai l’enthousiasme au plus haut point. La pluie ne freinera en rien ses ardeurs. Les arcs étant plutôt adaptés à des enfants à partir de 8 ans ou des adultes, nous l’aidons un peu. Il nous faudra batailler pour tirer également seul tant il se prête au jeu. Au fur et à mesure des tentatives, nos gestes deviennent plus précis et les flèches atterrissent moins dans le filet. Il suffit d’écouter les rires ou exclamations d’Hélio pour comprendre où a atterri la flèche. La bonne humeur de tout le groupe nous fait oublier la bruine qui ne nous lâche pas.

tir à l'arc à Belle-Isle-en-Terre

Après les cibles classiques en 2D, nous essayons celle en 3D. Il s’agit d’animaux en mousse que l’on vise. Même s’il est intéressant de viser sur un support en 3D, je ne suis pas à l’aise à l’idée de tirer sur un animal (même faux). Cela me fait trop penser à la chasse. Hélio, plein d’innocence, s’en moque pas mal et rigole à gorge déployée en atteignant le derrière d’un faux chevreuil. Nous avons rarement eu l’occasion de faire du tir à l’arc et j’ai beaucoup aimé cette activité qui requiert de la concentration et une attention sur sa gestuelle. Et puis si vous avez des enfants, vous deviendrez à coup sûr, comme nous, les parents les plus cools de la planète.

Informations sur les différentes activités proposées par la station sport et nature (VTT, Tir à l’arc, sorties nature …)

Découvrir la pêche à la mouche sur le Léguer

La première fois que Seb est venu à Belle Isle en Terre, il a rencontré Eric Hamon, guide de pêche à la mouche, qui l’a accompagné pour découvrir le territoire de la loutre. Cette fois ci il l’a retrouvé pour réaliser une capsule vidéo sur la pêche à la mouche pour l’office de tourisme. Je le laisse vous raconter son expérience.

Pêche à la mouche sur le Léguer

Pour être tout à fait transparent, la pêche ne m’a jamais attiré. L’image du gars (ou de la fille) assis-e des heures devant sa ligne à attendre que ça morde ne me tente pas particulièrement. Même si je peux comprendre l’attrait du côté introspectif/contemplatif. Il y a également la connexion à la nature, mais pas forcément besoin de pêcher pour cela. Enfin, le côté traque d’un animal, quel qu’il soit, ne m’attire pas.

Je partais donc moyennement convaincu pour cette sortie. Mais premier point, il s’agit de pêche à la mouche, rien à voir avec la pêche à la ligne. Deuxième point, Eric pêche en « no kill », c’est à dire qu’il relâche les poissons. Troisième point, j’ai été séduit par son approche de cette pratique et sa connexion à la rivière.

Nous partons donc à trois, avec un ami d’Eric qu’il guidera sur le Léguer à la recherche de belles truites. Dès le départ, je saisi à quel point la pêche à la mouche est technique. Le choix des appâts, l’adaptation aux conditions (débit de la l’eau, topographie, météo etc.), le maniement de la canne en font une activité complexe.

Pour avoir pas mal d’amis très branchés nouvelles techno / informatique / science fiction, j’ai l’impression de me retrouver face à de vrais geeks, ne saisissant pas le quart de ce qu’ils disent. Mais j’adore les gens passionnés, ceux qui mettent une énergie folle dans une activité sans jamais se lasser, qui aiment transmettre cette passion avec pédagogie sans jamais être hautain avec le profane.

Et puis, quel cadre ! Pour cette découverte de la pêche à la mouche autour de Belle Isle en Terre, nous sommes allés dans des coins très sauvages d’une beauté à couper le souffle. Le fait de cheminer par la rivière, d’accéder à des endroits non accessibles par la berge changent totalement la perspective.

Deux truites furent attrapées ce matin là, si je n’ai pas eu la même excitation que mes compères, j’étais sincèrement enjoué devant leur sourire d’enfant après ces belles prises. Et heureux de voir les truites repartir tranquillement après une belle frayeur…

De ce que j’ai pu en voir et en comprendre, les environs de Belle-Isle-en-Terre, notamment la vallée du Léguer sont parfaits pour s’adonner à la pêche à la mouche, qu’on soit débutant total ou pêcheur chevronné.

Contactez Eric Hamon pour vous initier à la pêche à la mouche

Visiter Belle Isle en Terre côté culturel

Histoire et édifices remarquables de Belle Isle en Terre

Je le disais en préambule, Belle-Isle-en-Terre a ce je ne sais quoi de typiquement breton. Son patrimoine bâti bien conservé n’est sûrement pas étranger à cette sensation. Le granit et le schiste composent les maisons anciennes tout comme le château de Lady Mond. En plein centre de Belle Isle en Terre, impossible de passer à côté de ce château aux deux tourelles imposantes.

Si aujourd’hui il abrite l’aquarium et le CRIR, il fut la demeure de Lady Mond, la femme d’un riche chimiste. Pour la petite histoire, ce château est quasiment la réplique de celui de Coat an Noz que l’on peut découvrir dans la forêt à l’occasion d’une randonnée ou balade en VTT. Comme elle se sentait éloignée dans ce château, elle fit tout simplement construire un autre château à quelques kilomètres de là. Et pour couronner le tout, lady Mond n’hésita pas à redéplacer de quelques mètres le nouveau château, le jugeant trop près de la route, alors que celui ci était quasiment achevé.

Parmi les monuments à voir absolument, je vous conseille aussi l’église Saint Envel située à Loc Envel (à 20 min à pied du château de Coat An Noz). Déjà de l’extérieur, sur son promontoire, elle illumine le petit village. Son escalier invite à la curiosité. N’hésitez pas à pousser les portes car une surprise dès l’entrée vous y attend. Un très beau jubé en bois de style gothique flamboyant sépare en effet la nef du chœur. Joliment sculpté, c’est un très bel ouvrage. Le reste de la décoration intérieure est également bien conservé, comme la voûte lambrissée, les sculptures ou le retable.

Loc Envel église

Un patrimoine industriel qui éclaire sur l’histoire de la région

Si le Léguer est aujourd’hui classé rivière sauvage, il fût une époque où les Hommes tentaient de le domestiquer, de l’utiliser pour leurs activités industrielles. De ce passé, il reste quelques vestiges, des bribes de mémoire. Le témoignage le plus manifeste se situe sur le site des papeteries.

Comme son nom l’indique, on y trouve les ruines d’une ancienne papeterie, fondée en 1856, au bord du Léguer. L’industrie du papier requérait beaucoup d’eau et la situation était alors stratégique. Le calme d’aujourd’hui cache la frénésie de l’époque. En effet, à l’âge d’or de cette industrie qui était l’une des plus importantes de Bretagne, 250 ouvriers s’agitaient sur ce site pour produire jusqu’à 400 tonnes de papier par an. L’usine abandonnée depuis 1965 et pendant 40 ans a subit les ravages du temps. Elle a depuis été réhabilitée et est à la fois lieu culturel et de balades.

vallée des papeteries visiter Belle-Isle-en-Terre
Vallée des papeteries

Différents artistes, inspirés par le lieu, y ont installés des œuvres importantes ou exposent temporairement. Malgré son mauvais état, on se rend compte de son importance et de la force déployée pour produire du papier.

Un peu plus loin, le barrage hydroélectrique de Kernansquillec, construit en 1920, a aussi fait partie de l’histoire de la papeterie. En aval de celle-ci, il avait pour objectif de moderniser la papeterie en lui fournissant de l’électricité en quantité suffisante. Aujourd’hui, il a été démantelé, les poissons peuvent passer de nouveau, ce qui fait le bonheur des pêcheurs qui s’installent sur le parcours de pêche à la mouche no kill de Kernansquillec (truites et saumons notamment). Les randonneurs quant à eux peuvent se balader et suivre le sentier à thème qui rappelle l’histoire des lieux ou prolonger jusqu’à la papeterie par une randonnée qui relie les différents sites.

barrage de Kernansquillec - visiter  Belle-Isle-en-Terre
barrage de Kernansquillec

Tout le long du Léguer, on dénombrait également au siècle dernier de nombreux moulins qui servaient à moudre le grain ou à séparer les parties bois et textiles du lin. On peut en voir encore certains vestiges. Le moulin du Losser au nord de Belle Isle en Terre est quant à lui bien conservé et se situe dans un cadre magnifique.

moulin de Losser - que visiter à Belle-Isle-en-Terre ?

Une beau dynamisme artistique

Juste à côté de l’ancienne papeterie, on trouve une grande demeure qui appartenait aux propriétaires de la papeterie, la famille vallée. Elle aussi connait une seconde vie puisqu’elle a été transformé en maison d’hôtes. Le domaine des papeteries est plus qu’un hébergement. Au delà de son histoire, les propriétaires en ont fait un lieu d’art très créatif. Des artistes en résidence ont chacun ajouté leur touche personnelle. C’est un lieu atypique qui ne se décrit pas mais se vit.

D’ailleurs, si vous aimez aller à la rencontre des artisans et artistes, je vous conseille de visiter Belle Isle en Terre et de pousser les portes des ateliers. Nous avons particulièrement aimé celui de Nad qui présente des sculptures originales faites à partir de matériaux de récupération. Allez aussi voir l’atelier de poterie d’Awen, ses motifs stylisés mettent très bien en valeur son travail. Les ateliers sont bien indiqués dans la ville, il ne reste plus qu’à mettre votre timidité de côté.

tourisme Belle-Isle-en-Terre, atelier d'artiste

Nous avons beaucoup aimé l’ambiance de Belle Isle en Terre lors de notre visite et la facette différente qu’elle révèle de la Bretagne. Nous y avons rencontré des personnes à l’identité forte et fière, passé des moments empreints de poésie et trouvé une nature ensorceleuse.

Poursuivez cette exploration le long du Trieux et dans la baie de Paimpol

Guide pratique – visiter Belle Isle en Terre – Tourisme

Comment se rendre à Belle Isle en Terre ?

Belle Isle en Terre se situe à 20 minutes de voiture de Guingamp dans les Côtes d’Armor.

Où dormir à Belle Isle en Terre ?

Domaine des papeteries

J’en parle justement dans l’article car le domaine des papeteries c’est bien plus qu’une maison d’hôtes. Au milieu des œuvres et entouré par l’accueil fabuleux des propriétaires, ce lieu enchante par sa singularité.

domaine des papeteries à Belle-Isle-en-Terre

Renseignements et réservation au domaine des papeteries

Gîte de pêche

Lors de notre séjour en famille, nous avons logé dans un gîte à Loc Envel. Le gîte était très bien situé, équipé et spacieux. Même si la décoration n’était pas à notre goût, nous y avons passé un séjour agréable. Pour les pêcheurs, sachez que cet hébergement est labellisé « gîte de pêche ». Il dispose donc d’équipements spécifiques et pratiques pour les pêcheurs (sous sol pour disposer le matériel, frigo…) et se situe à proximité des sites de pêche.

Informations et réservation Gîte Loc Envel

Où manger à Belle-Isle-en-Terre?

Créperie Ti Ar C’rampouz

Situé près de l’église de Belle-Isle-en-Terre. Cette crêperie propose des galettes simples mais délicieuses (et on est difficile en la matière). L’accueil est chaleureux. A noter que les tarifs sont plus que raisonnables étant donné la qualité. A ne pas manquer donc.

Relais de l’argoat

Belle adresse également que le relais de l’Argoat. On y sert une excellente cuisine à des prix très doux.

Que visiter, que faire à Belle Isle en Terre et ses environs ?

  • Flâner dans les ruelles de Belle-Isle-en-Terre et visiter les ateliers d’artistes
  • Découvrir l’aquarium des curieux de nature situé dans le château de lady Mond
  • Randonner à Belle-Isle-en-Terre et dans la forêt de Coat An Noz
forêt coat an noz à Belle-Isle-en-Terre
  • Participer à une sortie nature organisée par le CRIR
  • Admirer le point de vue du rocher de la pie
vallée du Léguer - rocher de la pie - visite de Belle-Isle-en-Terre
Rocher de la pie
  • Tester le VTT et le tir à l’arc à la station nature et sport de Belle Isle en Terre
  • S’initier à la pêche à la mouche
  • S’intéresser à l’histoire de la région sur le site des papeteries
  • Visiter Loc Envel, sa très belle église et boire un coup dans le petit bar du village
  • Se balader en haut du Menez Bré
  • A 30 min de Belle-Isle-en-Terre, faites un tour aux gorges du Corong. C’est un site naturel à couper le souffle. La balade démarre dans une forêt féérique pour se terminer devant un impressionnant chaos rocheux.

Plus d’informations auprès de l’office de tourisme de Belle-Isle-en-Terre, situé au 15 rue Crec’h Ugen ou sur le site de l’office de tourisme Guingamp – Baie de Paimpol.

Prolongez ce récit :

A la rencontre de la Loutre dans la vallée du Léguer

Baie de Paimpol, de l’estuaire du Trieux à l’archipel de Bréhat

Projet réalisé en partenariat avec l’office de tourisme de Guingamp – Baie de Paimpol, avec qui nous avons créé ce séjour sur mesure !