Du Calvados, nous ne connaissions que la célèbre Deauville, véritable bouffée iodée pour les franciliens en manque de grand air. Alors quand Gîtes de France nous a proposé de découvrir d’autres facettes du Calvados, notre curiosité a été titillée. En explorant davantage les possibilités d’évasion nature dans le département, nous avons découvert une région étrangement appelée la Suisse normande. Intrigués, nous sommes allés explorer ce bout de terre du Calvados sillonné par les boucles de l’Orne. Nous n’avons pas été déçus…

C’est à Feuguerolles Bully, dans un gîte cosy et original que nous avons posé nos valises pendant 4 jours. Les attentions sucrées et pétillantes (macarons et cidres) de nos hôtes posent les premiers jalons de cette douce escapade. N’ayant pas préparé ce long week-end, nous nous plongeons dans les brochures touristiques, enveloppés par la chaleur du poêle. Assez rapidement, nous trouvons ce fil conducteur qui va guider nos découvertes : l’eau. De l’Orne à la Manche, nous allons suivre ce ruban aquatique à la recherche des pépites naturelles de ce département. Ce premier épisode est donc consacré aux rives de l’Orne et à la Suisse normande. Dans le deuxième, c’est au bord de la Manche que nous nous amuserons à dénicher d’autres trésors naturels.

Matin brumeux à la boucle du Hom

 

Notre journée en Suisse normande démarre dans la brume. Sur la route qui surplombe la vallée, un nuage dense de brume recouvre le paysage. Ça et là des collines ou des arbres la transperce. Mais au fur et à mesure que nous nous descendons, cette brume vient occulter tous les éléments du panorama.

C’est ainsi que nous découvrons la boucle de l’Orne au niveau de Hom, dont on peut longer les contours à pied ou en voiture. L’ambiance est féerique, magique, mais il nous est difficile de percevoir la beauté de ce lieu réputé à travers le brouillard. Munis de notre carte et de notre gps, nous découvrons une route en hauteur qui doit normalement permettre de saisir l’intégralité de la boucle. Têtus que nous sommes, nous décidons d’y aller malgré la brume épaisse. Nous trouvons une trouée offrant sûrement un panorama sur la boucle, mais à cette heure ci c’est complètement bouché. Qu’à cela ne tienne, nous reviendrons en fin d’après midi, fiers que nous sommes d’avoir trouvé un potentiel point de vue indiqué nulle part.

Le fameux point de vue sur la boucle du Hom retrouvé en fin de journée ! Ça valait le coup de chercher…

Nous continuons notre chemin sur la route des crêtes, cette route touristique de la Suisse normande qui longe les plus beaux coins de ce territoire.

Midi radieux au pain de sucre et rochers du Houle

Arrivés dans le joli village de Clécy, nous allons à la pêche aux informations pour compléter notre programme de la journée. C’est de cette manière que nous trouvons deux autres pépites à découvrir : le pain de sucre et les rochers du Houle. On reprend notre routine GPS et maps.me pour trouver les points de vues. Le long de l’Orne, nous profitons d’une vue bien dégagée sur le fameux pain de sucre, cette roche blanche qui se détache de la végétation.

En reprenant la route des crêtes, nous arrivons au petit parking du point de vue des rochers du Houle. Assez rapidement, nous sommes soufflés par la beauté du panorama qui correspond en tout point au genre de spectacle que nous aimons.

Une mosaïque de cultures, une boucle de l’Orne, une falaise impressionnante composent ce paysage. Nous sommes vite intrigués par une rampe de béton qui se termine par une barrière. Il s’agit en fait d’une rampe de décollage pour faire du parapente. Nous qui avons déjà testé une fois cette activité, cela nous donne follement envie, une autre fois peut être. Le vol, avec cette vue doit être incroyable.

Au delà de la beauté de ce cadre, il faut savoir que ce lieu fait partie des espaces naturels sensibles du Calvados. Des espaces dont les paysages et les milieux font l’objet d’actions de préservation tout en restant accessibles au public.

Après-midi spectaculaire aux rochers du parc

Après ce pique nique avec vue, place à la randonnée toujours autour de Clécy. Notre enfant a désormais 4 ans et même s’il peut encore être porté, 15 kg ça commence à peser sur les articulations. Tout l’enjeu pour nous en ce moment est donc de trouver des randonnées pas trop longues mais qui offrent tout de même de beaux paysages. Nous avons justement repéré un sentier de 4km autour des « rochers du parc », une barre rocheuse dominant l’orne dont les points de vue semblaient spectaculaires. Il ne nous restait qu’à vérifier une fois sur place. Le chemin démarre au pied d’un viaduc dont la fonction selon notre lémurien est de protéger de la pluie… Je ne sais pas s’il a l’intuition d’être dans un territoire pluvieux (désolée les normands), mais sa remarque me fait sourire.

Je le laisse imaginer des parapluies géants, il aura bien d’autres occasions pour qu’on lui révèle les véritables usages d’un viaduc.
Un sentier plongeant dans une forêt de hêtres et de chênes se situe à gauche et nous allons l’emprunter. Ça grimpe, ça glisse un peu, on s’amuse à faire la course, à collecter des glands et à se raconter des histoires qui font peur. Bref, on trouve plein d’astuces pour que notre cher bambin avance l’air de rien. Assez rapidement, le chemin se dégage sur une végétation qui nous surprend. De la lande en Normandie, étonnant ! A ce moment là, on comprend d’autant moins l’appellation suisse normande. Certes c’est vallonné mais la végétation n’a rien de suisse.

Une fois sur le plateau rocheux, nous prenons pleinement conscience de cette formation géologique. J’apprendrais plus tard que cette roche (poudingue) est très dure, ce qui explique pourquoi elle est restée intacte même après des millions d’années et pourquoi l’Orne a du se résoudre à la contourner, formant ainsi un magnifique méandre.

Les 70 m qui nous séparent du sol apportent leur lot de sensation. Seb qui est sujet au vertige s’avance doucement. D’ici la vue est spectaculaire. D’un côté le viaduc qui semble tout petit, de l’autre, l’Orne lovée entre la falaise et les champs géométriques. Les couleurs de l’automne ajoutent la touche finale à ce très beau tableau. Le chemin se poursuit le long de la falaise pour enfin redescendre dans la forêt et les rives de l’Orne. Durant la balade, nous nous amusons à chercher des fenêtres dans la végétation pour admirer l’intégralité de cette paroi. Bientôt, nous la retrouvons par l’entremise de son reflet dans l’Orne.

S’ensuit l’éternel rituel des ricochets dans l’eau avant de reprendre la belle route des crêtes et retrouver notre nid douillet.

Guide pratique : visiter la Suisse normande, que faire, que voir ?

Où loger près de Caen et de la Suisse normande ? La p’tite maison !

Nous avons passé tout ce séjour dans un gîte labellisé gîtes de France et répondant au doux nom de la p’tite maison. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une petite maison toute en hauteur, qui est issue de la rénovation d’une vielle bâtisse et son extension avec une partie moderne. L’ensemble est très réussi. Ce gîte comporte deux chambres et il est très (très) bien équipé. Le poêle permet de se faire un petit feu, ce qui est très appréciable après une journée de vadrouille dans la fraîcheur automnale.

Les propriétaires Catherine et Didier sont adorables. Ils ont de jolies attentions pour leurs hôtes tout au long du séjour. Nous avons eu le temps de faire leur connaissance à l’occasion d’un apéro dinatoire délicieux. Catherine est passionnée de cuisine et cela se ressent dans les papilles. Nous aimons loger dans des chambres d’hôtes ou des gîtes pour les rencontres qu’ils permettent. Catherine et Didier ne font pas exception, ce gîte est pour eux, un moyen de faire vivre leur patrimoine, de donner corps à leurs valeurs d’hospitalité et de partage. Sachant que notre petit lémurien adore le bricolage, Didier, ancien ébéniste nous a même proposé une petite démonstration dans son atelier, sous l’œil curieux de notre fils qui ne voulait plus en partir.

Petit (grand selon nous !) plus de ce gîte, la démarche zéro déchet ! Catherine et Didier la pratique déjà dans leur quotidien et souhaitent initier leurs hôtes en mettant en place quelques initiatives (compost, produits d’entretien faits maison, éponges lavables etc…). Ils sont également labellisés ecogestes. Si vous connaissez nos convictions et valeurs, vous comprendrez aisément que c’était le logement parfait pour nous.

La situation géographique du gîte était très pratique pour nous, à mi chemin entre le littoral et la Suisse Normande, et tout près de Caen. Parfait pour un week-end prolongé, ou plus…

Si vous choisissez d’aller loger chez eux, faites leur un coucou de notre part !

Renseignements et réservation à La P’tite Maison

Renseignements et réservation d’un gîte dans le Calvados

Quoi faire en Suisse normande (boucles de l’Orne) ? Activités de pleine nature et randonnée

Située dans le sud du Calvados, cette partie du département est appelée de cette manière car elle est vallonnée. C’est un terrain idéal pour la randonnée, le kayak et l’escalade.

Quelles sont les pépites naturelles à ne pas rater dans la Suisse normande ?

  • Boucle de l’Orne à Hom : vous pouvez la longer en voiture ou à pied (route de la roche à Bunel). Pour avoir un point de vue, il faut emprunter la route de campagne qui monte au dessus  (Moulin fouloir et Peaugeais) et qui doit être davantage empruntée par les agriculteurs ou les locaux.

 

  • Les rochers du parc : Une très belle falaise qui domine l’orne et les cultures. Vous pouvez la contempler d’en bas en longeant les rives de l’Orne depuis le Viaduc de Le Vey ou en faire le tour en seulement 4km .
  • Le pain de sucre et les rochers de la Houle : il s’agit d’un ensemble rocheux qui domine et fait partie des points les plus hauts de la Suisse normande. Depuis la route des crêtes, on peut rejoindre le sentier de randonnée jusqu’au pain de sucre ou s’arrêter au point de vue des rochers de la Houle (qui est aussi une base de décollage de parapente). Le panorama sur toute la campagne et la boucle de l’Orne est superbe. Un très bel endroit pour faire une pause et pique-niquer. Une randonnée de 8,5 km permet de découvrir cet espace naturel ainsi que celui des rochers du parc dont j’ai parlé ci-dessus.

  • Le rocher d’Oetre : nous n’avons pas eu l’occasion d’y aller, mais il s’agit d’un des spots très connus du coin. C’est un très beau point de vue.
  • Les gorges de Saint-Aubert. Idem nous n’avons pas eu le temps d’y aller, mais il paraît que ça vaut la peine !

Retrouvez les principaux lieux touristiques sur la carte suivante.

 

Un grand merci à gîtes de France pour cette invitation et la totale liberté accordée dans le choix de nos découvertes !

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !


En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.