Plus nous voyageons aux 4 coins du monde, plus la France nous apparait comme incroyablement diverse dans ses paysages et ses spécificités culturelles. Elle n’est pas immense, mais c’est un concentré de beautés. La Drome symbolise bien cette multitude de facettes. Elle fait partie de ces territoires qui donnent le tournis dès lors qu’on essaie de les définir.
Je renonce, il y a trop à dire ! Je préfère me concentrer sur quelques morceaux de nature qui m’ont envouté dans les environs de Crest, dans la vallée de la Drôme.

 

La randonnée de Saint Médard, un sublime point de vue sur la forêt de Saou et le massif des 3 becs

Pour les amateurs de randonnée, la star incontestée des environs de Crest, ce sont les 3 becs. Avec leur forme repérable de très loin, ces 3 sommets (le Veyou, le Signal et Roche Courbe) annoncent le massif du Diois.

Au pied des 3 becs s’étend la forêt de Saou. Cette dernière est très particulière et c’est ce qui fait tout son charme. L’ensemble du massif ressemble à un énorme bateau, avec en son centre une cuvette recouverte de forêt. Cette cuvette est quasiment fermée, formant un milieu préservé à la végétation dense.

vue sur la foret de saou depuis la chapelle saint medard

Autant vous dire que pour l’observer, il faut grimper ! L’occasion de superbes randonnées. Rassurez vous, certaines sont accessibles en famille, comme celle vers la chapelle Saint Médard, que nous avons pu arpenter avec Hélio.

Si la montée dans les bois était agréable et ombragée, le point d’orgue est sans nul doute l’arrivée au sommet, à la chapelle saint Médard. Outre cette petite chapelle et les ruines d’un monastère qui ne sont pas dénuées d’intérêt, le point de vue est à couper le souffle.
Tout est là : la forêt de Saou, les trois becs, l’ouverture dans le massif, le projetant vers l’extérieur tel une immense déchirure.

Nous sommes restés au moins une heure trente là haut, à contempler cette vue extraordinaire, tout simplement heureux d’assister à ce spectacle géologique.

La minute scientifique : cet ensemble géologique si particulier est un synclinal perché, l’un des plus hauts d’Europe. Si je m’arrête là, ça devrait vous faire une belle jambe… Un synclinal, c’est un pli de la croute terrestre en forme de cuvette. La particularité de celui de la forêt de Saou, c’est qu’il est « perché », c’est à dire plus haut que les alentours qui se sont érodés avec le temps. D’où cette forme de bateau concave si particulière ! CQFD

Le profil de la randonnée de Saint Médard - infos pratiques
La pente est prononcée, mais le dénivelé total est limité, environ 300 mètres. Vous pouvez compter environ deux heures de marche aller-retour, sachant qu’il est possible de faire une boucle sans se rallonger.
Plusieurs points de départ sont possibles. Nous sommes partis depuis la petite église notre dame du bon secours, située après la commune de Saou (monter les lacets). Le sentier part d’un petit parking situé juste avant l’église. Balisage : rond orange ou rectangle jaune.

Les gorges d’Omblèze et la chute de la Druise, un canyon au cœur de la Drôme

La Drôme est un territoire forgé par les mouvements de la terre et l’eau : les montagnes et les vallées. Mais quand on conjugue les deux avec un sol calcaire, cela donne des paysages cataclysmiques de toute beauté. Les canyons, ou gorges, sont le résultat de l’affrontement entre la terre et l’eau.

Les gorges d’Omblèze offrent un spectacle rare. Une rivière, la Gervanne, coule parfois paisiblement, parfois avec fracas à l’ombre de falaises impressionnantes. Au fil des millénaires, elle a creusé le calcaire pour former ce canyon abrupte.

gorges d'omblèze dans la Drome

Ce site classé pour son paysage remarquable, est situé à l’entrée du parc naturel régional du Vercors. Nous l’avons découvert principalement en voiture entre le moulin de la pipe et le village d’Omblèze.
Grosse erreur, nous aurions aimé disposer de plus de temps pour randonner le long de la Gervanne et mieux apprécier ce fond de vallée, à l’ombre des géants de roche. Plusieurs personnes du coin nous ont conseillé la randonnée du canyon des gueulards. Accessible au plus grand nombre, ce serait dommage de se priver ! Une belle description de la rando est disponible sur ce site.

Sur le trajet, même depuis votre voiture, vous pourrez observer la chute de la pissoire (ça ne s’invente pas…), un avant gout sympathique de la chute de la Druise.

Je dis un avant gout, car la chute de la Druise située à quelques kilomètres des gorges d’Omblèze est un incontournable pour les amateurs de cascades. Haute de 72 mètres, encerclée par de hautes parois rocheuses, la Druise tombe avec fracas, provoquant un crachin permanent rafraichissant en été.

chute de la druise près des gorges d'omblèze

L’eau limpide coulant paisiblement après la chute est une invitation à la baignade (bien qu’un peu fraiche). L’humidité ambiante créé un dédale végétal rappelant à s’y méprendre le milieu tropical. Jugez par vous même !

Accès à la chute de la Druise - infos pratiques
L’accès à la chute se fait facilement, en 20-30 minutes de marche aller depuis un petit parking situé à quelques kilomètres du moulin de la pipe (c’est très bien indiqué). Nous y sommes allés le premier samedi de juillet et pourtant il n’y avait personne ! Étonnant, quand on voit la beauté des lieux, qu’ils ne soient pas plus fréquentés. Peut être que nous avons eu de la chance !

La réserve naturelle de la gare des ramières, sur le sentier des castors

Nous ne pouvions quitter ce petit bout de Drôme sans découvrir un autre type de paysage : les rives de la Drôme et sa vallée. Quoi de mieux qu’une réserve naturelle pour cela ?

Outre son drôle de nom, la réserve naturelle de la gare des ramières propose aux cyclistes et promeneurs un ensemble de sentiers entre rives de la Drôme, forêt et marais.
Étant des grands amateurs des zones humides, nous ne pouvions passer à côté !

rives de la Drôme dans la réserve naturelle des ramières

Si la réserve est située en plaine, le lit de la Drôme nous rappelle que nous sommes à proximité des reliefs. Les blocs de roche, les gros galets, les arbres en travers de l’eau sont autant de traces d’un flot parfois agité. J’imagine la puissance des crues lors des orages, l’eau arrachant végétaux et roches des montagnes pour venir s’échouer dans la plaine. Ça rend humble !

Nous nous sommes rendus plus précisément sur le sentier des castors. Comme son nom l’indique, c’est une des rares endroits où il est possible d’observer ces rongeurs. Mais n’espérez pas tomber facilement nez à nez avec un castor. L’animal est farouche, il n’est observable qu’à la tombée de la nuit. Pour se consoler, des traces de son passage comme des arbres rongés sont visibles facilement.

Les amateurs d’oiseaux devraient également trouver leur compte, les hérons, aigrettes et hirondelles des rivages sont facilement observables. De nombreux geais ont également agrémenté notre promenade. Sur ce même sentier, d’anciennes gravières sont aménagées pour accueillir des marais, formant des espaces rafraichissants aux eaux turquoises.
Une bien belle balade nature, en contraste total avec les paysages accidentés des environs.

Le sentier des castors / gare des ramières - infos pratiques
La gare des ramières se situe à l’entrée de la réserve naturelle du même nom. C’est un espace d’exposition qui présente l’écosystème de la vallée de la Drôme et plus largement les marais et zones humides. Vous pouvez partir de là pour un parcours VTT le long de la Drôme, ou bien en randonnée.
Pour rejoindre le sentier des castors, vous pouvez partir à pied le long du chemin de randonnée VTT, sur 4,5 km, ou bien rejoindre directement la boucle en voiture (une carte vous indiquant le chemin vous sera fournie gratuitement à la gare des ramières).

Le sentier des castors fait environ 3 km, il peut être parcouru facilement en une heure, mais n’hésitez pas à faire une pause le long de la Drôme pour observer son flot impétueux, dénicher des grenouilles et admirer les hirondelles !

Une base de départ idéale : le gîte « côté nature » à Cobonne, chez Annick et Pascale

Pour un séjour nature tel que celui que nous avons vécu, il nous fallait un petit nid douillet niché dans la verdure. Inimaginable de se retrouver en ville ou dans le bruit avec cette thématique nature ! Et puis, toujours en recherche de cohérence, nous voulions un logement qui soit dans une démarche proche de nos valeurs.

gite panda mon cote nature

Nous avons donc logé au gîte « côté nature », chez Annick et Pascale, labellisé panda par gîtes de France et le WWF. Si vous nous suivez depuis longtemps, vous devez savoir que nous ne recherchons pas à tout prix le grand confort, mais plutôt du sens dans le choix d’un hébergement.
Dans ce gîte, tous les éléments étaient réunis pour un séjour parfait :

  • l’accueil formidable de nos hôtes, amoureuses de la nature et engagées pour sa préservation (fauche tardive, nichoirs, hôtel à insecte…).
  • une maison s’intégrant parfaitement dans son environnement, située en pleine nature.
  • la proximité des espaces naturels remarquables de la région : Vercors, trois becs, Ramières, gorges d’Omblèze…
C'est quoi un gîte panda ?
Le label panda est accordé à des gîtes de France qui répondent à 3 critères :
– éco-habitat, avec l’utilisation de matériaux sains pour la construction
– protection de la nature avec des aménagements favorables à la biodiversité
– éco-citoyenneté, avec des incitations au tri, à l’économie d’énergie, aux déplacements doux…
De plus, des sentiers de promenade doivent être accessibles à pieds depuis le gîte, lui même situé près ou dans un espace protégé. Enfin, du matériel pédagogique et des jumelles sont mis à disposition !

En plus de cette démarche éco-responsable, nous avons été séduits par la simplicité et l’authenticité du gîte. Intégré à la maison d’Annick et Pascale. Le charme opère immédiatement, que ce soit la chambre voutée, la terrasse ombragée, la vue sur les collines alentours, le chant des geais, tout concours à se sentir bien.

Mais le vrai plus, ce sont les hôtes ! Discrètes mais attentives, elles ont su nous mettre à l’aise immédiatement. Pour ne rien gâcher, nous avons manifestement des valeurs communes. Bref, si vous voulez être tranquilles, elles sauront rester à l’écart, mais si vous avez envie d’une belle rencontre, prenez un petit apéro avec elles, vous ne le regretterez pas… Et demandez leur l’histoire de cette maison, je vous laisse la joie de l’entendre sans la dévoiler.

Pour toutes les informations pratiques, ou pour réserver, rendez-vous sur leur page sur le site de gîtes de France.

Un petit conseil en plus !

Pour trouver des randonnées accessibles en famille, nous avions le guide le p’tit crapahut en Drôme-Ardèche. Nous l’avons trouvé très pratique, avec plein d’idées de randonnées / promenades ! La randonnée de la chapelle Saint Médard et la chute de la Druise y étaient bien détaillées.

 

Ce séjour a été réalisé avec gîtes de France. Nous avons choisi notre itinéraire en toute indépendance et sommes totalement libres de nos propos. Un très chouette partenariat !

Épingle moi sur Pinterest !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !