Il y a des villes qui semblent s’extirper de leur contexte. Galle, sur la côte sud du Sri Lanka est l’exemple type de la cité au charme fou, comme figée dans le temps, mais quelque peu « hors sol ». Visiter Galle, c’est comme faire une pause lors d’un voyage au Sri Lanka, comme entrer dans un musée à ciel ouvert, doux et réconfortant.

maison coloniale galle Sri lanka

Arrivée à Galle, une plongée dans l’histoire coloniale du Sri Lanka

Avant de nous diriger vers Galle, notre vision du Sri Lanka était mitigée. Après une introduction sympathique et bourdonnante à Colombo, nous avions visité Hikkaduwa, cité balnéaire sans charme où le m’as tu vu l’a emporté. Je dois l’avouer, le charme n’avait pas encore opéré.

Difficile de plonger dans la culture Sri lankaise jusqu’à ce moment, cette partie de la côte étant en bonne partie phagocytée par le tourisme, quasiment devenu de masse. C’est donc avec un état d’esprit particulier que nous avons souhaité découvrir Galle, avec une légère crainte de découvrir une ville musée aseptisée.

Ce n’est pas la première ville coloniale que nous allions découvrir. En Amérique latine notamment, nous avions visité des cités certes belles, mais quelque peu hors sol, comme Cartagène en Colombie ou Antigua au Guatemala.

Dans beaucoup de cités coloniales que nous avons visité, assez fréquentées touristiquement, nous avons ressenti une sorte de déconnexion entre le pays et ces centres historiques. Non pas que ces villes soient désagréables, bien au contraire, mais elles ne sont pas tout à fait à l’image du pays visité.


Galle fait partie de ces endroits à part, comme des parenthèses, des îlots.

galle sri lanka mer

Un cocon nommé Galle, à l’intérieur des remparts

Cet effet cocon est immédiat et indubitable. Ce n’est pas qu’un sentiment de déconnexion lié à une architecture, à une ambiance, c’est aussi une réalité physique. Galle est une cité fortifiée, entourée de remparts, en bordure de mer. En entrant dans Galle, on passe donc une enceinte, on passe physiquement dans un autre espace. Cette barrière physique accentue de manière nette cette coupure entre la cité coloniale et le reste du pays. C’est une démarcation nette, implacable entre l’intérieur et l’extérieur, presque comme un « eux » et « nous ».

Cela m’a permi de me projeter plus facilement deux ou trois siècles en arrière, au plus fort de l’époque coloniale, m’imaginant à quel point les colons pouvaient se déconnecter de la population autochtone. Certes la cité était fortifiée pour se protéger non pas des indigènes mais des puissances coloniales, mais cette frontière physique m’a semblé être un comme un symbole puissant et révélateur.

Tout est différent dans l’enceinte fortifiée de Galle. L’architecture coloniale bien sûr, c’est ce qui marque immédiatement. Mais aussi les bruits, les odeurs. Il règne un calme étonnant, les rues sont bien ordonnées, les boutiques bien achalandées, la circulation maîtrisée.

Les remparts de Galle au Sri lanka

Si Galle garde un caractère Sri lankais par certains aspects, c’est avant tout un bout d’Europe que j’ai retrouvé, un bout d’une Europe qui n’existe plus, comme projeté dans le temps et dans l’espace, plus ou moins adapté à son milieu.

Ce sont les portugais qui ont construit Galle, faisant de cette cité un port de commerce de premier ordre. Puis les Hollandais ont repris Galle, en faisant le principal port du pays, et un puissant comptoir. C’est sous la domination anglaise que Galle connu un déclin, supplantée économiquement par Colombo. Depuis, Galle est figée dans le temps, maintenue en l’état par le tourisme.

Une visite douce et sereine

N’allez pas croire que mes précédents propos induisent que je n’ai pas apprécié cette visite de Galle. Bien en contraire.
Si Galle est un endroit à part, aujourd’hui voué au tourisme, ça n’en reste pas moins une cité d’histoire au charme intense, d’une beauté subtile.

Les hôtels, boutiques et restaurants ont beau avoir la part belle à Galle, ils restent bien intégrés et permettent même de rentrer dans les maisons d’époque. Il y a une forme d’exotisme mêlée de familiarité qui se dégage de Galle, je m’y sentais tout simplement bien.

Notre activité principale et quasiment exclusive à Galle ? Flâner dans les rues et ruelles, tout simplement. Faire le tour des remparts, se poser dans un café, se faire interviewer par les étudiants qui apprennent l’anglais (ce qui nous arrivera à plusieurs reprises au Sri Lanka !).

Il y a des monuments bien sûrs, principalement issus de l’occupation hollandaise. Comme le phare, l’église méthodiste, ou encore le fort. Mais c’est l’ensemble qui a éveillé tout notre intérêt, pas forcément des bâtiments en particulier.

Au final, ce fut une visite très agréable, donnant une autre vision du Sri Lanka, malgré un mix un peu étrange entre tourisme chic et histoire coloniale.


Guide pratique : visiter Galle au Sri Lanka

Logement, transports, activités, durée du séjour, nous partageons tous nos conseils pour visiter Galle au Sri Lanka !

Transport jusqu’à Galle – bus, train, tuktuk

Pour se rendre à Galle, vous avez le choix entre le train, le bus et le tuktuk.

Le train suit toute la côte sud, vous pourrez donc choisir ce mode de transport si vous venez d’une ville importante de la côte, depuis Colombo par exemple. C’est le moyen le plus économique si vous voyagez en 3e classe ou même en 2e. Il n’y a pas de 1er classe sur ce tronçon. Avoir une place assise est assez compliqué, cela dépend des heures, de l’endroit où vous prenez le train…

Nous avons le plus souvent voyagé en bus, qui est aussi rapide, très économique et permet d’avoir une place assise assurée en partant d’une gare routière. C’est ce que nous avons fait pour nous rendre à Mirissa depuis Galle par exemple. Soit des minibus ou van qui sont climatisés et rapides, mais plus chers, soit des bus plus classiques un peu moins rapides, mais relativement confortables et surtout très économiques. Si vous n’êtes pas familier du bus dans les pays du sud, vous pouvez consulter notre guide spécifique sur le bus.

Enfin, pour les courtes distances, il y a l’option tuktuk. C’est un peu plus cher, mais peu permettre d’aller à son rythme, en faisant des pauses sur certains points d’intérêt. Faire en quelque sorte une visite tout en se déplaçant. Nous avons pris cette option une fois, entre Hikkaduwa et Galle, voulant voir certaines plages entre les deux villes. Par contre sur des longs trajets nous ne conseillons pas, car c’est moins confortable que le bus et bien plus cher.

Chauffeurs de tuk tuk à Galle au Sri lanka

Que voir, que faire à Galle au Sri Lanka ?

  • flâner dans les rues et ruelles de la villes
  • faire le tour des remparts au coucher du soleil
  • visiter les différents monuments de la ville : église méthodiste, phare, fort, tour de l’horloge, mosquée Meera…
  • prendre un café ou manger une glace dans un des beaux cafés au style colonial de Galle
  • faire un tour sur le marché de Galle (Dutch market)
  • observation des baleines (mais nous recommandons vivement de faire une excursion depuis Mirissa et non Galle
  • plage d’Unawatuwa, l’une des plus belles à proximité de Galle parait-il. Mais nous n’y sommes pas allé…

En combien de temps visiter Galle ? 1 jour, 2 jours ?

La cité fortifiée de Galle est assez petite, le tour des remparts et la visite des ruelles peut se faire en une demi journée. Mais malgré tout, passer au moins une nuit sur place permet d’un peu plus goûter de l’ambiance du lieu, de prendre le temps de déconnecter en se perdant dans les ruelles.

Amoureux sur les remparts de Galle au Sri Lanka

Où dormir à Galle ?

Nous avons visité Galle durant la haute saison. N’ayant rien réservé à l’avance, nous avons eu du mal à trouver des options intéressantes dans des hotels ou guest house. Il faut savoir que les prix sont beaucoup plus élevés que dans le reste du pays.

Nous nous sommes tournés vers Airbnb pour louer une petite chambre chez l’habitant. Elle était très simple, mais relativement économique et surtout très bien placée, au coeur du centre historique.

Si vous choisissez cette option, n’hésitez pas à vous inscrire via notre lien de parrainage pour bénéficier de 15 à 25 € de réduction sur votre première réservation (valable partout).

Étudiantes à Galle au Sri Lanka

Où manger à Galle ? Où boire un verre ?

Coconut sambol

De délicieux rice and curry en buffet à volonté, avec un très bon accueil.

Petit apparté : le sambol de noix de coco est un délieux plat traditionnel du Sri Lanka, la recette est par ici pour les gourmets !

Pilgrims lounge

Du bon rice and curry avec une ambiance expat / auberge de jeunesse. Avantage non négligeable, ce n’est pas cher comparé aux autres restaurants de Galle.

Heritage cafe

Un bel endroit pour boire un verre, en particulier le chocolat chaud qui est délicieux. Ce n’est pas donné, mais pas du vol non plus. Nous nous en sommes sortis pour 1000 roupies à trois.

Café français

Une autre bonne adresse pour boire un café ou prendre un petit déjeuner

mosquée galle sri lanka

Quand visiter Galle au Sri Lanka ? Quelle est la meilleure saison ?

La meilleure saison pour visiter Galle au Sri Lanka est de janvier à mars ou en juillet / août. C’est à cette période que le climat est le plus favorable. Mais c’est aussi le moment de la haute saison touristique…

Les intersaisons peuvent être une bonne alternative, même si le temps est plus aléatoire, mais il vaut mieux éviter les mois de mousson, à savoir avril, octobre et novembre.

Retrouvez tous nos articles sur le Sri Lanka !
Ainsi que nos idées d’itinéraires de 10 jours à un mois

Nos articles sur la côte sud du Sri Lanka :