Pour la troisième fois, accompagnée de guides fabuleux, j’ai sillonné la baie de Somme. Ainsi, j’ai admiré ses lumières changeantes, sa brume du petit matin et ses envolées d’oiseaux. Nul besoin de vous dire que j’ai une nouvelle fois été sous le charme.

La baie de Somme est magique à plusieurs égards. Tout d’abord car elle est comme un être vivant qui respire, qui bouge, qui a ses humeurs. Au fil des saisons, son atmosphère évolue et ses lumières irradient différemment. Au fil de la journée, les marées imposent leur rythme. La mer danse ainsi dans un va et vient inlassable. Ce ballet peut être un piège redoutable, car derrière le caractère apparemment tranquille de l’océan, soyez assuré que celui ci peut avancer aussi vite qu’un cheval au galop.

baie de somme vasières

C’est pour cela qu’il est indispensable d’être accompagné d’un guide expérimenté pour explorer la baie de Somme et en percer les plus intimes secrets. Si vous nous suivez, vous savez que nous faisons régulièrement appel à des guides naturalistes lors de nos sorties. Amoureux de la nature, nous recherchons ces infimes pépites que seuls les initiés connaissent.

En commençant la rédaction de cet article, je me rends compte à quel point mes plus beaux souvenirs nature sont liés à la présence d’un guide passionné. Lors de ce troisième voyage dans la Somme, je suis partie en solo et j’ai eu la chance, encore une fois, de faire de jolies rencontres avec 3 guides naturalistes certifiés Qualinat.

C’est au travers de leur regard, leur parcours, leur personnalité que j’ai envie de vous raconter la baie de Somme. 3 personnes et autant de sensibilités, regards et lieux à découvrir.

Agnès Bourdon, guide en baie de Somme – art et nature à fleur de peau

Au crépuscule, quand le soleil émet quelques signes de fatigue, je rejoins Agnès, guide en baie de Somme. Belle coïncidence, nous avons toutes les deux un coupe vent turquoise, le genre de détail qui ne trompe pas !

Blague à part, elle m’accueille avec un sourire généreux et une présence rassurante. Tout de suite, je perçois chez elle une sensibilité à fleur de peau. Des émotions et une personnalité que je retrouve quelques instants plus tard dans son atelier où elle m’a convié. Car il faut que je vous explique, Agnès est guide naturaliste et artiste mosaïste dans la baie de Somme. 2 activités qui pourraient sembler distantes et qui, vous le verrez plus loin, sont pourtant étroitement liées dans le quotidien d’Agnès.

Dans des caissons en bois qu’elle manipule avec délicatesse, je découvre tour à tour des œuvres minutieuses, colorées, qui portent chacune un message, véhiculent une émotion. Agnès utilise des techniques de mosaïque classique auxquelles elle ajoute une touche d’originalité.

En effet, elle associe des matériaux prélevés dans ses lieux préférés de la baie de Somme. Bois flotté, déchets, galets, chacun de ces éléments éveillent sa créativité. Au delà de la beauté de ces tableaux aux univers distincts, je suis touchée par l’histoire d’Agnès.

Cette envie de créer, elle l’avait depuis très longtemps en elle, sans pouvoir l’exprimer. A un moment clé de sa vie, elle a senti qu’elle devait prendre une autre trajectoire pour se retrouver et vivre ses rêves. Elle a pris des risques, recommencé à zéro, abandonné sa vie parisienne pour tenter cette folle aventure de vivre de la mosaïque.

Un jour, elle a posé ses valises dans la baie de Somme. Lors de ses balades natures, elle collectait les futures pièces de ses tableaux. Au fur et à mesure, elle a eu envie de partager cet univers avec d’autres. Naturellement, elle est donc devenue guide dans la baie de Somme.

Aujourd’hui, Agnès propose plusieurs types de sorties pour découvrir la faune et la flore de la baie, mais aussi pour vivre des expériences en pleine conscience avec la nature. Ce soir là, c’est au hâble d’Ault qu’elle m’amène. En chemin, elle poursuit le récit de son parcours jalonné de succès, d’obstacles et de blessures. Il est toujours inspirant de prendre connaissance des trajectoires de chacun. Cela permet de réfléchir à son propre cheminement.

roselière baie de somme
roselière du hâble d’Ault

Le hâble d’Ault est situé près de Cayeux sur mer. Placé entre la baie de Somme et les falaises d’Ault, c’est un territoire désormais protégé, mais qui a longtemps été façonné par l’Homme. Au moyen âge, il servait pour le mouillage des bateaux.

Un cordon de galets issus de l’érosion des falaises normandes et d’Ault constituait une digue naturelle avec la mer. L’érosion avait creusé un chenal naturel que les bateaux pouvaient emprunter pour aller s’abriter dans la zone derrière la digue. Ils étaient ainsi protégés des intempéries.

La digue, par l’action de l’Homme, fut complètement refermée au XVIIIe siècle afin de favoriser l’agriculture sur ces terres (qui étaient avant ce « grand barrement » inondées régulièrement).

Ces champs sont situés sous le niveau de la mer, on les appelle donc les « bas champs ». Les Hommes ont également fait de nombreux travaux d’assainissement. La mer et ses marées importantes emportent de fortes quantité de galets chaque année, ce qui menace cette zone. Les activités humaines ont aussi fragilisé le site.

Aujourd’hui encore, on compense cette perte en déplaçant des galets pour maintenir une digue solide. Dans ce territoire complexe, on distingue différents biotopes comme me le décrypte Agnès. De larges zones humides cerclées de roselières abritent une impressionnante diversité d’oiseaux (environ 270 espèces). Autour, il y a quelques pelouses graveleuses rejointes par un imposant cordon de galets qui termine sa course dans la mer. Côté terre, on aperçoit au loin des cultures.

champs baie de somme

Sans Agnès, je n’aurais pu décrypter l’histoire de ce paysage. Elle a aussi su porter à mon attention des fleurs et plantes comme le chou marin ou le pavot cornu qui sont des plantes rares. Agnès c’est une chasseuse de trésor, je me reconnais en elle car ses yeux s’illuminent devant les moindres gouttelettes judicieusement posées sur une feuille ou les motifs dessinés sur les galets. Elle a d’ailleurs dit une phrase que j’ai trouvé très jolie et qui reflète bien, à mon sens, son rapport artistique à la nature.

« Dans chaque galet, il y a un paysage ».

Agnès Bourdon

C’est comme si elle considérait que chaque galet est un tableau. En tout cas, je l’interprète ainsi. Dans chacune de ses explications, je me rends compte qu’elle perçoit chaque détail de la nature comme une œuvre à part entière. Formes, couleurs, textures, elle est attentive à toutes les dimensions esthétiques d’une plante, d’un oiseau ou d’un paysage.

Nous partageons notre enthousiasme et notre engouement malgré le vent qui se lève et se fait de plus en plus glacial. Comme des gosses, nous poussons des petits cris d’exclamation à chaque passage de lapin ou quand une linotte mélodieuse se pose juste à côté de nous. Précieux cadeaux.

Grâce à sa douceur, sa passion et sa sensibilité, Agnès m’a fait vivre une belle expérience. Seule la nuit a pu réussir a m’extirper de ce cocon poétique.

Balades proposées par Agnès Bourdon : « Éloge de la lenteur » – marche lente dans le hâble d’Ault, la route blanche et les plantes du littoral, sorties à l’aube ou au crépuscule.
Plus d’informations sur le site de Mosaïque Nature

Maxim Marzi, guide en baie de Somme – les 5 sens en éveil

Autre lieu de la baie de Somme, autre guide, place à Maxim Marzi. C’est la deuxième fois que je le rencontre, car en 2018 c’est déjà avec lui que je partais observer les phoques. Sur la grande plage de Fort Mahon, j’ai donc reconnu immédiatement sa silhouette au milieu d’une nuée d’enfants déjà affairés à récolter des coquillages sur la grève.

Cheveux ébouriffés, pantacourt et sandales, Maxim ne craint pas les éléments, ni le vent, ni l’eau, ni le sable. La baie de Somme lui colle à la peau, c’est certain ! Je ne serais pas étonnée qu’elle coule aussi dans ses veines ;) Il suffit d’entendre Maxim en parler pour s’en convaincre.

Paysage de la baie de Somme
Paysage de la baie de Somme

Avec lui, la baie se découvre totalement et par tous les sens. C’est une expérience sensorielle passionnante. Je le revois complètement fou devant un parterre d’oreilles de cochon qu’il m’exhorte à gouter avec gourmandise. On sent les cristaux de sel sur la langue : « ça c’est super à l’apéro, bien mieux que les chips ! »

La baie, il nous invite à la prendre à bras le corps : « Le sable, ça se trifouille, on le prend à pleine poignée, on construit des forteresses qui seront ensuite balayées par la mer ». Inutile de contredire autant de passion et d’amour.

maxim marzi guide baie de somme
Maxim Marzi en pleine cueillette

On goûte les plantes halophiles, on tripatouille le sable, on observe l’eau avancer ou les phoques se prélasser, on écoute le chant des oiseaux et on inspire à plein poumon l’air iodé.

Maxim, par cette approche, va au delà du beau, il nous connecte avec la baie physiquement. Et quand je le vois quasiment pieds nus, je me dis que ce n’est pas un hasard, lui aussi aime sentir et envelopper ce territoire.

Ce qui est touchant dans l’approche de guide de Maxim, c’est qu’il considère la baie de somme comme un partenaire. Il dit « la baie me nourrit, je dois bien lui rendre la pareille ». C’est pourquoi, il est très impliqué dans sa préservation et entend bien sensibiliser les personnes qu’il rencontre pour qu’elles soient conscientes du respect qu’elle mérite.

Pour que chacun prenne conscience de sa beauté, Maxim éveille notre regard. Il sollicite toutes nos focales pour attirer notre attention sur les formes microscopiques des grains de sable, les détails de la carapace d’un crabe ou l’immensité de l’horizon.

Ce portrait de Maxim serait incomplet si j’oubliais de dire qu’il est un grand enfant. Au cours de ces balades, chaque élément est prétexte au jeu et à la création, on s’amuse avec lui autant que l’on apprend. Il captive les enfants et fait renaître en nous notre âme de bambin.

maxim marzi guide baie de somme
La baie de Somme comme terrain de jeu

Balades proposées par Maxim Marzi : traversée de la Baie de Somme, observation des phoques, observation des oiseaux pour les individuels. Maxim propose aussi des animations spécifiques pour les scolaires ou les groupes.

Plus d’informations sur le site de Maxim Marzi, guide en Baie de Somme

Traverser la baie de Somme avec un guide

Jean Boucault, guide en baie de Somme – l’homme qui parlait aux oiseaux

Je termine ce trio de portraits par un autre rencontre étonnante dans la baie d’Authie. A première vue, Jean Boucault a tout de l’archétype du guide naturaliste. Grandes bottes, gilet multi-poches et longue vue constituent son attirail pour aller explorer la nature. Mais je sais qu’une surprise de taille m’attend. Je suis très excitée à l’idée de le rencontrer car Jean, non content de connaître les oiseaux sur le bout des doigts, sait aussi leur parler.

Jean boucault chanteur d'oiseaux baie de somme
Jean Boucaut repérant des oiseaux dans la baie d’Authie

Vous croyez que je déraille ? Depuis tout petit, Jean est passionné par les oiseaux. Il n’a pas besoin de me le dire pour que je m’en rende compte au bout d’une minute. Dès qu’il entend le moindre pépiement ou sifflement, Jean est projeté dans un autre univers. Ses sens sont à l’affût, son regard brille, il trépigne et c’est communicatif.

Il met en place sa longue vue avec la farouche détermination de partager ce moment avec moi. On reconnait un bon guide à cette étincelle qui ne faiblit pas. C’est un coucou que nous entendons et même plusieurs, des mâles qui tournent autour d’une femelle et lui font la cour. Jean aime particulièrement cet oiseau et nous avons la chance inestimable d’assister à une scène rare. Nous voyons les mâles coucous à la recherche d’un nid à squatter.

Aparté ornithologique : Les mœurs de cet oiseau sont insolites, la femelle libertine peut s’accoupler avec plusieurs mâles. Ils se chargent d’effrayer d’autres oiseaux pour qu’ils délaissent leur nid le temps que la femelle coucou y dépose son œuf. Ensuite, elle l’abandonne pour que ce soit la femelle d’une autre espèce qui s’en occupe.

Je disais donc, depuis tout petit Jean est passionné d’oiseaux. Durant ses observations, il a vite compris qu’il pouvait interagir avec eux, voire même les approcher s’il arrivait à imiter leur chant. Depuis cette découverte, il a beaucoup écouté les oiseaux pour mieux reproduire les sons qu’ils émettent.

Je n’ose lui demander une démonstration telle une groupie devant son groupe de musique préféré. Mais je n’ai pas besoin de demander. Jean siffle, chante, converse même avec un rossignol. Distinguer les oiseaux grâce à leurs chants est déjà un exploit pour moi. Siffloter plus de 500 chants d’oiseaux l’est bien plus encore. On pourrait s’arrêter à cette simple description qui tient de l’exploit physique, mais c’est bien plus que cela.

Jean n’est pas un performeur désincarné, il ne cherche pas l’exploit, il ne collectionne pas les chants. Sa réelle motivation est beaucoup plus sensible, celle de pouvoir être au plus près des oiseaux, de pouvoir les observer.

Enfant, il s’est rendu compte qu’en imitant les oiseaux, ces derniers étaient moins farouches. Dans sa démarche, il explique qu’il n’essaye pas d’attirer les oiseaux en se faisant passer pour un congénère. Il tente de devenir transparent. Quand un oiseau entend un chant similaire au sien dans un périmètre, cela le rassure et Jean passe alors inaperçu. D’ailleurs pour ne pas déranger ou agacer un oiseau, Jean n’essaye pas d’être le meilleur chanteur.

Croyez-le ou non, Jean reconnaît les oiseaux qui ont le plus de talent. Pour ne pas titiller leur égo, il n’essaye pas de les égaler. Sa démarche emplie d’humilité est très touchante.

C’est aussi avec beaucoup de modestie que Jean évoque sa carrière de chanteur insolite. Son talent de siffleur d’oiseaux a été remarqué par des artistes et il se produit désormais dans différents spectacles à travers le monde. Je vous conseille d’aller voir des extraits de ses spectacles sur son site. Vous comprendrez à quel point son univers est poétique.

observation oiseaux baie de somme

Balades proposées par Jean Boucault : l’oiseau dans la grande guerre (balade mêlant mémoire et ornithologie), sorties ornithologiques et artistiques. Jean intervient aussi durant des temps forts nature (la nuit de la chouette, le festival de l’oiseau…). Le contacter pour programmer une sortie avec lui.
Plus d’informations sur le site de Jean Boucault, les chanteurs d’Oiseaux.

J’espère que ce récit vous aura donné envie de faire appel à tous ces décodeurs de paysages, ces dénicheurs d’oiseaux, ces conteurs de la nature. Chaque guide naturaliste dans la baie de Somme a sa propre approche, à vous de trouver celle qui vous parlera le plus.


Informations pratiques : bien choisir son guide pour la traversée de la Baie de Somme

Pourquoi faire appel à un guide nature en Baie Somme ?

Cette première question est très importante. Vous n’aurez sûrement pas les mêmes attentes si vous êtes obligé de prendre un guide (certains lieux comme la traversée de la baie de Somme l’exigent), ou si c’est une initiative de votre part.

Quoi qu’il en soit, posez-vous la question sur ce que vous attendez de ce guidage. Souhaitez-vous faciliter votre voyage en confiant l’organisation à quelqu’un ? Approfondir des connaissances ? Découvrir un lieu sous un autre angle ?

Quels sont les angles, les thématiques qui vous intéressent le plus ?

Vous l’avez vu dans ces trois portraits, il y a de multiples façons d’appréhender la nature et de la faire découvrir. Bien entendu il y a l’approche que je qualifierai de directe sur la faune, la flore ou la géologie. Certains guides peuvent être davantage spécialisés sur une discipline par rapport à une autre. Mais si vous n’êtes pas particulièrement un habitué des sorties nature, il peut être intéressant de faire appel à des guides qui mêlent d’autres thématiques pour lesquels vous êtes plus sensibles comme le patrimoine, l’art, l’histoire ou même le sport. A vous de choisir en fonction de vos envies, les sorties nature sont bien plus diverses qu’on pourrait le croire.

Préférez-vous une sortie personnalisée, en petit groupe ou grands groupes ?

Personnellement, j’apprécie la nature dans le calme. Je préfère donc les sorties personnalisées ou en petit groupe. Cela permet d’en profiter davantage et de pouvoir réellement échanger avec le guide. C’est pourquoi je pose systématiquement la question du nombre maximum de personnes dans le groupe quand je fais appel à un guide.

guide baie de somme
Épingle moi sur Pinterest !

Les guides qualinat, un gage de qualité en Baie de Somme et ailleurs

Les trois guides nature de la Baie de Somme que je viens de vous présenter sont certifiés guide Qualinat. Qualinat est un réseau de guides nature et de structures qui ont reçu un agrément de l’état. Pour l’avoir, ils doivent valider un référentiel d’une centaine d’items permettant d’évaluer le professionnalisme des guides.

Ce processus garanti de faire appel à des guides soucieux de bien accueillir leurs clients, capables de s’adapter aux demandes personnalisées, possédant de réels savoirs et des compétences en pédagogie, tout en prenant en compte l’avis de leur clientèle.
Pour l’instant ce réseau est développé en Picardie, dans le Vexin et la Brenne.

Retrouvez tous nos articles sur la Somme

Ce reportage a été réalisé en partenariat avec Somme Tourisme. Je les remercie pour leur confiance tout au long de ce projet qui me tenais à cœur.

Soyez sympas, ne gardez pas tout pour vous ! Partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !

En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.