Nous connaissions déjà le golfe du Morbihan pour l’avoir exploré en kayak avec des amis il y a… une éternité. Nous ne soupçonnions pas son potentiel historique et la concentration de menhirs, dolmens et autres cairns présents ici. A l’occasion d’un week-end, nous avons rattrapé notre ignorance et voyagé dans le temps, du néolithique jusqu’à l’époque médiévale au coeur des mégalithes du Morbihan. Les alignements de Carnac, le cairn de Gavrinis et le site mégalithique de Locmariaquer nous ont surpris et même parfois chamboulé.

Pour vous mettre dans l’ambiance, une courte immersion en vidéo :

Petit apparté avant de renter dans le récit : abonnez vous à notre chaine youtube pour ne pas manquer les prochaines vidéos !

Les mystères des alignements de Carnac, de Ménec à Kermario

Arrivés à Carnac, les alignements ne tardent pas à pointer fièrement dans le paysage. Ces champs de pierres sont déroutants. Si leur nombre est impressionnant, leur sens n’est pas lisible au premier coup d’œil. Pour tenter de l’effleurer, il faut être accompagné d’un guide. Je dis effleurer car la signification, l’usage de ces alignements n’a pas encore été totalement percé. Les hypothèses évoluent et certains mystères intriguent encore les archéologues. C’est sous une pluie battante, complètement trempés, que notre guide Kristin, imperturbable, nous livre quelques uns des secrets du site des alignements du Ménec (un des 4 sites des alignements de Carnac).

Telle une traductrice, Kristin nous permet de lire les pierres, d’y voir des détails qui nous auraient échappé, comme des failles qui en disent long sur leur extraction. Sur 4 km, des milliers de pierres ont été dressées dans des alignements parfaits. La géométrie de l’ensemble est frappante quand on se balade à l’intérieur. Mais comme nous le fait remarquer notre guide, en regardant de côté, on voit aussi que ces alignements forment comme une sorte de passoire. Une des hypothèses les plus récentes raconte que ces alignements seraient comme des espaces de transition entre deux mondes. Ils marqueraient une délimitation sans pour autant être une barrière.

Ils auraient aussi été le théâtre de nombreux rituels religieux, mais pas seulement.  Je suis fascinée d’entendre la guide nous parler du travail des archéologues. Comment à partir d’un champs rempli de pierres peut-on remonter l’histoire et la révéler ? Un travail de patience, de minutie, aidé aujourd’hui par des technologies qui évoluent.

Le lendemain, nous profitons d’une accalmie pour aller découvrir un deuxième site, celui de Kermario. Situé à quelques centaines de mètres des alignements du Ménec, Kermario possède les mégalithes les plus impressionnantes. Qu’elles soient hautes ou épaisses, il est difficile d’imaginer la levée de ces pierres à l’aide de 2 simples poutres en bois (un système que l’on appelle une chèvre) et de la force des hommes. Les pierres semblent avoir été posées, mais une petite partie est en fait enfoncée dans la terre et calée à l’aide de dalles de pierres. Détail que l’on ne distingue pas à l’œil nu.

Définition de Mégalithes
Mégalithes : Du grec « méga » (grand) et « lithes » (pierre), il s’agit d’une grosse pierre. Source : Centre des monuments nationaux. CQFD !

Locmariaquer, le menhir brisé et la table des marchands

Notre voyage dans le temps se poursuit à Locmariaquer. Nous avions vu dans une brochure la photo du grand menhir brisé, cela nous avait beaucoup impressionné. Même notre fils semblait intrigué par cette immense pierre levée de 18 mètres, cassée en 4 morceaux. Nous décidons donc d’aller la voir de plus près.

Arrivés sur le site mégalithique de Locmariaquer nous remarquons qu’il est composé de trois monuments distincts : le menhir brisé, le dolmen de la table des marchands et le tumulus d’Er grah. Présents dès l’ouverture, nous en profitons pour pénétrer seuls dans le dolmen de la table des marchands. Hélio est curieux à propos de cette entrée minérale qui oblige son père à se plier en deux (pas sa mère !). Plongés dans une relative obscurité, nous explorons cette tombe collective. Un petit couloir s’élargit sur l’emplacement où gisaient les morts. Les pierres sont gravées en circonvolutions délicates. L’ambiance est singulière et le travail d’architecture, admirable.

 

Définition de Dolmen
Dolmen : chambre parfois accompagnée d’un couloir funéraire et limitée par des pierres horizontales. Source : Centre des monuments nationaux.

Ensuite, c’est le fameux menhir brisé qui attire toute notre attention. Il est aussi fascinant que sur la photo. Les énormes blocs à terre nous font prendre conscience de la hauteur qu’avait avant ce menhir. 20 mètres et près de 300 tonnes d’une pierre levée avec des moyens rudimentaires, cela force l’admiration. Plus étonnant encore, on sait désormais que cette pierre a été extraite sur la presqu’île de Rhuys à 10km de là. Un travail de titan qui témoigne de l’importance que ce menhir devait revêtir. Les traces d’autres pierres levées (18 au total) sont le signe que le menhir n’était pas seul, c’est bien un alignement qui a été mis en place au Ve millénaire avant jésus christ.

 

Définition de Tumulus
Tumulus : butte artificielle recouvrant une ou plusieurs sépultures et composée d’un mélange de terre et de pierre. Selon les proportions de ces matériaux, on parle de tertre (terre) ou de cairn (pierre). Source : Centre des monuments nationaux.

Quant au tumulus d’Er grah, il s’étire longuement. Ses dimensions gigantesques ainsi que les matériaux funéraires qui ont été retrouvés confirment que cette tombe accueillait des personnalités importantes.

Le Cairn de Gavrinis

Autre site mégalithique, autre ambiance. Pour atteindre le Cairn de Gavrinis, il faut prendre le bateau (ce qui n’était pas le cas à l’époque de sa construction). Situé sur un promontoire, sur une petite île, le Cairn de Gavrinis domine le golfe du Morbihan. D’ailleurs, c’est d’abord la vue sur le golfe qui nous a soufflé. Ensuite, le cairn s’impose majestueusement à notre vue, une construction presque circulaire de 60 m de large pour 8 m de haut recouverte de milliers de pierres sèches. La technique pour faire tenir l’ensemble n’est pas si rudimentaire qu’il n’y parait. Pour l’entretenir, quelques moutons débarrassent l’îlot de sa végétation excessive. Mais le meilleur reste à venir, car Gavrinis est mondialement connu pour ses pierres gravées avec une infinie délicatesse.

Une lumière rasante est nécessaire pour apprécier toute la précision du travail de gravure sur ces immenses pierres. Si on regarde bien, on distingue que des motifs reviennent fréquemment (la crosse, le serpent, la hache…) et la patte de l’artiste signe chaque pierre distinctement. Plusieurs graveurs sont donc à l’origine de ces chefs d’œuvres. Ce long couloir se termine par la chambre funéraire où étaient entreposés les corps. Fait étonnant, les scientifiques ont trouvé sur ce site plusieurs preuves attestant du réemploi de pierres gravées. Tout d’abord, plusieurs de ces pierres gravées le sont aussi sur les faces qui ne sont pas visibles, ce qui suggère qu’elles ont dû avoir une autre utilisation auparavant. Ensuite, plus stupéfiant, en comparant les motifs de différents sites mégalithiques, les chercheurs se sont rendu compte qu’une partie de la pierre de la table des marchands (à Locmariaquer) a été réutilisée à Gavrinis. Un puzzle temporel !

Définition de Cairn
Cairn : monument en pierres recouvrant des sépultures. Source : Centre des monuments nationaux.

Château de Suscinio, notre digression médiévale

Pour terminer ce séjour dans le golfe du Morbihan, nous nous autorisons une digression temporelle puisque nous passons sans transition du néolithique à l’époque médiévale. Un sacré bond dans le temps motivé par le château de Suscinio à l’architecture qui semble tout droit sortie d’un conte de fée. Ses tours élancées dont les toits pointus s’étirent dans le ciel auraient pu inspirer plus d’un écrivain. Le château a très bien été rénové et il est posé dans un environnement de forêt et de marais qui ne manque pas de charme. Marais qui sont classés espaces naturels sensibles pour leur importante biodiversité.

Avant de tenter l’observation de quelques oiseaux, nous nous engouffrons dans l’antre du château. Les escaliers nous amènent aux différents étages du logis où nous découvrons les pièces importantes du château comme la salle des banquets, la chambre du duc ou la garde robe de la duchesse. On en apprend autant sur l’histoire du château que sur la vie au moyen âge. Comme beaucoup de château, le château de Suscinio a vu son architecture beaucoup évoluer au fil de l’histoire. Des maquettes illustrent ces évolutions. Au 3ème étage, c’est une série de pavements retrouvée dans une chapelle en ruine qui nous rappelle le savoir faire de l’époque. L’ensemble est joliment mis en valeur comme si ces pavements formaient un immense tableau en trois dimensions.

Nous rejoignons ensuite le chemin de ronde. En hauteur, nous pouvons apprécier le château différemment ainsi que les environs. Nous nous improvisons chevaliers pour tenir notre fils en haleine lors de la visite. Nous rejoignons le logis Ouest, point d’orgue de cette visite. On y présente, dans une scénographie originale et immersive les principales légendes bretonnes. Musiques, sons et lumières nous plongent dans un univers mystérieux voir inquiétant. Hélio fût embrouillé dans un sentiment ambivalent, entre peur et fascination.

La visite du château serait incomplète sans la découverte du campement de chasse. Au delà d’offrir un point de vue global sur le château, de multiples activités en extérieur sont proposées aux enfants. La plus surprenante est le tir en arbalète. Nous assistons à une initiation auprès d’enfants de 10 ans. Hélio ne tenait plus en place et voulait les rejoindre. C’était assez impressionnant car l’arbalète est tout de même un engin dangereux et les consignes de sécurité maintes fois répétées ne font que le confirmer. Sous les tentes, des activités plus tranquilles testent aussi les compétences de fins limiers ou naturalistes des visiteurs !

L’ensemble des propositions du château de Suscinio permet une visite interactive, passionnante et ludique. De quoi dépoussiérer la traditionnelle visite de château ! Nous vous la recommandons donc à 100% que ce soit entre adultes ou avec des enfants.

C’est depuis les marais autour du château que nous disons au revoir à ce territoire rempli de surprises historiques de tout temps et pour tous les âges.

Guide pratique – visite des mégalithes du Morbihan

Où se loger près de Carnac et Sarzeau ?

  • Hôtel Lann-Roz – 36 avenue de la Poste – 56340 Carnac 

Bien situé à Carnac, cet hôtel à la décoration moderne est très agréable. Nous avions une chambre familiale avec un espace séparé pour notre fils. La disposition de la chambre était originale avec la salle de bain centrale. Le buffet du petit déjeuner représente un danger majeur pour les gourmands. Il est très varié, copieux et surtout bourré de bons produits locaux ou maison. L’hôtel dispose d’un restaurant que nous n’avons pas testé mais à voir la qualité du petit déjeuner, je pense qu’on ne prend pas beaucoup de risque à y dîner. Petit plus pour les familles, l’hôtel dispose d’un espace avec des jeux.

Informations et réservation

  • Hôtel Lesage – 3 Place De La Duchesse Anne – Sarzeau

Situé dans le centre de Sarzeau, l’hôtel Lesage est très sympa également. Nous avions une chambre incroyable avec le plus grand lit jamais testé et une baignoire digne d’un spa. La décoration inspirée de l’Inde était très soignée quoique incongrue au coeur du Morbihan. Quant au buffet de petit déjeuner, il est bien fourni.

Informations et réservation

Où déjeuner et diner près de Carnac et Sarzeau ?

Cette crêperie propose des crêpes et des galettes délicieuses et gourmandes. Vous pouvez même personnaliser votre galette. La vieille maison traditionnelle dans laquelle se situe la crêperie ainsi que la décoration inspirée de la récupération offre un cadre sympa et original bien appréciable.

Véritable repère de pirates avec ses murs entièrement boisés et ses objets de décoration chinés ça et là, le west permet de dîner dans un décor très chaleureux et sympa. Dans l’assiette, les papilles sont ravies par une cuisine maison faite à partir de produits de qualité. Nous avons même eu le droit à une petite chanson improvisée par le propriétaire des lieux. Convivialité garantie.

A Sarzeau, près du château de Suscinio, nous avons dîné dans une crêperie qui a la particularité d’être attenante à une mini-ferme. En extérieur, des grandes bottes de foin et des tracteurs pour apprentis fermiers permettent aux enfants de s’amuser pendant que les parents font une pause. Ils peuvent aussi observer les animaux de la ferme. Une adresse très sympa en famille. Les crêpes étaient délicieuses.

Organiser son voyage dans le golfe du Morbihan

Au delà des sites mégalithiques, le golfe du Morbihan offre une belle palette d’activités qu’elles soient naturelles, culturelles ou gastronomiques. Vous pourrez retrouver toute l’offre sur le site de l’office de tourisme du Golfe du Morbihan et Vannes.

Vous pouvez également consulter les offices de tourisme plus locaux comme celui de Carnac pour avoir des informations ciblées sur une ville et ses environs.

Carnac et l’ensemble du golfe du Morbihan font partie d’un regroupement de stations balnéaires de Bretagne, Sensations Bretagne, dont le site fourmille également d’idées pour préparer votre séjour.

Épingle moi sur Pinterest !

Visiter les sites mégalithiques du Morbihan – que voir ? Que Faire ?

Le site de l’Office de Tourisme du Morbihan recense tous les sites mégalithiques que vous pouvez visiter. Vous verrez que nous sommes très loin d’avoir fait le tour de la question. Plus d’informations sur les sites que nous avons visité juste en dessous.

La petite astuce ! Le pass des mégalithes

Si vous décidez de visiter plusieurs des sites présentés ci-dessous (Carnac, locmariaquer, gavrinis, cairn petit mont et musée de la préhistoire), il existe des tarifs réduits. Demandez le pass des mégalithes ! Il s’agit d’un passeport qui recense vos visites dans les différents lieux cités ci dessus et offre des tarifs préférentiels dès la deuxième visite.

Les alignements de Carnac et la maison des mégalithes

Périodes d’ouverture : Le site est ouvert toute l’année. D’avril à septembre, l’accès à l’intérieur des enceintes n’est possible qu’accompagné d’un guide. D’octobre à mars, les sites sont accessibles librement. Cependant je vous conseille de faire appel à un guide pour saisir toute la subtilité et l’histoire de ces monuments.

Si vous n’êtes pas accompagné d’un guide, je vous recommande de télécharger l’application mobile Carnac. Le parcours découverte est gratuit, quand au parcours complet, il revient à 1,29€.

L’été, un spectacle son et lumière est proposé sur le site.

Les alignements de Carnac sont divisés en trois espaces distincts :

  • Le Ménec : site majeur composé de plus de 1000 pierres réparties en 11 files sur 1 km. A son extrémité, le village du Ménec est attenant à l’ancienne enceinte.
  • Kermario : c’est sur ce site que l’on retrouve les mégalithes les plus imposants et notamment le plus haut menhir de Carnac à savoir le géant du Manio de 6,5 mètres de hauteur. L’ensemble de cet alignement comprend 1000 pierres levées sur 10 files. Pour en apprécier l’étendue, je vous conseille de monter sur le vieux Moulin. D’ici, on a une vue imprenable.
  • Kerlescan : ce site le plus à l’est est le plus petit et aussi le plus préservé. Il est formé de 555 pierres pour 13 files. Dans son prolongement, on trouve le petit ménec, une centaine de menhirs sur 8 files qui était sûrement relié au site de Kerlescan.
Source : Centre des monuments nationaux

Les sites sont gérés par le centre des monuments nationaux.

Tarif des visites avec un guide : 9 € tarif plein, 7€ tarif réduit et 5€ pour les enfants de 7 à 17 ans.

La maison des mégalithes : Pour compléter votre visite, vous pouvez découvrir les expositions très intéressantes de la maison des mégalithes. On en apprend davantage sur l’histoire de la découverte et du travail archéologique du site. En 2018, c’est le travail de Zacharie Le Rouzic, archéologue et photographe, qui a mis en lumière les alignements, qui était à l’honneur.

Tarif pour l’entrée à la maison des mégalithes : Gratuit

Plus d’informations sur le site des alignements de Carnac

Visiter le Cairn de Gavrinis

Le site est accessible seulement en bateau à partir du port de Larmor Baden et il n’est pas ouvert toute l’année. Une fois arrivé sur le site, vous serez accompagné d’un guide. Pensez à réserver car le nombre de visiteurs est très réduit.

Tarifs : Comptez 18 € par adulte, 8 € de 10 à 17 ans. Si vous souhaitez découvrir le cairn du petit mont, sachez qu’il existe un billet jumelé pour 20€.

Plus d’informations pour organiser votre visite de Gavrinis

Visiter les mégalithes de Locmariaquer

Le site des mégalithes de Locmariaquer est ouvert toute l’année (horaires variables en fonction des saisons). La visite est libre, on vous fournit un flyer explicatif qui est aussi consultable sur leur site. Des visites guidées sont possibles pour les groupes sur réservation et sous réserve de disponibilité.

Tarifs : Comptez 6€ pour le tarif plein, 5€ en tarif réduit. Gratuit pour les moins de 18 ans, les 18-25 ans (résidents européens), les personnes handicapées et leur accompagnateur, les demandeurs d’emploi et ceux qui possèdent la carte culture ou la carte Icom.

Plus d’informations sur le site des mégalithes de Locmariaquer

Et pour terminer : visiter le château de Suscinio

Le château de Suscinio est ouvert toute l’année (horaires variables selon les saisons). En juillet et en août, il y a des animations diverses sur le campement de chasse, des visites guidées nature du marais ainsi qu’un spectacle nocturne.

Tarifs : 9,80 € plein tarif, 4,90 € pour les enfants entre 10 et 17 ans. Gratuit pour les moins de 10 ans.

Site de l’Office de Tourisme du Morbihan

 

Ce voyage a été réalisé en collaboration avec le comité régional de tourisme de Bretagne, le centre des monuments nationaux, l’Office de tourisme de Carnac et l’Office de tourisme du golfe du Morbihan pour qui nous avons réalisé des articles et des vidéos pour leur site internet. Nos propos dans cet article n’en demeurent pas moins sincères et personnels !