Après le fiasco d’Hikkaduwa et la parenthèse hors du temps de Galle, nous nous dirigeons vers Mirissa avec une certaine appréhension. Après ce que nous avions vu de la côte sud du Sri Lanka, ce point de départ réputé pour l’observation des baleines nous posait question. Les pratiques seraient-elles respectueuses des cétacés ? N’allions nous pas tomber sur une station balnéaire sans âme ?

Mirissa, paradis ou enfer de l’observation des baleines bleues ?

Chat échaudé craint l’eau froide dit-on. Entre les mauvaises surprises du début de ce voyage au Sri Lanka et le mauvais temps s’acharnant, nous avons abordé cette nouvelle étape à Mirissa avec retenue.

Pourtant nous avions vraiment envie d’y venir, attirés par la perspective de pouvoir observer les plus grand animaux du monde, les baleines bleues. C’est en effet un des très rares endroits sur la planète où il est possible de les voir très fréquemment si près des côtes. Une chance rare que nous n’avions pas envie de louper. Mais en même temps, nous ne voulions pas embarquer pour du whale watching à n’importe quel prix.

Craintifs de revivre une mauvaise expérience telle que vécue en Tanzanie où les bateaux pourchassaient les dauphins et balançaient les touristes sur eux, nous avions à cœur de bien nous renseigner avant d’embarquer.

Alors autant vous dire que nous avons vraiment creusé avant de nous décider. En fouillant dans les forums, en posant des questions aux voyageurs et surtout en prenant un très grand soin à choisir la bonne agence pour aller voir les baleines. Nous en avions repéré quelques unes avec une bonne réputation avant d’arriver, mais rien ne vaut le contact sur place. Nous avons donc pris le temps de rencontrer l’agence qui nous a semblé la plus éthique et posé les questions qui nous semblaient importantes, sur leur approche, leur philosophie etc.

Nous nous sommes donc rapprochés de Raja and the whales, acteur pionnier de l’observation des baleines à Mirissa et au Sri Lanka en général. A tel point que la compagnie s’est associée à des études scientifiques et participe à la formation d’autres agences accréditées pour leur apprendre l’observation des cétacés de manière responsable.

La mer étant agitée et le trajet assez long, nous avons choisi de ne pas y aller tous les trois cette fois-ci, ayant peur qu’Hélio ne soit pas à l’aise. Lors des dernières épopées en bateau, nous avions bien vu que ne pas dépasser les deux trois heures de bateau était plus sage. C’est donc Laura qui est partie vivre cette expérience à la rencontre des impressionnantes baleines bleues.

En route pour l’observation des baleines au large de Mirissa

Si la saison était favorable à l’observation des baleines et dauphins à Mirissa, la météo est souvent un point sensible. Les baleines bleues, si elles sont dans cette région exceptionnellement près des côtes, demeurent tout de même au large et il faut environ deux heures de bateau pour se rendre dans l’aire d’observation. Loin des zones côtières, la houle se fait plus forte et les personnes sujettes au mal de mer peuvent rapidement se sentir mal.

Si c’est votre cas, prêtez donc attention à la météo, renseignez vous pour connaitre les conditions de navigation afin de ne pas passer un moment très difficile. D’ailleurs, nous avons retardé la sortie d’un jour pour cette raison, afin d’avoir un meilleur confort d’observation.

Sur le bateau, si le temps de navigation est assez long, tout est fait pour passer un bon moment, avec des collations régulières, des infos sur les cétacés, un bateau confortable. Bref, le temps passe vite.

Une fois arrivé sur zone, les observations ne tardent pas à se faire, d’abord des dauphins qui bondissent joyeusement hors de l’eau, puis les puissants geysers trahissant la présence des baleines apparaissent déjà. Fort de son expérience, le capitaine du bateau se place dans la trajectoire des baleines sans croiser leur route, de façon à rester à bonne distance. D’ailleurs les autres bateaux venus observer les cétacés suivent raja and the whales, conscients de l’expérience de l’agence.

Soudain, le dos énorme d’une baleine bleu effleure l’eau, laissant deviner la taille impressionnante du mammifère. Point de saut impressionnant comme les baleines à bosse observées en Équateur, mais une sensation de puissance tranquille. Après quelques apparitions en surface, la baleine se cabre plus puissamment, laissant apparaitre sa nageoire dorsale, signe qu’elle plonge pour une longue durée.

Ce ballet captivant, Laura aura l’occasion de l’admirer plusieurs fois, avec une émotion toujours forte. L’émotion d’une rencontre animale rare avec un des animaux les plus impressionnants sur terre.

Mirissa côté plage, une bonne surprise à secret beach

Pendant que Laura explorait les océans, nous sommes restés à terre avec Hélio, profitant de la grande plage de Mirissa. Un sable fin orangé, une forme en arc large entouré de rochers et de cocotiers. Une belle image de carte postale, si ce n’est les nombreux bars et restaurants. Nous sommes bien plus plages sauvages que plages de fête (enfin ce n’est pas Ibiza non plus !). Mais je ne saurais pas trop dire pourquoi, à Mirissa cela nous a semblé sympa. Peut être parce que nous venions d’Hikkaduwa que nous avons vraiment détesté. Peut être parce que le beau temps était enfin de retour. Peut être parce que l’ambiance restait douce. Bref, nous nous sommes sentis bien à Mirissa, sans être complétement sous le charme.

Aussi nous ne nous sommes pas éternisés, ayant davantage envie de découvrir des plages plus sauvages.

Mais deux autres surprises nous ont fait apprécier Mirissa.

La première était franchement inattendue : une faune abondante ! En particulier un nombre d’oiseaux impressionnants de diversité. Alors que nous étions dans une petite guest-house en arrière de la ville, nous avons pu admirer des espèces plus belles les unes que les autres.

Nous avons même eu droit à la visite de macaques à toque venus chiper des fruits dans le jardin. Si nous étions ravis du spectacle, il était moins au gout de la propriétaire tentant vainement de les faire fuir à l’aide de petits cailloux. Nous avons bien senti que la bataille était récurrente et surtout perdue d’avance…

La seconde, une très belle plage facilement accessible à pied depuis Mirissa, la secret beach. Après une demi-heure de marche ou bien quelques minutes de tuktuk surtaxées (à pied vous aurez le temps d’admirer la campagne environnante et de beaux points de vues). Nous avons découvert une petite plage sauvage idéale pour profiter du coucher du soleil. Seul un petit bar de plage très charmant vient agrémenter le sable, les cocotiers et rochers. Nous n’étions pas seuls à admirer le spectacle, mais l’ambiance était calme et détendue.

Mirissa secret beach sunset Sri lanka

Un beau moment, tout simplement !


Guide pratique – visiter Mirissa et observer les baleines bleues

Comment se rendre à Mirissa ?

Transport de Galle à Mirissa

De Galle à Mirissa, vous pouvez opter pour le train ou le bus. Le train prend à peu près autant de temps, il est moins cher mais parfois très plein et surtout moins fréquent que les bus.

Le bus reste une option très économique. Ce n’est pas hyper confortable étant donné qu’il n’y a pas souvent d’espace consacré aux bagages, mais on trouve toujours une petite place. Nous nous sommes quasiment tout le temps déplacé en bus.

Transport de Mirissa à Tangalle

De Mirissa, nous sommes allés à Tallala puis à Tangalle. En bus, il faut d’abord se rendre à Matara puis reprendre un autre bus.

Vous avez également la possibilité d’opter pour des transports privés, comme le tuktuk qui est bien plus onéreux, mais reste abordable. C’est ce que nous avons fait sur un tronçon de la côte sud pour en profiter pour visiter les points d’intérêt sur la route.

Concernant les bus, le plus simple est de se rendre dans les gares routières et demander au chef de station. Il vous donnera le numéro de la ligne et vous indiquera probablement le bon quai de départ. Si vous arrivez en tuktuk à la gare routière, le chauffeur saura en général vous montrer quel bus prendre.

Où dormir à Mirissa ?

Nous avons logé dans une guest house adorable et très économique où deux soeurs nous ont superbement accueilli. Inuja guest house est un hébergement très simple, dans la maison même des propriétaires, mais celles-ci savent mettre la bonne distance selon votre envie de nouer lien ou non. Avec un très beau jardin empli d’oiseaux, quelques singes venant voler des fruits, c’était un cadre très sympa !

9 € la nuit pour une chambre à trois, petit déjeuner copieux inclus !

Renseignements et réservation

Que voir, que faire à Mirissa ?

  • partir en bateau observer les baleines bien sûr, j’en parle en détail juste après
  • farniente et baignade sur la plage
  • faire du surf dans les vagues de l’océan indien
  • boire un verre et manger sur la plage au coucher du soleil
  • découvrir la secret beach au coucher du soleil

Quelle agence choisir pour observer les baleines depuis Mirissa ?

Comme indiqué dans le récit, nous prêtons une très grande attention aux conditions d’observation des baleines et autres cétacés. Étant avertis de dérives de certaines compagnies à Mirissa, nous nous sommes tournés vers la valeur sûre : raja and the whales. Un acteur historique du whale watching dans le pays. Avec une approche respectueuse des baleines et une très bonne connaissance de ces dernières. Ce ne sont pas les moins chers à Mirissa : 6000 rupees par adulte, 3000 par enfant -12 ans, mais les prix ne sont pas excessifs.

La sortie démarre à 6h30 et dure de 2 à 8h selon la distance à parcourir. Cela dépend de différents facteurs, principalement la météo… Mais généralement comptez 5-6h. La probabilité d’observer des baleines est très haute, de l’ordre de 90-95 % si vous partez avec une compagnie qui a de l’expérience.

La plupart des agences accréditées sont sur des tarifs similaires. Ceux qui vous abordent en proposant des tarifs moins chers sont des agences non autorisées. Ce sont généralement de plus petits bateaux qui ne partent pas du port. Elles évitent ainsi de passer devant les garde côtes qui surveillent les bateaux. Ces bateaux ne connaissent pas les bonnes pratiques et risquent de perturber les baleines. Ils ne sont pas officiels et vous n’êtes donc pas assuré en cas de soucis. De plus, manquant d’expérience et ne connaissant pas bien le comportement des cétacés, vous aurez beaucoup moins de chance de pouvoir en observer… Bref, nous vous déconseillons très fortement de faire appel à ces agences non accréditées. Si c’est une agence qui n’a pas de bureau, qui ne part pas du port principal, avec une petite embarcation, fuyez. Méfiez vous des rabatteurs et des beach boys de manière générale, ainsi que des agences qui promettent de pouvoir nager ou faire du snorkeling avec les baleines ou les dauphins, c’est strictement interdit et dangereux pour vous comme pour les cétacés.

Quelle est la meilleure saison pour observer les baleines à Mirissa ?

Les baleines sont là toute l’année, mais les conditions météo ne sont pas forcément réunies, notamment pendant la mousson en mai/juin. La saison pour l’observation des baleines à Mirissa s’étend de fin juillet à fin avril. Sachant que de fin juillet à octobre, les sorties dépendent des conditions météo, elles peuvent donc être annulées si la mer est mauvaise.

Même dans de bonnes conditions l’océan indien est assez agité, alors si vous êtes sujet au mal de mer, préparez vous ! Nous vous donnons tous les conseils et médicaments dans un article spécifique.

Retrouvez tous nos articles sur le Sri Lanka !
Ainsi que nos idées d’itinéraires de 10 jours à un mois

Nos articles spécifiques sur la côte sud du Sri Lanka :