De Taïwan nous ne connaissions presque rien lorsque nous avons décidé qu’elle serait la première destination de notre voyage au long cours en Asie. Mais fidèles à nos obsessions, nous avons rapidement cherché les parcs nationaux qui parcourent l’île. L’un d’eux, tout au sud : le parc national de Kenting, nous a immédiatement fait de l’œil.

De longues plages aux eaux turquoises, qui peut résister ? Pas nous ! Frileux que nous sommes, les fraîcheurs automnales en France juste avant notre départ nous avaient déjà donné des envies de soleil. Arrivés par le nord, les jours de pluie incessante à Taipei puis Keelung ont précipité notre envie beau temps et donc notre départ pour Kenting. Tant pis si notre itinéraire n’est pas très logique, voir chaotique. L’avantage de ne pas trop prévoir à l’avance, c’est qu’on peut tenter d’escroquer la météo en évitant les régions pluvieuses !

Arrivée dans le parc national de Kenting, entre admiration et surprise

Lors de notre visite dans le geopark de Yehliu près de Keelung dans le nord du pays, nous avions déjà eu une sorte de choc culturel au sujet de la gestion des espaces naturels. A Taïwan, la plupart des sites naturels que nous avons visité sont très aménagés (sentiers balisés et bitumés, passerelles, centre de visiteurs, toilettes, bref des infrastructures importantes) et c’est vrai que dans nos précédents voyages nous n’avions pas vu une telle organisation (peut être un peu au Costa Rica).

Avant même d’arriver sur les spots « nature » les plus célèbres du parc national, ce qui nous a surpris c’est l’importance de l’urbanisation à l’intérieur même de l’enceinte du parc naturel. Certes Hengchung et Kenting street n’ont pas l’envergure de grandes villes Taiwanaises, mais la présence de l’homme est bien palpable. Plus surprenant encore, une centrale nucléaire se trouve dans l’enceinte du parc naturel ! Une des plages les plus fréquentées (Nan Wan) est quasiment collée à la centrale. De la plage, on distingue les cheminées. En voyant cela depuis le bus, nous n’avons pas jugé utile de nous y arrêter, ça casse quand même un peu l’ambiance.

Kenting street, la ville touristique au coeur du parc naturel surprend aussi. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une longue route bordée d’hôtels, de restaurants et de magasins de souvenirs. Un peu trop tape à l’œil à notre goût, nous étions bien contents d’être logés à Hengchung. Une ville qui bien qu’imprégnée par le tourisme, semble moins artificielle.

Ces surprenantes déconvenues passées, nous avons pu profiter de très beaux spots nature, ouf !!! Ne voulant pas louer de voiture ou de scooter, nous avons opté pour les transports publics, à savoir le bus. Tous les lieux que nous décrivons sont accessibles facilement avec ce moyen de transport (ou presque).

Le parc et phare d’Eluanbi 鵝鑾鼻

Notre première visite aura lieu au parc et phare d’Eluanbi. Situés sur la pointe la plus au sud de Taïwan, la vue y est grandiose. Nous démarrons notre balade sur un parking qui semble déjà bien rempli malgré l’heure. Un premier panneau d’avertissement nous indique que des serpents, araignées et insectes peuvent se rencontrer sur le chemin. Nous n’allons pas tarder à en avoir la preuve.

 

Une courte randonnée nous amène à scruter les rochers balayés par le vent. Au delà de l’érosion, cette roche noire, dure et alvéolée me fascine. Je perçois qu’elle n’est pas comme les autres. En effet, il s’agit de corail, un long plateau de corail. Les pêcheurs jouent les équilibristes pour trouver le lieu idéal et tenter d’attraper une belle prise. Ils ont bien du courage car la mer est tempétueuse ici, d’autant plus en hiver où le vent peut être très puissant. De loin, il nous offre gracieusement des silhouettes qui donnent de l’ampleur à ce panorama.

Le sentier bien balisé permet de ne rater aucun des points de vues ou d’intérêt du parc. Le corail millénaire a formé au fur et à mesure des années des petites gorges et s’est vu colonisé par la végétation.

Le point d’orgue de la visite pour la plupart des visiteurs est le phare d’Eluanbi. Un phare mignon mais qui selon nous n’est pas le plus intéressant ici. On vous a épargné le selfie ou la pause crispée devant le phare, on a préféré observer les séances photos méthodiques des touristes chinois.

Pique nique improvisé à little bay près de Kenting – 小灣沙灘

Hélio réclamant à corps et à cris une plage de sable depuis le matin, nous avons improvisé une halte à Kenting street. Depuis le bus, nous avions repéré une plage, donc nous sommes descendus en vitesse pour satisfaire notre progéniture (et nous même au passage !). Un pique nique acheté à la hâte et nous voilà les pieds dans le sable à déjeuner. La plage de little bay, située à la sortie de Kenting street offre une très jolie vue sur un promontoire rocheux. Nous y avons passé un beau moment à déguster des sushis sandwich, faire des châteaux et jouer avec les vagues (toujours coriaces ici). Au passage, nous avons parfait notre bronzage improbable style cyclistes du tour de France. Si un jour, nous écrivons un article intitulé « Comment bien bronzer en voyage ? « , je vous déconseille de le lire !

La plage paradisiaque de Baisha – 墾丁白沙灣海灘

Notre session plage de la veille a réveillé en nous des envies de soleil et de farniente. Ca tombe plutôt bien car les longues étendues de sable et les baies du parc national de Kenting s’y prêtent. Nous partons donc en direction de Baisha, une autre plage réputée. Après quelques hésitations pour le bus, nous voilà en route. La très bonne surprise de Baisha c’est qu’elle n’est pas trop aménagée. Certes il y a un espace avec des restaurants et boutiques mais cela reste bien intégré.

A notre arrivée, la plage n’est pas encore très fréquentée, sauf un spot qui est à priori « The place pour se faire prendre en photo ». A tel point que certaines personnes visitant la plage ne viennent que 5 minutes pour prendre une photo à cet endroit et repartent aussi sec. Curieux ! De notre côté, Seb et moi à tour de rôle allons crapahuter dans les rochers de coraux pour tenter d’en saisir toute la beauté. Les interstices sont autant de cachettes pour une vie foisonnante où crabes et poissons se disputent le territoire.

Ayant prémédité notre venue ici, nous avons pu dégainer nos maillots de bain pour tenter une baignade. Je dis bien tenter car le courant est si fort que nous n’osons pas nous aventurer trop loin. D’ailleurs Hélio et moi sommes les seuls au bord de l’eau à s’amuser des claques océaniques que nous prodiguent la mer. S’en suit un rituel qui ne va pas nous quitter lors de ce voyage à Taïwan, celle de la pose photo avec Hélio qui partout où il passe déclenche l’hystérie collective (ok j’exagère un peu mais quand plus de 10 personnes s’amassent autour de votre enfant pour le prendre en photo, ça fait drôle). Cette fois ci c’est un couple qui tente une approche, je vois le mari prendre sa femme tout près de nous. Je me dit que c’est quand même con de prendre la photo là, nous sommes dans le cadre… Jusqu’à ce que je comprenne que c’était fait exprès ! Ensuite ils tenteront à plusieurs reprises d’obtenir un cliché mais Hélio n’est pas coopératif et je n’ai pas du tout envie de l’obliger. En plus nous étions en pleine session de construction de château de sable, il y a des priorités quoi !

Nous allons manger dans un petit restaurant près de la plage, l’occasion de nous apercevoir que la plage s’est brusquement remplie de visiteurs. Une bonne vingtaine de bus arrivent à la même heure, sans doute un tour bien rodé pour groupes. Dommage que ce soit pas plus étalé dans la journée. Mais bon, cela nous a permis de bien profiter de l’endroit presque seuls le matin.

La plage de coraux de Sail Rock – 船帆石

Autre plage, autre ambiance. Durant un trajet en bus, nous avions repéré cette plage où trône un immense rocher particulièrement photogénique. Nous n’avions pas pu nous arrêter. Aujourd’hui, nous avions prévu d’aller sur une plage réputée pour ses formations rocheuses. Normalement, un bus y conduit, je dis normalement car en semaine les horaires sont tellement réduits à peau de chagrin qu’en fait ce n’est pas possible. L’employé du centre de renseignements des bus semble embêté et pas tellement renseigné.

Ne voulant pas perdre notre temps à attendre indéfiniment un bus qui n’arrivera pas, nous filons à cette plage qui nous avait fait de l’oeil. Et quelle bonne idée on a eu ! Arrivés à Sail rock, vous verrez une petite plateforme en bois ou autrement appelée par nous mêmes « spot à selfie ». C’est ici que les personnes s’arrêtent pour prendre des photos. La vue y est incroyable. Mais à notre arrivée, la lumière n’éclaire pas le rocher de ce côté. Nous décidons donc d’essayer de trouver un chemin pour nous rendre de l’autre côté. Nous trouvons facilement un petit passage plus loin. Ici, la plage est déserte. Nous sommes absolument seuls à profiter d’une vue à tomber. Ce paysage parfait se compose d’un immense rocher où volètent de nombreux oiseaux. Plus bas, les vagues se cassent sur un plateau corallien qui forme un labyrinthe. Enfin la plage est constituée d’une multitude de fragments de coraux, recouverte par endroit d’un tapis végétal fleuri.

Nous passerons plusieurs heures à admirer cet endroit, à aller chercher des bestioles dans les cavités de la roche, à jouer à trouver les plus beaux coraux ou coquillages sur la plage.

Le parc forestier de Kenting, à la rencontre des macaques de Formose – 墾丁國家森林遊樂區

Pour notre dernière journée dans le parc national de Kenting, nous ne voulions absolument pas manquer la partie forestière du parc. Nous avions aussi repéré un bus censé aller jusqu’à l’entrée de la « forest recreation area » mais les hôtes chez qui nous séjournons nous confirment que ce n’est pas possible en ce moment. Les bus déposent simplement au niveau de l’arche de Kenting, soit à 4,5 km de l’entrée (et surtout un bon gros dénivelé…). Ouch c’est un coup dur. Voyant notre déception, ils nous proposent super gentiment de nous y déposer le lendemain et de venir nous rechercher. Quel bol ! On ne les remerciera jamais assez, car la balade a vraiment été sympa. Le parc forestier du parc national de Kenting est aménagé avec plusieurs sentiers. Le début du parc fait davantage penser à un parc botanique. Les allées sont larges et nous avons un peu peur que cela soit un peu trop tiré à 4 épingles pour nous. La venue d’un macaque de Formose sur le chemin stoppe notre circonspection. Nous nous arrêtons pour le voir s’empiffrer allégrement sans aucune retenue. A notre retour, nous sommes passés au même endroit, dans l’espoir de le revoir et bingo il était toujours là (lui ou un de ces congénères) en train de piller un arbre.

Cette rencontre ainsi que les nombreuses observations d’oiseaux valaient à eux seuls le déplacement. Mais nous continuons notre marche, belle surprise, la forêt devient plus dense et intrigante. En effet, celle ci à la particularité de s’imbriquer dans le plateau corallien. C’est la première fois que nous voyons ce phénomène. A certains endroits, vous pourrez même traverser des grottes et un mini canyon aux noms évocateurs (fairy cave, stalagmite cave, cliff of apes, one line sky…).

Là encore les installations nous étonnent comme cette immense tour de 6 étages permettant d’avoir un panorama à 360° sur le parc. La vue nous permet de saisir toute l’étendue non explorée du parc national. Le souffle du vent nous assomme. Nous nous abritons au chaud dans le café au 5ème étage qui jouit de la même vue, la session décoiffage en moins.

Les distances des différents sentiers sont faibles (5 km de l’entrée à l’extrémité la plus éloignée), mais il y a tant à voir qu’on peut y rester une journée entière. Nous sommes tellement amoureux de ces forêts tropicales que nous pouvons passer de longs moments à observer les circonvolutions d’une liane ou le foisonnement des plantes.

Au final, malgré une entrée en matière mitigée, surpris par les aménagements et activités humaines importantes au sein du parc, nous avons été séduits par le parc national de Kenting. Il offre un beau mix entre loisirs balnéaires et explorations nature. Si certains endroits doivent être très (trop ?) fréquentés en été, il suffit de s’écarter de quelques centaines de mètres pour trouver de belles plages désertes et de superbes forêts de corail.

Informations pratiques – visite du parc national de Kenting

 

Épingle moi sur Pinterest !

Comment aller au parc national de Kenting ?

Depuis Taipei :

  • Prendre un train à la Taipei main station en direction de Kaohsiung. Vous pouvez opter pour un train de type TRA (plus économique mais plus long) ou le HSR (1h30, plus rapide et donc plus cher). Le terminus du HSR, la gare de Zuoying à Kaohsiung est aussi le lieu d’où partent de nombreux bus en direction de Kenting.
  • Prendre un bus à Zuoying en direction de Kenting. Ils peuvent vous déposer à Hengchun ou Kenting. Comptez deux heures de trajet.

Depuis Taitung :

  • Prendre un train de Taitung à Fangliao
  • Prendre un bus à Fangliao en direction de Hengchun et Kenting

Se déplacer à l’intérieur du parc naturel de Kenting

En transport en commun. si vous n’avez pas le budget ou l’envie de louer un véhicule, il  y a différents bus qui donnent accès à de nombreux spots du parc national. A chaque arrêt vous trouverez un plan des différentes lignes. Attention toutefois certaines lignes ne passent pas fréquemment. Pour nos trajets à travers le parc, on comptait en général entre 50 et 60 $ (nouveaux dollars taiwanais) le trajet en fonction de la distance. Il y a des cartes à la journée ou le système de la Easy card qui peut être pratique. Renseignez vous à la gare de Kaoshiung (Zuoying) ou à Taipei. Sur place vous ne pourrez pas prendre ces forfaits.

Les destinations sont mentionnées en chinois et en anglais sur les bus et à l’intérieur, ce qui est plutôt pratique pour ne pas louper son bus ou son arrêt. Si vous avez un doute, montrez le lieu où vous souhaitez aller sur une carte où le nom est mentionné en chinois. Google maps peut être très utile dans ce cas là. Nous avons également indiqué le nom des endroits qu’on vous conseille en chinois dans les titres pour vous aider.

Le parc d’Eluanbi, Sail Rock, les plages de Kenting sont accessibles facilement en bus (ligne 101 orange, bus 1188, 1189 …) Baisha, Maobitou, Guanshan sont accessibles avec le bus 102 ligne bleue. Les bus sont relativement fréquents (toutes les 30 min) et passent à la fois à Hengchung et Kenting street.

Pour rejoindre Jialesuei, le spot de surf,  il y a en théorie un bus mais les horaires sont fréquentes seulement le week end.

Idem pour l’entrée des visiteurs du parc forestier, il y a des bus (le 8249) mais quasiment seulement le week end. En semaine, il faut prévoir à l’avance pour être sûr que les rares horaires puissent correspondre à votre plan.

En voiture, une route relie les principaux points d’intérêt et longe le littoral. C’est sûrement la solution la plus rapide pour voir l’ensemble des lieux de la région mais cela permet d’en voir un grand nombre.

En scooter, c’est le mode de déplacement favori des voyageurs indépendants. La route est bonne et les distances entre les étapes ne sont pas très longues. Nous n’avons pas opté pour cette option car on craignait pour la sécurité d’Hélio. N’étant pas accoutumés de cet engin, nous n’étions pas suffisamment en confiance. Comptez 600 $ la journée de location (un peu moins de 20 €).

En vélo, Taïwan développe beaucoup le tourisme pour les cyclistes. Vous trouverez sans aucune difficulté des loueurs de vélos et des aménagements pour faciliter la vie des cyclistes. Mais sachez que vous devrez partager la route avec les voitures et les scooters la plupart du temps. Ceci dit, il y a une sorte de bande d’arrêt d’urgence très large sur beaucoup de routes taïwanaises, mais les scooters l’empruntent souvent.

A pied ? Mise à part une petite balade sur la plage, dans les forêts à Eluanbi ou dans le parc national, il n’y a pas de possibilité de longer la plage à pied ni de sentiers de randonnées à notre connaissance. Ce doit être possible, mais ce sera sans balisage.

Randonner dans le parc forestier de Kenting – forest recreation area

Pour l’accès au parc je l’ai mentionné un peu plus haut.

Le tarif d’entrée est de 100 ou 125 $ pour les adultes selon la saison. Les enfants de moins de 6 ans payent 10$. A l’entrée vous pourrez prendre le plan du site ainsi que des brochures explicatives. Il y a une première aire de visite qui dure 80 min où se succèdent plusieurs chemins où vous pourrez voir de nombreuses essences et plantes locales sous la forme d’un jardin botanique. La deuxième aire de visite prend environ 70 min (ou bien plus si vous trainez comme nous !). Elle est selon nous la plus intéressante. C’est ici que se trouvent les grottes, la tour pour admirer la vue et les formations rocheuses les plus belles. C’est aussi ici que la forêt est plus sauvage.

Tout est très bien signalisé et balisé sur le chemin, impossible de vous perdre !

A l’intérieur du parc il y a des toilettes à différents endroits ainsi que des emplacements pour pique niquer et acheter de quoi manger et boire. On vous conseille d’y aller le matin et d’y pique niquer.

Quand aller au parc national de Kenting – quelle est la meilleure saison ?

Le sud du pays est un peu moins arrosé pendant l’hiver que le nord. Il vaut mieux éviter la mousson d’été qui correspond à la période des typhons. Les pluies sont plus abondantes et la chaleur plus importante. Entre octobre et mars, et plus particulièrement les mois d’octobre, novembre et mars, vous aurez moins de pluies et des températures agréables (20 – 25 degrés).

Où manger à Kenting et Hengchun ?

Nous vous recommandons d’aller manger dans les marchés de nuit (night market) de Kenting street et surtout de celui de Hengchun. Ces marchés de nuits sont présents dans toutes les villes de Taïwan il me semble et sont de parfaits endroits pour découvrir la gastronomie locale. C’est le royaume de la street food, avec un tas de petits stands en plein air proposant leurs spécialités.

Celui de Hengchun est beaucoup moins touristique et moins cher que Kenting street, mais il n’a lieu que le dimanche soir.

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !


En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.