» Si tu sais naviguer en mer d’Iroise, tu peux naviguer partout dans le monde « . C’est ce qu’affirment de nombreux grands navigateurs. Ce bout de mer en Finistère connait une réputation tumultueuse : de forts courants, des vagues parmi les plus hautes du monde (plus de 45 mètres mesurés au phare de la jument !), des tempêtes fréquentes, des récifs piégeux, de nombreux naufrages… 
Le revers de la médaille, c’est que ce brassage permet l’émergence d’une faune et d’une flore exceptionnelle et implique un patrimoine unique au monde.
Entre phares, grands dauphins, phoques gris et fous de bassans, nous vous emmenons en croisière dans le parc naturel marin d’Iroise. Agrippez vous au bastingage, ça va décoiffer !

conquet pointe saint mathieu vue de la mer abbaye et phare
La pointe Saint Mathieu vue de la mer avec son abbaye et son phare

Cela faisait un long moment que nous voulions naviguer dans cette mer d’Iroise à la réputation si sulfureuse. Non pas pour dessaler, mais pour observer sa faune marine rare en Europe et profiter de la plus grande concentration en phares et balises au monde. Une amie de Brest nous avait parlé d’une expédition en bateau au départ du Conquet avec des étoiles dans les yeux, nous mettant forcément l’eau à la bouche.

C’est ainsi que nous avons embarqué avec Lucky et Christèle d’Archipel excursion, à bord de leur puissant zodiac de 12 passagers.

Nous ne les avons pas choisi par hasard. Ils possèdent une solide expérience du monde marin, de la mer d’Iroise et surtout, ils ont un respect profond pour la faune marine. Leur connaissance impressionnante du comportement des dauphins, phoques et autres mammifères marins est la garantie d’une observation respectueuse. Nous avons vu trop de mauvaises pratiques par le passé pour ne pas être ultra vigilants désormais.

Après les consignes de sécurité d’usage, c’est parti ! Nous sortons tranquillement du port du Conquet, le temps est nuageux, la mer est calme. Des conditions favorables pour la navigation.

Lucky commence par nous expliquer en quoi la mer d’Iroise est exceptionnelle : par ses courants marins, son patrimoine naturel et bâti, son histoire… Une belle mise en condition !

A rencontres des grands dauphins de la mer d’Iroise

Dès la sortie du port, on passe à la vitesse supérieure. Lucky pousse les moteurs, le bateau se met à ronronner et nous nous accrochons à notre siège, surpris par l’allure, le sourire aux lèvres. Hélio se croit dans un manège et éclate de rire.

Après seulement quelques minutes de navigation, Laura pointe du doigts vers l’avant du bateau en criant : ils sont là ! Ils sont là !

bébé dauphin mer d'iroise finistère

Le bateau réduit alors immédiatement son allure pour approcher de côté, tout doucement, un petit groupe de grands dauphins. Nous restons à distance respectable, surexcités par cette première rencontre qu’on attendait pas si rapidement. Christèle appelle alors les cétacés, elle les connait tous, reconnaissables par la forme de leur aileron, leurs taches, leur comportement.
Nous croisons les doigts pour qu’ils aient envie de s’approcher de nous, qu’ils aient la même curiosité d’une rencontre fugace.

Le temps passe beaucoup trop vite, absorbés par le spectacle qu’ils nous offrent, passant d’un côté à l’autre du bateau, s’approchant à quelques mètres de nous. Nous pourrions presque les toucher… Je tente désespérément de plonger ma caméra sous l’eau pour capter ce moment et vous le retransmettre. Mais la précipitation et l’excitation du moment, je casse la perche. Fichtre ! Je plonge le bras dans l’eau, mais l’agitation du remous brouille l’image et je n’aurai rien à vous montrer d’exploitable.

Des phoques gris aux fous de bassan

Nous laissons le groupe de grands dauphins à ses occupations, nous avons beaucoup d’autres merveilles à voir. Je reste tout près de Lucky pour boire ses paroles. J’en apprends beaucoup à ses côtés sur le comportement des dauphins, la navigation en mer d’Iroise, les installations en mer… Passionnant !

colonie de phoques gris en mer d'iroise

Nous approchons alors de petits récifs affleurants. Nous distinguons des silhouettes caractéristiques se détacher : ce sont des phoques gris !
Posés sur les rochers, ces gros mammifères de 300 kg à l’age adulte sont assez farouches quand ils sont à terre. Ils se savent plus vulnérables, il faut alors les approcher très lentement pour ne pas les déranger ou les effrayer. S’ils partent à l’eau, c’est qu’on s’est trop approché, ou trop vite. D’ailleurs, des plaisanciers ne connaissant pas les consignes d’approche provoquent souvent des nuisances, faisant fuir les phoques vers des récifs moins fréquentés à la saison.

Un peu plus tard, nous croisons un phoque dans l’eau en position dites « du bouchon ». La tête regardant vers le haut dépassant de l’eau, il se repose, calé dans les algues. Drôle de position pour pioncer !

Au loin, nous voyons les fous de Bassan attaquer en piqué, plongeant à toute vitesse dans l’eau dans l’espoir d’attraper du poisson. Un banc se trouve dans le coin à n’en pas douter. D’ailleurs on peut observer au large de Saint Guénolé en sud Finistère des chasses conjointes de dauphins communs et fous de Bassan. Ce doit être un sacré spectacle ! Des globicéphales noirs sont également visibles de temps à autres dans cette zone. Un jour il faudra qu’on aille voir ça…

conquet cormorans rocher phare iroise

Les Hommes et la mer d’Iroise : je t’aime, moi non plus

Le parc naturel marin d’Iroise a ceci d’exceptionnel qu’il ne regorge pas seulement de ressources naturelles, mais aussi d’un patrimoine bâti et culturel unique.
Les premières traces de la présence des Hommes datent du néolithique. Des tombes sont encore visibles sur la péninsule de Kermorvan, ainsi que des menhirs. Peu d’éléments restent sur l’histoire de la navigation à cette époque. Plus récemment, à partir XVIe siècle, les premiers édifices aidant à la navigation sont érigés (tout du moins des édifices dont les traces sont encore présentes aujourd’hui).

C’est ainsi que la première tour à feu fut érigée à la pointe Saint Mathieu, dans le monastère du même nom.

pointe saint mathieu vue de la mer abbaye et phare plougonvelin

Plus tard, en 1865, le phare de Saint Mathieu a été construit. Il est aujourd’hui l’un des plus puissants au monde avec une portée de 55 km. Observé depuis la mer, l’ensemble est de toute beauté.

La mer d’Iroise comportant de nombreux récifs, des courants très puissants et une navigation commerciale intense, la concentration de balises, bouées et phares est la plus importante au monde. Certains phares sont mondialement connus, comme le phare du stiff, ou le phare de la jument. Ils sont 13 aujourd’hui en activités, dont 6 classés monument historique.

Lors de notre expédition en mer, nous avons eu la chance d’approcher de très près le phare des pierres noires, construit en 1867. Accroché à un petit bout de rocher, on a peine à imaginer la vie que pouvaient mener les gardiens du phare avant qu’il ne soit automatisé.

En observant ce phare austère, dans un milieu si hostile, j’ai tenté de me projeter dans la peau d’un gardien, au milieu des tempêtes d’hiver. Comment s’occuper ? Sans aucune liaison à la terre, sans moyen de se dégourdir les jambes en dehors du phare… Cela parait inimaginable à l’heure de la surabondance des moyens de communication.
Pour son isolement extrême, ce phare était classé « enfer ». Ceux sur les îles plus grandes étaient classés « purgatoire » et ceux à terre « paradis ». Tout est dit.

phare pierres noires mer d'iroise

Sur l’ensemble du trajet, nous aurons l’occasion de croiser d’autres groupes de dauphins, dont la « nurserie ». Un groupe où les jeunes dauphins sont regroupés et protégés. Un comportement observé dans certaines colonies de dauphins.
Composé d’une petite centaine d’individus sédentarisés, cette colonie dispose de toutes les ressources nécessaires, la zone brassée par les courants étant très favorable au développement des algues et leurs prédateurs.
Nous serons même gratifiés de quelques sauts impressionnants et autres jeux sociaux, autant de signes de bien être chez un groupe de dauphins. Pourvu que ça dure ! Espérons simplement que les plaisanciers seront suffisamment sensibilisés pour éviter trop de dérangement.

Bien que l’expédition fut courte, un peu moins de 3h, l’émotion restera très longtemps ancrée dans ma mémoire. Je ne pensais pas de telles observations possibles depuis la côte Atlantique. Que ce soit pour la faune marine, le patrimoine maritime ou la passion transmise par Lucky et Christèle, tout concourrait à un vrai beau moment.

Informations pratiques – croisière en mer d’Iroise

 

croisière dans le parc naturel de la mer d'iroise
Épingle moi sur Pinterest !

 

Croisière avec Archipel excursions

Au départ du Conquet, Lucky et Christèle proposent deux types d’expédition. Celle que nous avons faite, d’environ 3h, à la découverte de la faune, la flore et le patrimoine maritime.

Tarifs : 50 € / adulte ; 35 € / – 12 ans

Ou bien une excursion à la journée qui inclut une pause sur l’archipel de Molène de 4-5h. Le reste de la croisière étant sensiblement la même.

Tarifs : 65 € / adulte ; 40 € / – 12 ans

D’autres excursions sont organisées régulièrement au départ de Saint Guénolé avec escale sur l’île de Sein, ou encore une tournée des phares du sud Finistère.

Renseignements complémentaires sur le site d’Archipel excursions

Inscription au départ du Conquet :
Lucky et Christel Peron
Tél. 06 99 85 47 45
luckyperon@gmail.com

Où loger au Conquet ?

Le relais du vieux port

Cet hôtel simple et chaleureux possède un atout majeur : une splendide vue sur le vieux port. Depuis notre chambre, spacieuse, nous avions une vue directe sur l’aber du Conquet. De quoi se faire plaisir même à domicile. C’est l’option la plus économique de nos propositions (de 57 € la chambre double à 87 € la chambre triple).

Le restaurant est également une bonne adresse.

Renseignements et réservation

Hotel spa la Vinotière

La Vinotière n’a pas la même vue sur le vieux port que le relais du vieux port, mais situé dans une demeure du 16e siècle superbement restaurée, elle possède un charme fou. Situé en plein centre ville, l’hôtel propose un spa dans un lieu on ne peu plus original et charmant : un ancien pigeonnier ! Ne loupez pas ça si vous allez y séjourner.

De 60 € à 190 € pour une chambre double selon le confort (certaines chambres ont un jacuzzi !). De 110 € à 250 € l’espace familial.

Renseignements et réservation

Où loger à la pointe Saint Mathieu – Plougonvelin ?

Hostellerie de la pointe Saint Mathieu

En alternative au Conquet, si vous souhaitez vous faire un gros plaisir, nous vous recommandons de loger à la pointe Saint Mathieu.

Nous avons eu la chance de séjourner à l’hostellerie de la pointe Saint Mathieu, un hôtel spa 4 étoiles situé au coeur de ce site historique.
Cet établissement n’est pas accessible à toutes les bourses, mais le cadre est vraiment exceptionnel, les chambres et le service impeccables. La cerise sur le gâteau : une piscine et un jacuzzi accessibles aux clients de l’hôtel, un spa en supplément, un restaurant gastronomique délicieux et un bistro.

De 145 € la chambre double à 300 € la suite

Renseignements et réservation

Où manger au Conquet ?

Une sortie en mer, ça creuse ! Alors voici quelques bonnes adresses pour vous remettre de vos émotions en douceur.

Crêperie Louise de Bretagne

6 rue Poncelin – Le Conquet

Une crêperie comme on les aime ! Un superbe cadre dans une demeure du 15e siècle, un service rapide, des crêpes savoureuses…

Menu à partir de 15 €

Le relais du vieux port

1 quai du Drellach – Le Conquet

Un restaurant simple et bon, pour des plats bretons traditionnels (poisson, fruits de mer, crèpes…).

Menu à partir de 31 €

La passerelle

18 rue Saint Christophe – Le Conquet

Nous avons dégusté un menu à l’aveugle dans ce superbe restaurant récemment rénové. Un menu raffiné, avec des plats élaborés mêlant tradition et innovation. Le service était très chaleureux.

Menu à partir de 36 € (le soir) ou 15€ (le midi)

Restaurant gastronomique de l’Hostellerie de la pointe Saint Mathieu

Si vous voulez vous faire vraiment plaisir, c’est le restaurant qu’il vous faut. En plus de ses menus très élaborés et succulents, vous n’aurez pas la frustration de ressortir de table en ayant encore faim (ce qui peut arriver dans certains restaurants gastronomiques).

Menus de 30 à 78 €

 

Merci à Finistère tourisme et Iroise Bretagne tourisme pour leur invitation et leur accueil chaleureux. Nous avons élaboré conjointement un programme sur mesure aux petits oignons ! N’hésitez pas à vous rendre sur leur site pour préparer votre séjour.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer