A partir de quand voyage t’on ? Est ce une question de distance ? De dépaysement ? Pour moi le voyage commence à la lisière de l’émerveillement et de l’étonnement. Quand ma mâchoire se décroche et mes yeux s’ouvrent en grands, le pari du voyage est déjà gagné.

Cet été, nous avons fait le choix de découvrir notre région plutôt que d’aller à l’autre bout du monde. Et vous allez voir que nous n’avons pas regretté ce choix, car la Loire Atlantique réserve quelques pépites en terme de paysages.

Pour commencer cette série d’article, voici notre premier coup de cœur, le marais de Goulaine.

marais-goulaine-chemin-vigne
Vue sur le marais depuis la vigne

Notre paysage coup de coeur en Loire Atlantique !

A la recherche d’espaces naturels d’exception et de nouveaux lieux à faire découvrir à nos proches lors de leurs visites, nous sommes tombés un peu au hasard sur le marais de Goulaine. Je ne me souviens plus de ce qui nous a donné envie d’aller y, mais je me rappelle être tombée sous le charme au premier coup d’œil.

Le mignon petit pont de l’Ouen qui traverse le marais donne déjà un très bel aperçu du lieu. Deux étangs longés d’une belle végétation donnent le ton. Ici la nature est simple mais magnifique. Les pêcheurs ont trouvé le spot idéal pour allier loisir et contemplation.

marais de goulaine pêche
Un des étangs du marais de Goulaine, repère des pêcheurs

Le marais de Goulaine, un espace naturel … et humain

Ce marais est une zone humide de plus de 2000 hectares formée à l’époque préhistorique grâce à une dépression. Celle ci a permis la formation de cuvettes qui accueillent des étangs. En hiver un goulot d’étranglement géologique retient les eaux de la Goulaine, formant ainsi une vaste étendue humide. En été, le marais est à l’inverse asséché. Malgré les aménagements du marais (notamment la canalisation de la Goulaine) favorisant les activités agricoles, le marais reste un espace sauvage riche en faune et flore.

Les zones humides sont des repères pour les oiseaux