En octobre dernier, nous avons découvert un peu par hasard la Sicile. Nous n’avions aucune idée de que voir et que faire en Sicile au moment de notre départ. Et sans vouloir vous spoiler (un peu quand même), je peux vous dire que la Sicile a un nombre d’atouts incalculables. Tout d’abord, cette île italienne jouit d’un climat agréable toute l’année. Frileux que nous sommes, c’est un atout très important. Ensuite, que ce soit l’imposant Etna, les volcans actifs des îles éoliennes ou les criques aux eaux turquoises, l’île ne manque pas de pépites naturelles.

Enfin, culture, patrimoine et gastronomie ne sont pas en reste et les amateurs d’architecture et de traditions seront comblés.


Que voir, que faire en Sicile côté nature ?

Si vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne résiste pas à aller crapahuter en pleine nature. Nous sommes irrémédiablement attirés par les doux noms de réserves naturelles, parcs nationaux, curiosités géologiques et autres attributs qualifiant des espaces nature. Ne vous étonnez donc pas que cette catégorie soit un peu plus fournie que les autres (et encore c’est loin d’être exhaustif !)

Réserve naturelle de Vendicari – que voir, que faire ?

Je commence cette sélection par un lieu que j’ai ajouté à ma to-do list pour un prochain voyage en Sicile, la réserve naturelle de Vendicari. Sur ses 14 km de littoral se succèdent des plages magnifiques où l’eau cristalline caresse les rochers, apportant relief et caractère au paysage. La réserve est un paradis pour les amateurs de snorkeling, de birdwatching mais aussi de randonnées. Plusieurs sentiers aménagés sur différentes thématiques permettent de découvrir sous différents angles la réserve.

Accès : la réserve de Vendicari est située à 45 min au sud de Syracuse. Elle est bien desservie par la route Strada provinciale 19. Ensuite au niveau de la réserve vous pouvez bifurquer en fonction du lieu où vous souhaitez vous arrêter. Pour les principales plages (Vendicari, Eloro, Calamosche, Marianelli, San Lorenzo), il y a un accès facilité et des équipements (parking). Il faudra parfois marcher un peu pour rejoindre la plage.
Activités possibles : baignades, birdwatching (il y a plusieurs postes d’observation), snorkeling, randonnées – Il existe trois sentiers de 5km aller environ chacun (bleu-orange et vert) dont le détail se trouve sur le site officiel.
Plus d’informations possibles sur le site de la réserve naturelle de Vendicari

Scala dei turchi – que voir, que faire ?

Durant mes tardives recherches sur la Sicile (nous avons prévu notre voyage quelques jours seulement avant de partir !), j’étais tombée sur des photos de cette plage d’un blanc immaculé surmontée d’une falaise calcaire. J’adore toutes les curiosités géologiques et je suis fascinée par le travail lent de l’érosion. Je m’étais donc mis en tête d’aller voir de mes yeux la scala dei turchi (les escaliers turques). Il s’agit d’une falaise de calcaire qui depuis des millénaires subit le long travail de l’érosion du vent et de l’eau. Cette usure a formé un escalier naturel gigantesque sur une partie de la falaise. Ce lieu reste fragile, alors seul certains endroits sont accessibles à pied. Pour protéger cette merveille, s’il vous plait restez bien sur les délimitations indiquées.

La Scala dei turchi est l’un des lieux les plus populaires de Sicile et ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi. En été, ce lieu doit être bondé, mais durant notre passage (vacances de la Toussaint), la fréquentation restait acceptable. Venez de préférence au lever du jour ou au coucher de soleil pour profiter des belles couleurs de la lumière.

Accès : Cette formation rocheuse se trouve à l’Ouest d’Agrigente dans le sud de la Sicile. En tapant Scala dei turchi sur google maps ou équivalent, vous trouverez facilement.
Tarif : Le site est accessible gratuitement. L’accès jusqu’à la plage où se trouve la falaise se fait par différents chemins qui sont indiqués. Avant de descendre, il faut se garer. Si vous avez de la chance, vous trouverez une place le long de la route principale. Mais attention, le stationnement est interdit malgré les nombreuses voitures garées et la police passe régulièrement… Allez plutôt dans un des nombreux parkings payant (comptez 5€ la journée).

La réserve naturelle Torre Salsa – que voir, que faire ?

Pour dénicher des réserves naturelles moins connues, j’ai ma petite astuce, je regarde en détail les cartes des régions que je vais visiter sur google maps. Je scrute les tâches vertes et les intitulés des différents sites. C’est comme ça que je suis tombée sur la réserve naturelle Torre Salsa. Pour trouver l’entrée, ça a été un petit peu plus complexe, mais je vous donne toutes les infos juste après dans l’encadré.

La réserve naturelle de Torre Salsa se situe sur le littoral sud après Agrigente. Différents chemins permettent de s’y balader et d’observer de près une flore spécifique qui résiste bien à l’aridité et aux assauts du vent. Sur un promontoire, on peut aussi y admirer une vue sublime sur l’immense baie de la réserve et les champs d’olivier en contrebas.

Accès : La réserve se trouve à 35 minutes à l’ouest d’Agrigente. Il y a plusieurs points d’entrée pour la parcourir. Nous nous sommes baladés à partir de l’entrée indiquée sur google maps par « Ingresso riserva wwf onomorto ». Il y a un batiment de WWF qui gère le site et pourra vous donner un dépliant sur la réserve avec les chemins de randonnées possibles. Il y a aussi deux autres entrées mentionnées sur google maps « Ingresso cannicella » et « ingresso eremita ». Pour chacune des entrées, il y a des possibilités de stationnement.
Tarif : Accès gratuit
Plus d’informations sur le site de la réserve (uniquement en italien)

Marais salants de Trapani – que voir, que faire ?

La nature reprend vite ses droits sur les espaces que l’Homme s’est accaparé, pour peu qu’il la laisse tranquille quelques temps. C’est le cas dans les marais salants de Trapani et Marsala. Depuis le XVIe siècle, les siciliens cultivent le sel dans d’immenses marais entre Trapani et Paceco. Les marais salants offrent un panel varié d’écosystèmes et de milieux où l’on observe une flore abondante, singulière et rare ainsi que la présence de nombreux oiseaux dont les magnifiques flamands roses. Si vous le pouvez, allez jusqu’au musée du sel pour le coucher du soleil. Nous n’avons pas visité le musée mais les couleurs dorées de fin de journée sur les marais salants ont largement compensé cette visite.

Accès : les marais salants de Trapani sont vraiment à l’entrée de la ville. Pour connaître les points d’entrée et se balader dans les marais, je vous conseille de télécharger le dépliant en français sur le site de la réserve (voir ci-après). Il comporte une carte détaillée très pratique. Personnellement, après un arrêt au centre des visiteurs sur la route principale, nous avons pris la via garibaldi en direction du musée du sel. Sur le chemin, nous avons fait plusieurs arrêts pour profiter du spectacle des salines. Il est possible aussi de se garer et de les longer à pied à certains endroits.
Horaires : Ouvert toute la journée mais au coucher de soleil c’est encore plus beau !
Tarif : Accès gratuit si visite libre. Sinon des visites guidées sont organisées.
Réserver une excursion dans les marais salants de Trapani

Les îles Egades – que voir, que faire ?

Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de visiter les îles égades au large de Trapani sur la côte Ouest. En revanche, nous en avons entendu beaucoup de bien ! Des petites criques turquoises, des villages typiques et des reliefs curieux vous attendent. Pour avoir un bel aperçu de ces îles, je vous conseille l’excellent article de Mi-Fugue, Mi-raison.

Accès : On rejoint les îles Egades (Levanzo, Favignana, Marettimo) en ferry depuis le port de Trapani.
Réserver un excursion vers les îles Egades

Monte Cofano – que voir, que faire ?

Imaginez un beau littoral découpé où surgit une immense montagne semblant jaillir des tréfonds de la terre, vous êtes à Monte Cofano. Bien moins connu que la réserve de Zingaro dont je vous parle juste après, celle de Monte Cofano n’en reste pas moins sublime. A notre passage, une partie du sentier était fermée au public suite à un éboulement, mais la première partie a suffit à notre bonheur tant le panorama était sublime. On s’est amusé à chercher les lézards, à contempler les reliefs volcaniques et à rester bouche bée devant cet imposant Monte Cofano. Les photos parleront d’elle même.

Accès : l’accès principal de la réserve de Monte Cofano se fait à partir de la plage de Cornino. Au bout de la route, il y a des espaces pour stationner et une petite guérite d’information où une personne pourra vous aiguiller sur les chemins ouverts à la randonnée.
Tarif : accès gratuit.
Randonnées possibles : durant notre venue, une partie du chemin était fermée, mais normalement voici les différentes randonnées possibles :
Tour du monte Cofano, 8km qui font la boucle autour de la montagne, niveau facile
– Ascension du monte Cofano, niveau moyen/difficile, démarrez à Baglio Cofano et empruntez le chemin qui va vers le sommet. Comptez 1h30 pour parvenir jusqu’en haut.

La réserve naturelle de Zingaro – que voir, que faire ?

Non loin de la réserve de Monte Cofano, une autre pépite vous attend : la réserve de Zingaro. Au cours de votre randonnée le long du littoral, vous pourrez admirer les reliefs escarpés, les criques aux eaux turquoises, une végétation unique et la mer à perte de vue. Le décor est magnifique, allez y sans hésiter une seule seconde. Si vous venez de Scopello, faites un petit arrêt à la Tonnara di scopello. Il y a un point de vue (gratuit) magnifique sur cette plage avec l’ancienne usine de thon et ses rochers flottants dans l’eau. Moyennant 7€ vous pourrez accéder à la plage et y passer du temps.

Accès : la réserve a deux entrées, l’une au village de Scopello et l’autre à San Vito lo Capo. Les entrées sont facilement indiquées sur place ou sur les applications GPS. Du côté de Scopello, il y a un grand parking à l’entrée et c’est surement le cas de l’autre côté (mais je ne peux l’affirmer à 100%).
Tarif : 5 € tarif plein, 3€ tarif réduit. Gratuit pour les moins de 10 ans.
Randonnées possibles : à l’entrée, une carte de la réserve vous sera remis. Sinon, vous pouvez également la consulter sur le site de la réserve à la section information. Il y a différents sentiers possibles, mais le plus facile et le plus emprunté est celui de 7 km qui longe la côte et relie les deux entrées. En chemin, vous pourrez descendre vous baigner dans une des différentes criques, visiter des petits musées ou aller dans des grottes. Le sentier n’est pas une boucle, si vous allez jusqu’au bout, il faut revenir sur ses pas et refaire les 7 mêmes kilomètres.
Vous n’avez pas beaucoup de temps, ou pas de véhicule ? Vous pouvez réserver une superbe excursion combinant Zingaro, castellemar del golfo et Scopello

Le Parc naturel des Madonies – que voir, que faire ?

Nous avions prévu d’aller faire un tour dans le parc naturel des Madonies mais il nous a manqué du temps. Situé dans les terres entre Palerme et Cefalu, cet espace naturel nécessite qu’on lui accorde un minimum de 2 jours car ici les montagnes sont reines. Ainsi, tout déplacement prend nécessairement plus de temps et c’est aussi un territoire où l’on vient faire de la randonnée. Si vous comptez y aller lors de votre séjour, je vous conseille de regarder bien en avance comment vous souhaitez l’explorer, car il faut chercher un petit moment sur le net avant de trouver toutes les informations nécessaires. Ce parc naturel est inscrit dans la liste des géoparcs du monde par l’Unesco. Ces formations rocheuses, ces forêts accrochées aux montagnes et ces villages perchés sont ces atouts les plus précieux.

Accès : pour rejoindre le parc naturel des Madonies, vous pouvez partir de Cefalu et vous rendre dans l’un des principaux villages (Caltavulturo, Polizzi generosa, Petralia sottana, Geraci siculo, Castelbuono).
Tarif : gratuit
Randonnées possibles : j’ai trouvé qu’il n’était pas facile de trouver des informations en ligne pour avoir une idée des itinéraires possibles de randonnée. Vous pourrez déjà regarder celle de l’Ascension du Pizzo Carbonara (le plus haut sommet du parc). Vous pouvez aussi consulter le site officiel du parc (lien ci-dessous) que je n’avais pas trouvé initialement. Il y a des exemples de sentiers, les contacts avec des guides et les différentes activités dans le parc.
Plus d’informations possibles sur le site du parc naturel des Madonies

Gorges de l’Alcantara – que voir, que faire ?

Les gorges de l’Alcantara se situent non loin de Taormine. Elles sont réputées par leurs dimensions mais aussi leurs formes spectaculaires. Ses paroies sont recouvertes d’orgues basaltiques, ces formations géologiques à la géométrie parfaite. Nous n’avons pas pu y aller lors de notre voyage, mais si vous voyez quelques photos sur internet, nul doute que vous aurez envie comme moi d’y aller. L’eau y est réputée froide donc cette visite est à privilégier quand il fait chaud.

Accès : Il y a deux accès possibles aux gorges de l’Alcantara. La première aménagée pour les touristes et munie d’un parking et d’un ascenseur pour descendre dans les gorges. Elle se trouve à 5km du village de Gaggi (Gole dell alcantara). A côté de cette entrée officielle payante, il y a un autre sentier que vous pouvez aussi prendre et qui est autorisé. Il faudra juste prendre un escalier et aucun droit d’entrée n’est demandé.
Tarif : gratuit si vous prenez l’entrée « naturelle », payant si vous prenez l’entrée touristique. Les deux sont autorisées. L’entrée naturelle n’est donc pas un moyen de resquiller. En revanche, elle n’est pas aménagée donc demande plus d’efforts.
Pour une version « sans prise de tête », voici quelques options d’excursion organisées, combinées ou non avec l’Etna (si vous n’avez pas beaucoup de temps)

J’aurai pu ajouter dans cette section tout ce qui concerne les volcans, mais il y a tellement à dire que j’ai prévu une rubrique spéciale après celle dédiée aux sites culturels.


Que voir, que faire en Sicile côté culture ?

Taormine

Taormine est une ancienne ville médiévale à la situation géographique exceptionnelle. Perchée à 200 mètres, elle offre des panoramas incomparables sur le littoral de la côte est et l’Etna. Se balader dans ses ruelles étroites permet de saisir tout le charme de Taormine et la richesse de son patrimoine.

Ne manquez pas le monument star de la ville qu’est le théâtre gréco-romain. Ses dimensions sont gigantesques et la reconstitution en 3D proposée permet de saisir sa beauté d’antan. Un bijou d’architecture d’où on peut aussi contempler les environs et l’impressionnant volcan Etna. Taormine est un lieu intéressant pour rayonner autour et découvrir les gorges de l’Alcantara, l’Etna et la côte est.

A faire à Taormine : le théâtre gréco-romain, flâner dans le centre ville piéton, observer le coucher de soleil sur la piazza IX aprile, entrer dans les églises et cathédrale, se prélasser à la réserve naturelle d’Isola bella (en contrebas de Taormine) …
Conseil pratique : en haute saison, n’espérez pas trouver une place de parking à Taormine et allez directement dans l’un des 2 principaux parkings de la ville. Des navettes sont mises en place pour emmener ensuite les visiteurs dans le centre. La circulation à l’intérieur de Taormine est très complexe du fait de la fréquentation et des ruelles étroites.
Pour mieux comprendre la ville et son histoire : rien de tel qu’une visite guidée

Syracuse – que voir, que faire ?

Ville emblématique de Sicile, Syracuse conjugue à merveille un littoral exceptionnel et un patrimoine riche. Imprégnez vous des différentes ambiances dans les ruelles de l’île d’Ortigia, le cœur historique de la ville. Perdez vous dans les dédales et faites le plein de visites culturelles ! Question visite, Syracuse ne manque pas de possibilités entre son château, le temple d’Apollon et la piazza Duomo (et ses magnifiques édifices). Syracuse est aussi un bon point de départ pour explorer différentes réserves naturelles aux alentours.

A faire à Syracuse : Se balader sur l’île d’Ortigia, visiter le château, le temple d’Apollon, la piazza Duomo et ses nombreux édifices (cathédrale, église les différents palazzo, l’hôtel de ville), le parc archéologique de Néapolis …
Conseil pratique : Le stationnement peut être complexe à Syracuse. Privilégiez les parkings payants pour plus de tranquillité.
Plein d’idées d’activités à Syracuse

Catane – que voir, que faire ?

Nous sommes arrivés à Catane et nous avons pu nous y balader le soir. Moins réputé que Palerme et Syracuse, Catane possède tout de même un patrimoine intéressant à découvrir. De plus, elle a un atout majeur, celui d’être au pied de l’Etna. C’est à Catane que l’on peut prendre toute l’ampleur de ce colosse volcanique. Prenez un peu de temps pour vous balader dans le centre historique depuis la piazza del Duomo en passant par la rue des églises (via crociferi) et la via Etnea.

A faire à Catane : Se balader dans le centre ville, visiter la cathédrale Saint Agathe, découvrir le théâtre romain, explorer le château d’Ursino, se promener au parc de Villa Bellini …
A faire autour de Catane : Découvrir le parc national de l’Etna, visiter Taormine, admirer les faraglioni de Aci Trezza…
Pour aller plus loin : visite guidée de Catane version personnalisée (anglais) ou version gourmande (en français)

La vallée des temples – que voir, que faire ?

Créative commons – Andrea Schaffer

Près d’Agrigente, une myriade de vestiges grecs (temples, acropole, nécropole, églises…) forment ce qu’on appelle aujourd’hui la vallée des temples. Ces édifices, dont certains sont en excellent état de conservation témoignent de la grandeur passée d’Agrigente. Le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Admirez 8 sublimes temples dans le parc archéologique et poursuivez par la visite du musée régional d’Agrigente. Ainsi, vous serez calé sur l’histoire et le patrimoine de la région.

Accès à la vallée des temples : deux entrées permettent d’accéder au parc archéologique (l’une au niveau de la porta Quinta et l’autre près du temple de Junon – tempio di Giunone)
Horaires : 8h30 à 20h tous les jours – préférez le début ou fin de journée pour votre visite, il fera beaucoup moins chaud et les lumières seront plus belles.
Tarifs d’entrée : 12€ ticket seul pour la vallée des temples, 15,50€ ticket combiné vallée des temples et musée archéologique d’Agrigente. Gratuit pour les moins de 18 ans, et le premier dimanche du mois (durant la haute saison cela dépend des horaires)
Pour une visite éclairée : voici quelques idées d’excursions guidées et réservation de billets coupe file

Trapani et Erice – que voir, que faire ?

Nous étions venus à Trapani principalement pour ses marais salants qui accueillent une faune et une flore intéressante. Et nous nous sommes laissés charmer par ses ruelles populaires et ses avenues plus apprêtées, le long desquelles on découvre les plus beaux monuments de la ville. Qu’il a été bon de flâner sur la promenade aménagée le long de la mer, d’observer les pêcheurs se chamailler et d’aller grignoter des arancinis et autres spécialités délicieuses. Trapani est aussi un bon point de départ pour aller explorer les îles Egades, la réserve de Monte Cofano, Marsala….


Juste à côté de Trapani, perché sur la montagne, le village d’Erice mérite un après midi de découverte. Ses ruelles médiévales et les nombreux monuments concentrés dans un si petit village en font une balade dans le temps. Et pour ne rien gâcher, le panorama sur toute la baie de Trapani est superbe.

A visiter à Trapani : se balader dans le centre ville (via garibaldi, corso Italia, corso Vittorio Emmanuele) et visiter les différents monuments (églises, cathédrales, musée…), découvrir les marais salants (particulièrement au coucher de soleil), visiter le musée du sel
A visiter à Erice : il y a de nombreux monuments à visiter à Erice (églises, château, tour etc…). Afin de réduire les coûts d’entrée, vous pouvez opter pour un pass global, on vous fournira une carte du village avec tous les points d’intérêts. Hors juillet-aout, couvrez-vous, Erice est en hauteur et son climat est beaucoup plus frais que celui de la côte.
Pour une visite guidée, jetez un coup d’oeil à ces options : Trapani à pied ou en vélo et Erice (en français)

Palerme – que voir, que faire ?

Incontournable pour les uns, insignifiante pour les autres, j’ai tout entendu sur Palerme en faisant des recherches sur le net. Nous n’avons pas pris le temps d’y passer, car nous aimons moins les grandes villes. Mais il s’agit tout de même de la capitale de la Sicile. Si vous êtes plus urbain que nous et que vous aimez l’histoire et la culture, je pense que cette ville mérite quand même qu’on s’y attarde.

Pour vous en convaincre, voici l’article truffé d’humour de Mi-fugue Mi-raison sur la ville de Palerme

Cefalu – que voir, que faire ?

A 1h à l’est de Palerme se situe la très belle ville de Cefalu. Elle est reconnaissable entre mille grâce à sa toile de fond constituée d’un imposant plateau rocheux. Les maisons typiques aux façades claires s’entremêlent les unes aux autres. C’est un délice de se perdre dans le dédale de Cefalu et de goûter aux nombreuses tentations gourmandes que les échoppes proposent.

Les plus sportifs grimperont en haut du rocher et seront récompensés par une vue imprenable sur Cefalu et sa baie. Tandis ce que les autres se prélasseront sur la plage où l’eau est limpide et le climat propice à faire trempette (et ce même au mois d’octobre !).

A visiter à Cefalu : flâner dans les ruelles et observer le quotidien des habitants, pousser les portes de la cathédrale de Cefalu inscrite au patrimoine de l’Unesco et contempler ses mosaïques byzantines, grimper sur le rocher de Cefalu et découvrez les différents vestiges du passé, rejoignez le front de mer et la plage par la porte pescara (allez au bout du front de mer pour une vue superbe du rocher de Cefalu), visitez le musée Mandralisca….
Envie de vous initier à la cuisine sicilienne ? Ceafalu est réputé pour sa gastronomie et ses cours de cuisine !
Quoi faire aux alentours de Cefalu ? Cefalu est un point de départ idéal pour découvrir le parc naturel des Madonies


Que voir, que faire en Sicile côté volcans ?

L’activité volcanique de la Sicile en fait une île vraiment à part et c’est pour cette raison que j’ai voulu dédier une section spéciale sur le sujet

Le parc national de l’Etna

Si vous arrivez à Catane, il vous sera impossible de ne pas le voir, il se dresse à plus de 3000 mètres, majestueux, dans la campagne sicilienne. Il cumule les superlatifs puisque c’est le plus grand volcan d’Europe et l’un des plus actif du monde dixit wikipedia ! L’Etna prend ses aises sur près de 350 km2 et il y a de multiples manières de le découvrir. Il est possible d’en faire le tour en voitures en allant de villages en villages, de randonner sur ses flancs et même de monter presque à son sommet. Selon les saisons, les paysages changent mais demeurent sublimes.
Pour que vous puissiez organiser votre découverte de cette merveille naturelle, nous vous avons concocté un article spécial super détaillé !

Consulter notre guide pratique « comment découvrir le parc national de l’Etna » pour tout savoir en détail
Ou réservez directement votre excursion sur ses flancs (en français)

L’île de Vulcano

Pour poursuivre vos expériences volcaniques, il faudra ensuite rejoindre les îles éoliennes au nord est de la Sicile. Facilement accessible en ferry, l’île de Vulcano en fait partie. Dès que vous l’approcherez en bateau, vous pourrez constater qu’elle porte bien son nom. Du grand cratère, vous verrez même les fumerolles qui s’échappent en continue.

L’île est très populaire car le grand cratère est accessible après une randonnée facile d’une 1h. En haut, vous aurez non seulement un panorama incroyable sur l’île de Vulcano et de Lipari (à côté) mais aussi sur le cratère et ses fumerolles. Le spectacle est saisissant. Attention, à ne pas trop rester près des fumerolles car les fumées sont toxiques. Vous pourrez aussi faire le tour du cratère avant de redescendre. Cette activité volcanique peut également être observée tout près de l’embarcadère du ferry, où il est possible de prendre un bain de boue volcanique et de se baigner dans la mer chaude.

Accès : L’île est accessible en ferry depuis Milazzo (environ 40 minutes) ou Lipari (30 minutes). Une fois sur l’île de vulcano, vous pouvez accéder au cratère et aux bains de boue à pied. Pour explorer le reste de l’île, il faudra prendre un taxi.
Activités possibles : ascension au grand cratère pour voir les fumerolles (gratuit), tester le bain de boue (3€ par personne de mémoire)
Vous souhaitez visiter Vulcano autrement ? Explorez les entrailles du volcan en Kayak !

L’île de Stromboli

L’île de Stromboli restera pour nous un souvenir exceptionnel et pour cause, nous avons pu observer une éruption volcanique en bateau depuis la mer ! Le stromboli est en effet très actif. En fonction de son activité, il est plus ou moins possible de s’en approcher par le sentier aménagé pour cela. Au delà de cette approche du volcan, l’île de Stromboli est charmante pour se balader au travers des ruelles avec des maisons d’un blanc immaculé qui débouchent parfois sur des plages au sable noir.

Depuis Stromboli ou Lipari, des prestataires proposent des balades en bateau pour découvrir le versant du volcan où l’on perçoit nettement les traces des coulées de lave : sciara del fuoco. Quand la nuit tombe, on peut voir parfaitement les éruptions et la lave jaillir du cratère.

Accès : l’île est accessible en ferry depuis Milazzo ou Lipari. Vous pouvez aussi prendre une excursion organisée pour voir les éruptions depuis un bateau. Ces excursions partent de Milazzo, Lipari ou Stromboli même. Une fois sur l’île de Stromboli, vous pouvez explorer l’île à pied. Il y a aussi des petits piaggios taxis qui attendent les visiteurs à l’embarcadère pour déposer les visiteurs à l’hôtel ou les déplacer sur l’île
Activités possibles : Ascension au sommet du stromboli avec un guide (obligatoire), en fonction de l’activité du volcan les ascensions peuvent être interdites jusqu’au sommet, excursion en bateau pour voir les éruptions, se balader dans les villages de stromboli, contempler les plages de sable noir…
Conseil : Si vous le pouvez, prenez le temps de passer une nuit sur place pour avoir le temps d’explorer l’île, randonnez jusqu’au stromboli et faites une excursion en bateau. Réservez votre hôtel à l’avance.
En haute saison, il est également conseillé de réserver votre excursion au Stromboli en avance, que ce soit l’ascension ou la croisière nocturne. Vous trouverez pas mal d’options sur ce site, au même prix que sur place.

Lisez le récit de notre voyage volcanique dans les îles éoliennes


Que voir, que faire en Sicile côté gastronomie ?

Impossible d’aller en Sicile sans avoir l’eau à la bouche à chaque coin de rue. Les délicieuses spécialités locales ne manquent pas et s’étalent sous nos yeux en permanence, que ce soit dans les pâtisseries, les nombreux restaurants ou sur les étals des marchés. Dans chaque ville où vous irez, prenez l’habitude d’aller justement dans les marchés locaux pour humer les senteurs des olives, des artichauts marinés, de la charcuterie et du poisson frais. Ce sont des lieux idéaux pour faire quelques emplettes et préparer des pique-niques dignes de ce nom. Goutez aussi aux nombreux pestos maison, il y en a une variété infini (aux câpres, aux artichauts, à la pistache…). Ils viendront accommoder avec merveille des tartines grillées pour l’apéro ou un copieux plat de pâtes.

Onofrio Scaduto – licence CC BY-SA 3.0

Pour la street food, c’est du côté des boulangeries que vous pourrez trouver de quoi grignoter. On y retrouve les grands classiques comme des parts de pizza, mais aussi des mets plus locaux comme les arancinis. Les arancinis ce sont des boulettes de riz frit agrémentées de différentes préparations (sauce tomate à la viande hachée, mozzarella-jambon, thon et câpres…). Cela ne coûte pas grand chose, c’est délicieux et super roboratif. Goutez-y, vous m’en direz des nouvelles.

Pour le dessert, craquez pour un cannoli, une pâtisserie gourmande à base de pâte frite remplie de ricotta sucrée, de fruits confits et saupoudrée de chocolat. A moins que vous ne vous laissiez tenter par des gourmandises en pâte d’amande.

Au restaurant, privilégiez les plats locaux comme les pâtes à la norma (sauce tomate, aubergine et ricotta fumée) ou à la sardine, le couscous de poisson ou la caponata. Ce sont des saveurs typiquement sicilienne.

Enfin, si vous voyagez avec des enfants, sachez que la tentation de manger des glaces sera grande car les gelateria (boutique de glaces) sont nombreuses. Un petit conseil ! Ne résistez pas, elles sont délicieuses, peu chères et une boule suffit tellement elles sont généralement servies.

Si l’estomac vous en dit, profitez de votre séjour en Sicile pour suivre un cours de cuisine ! Il y en a dans toutes les villes et ils sont très réputés.

J’espère que cette très longue liste de lieux et d’expériences à vivre vous donnera des idées pour votre prochain voyage en Sicile, savoir que voir et que faire. Pour construire votre itinéraire ou démarrer le voyage avant l’heure, n’hésitez pas à aller lire notre article dédié et nos carnets de voyage sur la destination.

Épingle moi sur Pinterest !

Guide pratique : organiser son voyage en Sicile – incontournables et coups de coeur

Comment se rendre en Sicile ?

La Sicile est accessible en avion. On peut arriver à Palerme, Catane ou Trapani. Si vous prévoyez de faire le tour de la Sicile, peu importe votre aéroport d’arrivée. En revanche, si vous privilégiez une région en particulier, essayez d’arriver à l’aéroport le plus proche. Depuis la France, le vol dure environ 2h30. La Sicile est aussi accessible en train et ferry si vous arrivez depuis l’Italie à Naples. Des bateaux (toutes les 20 minutes) font la liaison avec la Sicile et vous permettent d’amener votre véhicule. Il existe aussi des ferrys qui relient Palerme à Gênes, Cagliari et Livourne.

Comparer les prix des billets d’avion vers la Sicile

A quelle saison visiter la Sicile ?

Les meilleurs saisons pour visiter la Sicile sont les intersaisons entre avril-juin et octobre-mi novembre. Le climat est agréable et vous éviterez la foule. L’été il fait vraiment très chaud et c’est aussi la saison la plus touristique.

Comment se déplacer en Sicile ?

Se déplacer en voiture en Sicile

Il est très facile de sillonner le pays en voiture. Des routes de bonne qualité permettent de faire le tour de l’île. Les liaisons pour relier les côtes opposées en passant par le centre sont moins nombreuses et le relief montagneux nécessite plus de temps de déplacement. Attention, la Sicile reste une île de taille importante. Pour en faire le tour complet, il faut tout de même avoir un peu de temps devant soi.
Côté conduite, disons que la signalisation est peu voir pas du tout respectée (stop, limitation de vitesse, interdiction de stationner…), restez donc vigilant.

Si vous louez une voiture, nous vous conseillons d’inclure une assurance zéro franchise, ce n’est vraiment pas cher lorsqu’on passe par le comparateur carigami. Nous en avons eu pour 15 €/J avec une couverture complète pour une voiture de moyenne gamme.

Se déplacer en bus en Sicile

Il existe plusieurs lignes de bus qui desservent en partie l’île. Vous pouvez consulter les horaires sur le site des principales compagnies de bus (Interbus, SAIS Autolines, SAIS Trasporti, AST). Renseignez vous aussi sur place pour les lignes secondaires. Il est tout à fait possible de visiter une grande partie de l’île avec les transports en communs, tout est une question de temps.

Se déplacer en train en Sicile

Il n’est pas possible de réaliser l’intégralité du tour de l’île en train, il faudra parfois conjuguer avec des parties en bus. Vous pouvez consulter la carte des trains en Sicile sur ce site.
Pour plus d’informations sur le train en Sicile, je vous conseille cet article qui semble très complet.

Doit-on réserver à l’avance nos hébergements et activités en Sicile ?

La Sicile est une destination très populaire particulièrement l’été. En haute saison, je vous conseille de réserver vos hébergements à l’avance surtout si vous comptez logez dans des stations balnéaires courus ou lieux très touristiques. Idem pour les transports en ferry et billets d’entrée pour les visites très prisées.

Prêt à organiser votre voyage en Sicile ?

Retrouver nos 7 itinéraires pour organiser votre séjour

et tous nos carnets de voyage en Italie

Cet article contient des liens affiliés. Si vous passez par ces liens pour réserver vos activités, voiture de location ou séjour, vous ne payerez pas plus cher et vous soutiendrez en même temps notre travail grâce à la commission que nous toucherons. Merci !

Soyez sympas, ne gardez pas tout pour vous ! Partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !


En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.