Je me suis installée à Grenoble durant l’été 2021 avec la farouche envie de croquer la montagne à toutes les saisons. Mais je suis aussi soucieuse de le faire de manière responsable. Alors je me suis posée la question suivante : existe t’il des stations de ski écoresponsables ? ou des moyens pour limiter mon empreinte lors d’un séjour à la montagne en hiver. C’est ce que je vais chercher à savoir dans cet épisode de podcast. Vous pouvez consulter ce contenu sous format audio grâce au lecteur ci-dessous ou en lisant cet article.

Les enjeux écologiques d’un séjour à la montagne en hiver

Dans cet épisode je me suis donc questionnée dans un premier temps sur les enjeux écologiques d’un séjour à la montagne.

Pour y répondre, j’ai partagé le micro avec plusieurs invités. Le premier est Guillaume Cromer directeur d’ID tourisme, un cabinet de conseil sur le développement touristique durable. Il travaille notamment auprès de collectivités et d’office de tourisme. Il fait aussi partie d’un think tank qui s’ appelle 2TM (Transition Territoires Montagne). Il a aussi été longtemps président d’ATD, Acteurs du Tourisme Durable. Bref, vous l’aurez compris c’est une personne engagée et passionnée sur le sujet.

Découvrir ID tourisme

montagnes orcières merlette 1850

Un enjeu qui pèse majoritairement sur les émissions de carbone

On ne le penserait pas forcément au premier abord mais 80% des émissions carbone d’une station de ski proviennent du transport des voyageurs qui s’y rendent soit car ils utilisent la voiture soit car ce sont des voyageurs étrangers qui empruntent l’avion.

En tant que voyageur soucieux de son empreinte, la première action à mettre en place est donc de favoriser des modalités de transports moins gourmandes en carbone. Voici quelques pistes :

  • Privilégier les transports en commun pour accéder à la station (train, car ou train + car)
  • Quand la station n’est accessible qu’en voiture, favoriser le covoiturage
  • Si vous êtes courageux et à proximité, le top c’est d’y aller en vélo (mais bon on est d’accord que ce n’est pas le plus simple)

Même s’il n’est pas aisé de s’y retrouver dans les itinéraires ou horaires des trains et des cars, en fouillant bien on trouve de nombreuses stations accessibles en transports en commun. Selon les saisons, des navettes peuvent être mise en place par les stations pour limiter le nombre de voitures. Je vous donne plein d’exemples à la fin de cet article.

Certaines stations encouragent aussi l’arrivée des voyageurs en mobilité douce. C’est le cas d’Arêches-Beaufort qui offre des tarifs préférentiels pour ceux qui viennent en covoiturage. Plus on est nombreux dans la voiture, plus le tarif baisse. Plusieurs stations du groupe Labelle montagne (Orcières Merlette, Praz sur Arly, Risoul…) favorise aussi ce covoiturage en proposant des réductions.

La question des hébergements et du chauffage

Après les transports, la question de l’hébergement et du chauffage arrive en deuxième position. En tant que voyageurs responsables, il faudrait donc essayer de trouver des hébergements écoresponsables à la montagne mais ce n’est pas toujours facile.

Pour vous aider, je vous suggère d’écouter mon épisode spécifique sur les hébergements durables et les différentes plateformes qui permettent de les trouver plus facilement.

Certaines stations ont aussi mis en place des systèmes d’énergie plus durables. C’est le cas d’Avoriaz qui a une chaufferie centralisée bois/électricité. A la Plagne, la chaufferie utilise de la biomasse.

alpesdhuez 9969 - Les globe blogueurs - blog voyage nature

Comment trouver un hébergement durable plus facilement ?

Quel poids des aménagements des domaines skiables ?

Contrairement à ce que j’aurai pu penser la question des aménagements spécifiques des stations à savoir les remontées, les canons à neige n’arrive seulement en troisième position dans les enjeux écologiques. D’un point de vue carbone, ce ne sont pas elles qui posent le plus problème. Cependant, cela ne signifie par pour autant qu’il n’y a pas d’autres enjeux derrière comme le partage de l’eau, le recours à l’électricité issue du nucléaire, l’impact visuel ou le dérangement de la faune.

Pour approfondir le sujet sur les enjeux écologiques, Guillaume Cromer nous invite à aller écouter l’épisode du podcast « la Greenletter » sur la thématique « Pourra t’on toujours skier en 2100 ? » où Loïc Giaccone, spécialiste sur les enjeux liés à la montagne et la transition climatique, nous livre son analyse.

Ensuite, même si ces installations ne consomment pas tant,elles conditionnent aussi notre manière d’appréhender et de vivre la montagne. Encore récemment, la montagne, l’hiver, ne rimait qu’avec une seule activité : le ski. Quand on doit rentabiliser des investissements aussi important que ceux des remontées mécaniques, on peut comprendre que le développement ne se fasse que via ce prisme.

ski à orcières merlette 1850

Mais avec le réchauffement climatique, les changements d’habitude de voyage (lié à la crise du coronavirus) et bien d’autres facteurs, le ski pourrait perdre une place importante indépendamment de ceux qui le font vivre aujourd’hui.

Des stations n’ont pas attendus ce déclin du ski pour démarrer dès aujourd’hui une diversification de leurs activités. Comme le rappelle Guillaume Cromer, même si l’industrie du ski est plus lucrative que d’autres activités, il faut bien regarder à qui cela profite financièrement. En analysant de plus près, une collectivité a autant de retombées ou des retombées similaires sur les différentes saisons. On ne peut pas dire autant des régies de domaines skiables.

La diversification engendre donc de multiples débats au sein des acteurs de la montagne car selon les modèles choisis, les gagnants ne sont pas les mêmes. J’espère qu’elle pourra répondre aux enjeux des stations et permettre aux personnes qui vivent à la montagne de pouvoir y rester.

parapente orcières merlette 1850

Découvrir + de 30 activités à tester à la montagne en hiver

Certaines stations, conscientes du réchauffement climatique, ont déjà amorcé une transition et fait le deuil du ski comme nous l’explique Guillaume Cromer. Ainsi, la station de Métabief dans le Doubs a décidé de ne plus investir dans le ski pour réfléchir à d’autres activités qui feront vivre durablement la station que ce soit sur le volet touristique ou dans d’autres domaines.

Des labels ou certifications pour trouver des stations de ski engagées

Une fois que l’on connait les principaux enjeux écologiques d’un séjour à la montagne, nous sommes déjà en capacité de faire des choix plus éclairés.

On peut poursuivre en choisissant spécifiquement des stations de ski engagées. Différents labels ou certification ont vu le jour pour valoriser et distinguer les stations qui font des efforts pour un développement plus durable. Cela n’est pas la panacée mais peut aider à choisir une station plutôt qu’une autre. Parmi ces distinctions il y a notamment :

Le label flocon vert

Crée par Mountain Riders, ce label regarde 20 critères de développement durable (aménagement raisonné, tri des déchets, implication des habitants, développement mobilité douce …)

En 2021, 12 stations ont reçu le label Flocon vert en France

  • Morzine avoriaz
  • Chamrousse 1700
  • Les arcs paradiski
  • Megève
  • Valberg
  • La pierre saint martin
  • Station des rousses (jura)
  • Vallée de Chamonix Mont blanc
  • Châtel portes du soleil
  • Le grand bornand
  • Les arcs
  • Val cenis
  • Les angles

De plus en plus de stations tentent d’obtenir ce label ce qui est plutôt encourageant pour l’avenir.

Découvrir en détail la démarche du label Flocon vert

oisans 9134 - Les globe blogueurs - blog voyage nature

La certification Green globe

Green Globe est une certification mise en place par une ONG Australienne. C’est un label international qui récompense les activités et les acteurs touristiques durables (dont des stations de ski). Elle s’appuie sur un référentiel détaillé.

Parmi les stations ayant obtenu cette certification, on peut citer Tignes, Le Grand massif, Les Carroz.

Les trophées Cimes durables

L’ANMSM (Association Nationale des Maires de Stations de Montagne) a mis en place une dynamique pour optimiser les efforts des stations en faveur du développement durable. Une charte de 24 engagements accompagne cette démarche. Chaque année, les stations aux projets les plus innovants sont récompensés lors des trophées des Cimes durables.

En 2020, trois stations ont été récompensées :

  • Saint François Longchamps pour son projet de valorisation d’agriculture paysanne sur le territoire
  • Valberg pour son initiative de médiation entre pastoralisme et activités des pleine nature
  • Font Romeu pour son musée sans murs qui fait de la montagne un espace culturel à part entière

Découvrir la démarche de Cimes durables et les différents projets

Les 16 écoengagements de domaines skiables de France

Domaines skiables de France vise aussi la neutralité carbone à horizon 2037. Pour cela, 16 écoengagements guident les actions à venir. On retrouve des initiatives pour réduire l’utilisation d’énergie pour faire fonctionner les remontées mécaniques, l’usage d’énergie décarbonnée, des mesures pour réduire l’utilisation d’eau et mieux gérer son partage entre les différents usages notamment avec les agriculteurs.

Ce sont des mesures à encourager même s’il est nécessaire d’avoir une approche globale à l’échelle du territoire sur ces questions comme le souligne Guillaume Cromer. En effet, s’il ont fait des économies d’énergie sur ces aménagements mais que les touristes continuent de venir de l’autre bout du monde, cela n’a pas le même sens.

Découvrir les 16 écoengagements de domaines skiables de France

orcières 53992 scaled - Les globe blogueurs - blog voyage nature

Au delà des labels, quel type de stations de ski privilégier ?

Pour cette partie, je suis allée demander quelques recommandations à Alexandra alias Itinera Magica. Blogueuse voyage, elle est surtout une amoureuse de la montagne sous toutes ces facettes. Elle a même écris un ouvrage « les Alpes on les aime pour… » dédié à cette région qu’elle aime tant.

Elle nous rappelle que la montagne c’est aussi un patrimoine riche à découvrir. Que ce soit des villages à l’architecture spécifique ou les édifices religieux baroques, il y a de nombreuses pépites à explorer. Mon premier conseil au delà des labels, serait donc de privilégier les petites stations villages qui ont su garder une authenticité et un patrimoine à visiter. C’est aussi une autre manière de vivre la montagne.

Les stations villages

Alexandra nous conseille notamment le village de Pralognan la Vanoise qui est nichée dans un écrin montagneux superbe. Toujours en Vanoise, Alexandra nous recommande aussi toute la région de Val Cenis, Bonneval sur Arc, Lanslebourg, Saint Martin de Belleville qui possède un joli patrimoine baroque.

Il y en a bien entendu plein d’autres, je vous laisse les débusquer.

Les stations accessibles en transports en commun

Nous l’avons vu au début de cet article, le transport est majoritairement responsable du bilan carbone d’une station. Privilégier des stations accessibles en transports en commun est donc un bon moyen de voyager de manière plus responsable.

Dans cet article de la SNCF vous trouverez 10 exemples de stations accessibles en train. Pour certaines la gare est vraiment proche, pour d’autres il faudra prendre une navette mise en place par la station ou un bus.

Depuis la gare de Grenoble, il y a énormément de stations accessibles grâce au réseau de bus Trans’isère. Il existe même une offre qui s’appelle Skiligne et qui permet de combiner un aller retour en bus et le forfait à la journée pour 6 stations autour de Grenoble (Les deux Alpes, L’Alpe d’Huez, L’Alpe du Grand Serre, Chamrousse, Les 7 Laux et Villard de Lans). Au delà de cette offre, d’autres stations sont accessibles facilement comme Lans en Vercors, Autrans mais également le Col de Porte.

Dans les Hautes Alpes nous avons pu tester l’accessibilité d’Orcières Merlette. En arrivant à Gap en train on peut facilement prendre un bus jusqu’à la station et ce en toute saison ! Dans le même département, la station de Vars-Risoul est aussi accessible tout comme Serre Chevalier et Montgenèvre.

En Auvergne, on peut même chausser les skis dès la sortie du train et accéder à la station du Lioran. Insolite non ?

Pour vérifier l’accessibilité d’une station qui vous intéresse, rendez vous sur leur site internet à la rubrique « Comment venir ? ».

alpesdhuez 9912 - Les globe blogueurs - blog voyage nature

Des stations solidaires

Nous avons peuparler de l’aspect humain et de l’implication des habitants dans le développement des stations. Or, quand on pense durabilité, il est nécessaire de prendre en compte cette dimension. Cela tombe bien car Alexandra nous parle de plusieurs initiatives de stations qui sont désormais gérées par les habitants eux mêmes ou animées par des bénévoles :

Alexandra nous présente cette station qui est la seule à être auto gérée en Europe. Suite à l’abandon de la société de gestion des remontées mécaniques, les habitants ont décidé d’investir leurs économies pour reprendre la station. Depuis, ils ont développé une diversité d’activités pour faire vivre Montclar en toute saison. Comme ce sont les habitants qui sont aux manettes, Montclar est pensé autant comme un lieu de vie que comme un lieu de loisir. Cela lui confère une atmosphère et un charme tout particulier. La station est labellisée tourisme solidaire.

Découvrir le récit et l’expérience d’Alexandra à Montclar

  • Le Grand Puy – Alpes de Haute Provence

Non loin de Montclar, toujours dans la vallée de la blanche, la petite station du Grand Puy propose via son association de commerçants de nombreuses activités gratuites. Est ce que ça vous tenterait un speed dating dans un télésiège ? Cette dynamique par les habitants et commerçants est pensé pour maintenir les emplois et la vie de la station sur la durée.

Du côté de la Chartreuse à Saint Hugues les égaux, 15 bénévoles se battent pour soutenir l’activité de la station. Ici, on privilégie le ski de fond et les autres activités notamment pour les jeunes enfants. Une démarche à échelle humaine qui mise beaucoup sur la fidélisation de la clientèle et un esprit de convivialité.

AHP 8847 - Les globe blogueurs - blog voyage nature

J’espère que ces labels, critères et réflexions vous aiderons à mieux choisir votre prochaine station de sports d’hiver parmi les 300 qui existent en France.

Pour avoir un aperçu global de ces stations et pouvoir les découvrir selon d’autres critères (massif, type d’activités, label…) je vous invite à aller regarder le moteur de recherche de France Montagnes. Malheureusement, il n’intègre pas de critères d’ordre écologique mais en cliquant sur le descriptif de la station vous pourrez accéder à son site internet et analyser si elle a une démarche responsable qui vous intéresse.

podcast les coulisses du voyage
Cliquez sur l’image pour vous abonner au podcast

N’hésitez pas à me soumettre des sujets et me faire des retours en commentaires de cet article qui reprend les notes de l’épisode.
Et si le cœur vous en dit, mettez moi plein d’étoiles sur votre appli de podcast préférée pour faire connaitre « les coulisses du voyage » !

Comment avez vous trouvé cet article ?

Vote moyen 0 / 5. Nombre de votes : 0

Soyez le premier à évaluer cet article

Ravis que cet article vous ai plu !

N'hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour garder le lien :)

Nous sommes désolés que cet article ne vous ai pas plu...

Aidez-nous à l'améliorer !

Dites nous ce qui ne va pas, votre retour nous aiderai énormément

Soyez sympas, ne gardez pas tout pour vous ! Partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !


    [honeypot email-756 move-inline-css:true]

    En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.