Récemment, je me suis rendue compte, qu’inconsciemment, je suivais les cours d’eau lors de mes voyages. Sans y prêter attention, ces fleuves et rivières traçaient naturellement quelques uns de mes itinéraires de voyages, que ce soit chez moi en Loire Atlantique mais aussi à l’autre bout du monde.
Pour ce deuxième voyage dans la Somme en vélo, j’ai eu envie d’aller voir au delà de la baie de Somme, de remonter à son origine pour mieux connaître le fleuve qui y termine sa course. Car derrière l’apparence tranquille d’une rivière se cachent assurément beaucoup d’histoires et d’interactions avec l’Homme. Je vous emmène donc pour un circuit de la Baie de Somme à Amiens en passant par la Véloroute en une semaine.

Récemment, les derniers tronçons de la véloroute longeant la Somme ont vu le jour, l’occasion était trop belle pour ne pas y succomber. C’est donc muni de mon fidèle destrier électrique que j’ai suivi la Somme depuis Noyelles (dans la baie de Somme) jusqu’à Amiens et même au-delà. J’ai mixé mes expériences des 2 voyages dans le département pour vous concocter un itinéraire en vélo en baie de Somme d’une semaine ou plus (mais libre à vous de ne faire qu’un tronçon à la journée ou le temps d’un week-end !). En bas de l’article, vous retrouverez également toutes les informations pratiques (location de vélo, cartes vers les itinéraires, hébergements…).

Le train m’amène à Noyelles sur mer où je récupère mon vélo pour la semaine. J’ai choisi un vélo électrique pour plusieurs raisons. La première c’est que je ne suis pas sportive pour un sou (je le confesse) et la seconde car je vais faire des arrêts fréquents (pour les visites et les photos). J’ai donc envie de pouvoir tracer un peu plus vite afin de ne pas tripler les temps de trajet.

J1 : Découverte de la baie de Somme en vélo, du Parc du Marquenterre aux dunes de Fort Mahon

J’ai eu la chance de découvrir la baie de Somme côté mer l’année dernière, nous avions écris à ce sujet deux articles, le premier sur l’observation des phoques et le second sur des idées d’activités nature à expérimenter. Cette fois-ci je vais aussi explorer la baie de Somme en vélo et côté terre, grâce aux 9 boucles et pistes cyclables mises en place.

Pour ce premier jour, je vais me concentrer sur la partie nord de la baie, entre Le Crotoy et Fort Mahon. J’ai associé différentes boucles car elles ont l’avantage de communiquer entre elles, ce qui permet de personnaliser son parcours. Je démarre par la boucle de l’avocette qui serpente dans des champs voilés par la brume matinale.

Extrait de la carte de 9 boucles à vélo de la baie de Somme. Crédit : www.baiecyclette.com

L’air est empli des chants d’oiseaux. Ça piaille dans tous les sens, et pourtant il est quasiment impossible de les voir. Ils me narguent. Je respire l’air à plein poumon. Mon luxe est de profiter d’un moment de calme et de solitude. Ces paysages simples, tracés par l’homme, répondent parfaitement à mes envies de simplicité. J’aime aussi ce sentiment d’être comme chez moi. Je reconnais certains lieux, certaines atmosphères découvertes l’an dernier.

La boucle de l’avocette passe par le parc du Marquenterre que je vous invite à visiter. Haut lieu de l’ornithologie, c’est un lieu passionnant pour découvrir facilement une folle diversité d’oiseaux.

Cigognes, spatules, cygnes, coucou, grèbes et bien d’autres jalonnent les sentiers de découvertes et se dévoilent au travers de différents postes d’observation. Leurs petites lucarnes sont des fenêtres vers le monde fascinant des oiseaux. La visite nécessite bien quelques heures qui se clôture parfaitement en allant déjeuner à la brasserie du Marquenterre. Elle propose une cuisine excellente concoctée à partir de produits locaux.

Ensuite, j’ai rejoins le circuit en vélo du Tadorne pour filer du côté du littoral et les immenses plages de Fort Mahon. Un peu avant Quend, on doit quitter cette boucle pour rejoindre la piste cyclable qui mène aux plages, mais ne vous inquiétez pas, avec la carte des boucles et en prêtant attention à la signalisation, on s’en sort très bien.

A Fort Mahon, comme la première fois, j’ai le souffle coupé en admirant le panorama infini. J’ai posé mon vélo pour aller me balader dans les magnifiques dunes. Dans leurs creux, c’est comme si je me télétransportai dans un tout autre monde. Je laisse s’envoler le temps aussi légèrement que le sable blond. Ivre de tant de beauté, je reprend la piste cyclable pour rejoindre mon hébergement.

Informations pratiques / Nord de la baie de Somme en vélo

Où dormir pour réaliser ces circuits vélo en baie de Somme ?

Pour explorer la partie nord de la baie de somme à vélo je vous conseille de loger à Rue ou au Crotoy. De mon côté, j’ai logé à Rue dans la villa du Marquenterre.

Où manger à Fort Mahon, Le Crotoy et le Marquenterre ?

Le homard gourmand est un excellent restaurant à Fort Mahon. J’ai testé sa partie brasserie et gastronomique. Si vous avez le budget, je vous recommande la seconde option, un vrai régal.

La tablée du Marquenterre est située dans la réserve ornithologique du Marquenterre. Produits locaux, plats de qualité et prix raisonnables. N’hésitez pas, c’est délicieux.

Au Crotoy, on m’avait recommandé le Carré Gourmand, mais malheureusement il étaient complet. J’ai donc mangé aux Canotiers, c’était bien. Pensez à réserver car les restaurants sont pris d’assauts.

Que visiter au nord de la Baie de Somme ?

Visite de la réserve Ornithologique du Marquenterre :
Tarifs : 10,50€ pour les adultes; 7,90€ pour les 6-16 ans; gratuit pour les moins de 6 ans. Il y a des tarifs spécifiques pour les familles. Location de jumelles : 4 €.
Activités proposées : visites libres ou guidées, balade en calèche, écoute des chants d’oiseaux, atelier photo
Mon astuce : pensez à télécharger le carnet de découvertes pour découvrir les différentes espèces d’oiseaux à observer en fonction de la saison et apprendre à les reconnaître.
Informations pratiques (horaires, activités …) : réserve du Marquenterre

Balade dans les Dunes de Fort Mahon :
Accès : Impossible à louper,la balade démarre au bout de l’avenue principal de fort Mahon sur la droite derrière la plage. Tarif : gratuit
Mes conseils : Allez y au lever ou coucher de soleil, c’est encore plus beau. Et restez bien sur les sentiers pour ne pas abimer la dune.
Activités : à Fort Mahon vous pouvez aussi tester le char à voile.
Plus d’informations : site internet de Fort Mahon tourisme

Découvrir le patrimoine de Rue
Légèrement en retrait de la baie, on a du mal à imaginer qu’auparavant la mer venait jusqu’ici. Cette ville possède une très jolie ambiance et patrimoine.
A visiter : Les trois monuments phare de la ville (chapelle du Saint Esprit, celle des Hospices et son beffroi inscrit au patrimoine mondial de L’UNESCO)
Tarifs visites guidées : pour les 3 monuments, comptez 1h30 pour 6€ ou 30 min et 3 € pour la visite seule du beffroi (où la vue est imprenable).
Plus d’informations : bureau touristique de Rue

J2 : Découverte de la baie de Somme à vélo – Du Crotoy à Cayeux sur mer

Après avoir sillonné le nord, je vous conseille de consacrer une journée de vélo à la partie centrale de la baie de Somme et ses villages au charme fou. Là encore, vous pourrez combiner plusieurs boucles, ainsi que la piste cyclable du littoral pour faire votre propre chemin en fonction de votre point de départ.

Au départ de Rue, j’emprunte une partie de la boucle de l’avocette jusqu’au Crotoy. En route, je longe une étendue d’eau à La Bassée qui retient immédiatement mon attention. De nombreux cygnes s’y reposent sous le regard de vaches rousses écossaises, les highland cattle, qui sont là pour entretenir le site. Malgré le temps pluvieux, je passe un long moment à les regarder.

Seule la faim me dicte de reprendre la route jusqu’au Crotoy. La météo ne me permet pas d’apprécier tout le charme du Crotoy. Mais je me rappelle du très beau point de vue en face de l’hôtel des Tourelles où le panorama sur la plage et ses bancs de sables était magique.

J’emprunte ensuite la piste cyclable du littoral de Baie de Somme jusqu’à Saint Valéry sur Somme. Je me balade au hasard des ruelles. Façades colorées, compositions fleuries, vestiges médiévales, autant de détails qui dictent mon itinéraire. En prenant de la hauteur, des points de vue magnifiques apparaissent, je me met en quête de tous les chercher pour apprécier la baie sous tous ces angles. Cette recherche me mène jusqu’au Cap Hornu.

En fonction de votre rythme, vous pouvez prolonger la journée jusqu’à Cayeux sur mer (ou réserver cette visite pour le lendemain).

Informations pratiques / Centre de la baie de Somme en vélo

Que visiter du Crotoy à Cayeux sur mer ?

Observation ornithologique à La Bassée
Accès : situé au nord du Crotoy, le long du circuit Avocette, au niveau du lieu dit « La Bassée », vous verrez des étendues d’eau où il est possible d’observer de nombreux oiseaux ainsi que des vaches emblématiques de la baie, à savoir les Highlands cattle.
Tarif : gratuit

Se balader au Crotoy
A faire : se balader dans les ruelles et sur la très belle plage, admirer l’hôtel des Tourelles et le point de vue sur la baie en face, faire du vélo sur la piste cyclable du littoral, prendre le train à vapeur !
Mon astuce : les restaurants du Crotoy peuvent rapidement être pris d’assaut, pensez à réserver. Pour déjeuner, on m’a souvent conseillé le carré gourmand et le canotier qui semblent être des valeurs sûres.
Plus d’informations : Office de tourisme Le Crotoy baie de Somme

Visiter Saint Valéry sur Somme
A faire : se balader dans les ruelles de cette cité médiévale, découvrir les plus beaux panoramas sur la baie grâce à 5 points de vue magiques (le calvaire des marins, le cap hornu, la chapelle des marins, le phare au bout de la digue, les tours guillaume), s’initier à la botanique à l’herbarium (un magnifique jardin), prendre le train à vapeur…
Mon astuce : Saint Valéry sur Somme est aussi un des points de départ pour aller observer les phoques en kayak. Une expérience mémorable à voir en vidéo sur notre chaine youtube !
Plus d’informations : Office de tourisme Saint Valéry sur Somme

Flâner à Cayeux sur mer
Cayeux est très connue pour ses kilomètres de plages de galets où défilent de mignonnes cabines de plages colorées. Je n’ai pas pu la découvrir davantage cette fois ci.
A faire : flâner sur la plage, s’initier au kite surf, aller observer les phoques à la pointe du Hourdel, découvrir les oiseaux de la réserve ornithologique du hâble d’Ault.
Plus d’informations : Office de tourisme baie de Somme Cayeux sur mer

J3 : Traversée de la baie de Somme et observation des phoques avec un guide

Même si les circuits à vélo dans la baie de Somme sont magnifiques, j’ai laissé mon engin de côté pour découvrir, le temps d’une excursion guidée, l’intérieur de la baie et ses paysages mouvants et étonnants.

Pour traverser la baie, il est indispensable de faire appel à un guide, car même si elle est d’apparence tranquille, la baie peut être dangereuse, on ne se méfie jamais assez de la puissance des marées.

Lors de mes deux voyages j’ai eu l’occasion d’expérimenter plusieurs sorties nature dans la baie (observation des phoques, découverte des différents milieux et plantes de la baie, ornithologie etc.) et cela n’a fait que renforcer ma fascination pour cette région. Les guides sont vraiment là pour nous ouvrir d’autres dimensions sur ce que l’on voit. De vrais catalyseurs d’émotions et d’émerveillement. Retrouvez ci-dessous quelques ressources et astuces pour trouver l’activité qui vous convient.

Paysage de la baie de Somme - les prés salés et leur chips de mer

S’il vous reste du temps sur la journée et que vous ne l’avez pas fait la veille, vous pouvez enfourcher de nouveau votre vélo pour emprunter la boucle du Gravelot qui va jusqu’à Cayeux sur mer et sa plage immense de galets ronds et de cabines de plages photogéniques.

Revenez ensuite à Saint Valéry sur Somme pour pouvoir rejoindre directement la véloroute de la vallée de la Somme le lendemain.

Informations pratiques / Découvrir la baie de Somme avec un guide

Où et comment trouver une activité nature pour découvrir la baie de Somme ?

Le site de Qualinat recense les activités proposées par des guides certifiés et des structures de qualité. Pour avoir cet agrément, les guides doivent répondre à un cahier des charges précis et sont évalués sur 200 critères. Une démarche sérieuse qui vous garantie de faire appel à de très bons guides. Un moteur de recherche permet de trouver des activités en fonction de différents thèmes (paysages, ornithologie, flore, géologie, patrimoine…), niveaux de difficultés, structures et dates.
Plus d’informations : Site de Qualinat en Baie de Somme.

Maxim Marzi fait partie des guides Qualinat et je vous le recommande particulièrement puisque j’ai pu faire appel à lui plusieurs fois et que c’était à chaque fois génialissime.

Où et comment observer les phoques en Baie de Somme ?

L’année dernière nous avons rédigé un dossier très complet sur le sujet qui vous détaille les lieux où les observer et les manières (à pied ou en kayak).
En savoir plus : notre article complet sur l’observation des phoques en Baie de Somme

Observation des phoques de la baie de Somme depuis saint valery

J4 : Véloroute de la Somme de Saint Valéry sur Somme à Abbeville

Au départ de Saint Valéry sur Somme commence la véloroute « Vallée de la somme » (V30) qui se poursuit sur 160 km jusqu’à Ham. Un parcours en 7 étapes de 16 à 40 km est détaillé dans le vélo guide « La Somme en roue libre » des éditions Ouest France. Voulant visiter certains sites naturels sur la route, je n’ai pas respecté ce découpage. Je vous propose donc ma version de la véloroute Somme qui inclut ces découvertes.

Sur ce tronçon, le décor change et on peut constater la manie des Hommes à vouloir dompter la nature. En effet, la Somme a été canalisée dès le 18e siècle pour faciliter la navigation et éviter les inondations. Si ce n’est pas la partie du parcours que j’ai préféré, le soleil éclatant exacerbe les reflets dans l’eau et rend très agréable la balade.

Je me rends rapidement à la réserve ornithologique de Grand Laviers que j’ai hâte de découvrir. Si l’on connaît bien le parc du Marquenterre, d’autres spots d’observation d’oiseaux plus discrets parsèment la Somme.

Je suis accueilli par l’équipe de la réserve qui va me guider et m’en apprendre plus sur l’histoire du lieu. Comme pour le Marquenterre, ce territoire a dans un premier temps été exploité par les Hommes. Dans le cas de la réserve ornithologique de Grand Laviers, il s’agissait auparavant d’une sucrerie. Les plans d’eau que l’on observe aujourd’hui étaient des bassins de trempage pour laver les betteraves. D’autres aménagements pour réhabiliter le site et le rendre le plus favorable possible à l’installation des oiseaux ont été mis en place depuis.

La diversité des milieux présents sur le site permet d’attirer de nombreux oiseaux. L’un des plus convoités pour ses couleurs exceptionnelles est le gorge bleu à miroir. J’aimerai tant le voir, je croise les doigts, histoire de mettre la chance sur mon chemin.

Il ne se montrera pas… Mais j’aurai une autre très belle surprise avec des grèbes à cou noir, que je n’avais encore jamais vu auparavant. A chaque poste d’observation, c’est l’émerveillement ! Même si je connais la plupart de ces oiseaux (échasse blanche, mouette mélanocéphale, barge à queue noire, avocette élégante, tadorne de belon), je ne me lasse pas de ce spectacle. Car au delà de savoir reconnaître les oiseaux, mon plaisir consiste à en connaître davantage sur leurs habitudes, leurs chants, leurs curiosités. Les deux passionnés qui m’accompagnent sont des livres d’ornithologie vivants. Je pioche en eux des savoirs comme je picorerais quelques gourmandises.

Cette réserve ornithologique est encore méconnue, pourtant elle est complémentaire à celle du Marquenterre. Je vous conseille de découvrir les deux car certaines espèces peuvent ne pas s’observer dans l’une mais dans l’autre.

Des oiseaux dans les yeux, je reprends ma route jusqu’à Abbeville. Cela me fait drôle de retrouver le trafic de la ville. Un peu fatiguée par mes précédentes longues journées, je profite du cocon salvateur que m’offre ma chambre d’hôte pour la nuit. Ce n’est que le soir, en allant diner, que je découvre les rues du centre d’Abbeville.

Si vous partez de Saint Valéry le matin de bonne heure, vous pourrez avoir une partie de l’après midi pour découvrir Abbeville. De mon côté, je n’y suis passée que rapidement car j’étais partie de plus loin le matin. Dans les informations pratiques, vous retrouverez cependant quelques suggestions de visites.

Informations pratiques / Véloroute de la Somme entre Saint Valéry sur Somme et Abbeville

Où dormir à Abbeville?

Le Peron de la Baie
Situé dans le centre d’Abbeville, cette chambre d’hôte est un cocon idéal pour se détendre après une longue journée de vélo. Les propriétaires Jean Marie et Véronique sont absolument charmants et j’ai eu beaucoup de plaisir à discuter avec eux au petit déjeuner. Au passage, sachez que ce dernier était absolument délicieux et généreux. Goûter à la confiture de courgette maison, c’est très étonnant. Cet hébergement fait partie des « accueils vélo », vous pourrez mettre à l’abri votre bolide et bénéficierez des conseils précieux de Jean Marie et Véronique qui connaissent bien les itinéraires vélos de la véloroute Somme.

Informations et réservations : le Peron de la Baie

Où manger sur le trajet entre Saint Valéry sur Somme et Abbeville ?

Au repos des pêcheurs, ce café situé à Petit Port est le seul que vous croiserez sur cette portion de la véloroute (pas besoin de détours) avant d’arriver à Abbeville. En route, si vous n’avez pas de pique nique et si vous ne voulez pas attendre d’arriver à Abbeville, ce sera votre seule option. En revanche, comme je n’y ai pas mangé, je ne peux vous donner mon avis sur la qualité de ce qu’on y sert.

La Corne est un restaurant situé au cœur d’Abbeville. Le décor en boiserie est très cosy et on y mange très bien.

Que visiter entre Saint Valéry sur Somme et Abbeville ?

Visite de la réserve Ornithologique de Grand Laviers :
Ouverture : tous les jours du 1er mars jusqu’aux vacances de la Toussaint. Ensuite, tous les week-ends et les vacances scolaires.
Tarifs : 8€ pour les adultes; 4€ pour les 8-16 ans; gratuit pour les moins de 8 ans.
Activités proposées : visites libres ou guidées
Le petit plus : la réserve de Grand Laviers est sur le trajet de la véloroute, vous verrez des panneaux, il y a un minuscule détour à faire.
Informations pratiques (Horaires, activités …) : réserve de Grand Laviers

Découvrir Abbeville
Abbeville est la porte principale d’entrée vers la baie de Somme. Elle a un joli patrimoine et des jardins qui valent le détour.
A visiter : Le Beffroi (classé par l’UNESCO), l’église de Saint Sépulcre et ses vitraux, la collégiale Saint Vulfran, le parc municipal de Bouvaque et sa zone humide, le jardin d’Emonville et les jardins du Carmel,
Mon astuce : pour circuler autour d’Abbeville dans un écrin de verdure, empruntez le chemin appelé « La ronde de l’eau ».
Plus d’informations : Somme Tourisme

J5 : Véloroute de vallée de la Somme de Abbeville à La chaussée Tirancourt

Le lendemain, je pars un peu plus tard que prévu. Bavarde que je suis, j’ai beaucoup discuté avec Véronique et Jean Marie, les propriétaires de la chambre d’hôte. Les rencontres, c’est ce que je préfères le plus dans ce type d’hébergement, alors pourquoi m’en priver ?

Mon programme de la journée consiste à aller jusqu’à La chaussée Tirancourt. En chemin, j’ai prévu de découvrir les marais autour de Long. J’ai particulièrement aimé ce tronçon de la véloroute de la Somme car il y a de nombreuses surprises sur le chemin. En quelques kilomètres, je vais en effet croiser plusieurs châteaux.

Autant d’occasions (ou de prétextes) pour faire des pauses. Le premier se situe à Eaucourt sur Somme. En venant d’Abbeville, il est situé sur la gauche. Il suffit de traverser le pont qui mène au village pour y accéder. Bien qu’en ruine, ce château de l’époque médiévale fait vibrer le cœur de bénévoles qui organisent des animations pédagogiques autour des savoirs faire de l’époque (travail de la pierre, du bois…) et des fêtes médiévales.

Je profite de ce fragment d’histoire toute seule, je lui invente mille et une légendes. Le temps ne s’arrête pas pour autant et je dois bien reprendre ma route. Mais celle-ci est taquine aujourd’hui. Elle est bien décidée à me stopper à maintes reprises.

Plus loin à Pont rémy, le charmant village aurait bien pu me retenir. Je ne veux pas arriver en retard à mon rendez vous à Long alors je me raisonne. Je m’arrête tout de même un peu pour admirer l’immense église, les bords fleuris de la Somme ainsi que les ruines du château lovées dans un écrin de verdure.

Arrivée à Long, je suis soufflée par le panorama qui s’ouvre à moi. Près de l’écluse, la maison éclusière, la mairie, et l’église en hauteur forment une charmante carte postale. Elle est complétée un petit peu plus loin par le magnifique château de Long qui se reflète dans l’eau. J’apprendrais plus tard qu’il est habité, mais que sa visite est possible durant l’été.

Après un délicieux repas au comptoir bleu, dans un cadre très agréable au bord d’une écluse, je rejoins Jérémie de la maison éclusière de Long. Nous avons rendez vous à la maison des marais à Longpres les corps saints (à 2,6 km de là).

C’est la journée de la biodiversité et une découverte guidée des marais est organisée pour l’occasion. Jérémie animateur à la maison éclusière et Florian, spécialiste en biodiversité du syndicat mixte baie de somme 3 vallées sont là pour me permettre de découvrir les trésors du marais. Grâce à leurs regards, je découvre des plantes insoupçonnées et leurs caractéristiques étonnantes.

La prêle, qui se plait dans l’eau, et qui est structurée comme un empilement de briques (à la manière des légo). Le gratteron qui aurait inspiré les inventeurs du velcro et bien d’autres végétaux qui jalonnent notre balade. Elle est rythmée aussi par la rencontre avec des animaux emblématiques du marais, à savoir les demoiselles et libellules.

Savez vous comment les différencier ? Les demoiselles sont plus petites et peuvent replier leurs ailes au repos contrairement aux libellules. Et saviez vous que les libellules mordent et que leurs larves sont carrément flippantes ? Bref, vous l’aurez compris, j’ai pu apprendre des choses étonnantes en leur compagnie. Pour pouvoir les observer, Florian les attrape dans un filet spécifique pour ne pas les blesser, il les met ensuite dans une boite adaptée quelques minutes avant de la relâcher. Ainsi l’animal n’est pas embêté longtemps.

Le trajet entre la maison éclusière et la maison des marais ainsi que la suite du parcours permettent de saisir à quel point les marais et étangs sont nombreux ici. Ils dessinent un paysage somptueux qui semble sauvage et qui a pourtant été complètement façonné par l’Homme.

Car toutes ces étendues d’eau sont la résultante de l’exploitation de la tourbe. Les Hommes en la prélevant ont créé des trous béants qui, une fois abandonnés, se sont remplis d’eau. Aujourd’hui, une diversité de milieux sont préservés et permettent d’accueillir une faune et une flore riches, dont l’intérêt est d’ordre européen, car ce type de milieu tourbeux alcalin est rare.

Informations pratiques / Véloroute de la vallée de la Somme entre Abbeville et la chaussée Tirancourt

Où dormir à la chaussée Tirancourt ?

Chambre d’hôtes les prés du Mesnil
Cette chambre d’hôte située à quelques minutes de la véloroute était très confortable. Le propriétaire et sa fille étaient très sympas, j’ai longuement papoté avec eux lors du repas. D’ailleurs, je recommande la table d’hôte car c’était délicieux.

Informations et réservations : les prés du Mesnil

Où manger sur le trajet entre Abbeville et la chaussée Tirancourt ?

Le comptoir bleu situé à Long ne peut pas se manquer quand on arrive dans cette ville avec la véloroute. Situé en face de la maison éclusière, au pied du pont, il offre un très joli cadre pour déjeuner. En terrasse, je me suis régalée avec des plats gourmands.

A la chaussée Tirancourt, j’ai pris une table d’hôte. Ce que je vous recommande si vous logez à la chaussée Tirancourt ou à Picquigny. En effet, il y a peu de restaurants.

Que visiter entre Abbeville et la Chaussée Tirancourt ?


Ruines du château à Eaucourt sur Somme
Accès : situées sur la véloroute, il suffit de suivre le panneau Eaucourt sur Somme. Quand on vient d’Abbeville, en traversant le pont, les ruines se trouvent tout de suite à droite. On les voit depuis la véloroute, donc c’est très facile de les trouver. L’entrée est libre.
Activités et visites guidées : faute de personnel en 2019, le château est seulement en accès libre. Des ateliers, fêtes médiévales et autres évènements peuvent y avoir lieu ponctuellement. Ce château est géré par la même association que celui de Picquigny, situé quelques kilomètres plus loin.
Plus d’informations : châteaux d’Eaucourt et de Picquigny

Visiter Pont Rémy
Il peut être très agréable de faire une pause à Pont Rémy pour profiter de son centre, visiter l’église et admirer les ruines du château. Des projets sont en cours pour tenter de le sauver.

Se balader à Long
L’entrée à Long depuis la véloroute est sûrement un des plus beaux endroits du parcours. Je vous conseille vivement de prendre un peu de temps pour profiter de ce cadre.
A faire : se balader pour découvrir le patrimoine de Long, son église et son château (visites guidées en juillet et août). Faire un petit tour à la maison éclusière (voir ci-après).

Visiter la maison éclusière de Long
La maison éclusière de Long accueille aujourd’hui l’office de tourisme local et propose des expositions et animations tant sur le patrimoine local que les richesses naturelles. C’est aussi ici que vous pourrez louer des kayaks et des vélos pour explorer les environs.
Tarif : Entrée libre. Location de Kayak ou paddle (25 € la journée), vélo (8€ la journée)
Plus d’informations (horaires, activités) : maison éclusière de Long

Découvrir les marais de Long et de Longpres
Accès : un sentier pour découvrir les marais part de la maison des marais située à Longpres les corps saints (à 2,6 km de Long)
Tarif : entrée libre sur le sentier. Tarifs variables lors des visites guidées ou animations spécifiques
Plus d’informations : Somme tourisme

J6 : de la chaussée tirancourt à Amiens sur la véloroute de la Somme

Nouvelle journée, nouvelles découvertes nature le long de la Somme sur la véloroute. Je ne vais pas avoir beaucoup de vélo à faire car l’entrée du parc de Samara se situe à quelques kilomètres de Picquigny et de la Chaussée Tirancourt où j’ai dormi la veille. Je vais alors délaisser mon destrier métallique pour partir explorer à pied Samara, son parc archéologique, ainsi que ses alentours constitués d’espaces naturels sensibles.

Pour cette journée, j’ai la chance de pouvoir accompagner Franck (chargé de mission environnement au département de la Somme) et des personnes du conservatoire des espace naturels de Picardie. Cela m’a permis d’accéder à des zones de ces espaces naturels sensibles normalement inaccessibles au public.

Si je vous en parle tout de même, c’est parce que ces espaces naturels sensibles se découvrent aussi grâce à des sentiers de randonnées en libre accès. Le public peut également les explorer à l’occasion de visites guidées ponctuelles dans l’année.

Les échanges avec les différents intervenants ont été un plus pour me permettre de prendre conscience de l’importance de ces zones humides et de leur incroyable biodiversité. Je dédierai d’ailleurs dans quelques mois un article sur le sujet.

Dès l’aube, je m’engouffre sur les sentiers des marais de Tirancourt pour aller écouter les oiseaux. Guillaume du conservatoire sait reconnaître leur chant et les compte donc à l’oreille. Il répertorie scrupuleusement ses observations et comptages pour suivre l’évolution de la présence des oiseaux sur cet espace sensible. La brume rend féerique ce paysage. Les roselières prennent des allures fantomatiques, chaque fleur perlée de rosée est un bijou resplendissant. Je suis largement récompensée par ce réveil matinal. La nature chante et je tente moi aussi de distinguer chaque oiseau dans ce concerto complexe.

L’après midi, je retourne sur le sentier des marais de Tirancourt accompagné de Raphael du conservatoire botanique de Bailleul. Ce sont d’autres trésors qu’il porte à mon attention. Myosotis, fleur de coucou, grande douve, urticulaire, je m’émerveille des formes et des couleurs.

Puis, grâce aux connaissances de Raphaël, je les regarde différemment. Elles ont toutes une particularité, une curiosité qui les rendent fascinantes. Ce qui l’est tout autant, c’est l’habileté de Raphaël pour les reconnaître et retenir toutes ces connaissances. Cette balade évoquera en moi une certaine nostalgie.

Je repense à mes années de fac lorsque j’étais étudiante en biologie. J’ai pris progressivement un autre chemin mais j’aurai sûrement beaucoup aimé crapahuter ici pour recenser les espèces et trouver des moyens de les protéger.

La découverte se poursuit sur une autre partie du sentier, dans la vallée d’Acon. Le long de ce cours d’eau, quelques marais subsistent et sont entretenus par des vaches nantaises ! La qualité de ce milieu préservé en fait un paradis pour les amphibiens comme les grenouilles et les tritons.

Guillaume relève aujourd’hui des pièges à tritons (qui ne font aucun mal aux animaux) pour pouvoir recenser leur population. J’ai alors l’infini chance de pouvoir observer et même relâcher des tritons à crête et tritons palmés. Je mesure mon privilège, car ces animaux sont difficiles à observer et en dehors d’un cadre scientifique, il ne faut pas les manipuler.

Après cet instant magique, nous prenons de la hauteur sur des pentes arides. Le paysage change, un camaïeu de vert et de brun indique la présence de champs. De l’infiniment petit à l’infiniment grand.

Cette balade est aussi un voyage dans le temps. Ce point de vue en hauteur, je ne suis pas la première à le trouver. Depuis la préhistoire, ce lieu a été occupé. Les gallo romains également, avaient repéré tout l’intérêt stratégique de cet endroit.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le parc archéologique de Samara se situe là. Avec des mises en scène soignées et ludiques, il retrace la présence de l’Homme sur ce territoire depuis la préhistoire (du paléolithique à l’âge de fer). On y retrouve les habitations des différentes époques ainsi que des ateliers de savoir faire ancestraux comme la fabrication du feu.

L’animateur très éloquent m’a captivé un bon moment avec sa démonstration. Il a aussi coupé court à toutes mes idées préconçues sur le sujet.

Après cette journée mêlée de nature et d’histoire, je reprends la véloroute jusqu’à Amiens. Après une bonne douche, je pars flâner au hasard dans les ruelles du centre. Je m’extasie devant la cathédrale dont les sculptures sont d’une finesse rare. J’atteins bientôt le quartier de Saint Leu, très vivant en ce début de soirée. Une table en terrasse m’appelle irrésistiblement.

Mon périple sur la véloroute de la Somme s’arrête à Amiens. Pour ma dernière journée de voyage, je vais tricher un peu et l’on m’accompagnera dans d’autres espaces naturels sensibles situés eux aussi le long de la véloroute. Si vous avez plus de temps que moi, je vous conseille donc de prolonger votre route.

Informations pratiques / Véloroute de la Somme entre la chaussée Tirancourt et Amiens

Où dormir à Amiens ?

Hôtel Express Holiday Inn, cet hôtel standard et confortable est situé à côté de la gare et en plein cœur du centre ville. Très pratique pour visiter la ville surtout quand on a peu de temps.

Où manger à Samara et Amiens ?

La bistro de César est le restaurant du parc Samara. Il est idéalement placé pour déjeuner quand on découvre les environs. De plus, le menu propose un large choix de plats où les produits locaux sont à l’honneur. Même les végétariens ne sont pas oubliés. J’ai mangé un excellent burger veggie ainsi qu’un délicieux café gourmand. Le tout arrosé d’une cervoise, une boisson étonnante d’origine gauloise, réalisée aujourd’hui par un brasseur de la Somme à partir de 7 plantes que l’on retrouve dans les milieux humides des alentours.

L’envie est un restaurant à Amiens. Il est situé sur les quais dans le quartier Saint leu, qui est parfait pour aller boire un verre et manger un morceau. Au delà du cadre très agréable, je peux vous certifier que j’ai extrêmement bien mangé !

Que visiter entre Samara et Amiens ?


Parc archéologique de Samara
Accès : sur la véloroute, après Picquigny en direction d’Amiens, il y un passage discret vers l’entrée du parc qui se trouve sur la gauche, restez attentifs. Vous pourrez alors garer votre vélo pour poursuivre la visite à pied.
Ouverture : d’avril à novembre.
Tarif : 10€ pour les adultes, 8,50€ pour les 6-18 ans, moins de 6 ans gratuit.
Visites et activités : lors de votre visite libre, vous pourrez en différents endroits assister à des démonstrations de savoirs faire ancestraux (taille de silex, fabrication du feu, poterie, tissage etc.). Des ateliers qui sont très bien incarnés par les animateurs.
Plus d’informations : Samara

Randonner dans la vallée d’Acon et les marais de Tirancourt, les espaces naturels autour de Samara
Tout autour du parc archéologique de Samara, un réseau de sentiers vous permet de découvrir les espaces naturels sensibles qui sont protégés et aménagés par le département.
Notre astuce : démarrer depuis l’entrée du parc archéologique de Samara, vous pourrez demander à l’accueil une brochure sur les sentiers de balades. C’est aussi ici que démarre la signalisation à suivre.
Cette brochure est aussi à télécharger sur le site du département.

Découvrir les espaces naturels sensibles autour de Samara
Le conservatoire des espaces naturels de Picardie organise régulièrement des activités nature. Il peut s’agir de visites guidées, d’animations thématiques ou bien encore de chantiers nature ou de suivis participatifs.
Plus d’informations et leur agenda : CEN de Picardie

J7 : Visite d’Amiens, fin de mon itinéraire sur la véloroute de la Somme

Même si je n’ai pas eu le temps de visiter Amiens comme il se doit, je vous conseille de lui consacrer au moins une journée sur votre parcours vélo. La beauté de la cathédrale peut bien vous retenir un moment, tout comme le dédale de ruelles du quartier Saint Leu. J’aurai beaucoup aimé faire une balade dans les hortillonnages, ces sortes de jardins « flottants » au cœur de la ville. Une belle raison de revenir par ici !

Pour vous donner quelques idées de visite à Amiens, je vous conseille l’excellent article de My sweet escape qui vous livre ses 20 choses à faire et à voir à Amiens.

J8 et au delà : poursuivre la véloroute de la Somme jusqu’à Ham

Comme je le disais un peu plus haut, j’ai arrêté la véloroute au niveau d’Amiens, mais celle ci se poursuit jusqu’à Ham. Je peux cependant vous donner un petit aperçu de certains lieux sur les trajets suivants.

A 19 km d’Amiens, vous arriverez à Corbie. Autour, les étangs de la Barette constituent un bel endroit pour se balader. Un belvédère, celui de la falaise Saint Colette à Corbie (sur la route des belvédères) permet d’avoir un aperçu en hauteur sur les étangs. Pour y accéder, il faudra faire un détour depuis la véloroute (bifurquez à partir de l’écluse de Corbie).

Ensuite, sur le tronçon Corbie – Froissy, je vous conseille de vous arrêter à Eclusier Vaux. Sur la véloroute, vous croiserez « les petits bouchons », d’anciennes maisons éclusières rénovées, où vous pourrez boire un verre ou déjeuner.

Allez jeter un coup d’œil à l’anguillère à quelques mètres, si elle servait autrefois pour attraper les anguilles appréciées pour leur chair, elle est utilisée désormais pour suivre leur évolution et pouvoir ainsi mieux les protéger. Depuis « les petits bouchons » vous pouvez faire une belle randonnée jusqu’au belvédère « Montagne de Vaux ». Vous aurez une sublime vue sur l’ensemble des marais. Le retour se fait sur le même chemin.

La route des belvédères
Différents points de vue que j’ai évoqué tout au long de l’article font partie de la route des belvédères. Ce parcours répertorie 28 sites pour admirer en hauteur la Baie de Somme et la Vallée de Somme. Certains sont proches de la véloroute et nécessite seulement un petit détour. D’autres sont davantage accessibles en voiture ou à l’occasion d’une randonnée. Sur chaque site, un panneau explicatif vous en apprend plus sur le lieu, son histoire ainsi que sa faune et sa flore.
Plus d’informations : Brochure « Balades en Vallée de Somme à la découverte des belvédères »

Informations pratiques – circuit dans la Somme en vélo

Récapitulatif de mon circuit vélo (véloroute) de la Baie de Somme à la Vallée de Somme (simplifié)

  • Jour d’arrivée : train jusqu’à Noyelles sur mer – Location du vélo et nuit à Rue ou au Crotoy
  • J1 – Matin : vélo sur la boucle Avocette / visite du parc du Marquenterre – Repas à la brasserie du Marquenterre – Après midi : balade à Fort Mahon et ses dunes. Retour par la boucle Tadorne ou Avocette jusqu’à votre hébergement – Nuit à Rue – Entre 30 à 40 km en fonction de vos choix.
  • J2 – Matin : vélo sur la boucle Avocette / Visite du Crotoy – Repas au Crotoy – Après midi : balade à Saint Valery sur Somme jusqu’au Cap Hornu – Nuit à Saint Valery sur Somme – Environ 25 km.
  • J3 – Journée dédiée à la découverte de la baie de Somme. En fonction de vos envies, traversée de la baie ou observation des phoques à la pointe du Hourdel avec un guide certifié. S’il vous reste du temps, vous pouvez tester la boucle du Gravelot qui passe par Le Hourdel et Cayeux sur mer – Nuit à Saint Valéry sur Somme – Environ 30 à 40 km pour la boucle du Gravelot en fonction du choix du circuit A ou B.
  • J4 – Véloroute Vallée de la Somme (V30) entre Saint Valéry sur Somme et Abbeville – Matin : visite de la réserve ornithologique de Grand Laviers – Repas à Abbeville ou en chemin si vous avez un pique nique – Après midi : découverte d’Abbeville – 18km
  • J5 – Véloroute Vallée de la Somme (V30) entre Abbeville et la Chaussée Tirancourt – Matin : découverte des ruines d’Eaucours sur somme et de Pont Rémy, château de Long – Déjeuner à Long au Comptoir bleu – Après midi : découverte des marais de Longpres – Nuit à la Chaussée Tirancourt – 30 km
  • J6 – Véloroute Vallée de la Somme (V30) entre la Chaussée Tirancourt et Amiens – Matin : découverte de la vallée de l’Acon et du parc de Samara – Déjeuner au bistro de César à Samara – Après midi : balade dans les marais de Tirancourt – Nuit à Amiens – 15 km
  • J7 – Découverte d’Amiens et retour du vélo. Si vous avez plus de temps vous pouvez poursuivre l’itinéraire
  • J8 – Véloroute vallée de la Somme entre Amiens et Corbie – Visite des étangs de la barette, de Corbie et des belvédères – 19 km
  • J9 – Véloroute vallée de la Somme entre Corbie et Péronne. En chemin, profitez des belvédères de montagne de vaux et de frise – 40 km

Louer un vélo en Baie de Somme, classique ou électrique ?

Il n’y a quasi aucun dénivelé dans la Somme sur les boucles de vélo et la véloroute que je mentionne dans l’article. Il est donc tout à fait possible de réaliser un itinéraire en vélo classique. Cependant si vous n’avez pas l’habitude de faire du vélo et que vous avez des portions de plus de 30 km à faire dans la journée, le vélo électrique permet d’avancer plus vite et donc d’avoir plus de temps pour les différentes visites.

Location de vélo à Saint Valery sur Somme

J’ai loué mon vélo électrique auprès des locations du Canal situé à Saint Valery sur Somme. Ils proposent des vélos standards ou électriques ainsi que des VTT. Pour un vélo électrique, il faut compter entre 25 et 30 euros par jour. Ils louent également des bateaux pour découvrir la Somme différemment. Le propriétaire peut venir vous le déposer à Noyelles sur mer si vous le souhaitez.
Plus d’informations et tarifs : les locations du Canal

Qu’apporter pour un voyage à vélo en itinérance dans la Somme ?

Le maître mot quand vous voyagez en vélo est le minimalisme ! Avec mon matériel photo, je n’ai pas nécessairement respecté ce crédo, mais j’ai tenté du mieux que je pouvais. Renseignez vous en amont sur la taille des sacoches que l’on vous mettra à disposition. J’avais mis mes affaires dans un sac souple afin de pouvoir facilement répartir par la suite mes vêtements dans les sacoches. J’avais un sac à dos en plus (essentiellement pour mon matériel photo).

Je n’avais pas de vêtements spécifiquement conçus pour le vélo, notamment ceux qui sèchent rapidement. Je n’avais pas prévu de laver mes vêtements en cours de route. Mais sachez que si vous avez ce genre de vêtements techniques, vous pourrez les faire laver facilement dans les hébergements référencés « accueil vélos » qui sont habitués à répondre à cette demande.

Comme il faut pouvoir s’adapter à des conditions météo variables, il me semble indispensable d’avoir les éléments suivants : surpantalon de pluie, k-way, crème solaire, lunettes de soleil, chapeau, gourde, vêtements confortables pour faire du vélo.

Réserver ses hébergements lors d’un voyage itinérant en vélo dans la Somme

En haute saison, je vous conseille de réserver vos hébergements à l’avance notamment ceux situés dans la Baie de Somme. Tout au long du parcours, il y a des hébergements labellisés « Accueil vélo » qui disposent d’équipements spécifiques pour les cyclistes (abri à vélo, kit de réparation) et qui connaissent très bien les itinéraires et besoins spécifiques utiles pour votre voyage.
Liste des hébergements « accueil vélo » en Baie de Somme

Sinon, je vous conseille d’aller voir les maisons d’hôtes du côté de Gîtes de France, il y a de belles pépites à trouver et l’accueil des propriétaires ne m’a jamais déçu.

Itinéraire, visites et pauses, gérer son timing sur la véloroute de la Somme

Lors d’un voyage en itinérance en vélo, pour calculer le temps nécessaire pour effectuer un tronçon, je vous conseille de prévoir toujours de manière large. D’autant plus si comme moi vous êtes dans une optique de balade (avec de fréquents arrêts et pauses). En général, je rajoute 50% du temps mentionné sur les itinéraires. Si j’ai prévu de faire une visite spécifique sur la route, j’ajoute le temps spécifique à ce trajet. Si vous êtes un-e cycliste aguerri-e, vous n’avez nul besoin de mes conseils de néophyte ;)

Trajet en boucle, aller simple ou aller-retour ?

Si vous faites l’aller et le retour, pensez à répartir les visites sur votre trajet pour que le retour ne soit pas monotone. Sinon, il est tout à fait possible de retourner à votre point de départ en Baie de Somme en train avec votre vélo. Il n’y a pas besoin de faire une réservation spécifique pour cela. Il sera peut être bientôt possible de faire un aller simple en redéposant son vélo à un point différent du départ.

Pistes cyclables dans la Somme, cartes et informations utiles

Pour démarrer votre planification d’un voyage en vélo dans la Somme, je vous conseille d’aller sur le site de l’Office de Tourisme dédié au vélo-tourisme. Vous y trouverez notamment les liens vers les circuits complets (avec traces gpx, fiches pdf…) et les cartes des pistes cyclables. Un moteur de recherche permet de distinguer les circuits adaptés au VTT, VTC ou vélo de route.

Voici enfin d’autres ressources utiles :

Je vous conseille également le livre « La Somme en roue libre de la Source à la Baie » des Éditions Ouest France. Vous pourrez l’acheter dans les différents offices de tourisme ou auprès de Somme Tourisme.

La Somme en bateau, c’est possible aussi !

Lors de ma balade en vélo, j’ai pu croiser quelques bateaux qui naviguaient sur la Somme. Cela a titillé ma curiosité car comme vous le savez (ou pas !), j’ai pu tester récemment le tourisme fluvial dans la Sarthe et j’ai adoré ça. Je me suis donc renseignée pour savoir si la Somme pouvait se découvrir de cette manière et c’est le cas. A bord d’une péniche, d’une embarcation sans permis ou d’un bateau habitable, vous pourrez naviguer sur la Somme, que ce soit pour de petites excursions (de 1h30 à plusieurs heures) ou de plus longues croisières (plusieurs jours). Si cela vous intéresse, vous trouverez toutes les informations utiles par ici.

Ce voyage est le fruit d’une collaboration avec Somme Tourisme, je les remercie pour leur confiance pour ce projet qui me tenait particulièrement à cœur. Mes propos n’en demeurent pas moins sincères et personnels.

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !

En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.