Il n’y a pas une Drôme mais 5 Drôme me précise une amie. Une manière de me rappeler la diversité incroyable de ce département. En seulement quelques jours et quelques dizaines de kilomètres nous allons pouvoir le vérifier. Après quelques temps passés dans la vallée de la Drôme avec une vue imprenable sur le synclinal de Saou et le Vercors, nous allons voir ce qui se passe du côté de la Drôme provençale.
Au nord de la Drôme provençale, aux alentours de Montélimar, les montagnes se font collines, et les plaines prennent leurs aises dans une gigantesque mosaïque. Les hauteurs sont surmontées de villages perchés chargés d’histoire au charme fou.

Pour les découvrir, rien de plus simple : il y en a partout. Alors vous pouvez faire de petites haltes au cours de vos déplacements ou carrément prévoir un road trip qui les longe.

Un peu d’histoire sur les villages perchés !

A la découverte du premier village perché, une question m’effleure. Que sont venus faire les Hommes sur ces promontoires naturels ? Pourquoi aller s’installer dans les hauteurs où la vie est plus rude, alors que les plaines sont si accueillantes ?

J’ai mené ma petite enquête. Cette tradition des villages perchés présente dans le sud est de la France et jusqu’en Italie est très ancienne. Elle remonte à l’époque de l’âge de fer. Au départ, cet emplacement a été choisi dans un but stratégique et de défense. En hauteur, on est vu mais on peut aussi repérer l’ennemi de loin.
En fonction des époques, ces villages ont été boudés ou rehabilités. A l’époque gallo-romaine, les civilisations se sont développées dans les plaines. Puis à l’époque féodale, particulièrement belliqueuse, les villages perchés ont retrouvé leur utilité et se sont dotés de châteaux forts, donjons et autre architectures défensives. Au XIXe siècle, ils sont progressivement délaissés, l’activité est plus propice dans les plaines fertiles. Ils sont abandonnés, ou scindés en deux (la partie ancienne en haut et nouvelle en bas). Ce n’est donc pas étonnant de voir de nombreux villages perchés en ruines. Pourtant, certains renaissent grâce à la passion d’amoureux des vieilles pierres et à la mode du retour à la terre qui voit se multiplier les installations dans les campagnes.

Les villages perchés de la plaine de Marsanne

Marsanne

Le premier village perché que nous découvrons est Marsanne. Situé sur notre chemin pour rejoindre notre second gîte de ce séjour, nous avons poussé la curiosité jusqu’à faire un petit détour. J’avais lu qu’ici, au pied des ruines du donjon datant du XIe siècle, j’aurai un panorama exceptionnel sur la vallée de la Valdaine. Le temps capricieux ce jour là m’offrit un spectacle dramatique sur une plaine splendide.

Une mosaïque de champs tantôt vert bouteille tantôt jaune paille est le signe que l’homme a dompté petit à petit cette longue étendue. La présence de l’eau et le sol fertile en font un territoire particulièrement propice à l’agriculture.

J’ai observé les ombres insaisissables des nuages se déplacer sur ces ruines et j’ai tenté de capter les quelques rayons de soleil qui tentaient de s’extirper de cet amas cotonneux.

La Laupie

Je vous disais plus haut que certains villages perchés ont ressuscité grâce à la détermination de quelques passionnés. Le plus bel exemple est sans doute celui de La Laupie. Ce village abandonné après avoir subit de terribles dégâts pendant la seconde guerre mondiale a été restauré par ses habitants depuis les années 60. Racheté par une famille qui a entrepris de lui redonner de sa superbe, ce vieux village à la particularité d’être privé depuis une vingtaine d’année. Mais les visiteurs sont autorisés et nous pouvons à loisir flâner dans ses petites ruelles, admirant les anciens édifices tels que la Chapelle Saint Michel. Les restaurations récentes n’ont pas le charme de la patine laissée par le temps, mais cet ensemble architectural n’en demeure pas moins remarquable.

Sauzet

Situé à seulement quelques kilomètres de La Laupie, Sauzet est également un village intéressant à visiter. Le panorama tout comme Marsanne est sublime. Il n’a pas cet aspect de village musée que peut avoir La Laupie et a donc le charme d’un village qui vit et vibre aussi de l’air actuel.

Les villages perchés du Pays de Dieulefit – Haut Roubion

Pont Barret

Voici un village que nous avions envie de traverser mais pas pour des raisons architecturales cette fois-ci. C’est le Roubion, une des rares rivières européennes encore sauvage qui nous a amené jusqu’ici. Une amie connaissant bien le coin nous a confié un spot encore très confidentiel. Un lieu où le Roubion heurté par des rochers se transforme en une succession de piscines naturelles particulièrement photogéniques.

Heureusement que nous avions les coordonnées GPS exactes, sinon nous ne l’aurions surement pas trouvé. Ce petit paradis se situe sur la route entre Pont de Barret et Soyans. Complètement seuls, nous avons savouré ce moment à trois. Hélio, un peu grognon, a vite retrouvé le sourire quand il s’est rendu compte qu’il pourrait jeter des cailloux dans ces belles grosses flaques ! Pieds nus, il a testé les différentes vasques. L’occasion pour nous de poursuivre notre transmission du quotidien, celle de l’amour de la nature et de son respect.

Des instants simples, comme celui de détecter de petits poissons, faire semblant de pêcher avec un long bâton, rire aux éclats à cause de quelques éclaboussures. Au travers de mon objectif, j’ai saisi ces instants fugaces qui ont donné encore plus de beauté à cet endroit.

Le soleil au zénith nous a délogé difficilement d’ici. J’aurai aimé y retourner à toutes les heures de la journée pour saisir ces différentes dimensions. Pour nous consoler, nous allons poursuivre nos excursions minérales dans les villages perchés voisins.

Le village perché de Poet Laval

Le Poet Laval impressionne au premier coup d’œil. Son imposant donjon domine ce charmant village. Cette architecture austère est adoucie par le ballet des hirondelles qui tournoient autour sans aucune lassitude. Les pépiements résonnent dans la cour datant du XIIe siècle. Nous devinons que la vue est superbe depuis le donjon, alors nous ne tardons pas à aller vérifier notre intuition. D’en haut, c’est un panorama verdoyant sur la vallée du Jabron et ses rondeurs. Formes qui rappellent que le Vercors et le massif des Baronnies se situent de part et d’autre du village. En redescendant, ce sont les multiples ruelles qui au delà d’apporter leur lot de surprises deviennent le terrain de jeu prisé d’Hélio qui s’amuse à dévaler les escaliers historiques.

Begude en Mazenc

Ce village, par son atmosphère, est sans doute mon préféré. Il n’est pas le plus impressionnant, mais il s’en dégage une ambiance douce. Les multiples portes fleuries et décorées témoignent de l’amour des habitants pour leur petit paradis caché. Il y a de la poésie dans les moindres détails : une boîte aux lettres rétro de la poste, une balançoire en do it yourself, des arcanes où jouer à l’ombre et à la lumière. Je me suis amusée à regarder Seb le géant et Hélio la petite crevette dans ce dédale de ruelles. Leurs silhouettes dans ce décor m’ont ému encore plus qu’ailleurs. Peut être que ce village était l’image parfaite d’une petite bulle de bonheur et de simplicité.

La vallée de la Drôme et ses villages perchés incontournables

Crest

Crest avec sa tour visible au loin est sans nul doute un symbole de la région et une attraction majeure. Il y a des années, nous avions déjà eu l’occasion de visiter cette ville. Nous avons eu le plaisir de redécouvrir les rives de la Drôme et ses ramières, des espaces naturels riches en biodiversité.  Si vous passez par ici, n’hésitez pas à lui accorder un peu de temps.

Mirmande

Sur le chemin du retour, nous avions encore un peu de temps et le hasard a voulu que nous passions par Mirmande. Classé parmi les plus beaux villages de France, notre curiosité a été piquée au vif. Nous comprenons rapidement l’attrait touristique pour ce village. Très bien préservé, il nous plonge dans une autre époque. Les petites ruelles fleuries forment un labyrinthe se terminant sur de jolis points de vue sur la vallée du Rhône.

Ce village étant touristique, vous y trouverez quelques bars et restaurants pour faire une pause dans votre journée. Pour les parents, il y a même une petite aire de jeu avec toboggan !

En bonus, le village perché de Grignan !

Situé au sud de Montélimar, Grignan est connu pour son château qui surplombe la vallée et les champs de lavande. Sa renommée est dûe à une personnalité marquante de notre histoire littéraire, Madame de Sévigné, qui y séjourna plusieurs fois au XVIIe siècle puisque sa fille y habitait avec son mari. Cet éloignement fût le commencement d’une longue correspondance entre la mère et la fille. Ses lettres constituent aujourd’hui une œuvre épistolaire remarquable. Nous avons pu la découvrir en visitant le château et l’exposition dédiée à Mme de Sévigné.

Si vous visitez le château, ne manquez pas de faire un tour sur l’immense terrasse qui offre une vue exceptionnelle. Dans les hauteurs, on se prendrait presque pour une marquise !

Ces villages perchés commencent à nous faire tourner la tête, il est temps de redescendre. Nous sommes loin d’avoir écumé tous les beaux villages de la région, mais ce fût déjà un très bel aperçu.

Informations pratiques – visite des villages perchés

Où loger près de Montélimar ? Au clos de l’âne à Savasse, dans l’éco-gîte le lavandin pardi !

Lors de ce séjour, nous avons logé à l’éco-gîte labellisé gîte de France « Le lavandin » situé à Savasse (près de Montélimar). Comme l’indique le label, ce gîte a été bâti avec des matériaux écologiques (paille, bois, terre). Le cadre est splendide, la maison (construite en 4 ans !) est entourée de champs de lavande et de blé.

Des chevaux et des ânes occupent les lieux, car les propriétaires ont développé une activité d’équithérapie. Au delà de l’aspect écologique, nous avons particulièrement apprécié la démarche d’accessibilité que mettent en place Serge et Françoise. En effet, tout au long de l’année, ils accueillent des personnes en situation de handicap au sein de leur gîte et chambres d’hôtes. L’occasion pour ces personnes de sortir de leur quotidien médicalisé et de retrouver de la sérénité, de la confiance et du plaisir au contact des équidés.

Le gîte étant également adapté aux personnes en situation de handicap, les pièces sont très spacieuses, ce qui est vraiment agréable. La décoration est soignée et chaleureuse. Et puis nous avions une terrasse pour nous seuls, avec vue sur les champs de lavandin d’un côté et les chevaux de l’autre. Une pièce de vie au rez de chaussée permet aux différents visiteurs de passage de se rencontrer et d’échanger. Il y a également de nombreux jeux à disposition pour les plus jeunes.

Quand à l’accueil de Serge et Françoise… Parfait ! Ils ont pris de leur temps (précieux vu le nombre d’activités qu’ils mènent) avec plaisir pour nous expliquer leur démarche, leur projet et même nous emmener faire un tour avec les ânes. Autant vous dire qu’Hélio était ravi et nous aussi.

Bref, une base idéale et pleine de sens pour un séjour dans la région, nous recommandons !

Infos et réservations sur le site de gites de France

Quels villages perchés visiter ?

Pour connaître les différents villages perchés à visiter dans la Drôme, je vous conseille cette excellente brochure.

les villages perchés de la drôme provençale en France
Épingle moi sur Pinterest !

Ce voyage est le fruit d’un partenariat avec Gîtes de France. Nous étions totalement libres de nos choix de visites, activités et programme global. Une très belle expérience !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !