En 2013, les terres de l’Ebre ont reçu le label de réserve de biosphère par l’Unesco. Titre qui récompense les territoires qui font des efforts pour la préservation de la biodiversité et dont l’équilibre entre la place des Hommes et de la nature est remarquable. A l’instar de la Camargue en France, autre réserve de biosphère, les Terres de l’Ebre comportent de nombreux écosystèmes (montagnes, delta, marais, forêts, zones agricoles et urbaines) et une très belle population d’oiseaux.

Lors de notre séjour en Terres de l’Ebre, nous avons chaque jour croisé des Hommes ou des expériences qui témoignent de ce lien à la terre. Parfois ancestrales, nourricières ou industrielles, ces relations sont pour moi à chaque instant intrigantes.

Communier avec la nature au parc naturel d’Els ports

Ce parc naturel devait être un des points d’orgue de notre voyage. Et même si tout ne s’est pas déroulé comme nous l’aurions espéré, cela reste un joli souvenir. Nous devions partir en 4×4 explorer différents spots du parc national avec des guides connaissant bien ce territoire. Une brume tenace nous accompagnera dans toute cette épopée.Mais au final, cela nous permettra de découvrir la montagne sous un autre angle très intéressant.

Vicky est notre guide pour cette excursion. Le parc naturel d’Els ports ne livre pas si facilement ses secrets et il est difficile de trouver les jolis lieux par soi même.

La montagne sait préserver ses plus beaux secrets. En route nous échangeons sur les démarches de préservation de l’environnement et du patrimoine. Par exemple, les oliviers millénaires en danger, car plutôt que de continuer à produire des olives, ils sont vendus pour l’ornement des maisons des plus riches. Une pratique qui désespère Vicky, car à terme il risque fort de ne plus y en avoir. Ces arbres sont majestueux et produisent des olives de très belle qualité. Ils constituent un patrimoine paysager et culinaire indéniable.

Nous faisons différents arrêts devant de sublimes panoramas. Par endroit l’automne semble commencer à s’installer. A d’autres nous pouvons apercevoir le fameux Delta de l’Ebre et la mer. Enfin, les montagnes grandioses nous offrent une palette de reliefs et de contrastes. Sous la brume, un ensemble de rochers devient décor de cinéma où l’imagination déroule des histoires fantastiques.

Art de vivre catalan oblige, Vicky et ses deux comparses nous ont réservé une surprise. Nous nous arrêtons en pleine forêt (dans un de leurs coins préférés) pour un goûter en pleine nature. Saucissons, bière, pain et huile d’olive ainsi que des gâteaux fourrées à la confiture de courge délectent nos papilles et nous mettent encore plus à l’aise.  L’instant est si charmant et la générosité de nos hôtes si touchante que nous oublions d’immortaliser ce moment.

Malgré le temps de plus en plus brumeux (on ne voit pas à quelques mètres), ils ont l’idée saugrenue ou optimiste de nous emmener au spot star du parc, le point de vue de Caro. Autant vous dire que nous ne verrons rien du tout, même pas les rambardes du site aménagé.

Un gros fail ? Pas si sûr, l’obstination de nos guides nous aura permis de croiser la route de plusieurs chamois. Un moment magique. A quelques mètres de nous, nous avons pu les voir évoluer tranquillement. Une vision nébuleuse, cotonneuse à cause du brouillard. Notre lémurien n’en perd pas une miette, malgré le froid piquant et le vent glacial nous n’arrivons pas à repartir. Un joli cadeau, comme quoi il faut parfois persévérer, une surprise nous attend peut être sur la route.

 

Informations pratiques : Découvrir le parc naturel d'Els port
Se rendre au parc naturel d’Els port : Il est possible de se rendre avec son propre véhicule au parc naturel d’Els Ports. Le site du parc fourni toutes les informations nécessaires pour organiser votre venue que ce soit pour un road trip ou pour randonner.

Visite guidée et excursion dans le parc naturel d’Els port : Si vous n’avez pas de voiture ou si vous souhaitez en connaître davantage sur le parc et dénicher quelques pépites, nous vous conseillons de passer par l’agence Gubiana (qui nous a accompagné). Vicky et son mari qui nous a conduit sont en plus d’être très sympathiques, des passionnés de leur région et des défenseurs de l’environnement. Nous avons passé un très bon moment en leur compagnie et en avons appris beaucoup sur le parc, mais aussi la culture catalane.

Plus d’informations sur Gubiana

S’extasier devant les excentriques grottes de Meravelles

Dans les montagnes des Terres de l’Ebre se cachent de nombreuses grottes et caves. Certaines comme la grotte de Meravelles a été découverte par des spéléologues en quête de nouveaux terrains de jeu. Cette grotte était déjà connue de la population et était entourée d’une légende bien singulière. Les chasseurs lui conféraient un pouvoir étrange, celui de faire disparaître leurs proies et les furets ! En effet, les chasseurs avaient recours au furet pour les aider à chasser. Près de cette grotte, celui ci disparaissait constamment, sans explication. Les spéléologues intrigués par cette légende décidèrent d’aller y jeter un coup d’œil et c’est de cette manière qu’il découvrirent la grotte.

Aujourd’hui seules deux salles sont ouvertes au public car ce sont des espaces très fragiles. Nous avons eu l’autorisation exceptionnelle de pouvoir les photographier. Normalement cela est interdit, non pas que cela abîme les formations rocheuses, mais car cela ralentit les groupes.

Nous allons donc pouvoir vous montrer l’extraordinaire diversité des formations géologiques de cette grotte. Maité, notre guide complètement amoureuse du lieu nous a permis d’en percer les secrets. Nous y avons bien sûr retrouvé les stalactites et stalagmites. Mais plus étonnant, nous avons découvert que celles ci pouvaient être excentriques. Des stalactites dans tous les sens, défiant les lois de la gravité.

Un mystère à s’arracher les cheveux pour les géologues. Plusieurs théories s’affrontent, comme l’électromagnétisme ou de faibles courants d’air, mais rien de définitif. Maité les adore ces excentriques et nous transmet sa passion dévorante. Des drapeaux de pierre, des colonnes et des champs de popcorn rocheux achèvent de nous surprendre dans l’obscurité de ce lieu hors du temps.

Maité nous explique que ces grottes n’ont apparemment jamais été habitées, mais quelques traces de suie témoigne de leur occupation aux heures sombres de la guerre civile.

Après de nombreuses visites guidées, elle ne semble pas se lasser le moins du monde. A la fin de la visite, avec son sourire qui ne l’a pas quitté un instant, elle nous demande « n’est-ce pas une merveille ? ». Impossible de lui répondre non.

 

Informations pratiques : Visiter la cave de Meravelles

Se rendre aux grottes : accessible en voiture, rendez vous à Benifallet. Sur votre GPS indiquez « Coves meravelles »
Tarif d’entrée : 7€ tarif plein, 6€ tarif réduit et 5 € pour les enfants
Horaires : Haute saison (d’avril à octobre) Tous les jours de 10h30 à 13h30 et 16h à 19h30
Plus d’informations sur le site des grottes 

Dominer le paysage pour mieux maîtriser les Hommes

Parfois les Hommes ne font pas que s’immiscer dans quelques cavités. Ils prélèvent la richesse minérale pour dresser des châteaux merveilleux. A Miravet, le château domine une colline et l’Ebre, devenant ainsi une tour de guet idéale. Cette forteresse a été construite sur un ancien château arabe par les templiers. Elle servit alors à défendre la frontière et à se protéger des attaques notamment des sarrasins.

En 1307, lorsque l’ordre est donné par le roi Jaume II d’arrêter les templiers et de confisquer leurs biens, ils résistent. Le château sera alors assiégé jusqu’à sa capitulation un an plus tard. Ce sera désormais l’ordre de l’hôpital qui en sera propriétaire. S’ensuit alors une longue histoire où il passera tour à tour aux mains des partisans de la generalitat catalane puis de l’armée royale. Durant les différentes guerres il sera occupé par différentes forces (pas de tout repos l’histoire de ce château !). Il fût aussi le théâtre de la guerre civile espagnole où franquistes et républicains s’affronteront. Ce n’est qu’en 1990 qu’il devient propriété de la généralité de Catalogne pour devenir un lieu d’histoire et de culture (il va pouvoir enfin se reposer !).

château de Miravet en Catalogne

Mais au delà de l’histoire, je suis toujours fascinée par la complicité innocente de la topographie dans l’ambition guerrière des Hommes. Et de la folie des Hommes à s’acharner à construire de pareils édifices comme j’en ai eu l’exemple avec le château de Trosky en République Tchèque ou les villages perchés de la Drôme.

L’architecture du lieu est magnifique, l’ensemble est très bien conservé. Les terrasses immenses ouvrent sur un panorama grandiose sur l’Ebre et les environs. Que demander de plus ?

 

Informations pratiques : Visiter le château de Miravet

Se rendre au château : accessible en voiture, rendez vous à Miravet. Une fois arrivés, suivez les indications castell. Un parking près du château est disponible.
Tarif d’entrée : 3,50€ tarif plein, 2,50€ tarif réduit, gratuit pour les moins de 8 ans. Il est possible de faire une visite guidée, sinon un dépliant vous sera remis au départ de la visite.
Horaires : horaires différents selon les périodes de l’année. De 10 à 16h ou 17h30 (automne – hiver – printemps) et de 10h à 20h (été)
Plus d’informations sur le site du château
Petite astuce ! Pour avoir une très belle vue sur le château de Miravet depuis l’Ebre. Descendez à la place centrale au bord de l’Ebre et cherchez le petit embarcadère. La vue y est magnifique.

Sublimer le terroir par l’architecture à la cathédrale du vin de Pinell de Brai

D’autre fois, l’Homme rend hommage au paysage, au terroir, à ce qu’il produit plutôt que d’utiliser le paysage pour sa propre gloire. Rien de mieux pour illustrer cela que la cathédrale du vin à Pinell del Brai. Fruit d’un projet fou de caves coopératives. L’architecte, César Martinell, imagina un édifice imposant, merveille du modernisme.

Dès l’arrivée, la façade nous impose le respect. Les briques rouges entourent des vitraux allongés et forment un réceptacle parfait pour une fresque retraçant la vie des vignerons. A l’intérieur, c’est encore plus grandiose, de longues allées accueillent de hautes cuves sous une immense voûte et de multiples arcades.

cathédrale du vin de Pinell de brai en catalogne - terres de l'Ebre

Autrefois, la production de vin était très importante et le bâtiment permettait aux vignerons et producteurs d’huile de la région d’avoir un superbe outil de travail. Aujourd’hui la production a considérablement diminué, les hommes ayant délaissé la viticulture pour des activités industrielles. La production actuelle est faible en quantité mais a gagné en qualité.

Le plus étonnant, c’est que ce bâtiment à l’architecture remarquable et soignée n’a jamais eu d’autres prétentions que de servir les vignerons et producteurs, des personnes modestes, peu accoutumées à ce genre de folies !

A la fin de la visite nous avons pu goûter quelques crus. J’avoue avoir été déroutée par les saveurs du vin, bien différentes de celles que je connais en France. Un rouge sucré aux notes très fortes de fruits des bois m’a laissé perplexe.

Informations pratiques : visiter la cathédrale du vin à Pinell de Brai

Se rendre à la cathédrale du vin : accessible en voiture, rendez vous à Pinell de Brai et suivez les indications Catedral del vi. En entrant dans la ville vous n’aurez pas de mal à repérer ce bâtiment si singulier. Un petit parking se situe devant l’entrée. L’adresse est la suivante : Carrer Pilonet, 8 – 43594 Pinell de Brai.
Tarif d’entrée : des visites libres avec dégustation sont proposées (entre 7,40 € et 5,50 € en fonction du type de dégustation pour le tarif plein, tarif réduit entre 2,90 € et 4,90 €, gratuit pour les moins de 6 ans). Il est aussi possible d’avoir accès à des visites guidées sur réservation directement depuis leur site internet.
Horaires : du lundi au jeudi : 10h – 14h30 et 15h30 – 19h, vendredi: 10h00 – 19h00, samedi: 10h00 – 20h00, dimanche: 10h00 – 19h00
Plus d’informations sur le site de la cathédrale du vin
Petite astuce ! Un restaurant est attenant à la cathédrale de vin, nous n’y sommes pas allés mais ça avait l’air pas mal

Ressusciter le patrimoine ferroviaire au centre d’interprétation du train

Ce voyage s’étant fait partenariat avec l’office de tourisme Catalogne, celui ci nous a proposé de visiter le musée du rail. D’ordinaire nous n’aurions pas eu l’idée de pousser les portes d’un tel lieu. Mais l’histoire ferroviaire est si importante dans cette région que nous nous sommes dit que ça méritait bien une visite. Par une fin de journée pluvieuse, nous sommes accueillis par deux bénévoles de l’association qui fait vivre le lieu.

Aussitôt nous percevons leur enthousiasme pour tout ce qui a trait au train. Sans nul doute, ils sont fiers de ce patrimoine catalan et entendent bien le défendre malgré le manque de soutien des pouvoirs publics. Le musée se compose de plusieurs salles qui s’avèrent bien plus intéressantes que nous l’aurions imaginé. La passion fait des miracles. Dans la première salle, nous découvrons une reproduction d’un ancien guichet et toute l’histoire de la mise en place du train dans cette région. Les outils, des plans de lignes et des indications sur la signalétique complètent cette salle. Notre guide enchaîne les explications avec un rythme soutenu. Cela fait un moment que nous n’avons pas parlé espagnol a un tel rythme. Nous nous accrochons.

Notre guide, avec une pointe de nostalgie, évoque le passage de la gare au tout électrique. Avant, toutes les manipulations étaient mécaniques. Dans la dernière salle nous pourrons constater par nous même de l’ingéniosité des systèmes mécaniques permettant la signalétique et l’aiguillage. Au delà du musée, les bénévoles ont pour projet de restaurer de vieux monstres d’acier. Dans un hangar attenant se cache leur trésor. Une vielle locomotive à vapeur qui transportait encore il n’y a pas si longtemps des passagers. Ce train est imposant. Il paraît si lourd, si dense. Nous sommes impressionnés. Hélio, en plein dans sa période train, est également fasciné.

D’autres engins attendent des financements pour retrouver une seconde jeunesse. Leur projet le plus fou, qui demandera encore quelques années avant de voir le jour, est celui de la mise en place d’un train touristique. Pour cela il y a encore quelques obstacles a passer, mais nous ne doutons pas que leur détermination les mènera à la réussite. Nous ne percerons pas le mystère profond de leur amour pour ces machines. Cela demeure énigmatique pour nous qui sommes peu attachés aux véhicules quels qu’il soient. Peut être leur souvenir et âme d’enfant y sont pour quelque chose…

Informations pratiques : visiter le centre d'interprétation du train

Se rendre au centre d’interprétation du train :
ce musée se situe à l’adresse suivante :
Tarif d’entrée : tarif plein 8 €, réduit 6 € et gratuit pour les moins de 7 ans
Horaires :
Plus d’informations sur le centre d’interprétation du train

Façonner la terre et le feu, le dernier potier de Benissanet

Une des rencontres qui nous a le plus ému lors de ces différentes visites, c’est celle du potier Jordi Avante à Benissanet. Avec une douceur sans égale, une présence à la fois imposante et discrète, il nous a raconté l’histoire de sa poterie, ses heures de gloire et de déclin. Son amour de la terre, celle qu’il conserve depuis 3 générations, temps nécessaire pour qu’elle soit parfaitement malléable, traverse chacun de ses mots.

J’ai toujours eu une fascination pour les ateliers d’artisans ou d’artistes, ce désordre créateur, l’enchevêtrement des matières, pigments, outils en tout genre. J’entre donc ici comme dans la caverne d’Ali Baba.

Soudain, Jordi se met à l’œuvre devant son tour de potier. Un bloc de terre prend place. D’abord informe, sous nos yeux, grâce à la magie des mains de Jordi, il devient un récipient aux lignes harmonieuses. Nous sommes tous les trois captivés par les mouvements suaves et précis. Cela a l’air si simple, et pourtant…

Jordi, malgré sa carrure, parait bien seul dans cet immense atelier qui abritait autrefois de nombreux potiers. Il insiste sur le fait qu’il est le dernier à Benissanet. Son regard trahi une certaine nostalgie, il a su s’adapter pour poursuivre son art et sa passion. Nous ne pouvons être insensibles à son histoire.

Hélio repartira avec un pot en forme de château fabriqué sous ses yeux, un souvenir fabuleux et durable.

 

Informations pratiques : rencontrer Jordi Avante, potier à Benissanet

Se rendre aux céramiques de Jordi Avante : rendez vous en voiture à l’adresse carretera Miravet, km 2 – 43747 Benissanet. Vous verrez alors un grand bâtiment avec de nombreuses poteries devant, c’est ici !
Tarif d’entrée : Il n’y a pas d’entrée car il s’agit de la boutique de Jordi Avante. Son atelier est attenant. En arrivant, une sonnette le préviendra de votre venue. Jordi organise aussi ponctuellement des ateliers pour découvrir et s’initier à la poterie.
Plus d’informations sur le site de Jordi Avante

Nourrir les Hommes et protéger la terre, Polet le sage

Autre terroir, autre personnage fascinant. Polet est une figure emblématique du Delta de l’Ebre. A la fois défenseur d’une agriculture traditionnelle et promoteur d’un tourisme responsable, il propose des safaris écotouristiques pour mieux connaître les rizières, leur culture naturelle et défendre sa vision de la relation entre l’Homme et son environnement.

Son charisme ne fait pas de doute. Et dès les premiers mots, nous comprenons que Polet est un homme de valeurs et qu’il entend bien les défendre. Il nous vante les bienfaits du riz, cet aliment si riche et résistant qui nourri les Hommes depuis des millénaires.

Pour lui la culture du riz rime avec nature. Riziculteur depuis bien longtemps, il tient à conserver les méthodes traditionnelles car elles sont selon lui respectueuses de l’environnement. Désherber et récolter à la main, laisser sécher les bottes au soleil sont autant de manières de favoriser l’installation d’espèces (oiseaux, poissons, insectes…) dans les rizières. Polet est convaincu qu’on s’embarrasse de technologie alors que les méthodes traditionnelles sont efficaces et plus bénéfiques pour l’environnement et la santé (de celui qui consomme et surtout celui qui produit !). Il est un exemple parfait de la sobriété heureuse chère à Pierre Rabhi.

Sa cure de jouvence a lui, c’est de passer des heures les pieds dans les rizières. Il parait que la bactérie du bonheur (Mycobacterium vaccae) vit ici et rend heureux ceux qui la côtoie. Et ce n’est pas une blague, cette bactérie, bien connue des jardiniers, existe réellement et  favorise la sécrétion de sérotonine, responsable de la bonne humeur.

Polet aime le partage alors il nous offre une petite séance de bonheur à nous aussi. Nous nous essayons pieds nus à la récolte du riz. Maladroite comme je suis, je me concentre pour ne pas me retrouver complètement dans la boue. Hélio s’en donne à cœur joie et Polet se régale de nous voir aussi gauches.

Avant de nous quitter, il nous laissera en cadeau quelques brins de riz de sa variété fétiche. Il nous explique que ces derniers nous suffisent à survivre si nous les cultivons. Que ces graines sont résistantes des centaines d’années et qu’un brin de riz suffit à produire de quoi alimenter une personne pendant une saison… Avec en complément un peu de pêche au filet comme il nous en fait la démonstration, la survie est assurée. Ça fait réfléchir !

 

Informations pratiques : rencontrer Polet

Point de rencontre avec Polet  : en fonction de ce que vous réserverez avec Polet, le lieu de rendez vous pourra être différent. C’est donc à voir directement avec lui !
Tarifs safaris éco-culturel : Polet propose des excursions pour découvrir toutes les richesses du delta de l’Ebre à la demie journée (30€ par personne ou 20€ si plus de 4 personnes) ou à la journée (40€ ou 30€ si plus de 4 personnes)
Horaires : du lundi au jeudi: 10h – 14.30 et de 15.30 – 19h, vendredi: 10.00 – 19.00, samedi: 10.00 – 20.00, dimanche: 10.00 – 19.00
Plus d’informations sur le site de Polet
Petite astuce ! Polet propose aussi des sorties spéciales familles pour découvrir la culture du riz, sensibiliser les enfants à l’écologie, ainsi que des randonnées.

Profiter des saveurs de la mer à Sant Carles de la Rapita

Dernière belle découverte culturelle et gustative de notre voyage en Catalogne. Au cœur du Delta de l’Ebre, les pieds dans l’eau ou presque, nous découvrons la sublime baie de Sant Carles de la Rapita. Ici, la visite prend des tournures originales, après la contemplation vient la dégustation. Dans cet horizon ébloui par le soleil du midi, nous faisons une halte en pleine mer pour goûter aux spécialités locales que sont les moules et les huîtres. A bord de maisons sur pilotis attenantes aux champs de moules et d’huîtres, des tables bien garnies nous attendent.

Dans cette baie, les conditions d’élevage sont idéales. L’eau est riche en nutriments et les courants faibles. Les moules et huîtres peuvent donc se gaver autant qu’elles veulent. Chaque huître est accrochée manuellement à une corde pour lui permettre de s’épanouir au maximum. La vue sur ce champs insolite est particulièrement photogénique, un régal pour les yeux autant que pour les papilles.

Que dire de la fraîcheur des produits quand ceux ci sont récoltés à seulement quelques mètres ? Bref, un moment d’épicurisme à l’état brut.

 

Informations pratiques : bay tour, dégustation de moules et d'huîtres à Sant Carles de la Rapita

Se rendre à Sant Carles de la Rapita : en voiture, allez à l’adresse Port Esportiu – 43540 Sant Carles de la Ràpita. Vous serez sur une grande esplanade face à la mer. Sur celle ci se trouve un petit embarcadère avec des petits kiosques devant proposant des balades en bateau. C’est d’ici que partent les bateaux pour le bay tour.
Tarifs : une fois sur place vous pourrez choisir le type de tour que vous voulez faire et consulter les tarifs. Désolée, j’ai perdu cette information en cours de route. Mais ils sont de toute façon variables selon la compagnie choisie.

Il y a tant d’histoires et d’autres rencontres qui auraient pu croiser notre chemin durant ce voyage en Terres de l’Ebre. C’est un territoire aussi riche culturellement que naturellement. Une terre où les Hommes tentent de vivre en harmonie avec notre chère planète. De belles initiatives que nous aurons plaisir à découvrir de nouveau.

Alors, envie de découvrir ce coin de Catalogne injustement méconnu ?

Ce voyage s’est déroulé grâce au soutien de Catalunya experience (l’office du tourisme de Catalogne), avec qui nous avons élaboré l’itinéraire et en partenariat avec les terres de l’Ebre. N’hésitez pas à les consulter pour préparer votre prochain voyage dans la région !