Nous vous avions déjà conté les délices de la ville de Trujillo et son importance culturelle dans le paysage péruvien. Cependant, nous avons omis de vous décrire les trésors archéologiques de ses alentours. Nous nous rattrapons donc maintenant.

La région de Libertad a pendant des millénaires accueilli différentes cultures qui ont laissé des traces importantes que l’on peut encore admirer aujourd’hui. Parmi les plus importantes nous pouvons citer les Moches (ou Mochica) et les Chimus. On vous emmène donc quelques millénaires plus tôt, bien avant les conquistadors et les incas.

Du coté des Moches

Les Moches appelé aussi Mochica font partie des cultures précolombiennes. Ils ont existé de 100 à 700 après jésus Christ autour de la côte nord Péruvienne. Cette culture est le fruit de la fusion de différentes cultures préexistantes.

Le centre de la culture Moche est représenté par deux édifices majeures que sont le Huaca de la luna et Huaca del sol, situé non loin de Trujillo au pied du Cerro Blanco.

Le Cerro Blanco
Le Cerro Blanco

Le premier était dédié aux questions religieuses (très importantes à l’époque) et le second aux affaires administratives. Entre les deux s’étendait une ville où la position sociale de chacun définissait la proximité ou l’éloignement aux Huacas. Les religieux ou administratifs étaient donc les plus proches des Huacas.

Huaca del Sol et vestiges de la vieille ville
Huaca del Sol et vestiges de la vieille ville

Nous avons visité le Huaca de la Luna. Il s’agit d’une pyramide inversé de 6 étages. Les différentes générations ont ajouté un étage tous les 100 ans. L’étage précédent était condamné et remplacé par un homologue à la base plus large. Un vrai casse tête pour les archéologues qui devraient pour retrouver les premières bases, creuser profond mais avec le risque de voir cette curieuse construction s’écrouler.

A Huaca de la luna, il est possible d’admirer les fresques qui ornaient les étages de cette pyramide. On y retrouve notamment leur dieu de prédilection sympathiquement appelé le décapiteur et représenté sous forme d’un monstre.

Représentation du Dieu décapiteur !

Sur les murs extérieurs on retrouve les différentes classes sociales des Moche ainsi que la cosmovision de cette culture.

Si vous passez par Huaca de la Luna, ne manquez surtout pas le musée qui est consacré à la culture Moche. Il est à quelques centaines de mètres. La scénographie y est soigné, il y a beaucoup d’informations et d’objets de l’époque notamment les incroyables et réputées céramiques Moche.

Les Moches ne disposant pas de l’écriture, les céramiques restent les objets décrivant le mieux la vie quotidienne de cette culture et nous en apprenne beaucoup. Les céramiques moche sont connus pour leur complexité, leur raffinement et leur réalisme, en comparaison d’autres cultures précolombiennes.

 

De nombreuses pièces représentent des personnages de l’époque aux expressions diverses ou des scène de la vie quotidienne. Je ne peux que vous conseillez d’aller les voir, pour certaines vous serez peut être surpris de leur caractère quasi moderne.

Au musée, vous aurez aussi de nombreuses informations sur les rites religieux de l’époque comme les sacrifices aux techniques assez barbares pour notre sensibilité contemporaine.

Pour en savoir plus sur la céramique Mochica

Si vous avez un peu de temps, un autre temple moche se trouve non loin de Trujillo, il s’agit du site d’El Brujo.

Le règne des Moches s’est terminé autour de 700 après jésus christ. Il semblerait que la raison de cette disparition ait une origine climatique : un phénomène d’El nino trop puissant serait le principal responsable.

Du côté des Chimus

Les Chimus ont vécu entre 1000 et 1470 après jésus christ. Ils ont occupé une bonne partie de la côte nord péruvienne actuelle. Il semblerait que les bases de leur culture soient les reste de la culture moche. La similitude entre leur céramique et celles des Moche confirme cette hypothèse.

La capitale des Chimus fût la cité de Chan Chan. Elle fût entièrement construites en adobe sur près de 20 km2. La ville est structurée de manière à séparer les élites du peuple. Elle se compose de citadelles (pour les rois), de temples, de lieux appelés audencias, de logements pour les classes moyennes, de constructions pour les aristocrates et enfin d’espaces plus réduits pour les classes populaires. 30 000 habitants la peuplait à son apogée.

Le peuple Chimu vénérait la lune, mais voyait le soleil comme une puissance destructrice. Le soleil étant très puissant sur la côte nord du Pérou (très désertique), cette croyance n’est pas dénué bon sens mais leur a valu de sacré ennui avec les Incas (archi fan du soleil !).

La mer était également une divinité importante. Les chimus vivaient beaucoup de son utilisation. Ainsi dans toute la cité de Chan Chan on retrouve de nombreuses représentations réalistes ou stylisés de poissons et de pélicans. Sa proximité avec l’océan pacifique explique cette omniprésence des thèmes maritimes à chan chan.

La visite de Chan Chan reste pour moi une des plus belles découvertes archéologiques. Il est impressionnant de voir qu’une cité uniquement construite en terre battue avec le peu de moyen de l’époque ait pu résister aux séismes et au temps qui passe. De plus, ce site reste très différent de ce que l’on peut avoir l’habitude de connaître.

Mur incliné à 5% anti-sismique

Nous avons aussi eu la chance de le découvrir avec Clara, guide et propriétaire de la casa de Clara. Son enthousiasme et sa passion pour ce site a apporté un supplément d’âme. Pour Clara, ses sites archéologiques sont aussi chargés d’émotion et d’ ésotérisme, puisqu’elle y a vu, un jour de grande détresse, apparaître le visage de sa fille disparue.

Sébastien et Clara errant dans Chan Chan

Son émotion résonne en moi et c’est aussi pour cela que Chan Chan restera un lieu à part.

Infos pratiques – visite de chan chan et huaca de la luna

 

Épingle moi sur Pinterest !

Hébergement à Trujillo

Casa de Clara (Cahuide 495, quartier Santa Maria), à quelques cuadras de la plaza de armas, situé devant un petit parc. Chambre double, salle de bain partagé, wifi, 40 soles. Les chambres sont directement dans la maison de Clara qui gère cela d’une main de fer et ne laisse pas entrer n’importe qui chez elle car elle ne veut pas que ce soit le bordel.

Sur la plaza des armas, de nombreux rabateurs vous offriront de nombreux tours différents pour visiter ses différentes sites. Les tarifs pratiqués ne sont pas chers.

Visiter le site archéologique de Huaca de la luna

Nous ne vous conseillons pas de prendre un tour, l’accès est en effet très facile à partir de la ville. Un combi vous y amène pour quelques soles. Le musée est très détaillé en explication (en anglais et espagnol) ainsi un guide ne s’avère pas spécialement nécessaire. Pour le site de Huaca de la luna, l’entrée comprend une visite avec un guide.

Visiter le site archéologique de Chan Chan

Il serait dommage d’y aller sans bénéficier du savoir d’un guide car il n’y a aucun panneau explicatif sur le site. Vous pouvez donc faire appel à un tour organisé ou prendre un guide privé. Avec Clara, nous avons payé 20 soles par personne. Pour ce prix, si vous n’êtes que deux, vous serez peut être amenés en coccinelle d’époque (une expérience en soi).

La coccinelle pourrie de Clara … mais qui roule toujours

Si vous souhaitez y aller par vous même, les colectivos qui vont à Huanchaco peuvent vous rapprocher, il vous faudra marcher ensuite un peu pour accéder à l’entrée du site.

Prochaine étape à seulement quelques kilomètres. Nous allons apprendre le surf à Huanchaco, avec un prof surnommé le chaman…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous avez aimé ? Alors ne gardez pas tout pour vous, partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !