Randonnée en vallée sacrée, entre salines et expériences agronomiques 4


La vallée sacrée des incas autour de Cusco au Pérou recèle bien des surprises, d’autant plus si on prend le temps de la découvrir à pied. Las de devoir prendre des « tour » ou louer les services d’un taxi pour se rendre d’un site à un autre, nous avons cherché à savoir comment nous rendre à Maras et Moray tous seuls (enfin avec nos gambettes). On vous raconte, car c’est tout à fait possible et facile.

En route !

Petite précision, toutes les infos pratiques sont à la fin de l’article de manière à ne pas alourdir le texte.

Objectif : Visiter les salinas de Maras et Moray à pied, au coeur de la vallée sacrée des incas

Bon tout d’abord, pourquoi visiter Maras et Moray lors de votre passage dans la vallée sacrée, qu’est ce qu’il y a de si intéressant ?

Maras est connu pour ses salineras c’est à dire ses cultures en terrasses de sel à flanc de montagnes et Moray pour une autre curiosité agronomique puisqu’elle héberge d’anciennes terrasses concentriques incas qui furent le lieu de diverses expérimentations potagères de toutes sortes.

Bref, des sites où l’on cultive la nature, donc rien de plus logique que de les parcourir à pied.

A Cusco ou dans le reste de la vallée sacrée, vous pourrez trouver de nombreuses agences qui vous proposent de visiter ces sites sur une journée ou une demi journée car ils ne sont pas éloignés l’un de l’autre (mais en revanche pas de liaison en transport locaux si on veut le faire soi même).

On avait envie de prendre notre temps et l’idée d’être chronométrés pour la visite de chaque lieu ne nous enchantant guère, nous avons essayé de trouver une autre solution.

En fouinant un peu, on entend parler d’une rando qui rejoint les salineras et les terrasses de Moray en passant par le village de Maras.

Avec quelques indications mais un timing imprécis, on décide de faire confiance à nos amis internautes et on tente quand même le coup.

Comment j’ai kiffé Maras ?

Étant logés à Pisaq, il nous faut d’abord rejoindre la ville de Urubamba, point de départ de notre randonnée. De là, il y a un chemin qui grimpe en plein cagnard pendant environ 45 min. Vous vous rendrez vite compte de votre arrivée aux salineras, car elles s’étendent dans toute la vallée de manière saisissante.

 salineras de Maras

Les milliers de bassins des salineras de Maras

Si loin de la mer, comment expliquer cette abondance de sel. Dans la vallée de Maras, à plus de 3200m coule un ruisseau saturé en chlorure de sodium. Dès l’époque pré-inca, les indiens ont commencé à extraire du sel. Plus tard, les espagnols ont mis en place des bassins en terrasses afin de canaliser ce trésor. L’évaporation de l’eau permise par un soleil puissant laisse progressivement la place à des cristaux de sel. Cette couche de sel, au bout d’un mois peut atteindre les 10 cm.

Différents bassins à des stades différents

Bassins à des stades différents d’évaporation

Canalisation de la rivière permettant d'extraire le sel

Canalisation de la rivière permettant d’extraire le sel

Aujourd’hui, les terrasses appartiennent à des familles organisées en coopérative.

A cette époque de l’année, les terrasses sont vides mais la couleur du sel a tout de même imprégnée le sol et rien que l’architecture du site laisse pantois.

De plus, il est possible de marcher entre les terrasses pour apprécier davantage l’expérience. Nous avons eu la chance de les avoir pour nous tous seuls. En repartant, les bus de touristes arrivaient et ce n’étaient pas la même ambiance.

salineras, maras, pérou, sel

Au cœur des salineras, on se sent tout petit !

En saison sèche, les terrasses se gorgent de sel et je pense que le paysage n’en est que spectaculaire. J’ai déniché une petite photo pour vous donner un aperçu.

Vue des salineras à l'époque de la récolte de sel - Photo licence Creative commons - Auteur Pululante (flikr)

Vue des salinas à l’époque de la récolte de sel – Photo licence Creative commons – Auteur Pululante (flikr)

Les terrasses de Moray, l’INRA des temps incas

 

De là, notre itinéraire se corse, on avait lu qu’il y avait un chemin direct entre les salinas et les terrasses de Moray mais tout le monde nous indique qu’il faut d’abord passer par Maras (ce qui allonge la rando).

Bon, on se motive, on verra bien le temps qu’on met pour aller jusqu’au village de Maras (et on prendra soin de vérifier si les transports indiqués existent vraiment).

On suit la direction indiquée par les stands d’artisanat, y’a pas 15000 sentiers donc on verra bien. Les environs étant vallonnés, on repère vite un village au loin, quelques agriculteurs croisés (et étonnés de nous voir là) nous confirmeront qu’il s’agit de Maras.

culture, élevage, berger, moray

Les cultures et élevages de moutons font partie du paysage

Le chemin suit des cultures de toutes sortes et de petites vallées. Arrivés au village après environ 1 h de marche, on se fait une pause « soda » dans une petite boutique et on en profite pour nous faire confirmer qu’on peut bien rejoindre Urubamba en transport. Info confirmée, on demande notre chemin pour les terrasses.

Nous mettrons environ 1h30 pour atteindre les terrasses de Moray. Le paysage est on ne peut plus sympathique.

Sur le chemin pour le site de Moray, le temps est très contrasté !

Sur le chemin pour le site de Moray, le temps est très contrasté !

Le site de Moray était un centre de recherche agricole inca. Les terrasses concentriques (une principale et deux secondaires) permettaient de créer une vingtaine de micro-climats différents.

Ceux ci représentaient les différents zones écologiques de l’empire inca. Malin non !

terrasses de Moray

L’ensemble des trois terrasses de Moray

Au centre la température y était plus élevée, elle se radoucissait progressivement jusqu’en périphérie.

250 plantes y étaient cultivées afin de connaître pour chacune leurs conditions optimales de culture et ainsi favoriser de bons rendements.

Terrasse, moray, incas, agronomie

De plus, les terrasses sont dotées d’un système d’irrigation complexe ainsi que de marches incrustées dans les murs permettant de passer facilement d’un niveau à un autre.

Une fois de plus, on ne peut qu’admirer l’ingéniosité du peuple Inca.

On vous avait dit que c’était pas bête !

ânes, insolite, moray, pérou

Si les ânes ont trouvé le chemin c’est que c’est facile !

 

Infos pratiques – visite des terrasses de Moray et des salines de Maras

 

Se rendre à Urubamba (à partir de Pisaq)

Pour cela, c’est simple, il y a de nombreux combis entre les deux villes. En revanche, pour vous arrêtez demandez au chauffeur quel est l’arrêt le plus proche de l’entrée des salinas. Nous n’avons pas pris cette précaution (pensant le village tout petit) et on a du prendre un moto taxi pour nous rapprocher de l’entrée du sentier sinon c’était quelques km sur le bord de la route (pas très transcendant).

Pour ceux qui sont à Ollantaytambo, il est aussi très facile de rejoindre Urubamba.

Bref, le bus ou moto taxi vous déposera devant un petit chemin qu’il vous faudra emprunter, vous passez un pont suspendu et vous suivez ce qui ressemble le plus à un sentier. Quelques maisons, pas vraiment d’indication jusqu’à ce qu’on vous arrête pour vous acquitter du droit d’entrée aux salines. Les locaux ont préféré ne pas intégrer cette entrée dans le boleto touristico afin de toucher le précieux pactole directement.

Aller des salineras jusqu’au village de Maras

A la sortie des salinas, suivre les indications des commerçants sur place. Un petit sentier qui grimpe dur au début se suit ensuite facilement. Le temps indiqué entre les salinas et Maras est de 1h30 environ. La distance est de 10km.

Aller du village de Maras jusqu’aux terrasses de Moray

Arrivé au village de Maras, pour rejoindre les terrasses c’est très simple. Le point de départ est l’énorme point d’information touristique flambant neuf rouge pétant en haut du village. Il tranche vraiment et nous étonne d’autant plus qu’il est désert lors de notre passage.

_DSC3480moraymaras

Quelques panneaux indiquent le début du chemin et ensuite il faut juste suivre le sentier.

Le chemin pour retourner au village de Maras est le même. Le temps aller-retour est d’environ 3h de marche. Il faut compter en plus le temps de visite du site.

Aller du village de Maras jusqu’à Urumbamba

Une fois revenu au village de Maras, cherchez la place centrale où attendent des taxis collectifs qui vous amèneront à la sortie du village, sur la route où passent les bus pour Urubamba ou Cusco, pour quelques soles.

Une fois à ce croisement, il faudra juste attendre un combi pour Urubamba.

Bref, en tout de Urubamba jusqu’au village de Maras en passant par les terrasses vous aurez marché environ 6h (en mode tranquille).

Et voilà le tour est joué.

Bon, ça prend quand même du temps donc on vous conseille de partir tôt le matin, et de prévoir votre pique nique !

Vous voulez garder sous le coude cet article pour un prochain voyage au Pérou, épinglez cette image sur Pinterest !

Randonnée dans la vallée sacrée au Pérou

Prochaine étape, Ollantaytambo et Pisaq dans la vallée sacrée des incas !

Enregistrer


A propos de Laura

Droguée aux voyages depuis maintenant plus de 10 ans, je sillonne la planète avec Seb à la recherche de petites ou de grosses bêtes. Les forêts luxuriantes jusqu'au déserts lunaires m'offrent un terrain de jeu à ma deuxième passion : la photo. Entre deux voyages, je bosse dans le domaine de la prévention santé.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Prévenez moi de tous les nouveaux commentaires siouplé !

 Je veux recevoir les réponses à mon commentaire uniquement

4 commentaires sur “Randonnée en vallée sacrée, entre salines et expériences agronomiques

  • Leslie@VoyagePerou

    Perso je trouve que Maras est un grand incontournable de la Vallée Sacrée, dommage qu’on en entende bien moins parler que Pisac ou Ollantaytambo. En plus en arrivant en mode colectivo, il n’y a presque personne sur le site. C’est juste magnifique, et l’occasion de rapporter du sel (j’ai un peu dévalisé la boutique entre les savons et les différents sels) 🙂

    • Laura Auteur du billet

      Oui tu as raison le village de Maras ainsi que les salineras et les terrasses de Moray constitue une journée accessible et riche tant du point de vue culturel que naturel. Si j’en ai l’occasion j’aimerai y retourner au moment de la récolte de sel et faire différentes randonnées dans la région, la campagne est superbe.

  • Christel

    J’y suis retournée récemment. La première fois, je l’ai fait à pied dans les montagnes de la vallée sacrée. Souvenirs douloureux pour mes mollets si je me souviens bien mais c’est vraiment unique au monde !