Le Sri Lanka a vécu un énorme développement touristique ces dernières années. La fin de la guerre civile n’y est bien sûr pas étrangère. Le nord du pays, en particulier la péninsule de Jaffna à majorité tamoul fut la région des derniers combats en 2009. D’ailleurs, elle est restée difficile d’accès jusque récemment. Il fallait un permis pour y accéder jusqu’en 2015. De fait, c’est une région encore peu visitée par rapport au reste du pays. Hors, c’est un visage très différent du Sri Lanka que nous avons découvert, avec une culture bien propre et un passé douloureux encore à fleur de peau.

La péninsule de Jaffna, un contexte particulier, une visite loin d’être anodine

Ces régions qui sortent d’une période difficile et s’ouvrent vers l’extérieur sont des lieux passionnants à découvrir, pour peu qu’on soit bienveillant et très attentif à la responsabilité qu’on porte. Car à Jaffna et dans le nord du pays, nous avons découvert une région où une bonne partie de la population se sent méprisée, les rancœurs n’étant pas encore apaisées après 40 ans de conflits, avec de part et d’autre des atrocités commises.

La situation est aujourd’hui particulière, dans cette région faisant partie des vaincus, avec une présence forte de l’armée. L’armée qui a pendant des années lutté contre les tigres tamouls qui combattaient le pouvoir de Colombo pour obtenir leur indépendance. Après la fin du conflit, l’armée présente en masse s’est retrouvée dans une position particulière, avec beaucoup de soldats à sa charge. Ils ont ainsi gardé les territoires occupés pendant le conflit et on débuté une reconversion dans le secteur du tourisme d’une partie de ces possessions. Ainsi, une partie des grands hôtels, restaurants, liaisons maritimes, certains parcs naturels et plages appartiennent à l’armée.

Un programme de réconciliation avec le nouveau gouvernement a été mis en place en 2015 et devrait permettre la restitution des terres squattées, mais le processus est long. Difficile de faire la part des choses dans un contexte très difficile, mais avoir connaissance de celui-ci m’apparait fondamental, et malheureusement très peu de visiteurs prennent le temps de se renseigner.

Cela n’engage que nous, libre à chacun de faire ses choix. Pour notre part, nous n’avons pas souhaité aller dans des établissements ou lieux occupés ou gérés par l’armée. C’est pourquoi vous ne verrez pas dans ce carnet de voyage certaines plages ou établissements réputés de la péninsule de Jaffna.

Passé ce préambule dénotant de ce qu’on attend en général d’un carnet de voyage, je vous rassure de suite, nous avons passé un moment délicieux dans la péninsule de Jaffna, plein de rencontres fortes et de belles visites.

Jaffna, une ville à part au Sri Lanka, troublante et touchante

Après nos petites déconvenues sur la côte sud du Sri Lanka et nos merveilleuses découvertes dans le centre du pays, nous avions envie de découvrir une autre facette du pays. Un pays multiculturel, multiconfessionnel, qui fait à la fois sa richesse et sa complexité.

Visiter Jaffna était l’occasion de sortir un peu du chemin touristique tout tracé, même si ce n’est pas une destination hors sentiers battus pour autant (même si cette notion est très subjective). N’allez pas croire que vous allez vous retrouver dans une ville sans hôtels ou restaurants, sans guides touristiques ou touristes. Certes il y en a moins que dans les autres grandes villes, mais toutes les infrastructures sont là.

Au premier coup d’œil, dans le centre, on pourrait croire être dans une ville classique du Sri Lanka. Mais cette sensation disparait très vite, dès qu’on y regarde d’un peu plus prêt.

jaffna marché

Les échoppes ne vendent pas tout à fait les mêmes produits, l’ambiance est légèrement différente, la gastronomie n’a rien à voir et les pagodes ont cédé la place aux temples hindous.

Comme souvent quand nous arrivons dans un nouveau lieu, nous passons une première journée à simplement nous balader dans la ville, sans trop chercher à visiter un endroit particulier ou voir les attractions locales. Juste à découvrir la vie quotidienne, humer l’ambiance.

Pour cela, rien de tel que manger dans de petits restaurants locaux, ce sont des lieux parfaits pour découvrir ce qu’on mange bien sûr, mais aussi voir comment on mange, comment on accueille, comment les gens interagissent entre eux.

Rentrer dans un petit restaurant de quartier, en dehors du centre ville quand on est européen, qui plus est avec un enfant (il avait trois ans à ce moment), ça ne passe pas inaperçu. Moi qui suis d’un naturel plutôt réservé, ça ne m’est assez bizarrement pas trop difficile dans ce contexte. En tout cas ça ne l’était pas au Sri Lanka. Sans doute parce que l’accueil était bienveillant (ou parfois indifférent).

marché jaffna

De manière générale, nous sentions une certaine curiosité, mais pas envahissante, et une volonté de nous accompagner au mieux dans notre expérience, sans pour autant s’imposer. Un subtil équilibre agréable, laissant la porte ouverte à une plus ample interaction, si nous en prenions l’initiative.

C’est quelque chose qui me fascine, les différences peuvent être telles d’un pays à l’autre, ou au sein d’un même pays selon la gamme de restaurant choisi. A Jaffna, pour tous les restaurants et autres commerces que nous avons visité, c’était simple, bienveillant. Parfois avec une tentative d’indifférence mal feinte dans des échoppes plus modestes qui manifestement ne voyaient pas souvent d’étrangers. C’était sans doute un signe de pudeur, mais qui s’envolait au premier sourire ou maladresse de notre part.

Le fort de Jaffna

Vous l’aurez compris, nous ne sommes pas particulièrement venus à Jaffna et le nord du Sri Lanka pour la plage ou les monuments. Néanmoins, ce serait dommage de se priver ! Cette ville est chargée d’histoire et ses particularités se vivent aussi à travers la visite de certains points d’intérêt.

Parmi ces derniers, le fort de Jaffna, un héritage de l’époque coloniale. Il retrace à lui seul l’histoire coloniale du Sri Lanka. Construit par les portugais au XVIIe siècle, avant d’être pris quelques dizaines d’années plus tard par les Hollandais. Ces derniers ont fait alors de Jaffna un comptoir de commerce jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, où les britanniques ont pris la relève.

fort de jaffna

Sa place centrale et sa masse imposante en font un monument incontournable de la ville, si nous ne n’y sommes pas attardés, sa visite est intéressante pour son caractère historique. De plus, le fort est situé au bord de la mer, ce qui permet de prolonger agréablement la balade en dégustant une glace au coucher du soleil.

La tour de l’horloge de Jaffna

En prolongeant la balade (et à d’autres occasions durant notre séjour), nous sommes arrivés au pied de la tour de l’horloge de Jaffna. Un autre monument majeur de la ville, symbole de la période britannique de la colonisation, à l’époque où le Sri Lanka s’appelait Ceylan.

tour de l'horloge jaffna

Cette tour fut érigée suite à la visite d’Edouard VII en 1882. Signe d’une époque révolue. Je vois mal aujourd’hui la construction de tels monuments pour marquer la visite d’un souverain. Quoique…

Le temple Nallur Kandaswamy Kovi

Une visite de Jaffna sans voir les temples hindous, ce serait comme aller à Reims sans visiter sa cathédrale, un non sens. La population étant majoritairement tamoul, la religion Hindou tient une place importante dans la cité et de nombreux temples parsèment la ville.

Celui qui a le plus retenu notre attention, sans doute le plus majestueux et l’un des plus actifs, c’est le temple de Nallur Kandaswamy Kovi (Kovi signifiant temple, et Nallur étant le nom de la bourgade). Dédié à l’ordre et la ponctualité, le premier temple fut érigé sur le site au Xe siècle. Le temple d’aujourd’hui date du XVIIIe siècle et possède le plus grand gopuram (entrée) du Sri Lanka.

temple Nallur Kandaswamy Kovi jaffna

Pour les tamouls, Nallur Kandaswamy Kovil est un symbole social fort et une fierté culturelle.

Pour le visiter, j’ai du me mettre torse nu en signe de respect. C’est assez contre intuitif pour notre culture, nous sommes davantage habitués à nous couvrir pour visiter les églises ou mosquées. Mais le sens est assez vite compréhensible, on se présente ainsi de manière humble et vulnérable.

Un prêche avait lieu lors de notre visite dans le temple Nallur Kandaswamy, instaurant une ambiance bien particulière aux lieux. Nous étions entre fascination et peur du voyeurisme, d’autant plus qu’il n’y avait pas d’autres touristes. Mais les regards souriants nous ont vite mis à l’aise.

Bien que non croyant, ce fut une expérience forte de pouvoir partager ce moment avec les fidèles du temple.

temple Nallur Kandaswamy Kovi

Et autres réjouissances…

L’idée ici n’est pas de vous faire une liste exhaustive des lieux à visiter à Jaffna, les guides de voyage le feront mieux que moi. Je préfère m’attarder sur ce qui nous a marqué. Les étals du marché aux poissons, les rencontres au hasard, le contact facile avec la population.

Il faisait très chaud lors de notre visite de Jaffna, je ne sais pas si c’était la saison ou si ce coin du Sri Lanka est plus chaud qu’ailleurs dans le pays, mais ça m’a semblé assez sec au niveau de la végétation. En ville, il y a toujours un effet îlot de chaleur et le moindre coin d’ombre est bienvenue. Aussi, nous avions entendu parler d’un glacier situé non loin du temple Nallur Kandaswamy Kovil. Une belle occasion de se rafraichir !

Notre petite halte au rio ice cream fut comme un pause dans un oasis. Un endroit à part, squatté par les jeunes de la ville et quelques touristes où il fait bon se rafraichir autour de quelques sucreries. Après une visite du temple, le contraste est intéressant, montrant différents visages de Jaffna, entre tradition et quotidien en évolution.

Mais nous nous sommes assez vite rendus compte que le centre de Jaffna n’était pas à l’image du reste de la péninsule. Comme c’est le cas dans beaucoup d’endroits d’ailleurs, entre ville et campagne. Mais c’était d’autant plus criant ici, avec les stigmates encore visibles de la guerre civile.

Une émouvante visite de la péninsule de Jaffna : plages, temples hindous et confidences

Si la ville de Jaffna vaut la peine d’être visitée en elle même, la péninsule également. Pour ses plages peut être, mais ce n’était pas là notre envie première, le Sri Lanka étant bien doté pour cela dans beaucoup de régions côtières. Plus surement pour ses monuments culturels et son paysage quasi désertique.

Pour cette visite de la péninsule de Jaffna, nous nous étions fait recommander un guide par notre hôtel. C’est ainsi que nous sommes partis avec Mohamed en tricycle pour explorer le nord du Sri Lanka, de Jaffna à Point Pedro.

tuk tuk jaffna

Nous aurions pu aller vers les îles, mais elles sont davantage dédiées au tourisme balnéaire et ce n’était pas notre envie du moment. Nous nous sommes davantage enfoncés dans les terres pour explorer notamment la culture tamoule très présente dans la région.

Ainsi, nous avons sillonné la péninsule de Jaffna de temples en plages, de paysages en rencontres.

Parmi la multitude de lieux visités, j’en retiens 5 (rien que ça !), pour des raisons souvent différentes et complémentaires.

Temple Maruthanarmadam Anjaneyar Kovil et l’immense statue d’Hanuman

Avant d’être tout à fait sortis de la ville, nous remarquons un premier temple marqué par une statue démesurée. Il s’agit du temple Maruthanarmadam Anjaneyar, dédié à Hanuman, le dieu singe.

hanuman statue jaffna

Impossible de se tromper, la statue à l’entrée du temple est immense, c’est d’ailleurs la plus grande au monde à l’effigie d’Hanuman. Le reste du temple est très coloré, avec une foison de statuettes sur fond bleu, donnant un aspect très étonnant au temple.

Temple Maruthanarmadam Anjaneyar Kovil

Nous poursuivons notre chemin et sortons de Jaffna. Ce qui nous saute aux yeux tout de suite, c’est que le paysage est bien différent des autres régions visitées jusqu’alors. Si nous avions déjà vu une belle diversité de paysages, entre la région du thé autour, d’Haputale, les montagnes à Horton plains, la superbe côte vers Tangale ou même les plaines broussailleuses du parc d’Udawalale, aucune région n’était aussi sèche qu’ici. Les arbres sont assez rares et le sol sablonneux. L’horizon est ainsi plus ouvert.

Le deuxième chose qui nous a marqué, c’est que les habitations sont plus modestes que dans les autres régions du Sri Lanka que nous avons visité. Beaucoup d’habitations sont faites en terre et d’autres ont des toits en taule.

C’est une totale opposition avec les temples hindous que nous croisons, avec leurs couleurs vives et joyeuses.

Keerimalai : Naguleswaram Kovil, les sources et le phare Kankesanthurai

Keerimalai, son temple Naguleswaram et les sources thermales sont sans doute un des endroits les plus sacrés et visités de la péninsule de Jaffna.

Les sources accolées à ce temple dédié à Shiva auraient des propriétés curatives. Un lieu intéressant pour faire des rencontres, visiteurs et Sri lankais se mélangeant harmonieusement.

Naguleswaram Kovil temple

Nous loin de là se trouve le phare de Kakesantthurai et les plages parmi les plus réputée du nord du Sri Lanka.

Si nous avons trouvé ces plages effectivement sympas, nous ne nous sommes pas attardés dans le coin, la présence de la base militaire ne nous mettant pas trop dans l’ambiance farniente. Se dorer la pilule en regardant des jeeps et des soldats en uniforme, non merci.

phare Kankesanthurai

Après une pause déjeuner dans un tout petit restaurant local, nous avons repris notre exploration de la péninsule de Jaffna.

Temple Selva sannithi Murgan Kovil

Nous arrivons au temple Selva sannithi Murgan Kovil. Un peu moins imposant que les autres temples auparavant visités, ce dernier nous semble malgré tout plus vivant. Plusieurs personnes gravitent autour de ce temple ouverts à toutes les castes et types de cultes.

Très vite, une personne s’approche de nous et demande à être prise en photo. Nous ne sommes pas très à l’aise en général avec ce genre de demande spontanée. Autant c’est un plaisir de prendre en photo des personnes avec qui nous avons pris le temps d’échanger, autant cela nous fait toujours un peu bizarre quand la première interaction est un signe voulant dire « prends moi en photo ».

Mohamed qui nous accompagne, nous assure qu’il n’y aucune autre intention chez cet homme que de se faire prendre en photo. Nous comprenons alors que ce n’est qu’une manière pour lui de créer un lien, de nous aborder. Laura le prend alors en photo, puis lui montre le résultat.

Un autre homme s’approche alors pour demander la même chose, puis un troisième… S’en suit alors un belle séance de sourires échangés, de langage non verbal, chacun tentant de faire connaissance avec l’autre sans parole.

Un moment simple et touchant, sincère, sans arrière pensée autre que d’échanger entre personnes de cultures très différentes.

Ces rencontres nous incitent à avancer davantage dans le temple. Nous y découvrons des berceaux miniatures accrochés les uns aux autres. La signification n’est pas compliquée à interpréter. Nous avons la confirmation que c’est une offrande faites par des femmes pour tomber enceinte.

Temple Selva sannithi Murgan Kovil

Les dunes de sable et la plage de Manalkadu

En nous enfonçant d’avantage encore dans la péninsule, vers l’est à bord de notre tuktuk, le paysage évolue pour devenir quasiment désertique.

Au milieu des bosquets apparaissent des dunes de sable, qui progressivement gagnent en taille, finissant par engloutir toute la végétation jusqu’à atteindre la mer.

C’est d’ailleurs à cet endroit que nous faisons une pause, au milieu de nulle part. Est-ce cet isolement qui a poussé Mohamed à se confier ? Toujours est-il qu’il fend un peu l’armure pour nous parler de la période de guerre civile et des stigmates encore présentes.

Je ne partagerai pas les détails, pour respecter l’intimité de ce moment, mais je peux vous assurer que c’était intense, poussant à la réflexion, à prendre du recul. Le tout étant de s’extirper d’un jugement quelconque pour ne pas prendre parti. Dans ce genre de conflit si long et violent, désigner un méchant ou un gentil n’a plus grand sens. Il n’y a que des perdants et des vainqueurs, mais pas forcément de gagnants…

A Manalkadu, tout au bout de la péninsule de Jaffna, alors que les villages se font plus rares et austères, la plage semble finir la terre. Au delà, c’est le royaume des pêcheurs. Nous en voyons d’ailleurs quelques-uns sur la plage, leur bateau attendant patiemment de reprendre les flots.

jaffna plage manalkadu

Quelques femmes s’approchent d’Hélio, qui détourne le regard en souriant, un peu intimidé. L’occasion d’échanger quelques mots, quelques sourires complices. La plage n’est pas très propre, sans doute non nettoyée (en tout cas à cette saison), les flots ramènent inlassablement sur la plage des débris de plastique.

jaffna beach manalkadu

C’est aussi une plage empruntée par les pêcheurs, vivante donc, rien à voir avec une plage de farniente sans un bout d’algue. Nous préférons bien cela d’ailleurs, les plages ratissées, sans aucune autre ambition que d’accueillir des plaisanciers ont tendance à vite nous ennuyer…

jaffna plage manalkadu

Temple Vallipura Aalvar Kovil

Avant d’entamer le long trajet du retour vers Jaffna, nous visitons un dernier temple, encore différent de caractère.

Le temple Vallipura Aalvar, dédié à Vishnu, trône massivement au milieu d’une grande place sablonneuse. Les multiples statuettes sur ses flancs décorent le temple de manière ostentatoire, semblant vouloir faire une démonstration de puissance.

Situé à 5km au sud de Point Pedro, ce temple au gopuram impressionnant et ses couleurs vives, attire une foule de pélerins en octobre lors de la fête de ce temple construit autour du XIIIe siècle. Il est considéré comme étant le plus ancien temple de la péninsule de Jaffna. Mais autour, des fouilles ont permis de déterminer des origines bien plus anciennes, la ville aurait été fondée au IIe siècle, ayant des liens puissants avec les royaumes de java et de siam.

Ainsi s’achève une visite forte en émotions de Jaffna et sa péninsule, tant sur le plan culturel, historique que des rencontres faites. Un endroit qui ne nous a pas laissés indifférents, montrant une autre facette du Sri Lanka, dans toute la complexité de ce pays si riche et divers.


Guide pratique : visiter Jaffna et le nord du Sri Lanka – que voir, que faire ?

Comment se rendre à Jaffna ?

Le moyen de transport le plus évident pour se rendre à Jaffna et sa péninsule est le train. Ils sont bien moins bondés que dans le sud du pays et les prix sont très abordables. Il est possible de prendre le train directement depuis la capitale Colombo, mais il fait bien sûr beaucoup d’étapes dans les différentes grandes villes du nord du Sri Lanka.

Nous sommes pour notre part partis de Anuradhapura et repartis vers le parc national de Wilpattu. Les trains ne mènent pas partout, mais les bus pourront finir le bout de chemin qu’il vous reste.

Sinon, il est possible de prendre le bus sur la totalité du trajet. C’est assez simple si vous vous rendez dans la gare routière la plus proche d’où vous êtes. Vous y serez orienté vers le bon bus, avec des renseignements sur les éventuelles correspondances. Il y a en général un petit kiosque avec une personne pour vous aider (c’est plus fiable que les rabatteurs qui vous emmèneront dans le bon bus, mais pas forcément celui qui part en premier…). Vous pouvez également prendre le bus depuis le bord de la route, mais dans ce cas il vaut mieux vous renseigner avant. Les bus s’arrêtent vraiment très très rapidement, n’espérez pas pouvoir poser tranquillement poser vos questions avant de monter. Il faut être au taquet !

Où dormir à Jaffna ?

A moins de chercher un logement en dehors de la ville en bordure de plage, il y a de fortes chances pour que vous dormiez à Jaffna. L’offre se concentre principalement dans cette ville. C’est un bon point de départ pour rayonner dans la péninsule et éventuellement les îles.

Nous étions logé au Thinnai, en périphérie du centre de Jaffna. Cet hotel offre un superbe cadre, très confortable. Il s’agit en fait de suites plus de de chambres, avec une chambre et un salon au minimum et toutes très bien équipées. L’hôtel se situe clairement dans le haut de gamme avec les infrastructures et services qui vont avec. Le gros plus ? Leur engagement environnemental.

Le restaurant est vraiment délicieux et les produits viennent en grande partie de leur propre ferme bio située non loin de la ville. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de la visiter. Pensée de manière agroécologique, chaque visiteur peut aller sur place pour passer un moment au vert et se relaxer. Des chambres étaient en construction lors de notre passage, elles sont ouvertes désormais.

Bref, nous avons passé un excellent moment au sein de cet établissement qui attache une grande importance à la préservation de l’environnement, notamment via la nourriture.

Point important pour nous, l’établissement est tenu par des locaux et emploi des habitants de la région.

Renseignements et réservation

Que voir, que faire à Jaffna ?

Petit récapitulatif des attractions que nous conseillons de visiter à Jaffna :

  • Fort de Jaffna
  • Tour de l’Horloge
  • Marché
  • Temple Nallur Kandaswamy Kovi
  • Palais Royal de Jaffna – Manthri Manai
  • Une petite glace au rio ice cream pour se rafraîchir !

Que voir, que faire dans le nord du Sri Lanka (péninsule de Jaffna) ?

  • Naguleswaram Kovil, les sources et le phare Kankesanthurai
  • Temple Selvasannithi Murgan Kovil
  • Les dunes de sable et la plage de Manalkaadu
  • Temple Vallipura Aalvar Kovil
  • Keerimalai : Naguleswaram Kovil, les sources et le phare Kankesanthurai
  • Temple Maruthanarmadam Anjaneyar Kovil

Quand visiter Jaffna et sa péninsule ? A quelle saison ?

Jaffna et le nord du Sri Lanka jouissent d’un climat sec. Il est possible de visiter cette partie du pays quasiment toute l’année, sachant qu’il fait tout de même chaud globalement. La variation de température n’est pas très importante, mais il fait un peu plus chaud vers mars avril (34 en moyenne l’après midi).

Les mois les plus pluvieux sont octobre et novembre. Le taux d’humidité reste très élevé toute l’année (70/80 %), renforçant la sensation de chaleur.

Retrouvez tous nos articles sur le Sri Lanka !

Soyez sympas, ne gardez pas tout pour vous ! Partagez ;)


Soyez foudingues, abonnez-vous à notre newsletter !

En vous abonnant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.